Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 22:26

 

Elsa Fayner | Journaliste Rue89
Yann Guégan | red. chef adjoint Rue89

 

 

Rue89 s’est plongé dans dix ans de bilans sociaux. Résultat : augmentation des absences pour maladie à tous les échelons. En cause : la baisse des effectifs, et trop peu d’accompagnement. La preuve en courbes.

Depuis 2002, La Poste a vu un quart de ses effectifs partir, son organisation revue en profondeur, ses métiers évoluer. En mars dernier, après trois suicides en six mois, le PDG de La Poste, Jean-Paul Bailly, avait annoncé des « ajustements » dans les réorganisations.

Un rapport sur les conditions de travail a en effet été remis. La direction a annoncé en septembre un « allègement de la pression sur les effectifs » avec 5 000 recrutements supplémentaires d’ici à 2014.

Pour les syndicats, la manière même dont les réorganisations sont menées aggrave le malaise.

Une plainte collective pour harcèlement

Le 31 octobre, un salarié de La Poste mettait de nouveau fin à ses jours sur son lieu de travail. Des salariés se sont rassemblés et préparent une plainte commune pour harcèlement institutionnalisé.

Mardi 11 décembre, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a reçu les représentants syndicaux pour faire un point sur les conditions de travail.

Contactée, La Poste n’a pas répondu à notre demande d’entretien.

 

  • -24%

    Depuis 2002, pic des effectifs, La Poste a perdu plus de 77 000 emplois, soit 24% de son effectif, avec une accélération de la décrue en 2006.

    Tous les métiers sont touchés : courrier, services financiers, tri, etc. Mais pas tous les statuts : la baisse du nombre de fonctionnaires atteint 40%, alors que le nombre de CDI croît de 33%.

    Un rapport a été commandé par la direction à Jean Kaspar pour évaluer les conséquences de cette réduction des effectifs, suite à plusieurs suicides de postiers. Constat : « Le sentiment général est qu’il faut “faire plus avec moins”, au détriment de la qualité de services et de la santé des agents. »

    D’autant plus que les réorganisations se sont succédées « sans transparence », déplore Pascal Panozzo, de Sud PTT : « La Poste n’a jamais affiché d’objectif d’ensemble des réductions et n’a pas non plus précisé de calendrier. Les réductions ont été opérées site par site, années après années. »

  • +11%

    Le taux d’absentéisme pour maladie a augmenté de 11% en cinq ans. Il a progressé pour les fonctionnaires comme pour les contractuels. L’écart entre eux devient minime en la matière.

    Il a également augmenté pour des catégories habituellement peu exposées : les cadres supérieurs voient leur absence pour maladie progresser de 66% (contre une augmentation de 9% pour les cadres).

    Le syndicat professionnel des médecins de prévention de La Poste s’inquiétait déjà en 2010, dans une lettre envoyée au président du groupe, d’un taux d’absentéisme « sans précédent », de maladies professionnelles et accidents du travail « en très forte augmentation », mais également de « suicides ou de tentatives de suicide, dont on peut penser qu’ils sont exclusivement liés à des situations de vie professionnelle ».

    Pour ces médecins, la réduction des effectifs n’est pas seule en cause, la manière dont elle a été menée a joué : « une communication trouble et à deux vitesses », des reclassements impossibles, des agents placés « en sureffectif au gré des réorganisations », des organisations du travail « en décalage avec la réalité du terrain », etc.

    Les médecins vont plus loin : « La Poste crée des “inaptes” physiques et psychologiques ».

  • +7%

    La masse salariale a peu évolué depuis 2005. C’était le but : le président de La Poste, Jean-Paul Bailly, expliquait en mars 2011 que le groupe avait « accompagné la décroissance des activités » y compris « dans la maîtrise de la masse salariale ».

    Pourtant, dans le même temps, le groupe perdait 57 000 postiers. Comment expliquer que la masse salariale n’ait pas baissé ? Pour Jean Kaspar, à qui la direction a commandé un rapport, aujourd’hui « les effectifs sont moins nombreux, plus qualifiés, plus stables et mieux rémunérés ».

    Les salaires inférieurs à 1 200 euros par mois ont en effet disparu en 2011. A l’autre bout du spectre, le montant brut des dix plus grosses rémunérations a également augmenté depuis 2005, ainsi que leur part dans la masse salariale.

  • -8%

    « L’accompagnement des mobilités professionnelles, l’adaptation et le développement des compétences des postiers et des postières » se trouvent au « coeur de la politique de ressources humaines », assure La Poste dans son Document de référence 2011. C’est nécessaire pour l’entreprise « dans un environnement fortement évolutif, où l’ensemble des métiers connaissent ou connaîtront des évolutions profondes ».

    Et pourtant. Le nombre de jours de formation a chuté de près de 8% entre 2002 et 2011. Surtout, la part des formations d’adaptation au poste – et à l’évolution des emplois – a diminué.

    Les plus touchés par cette baisse se trouvent au bas de l’échelle hiérarchique.

    Dans sa lettre du 20 mai 2010, le syndicat des médecins de prévention dénonce « une très forte pression commerciale individuelle et quotidienne (...) sur les guichetiers, sans formation, et surtout sans analyse des impacts sur les individus ».

  • x2

    En dix ans, le nombre de promotions a explosé. Le taux de promotion a plus que doublé.

    Ce sont les agents de maîtrise et d’exécution qui ont été le plus massivement promus. Viennent ensuite les cadres, qui détiennent un record : les promotions au sein de la catégorie des cadres ont été multipliées par cinq.

    Pour Pascal Panozzo, de Sud PTT, il s’agit de « faire passer la pilule », de donner de « petites responsabilités » pour « ne pas avoir de résistance » face aux réorganisations successives.

    Depuis 2009, le nombre de promotions connaît une baisse sensible.

  • +23 %

    Le chiffre d’affaires de La Poste a augmenté de 23% entre 2002 et 2011. Depuis l’arrivée de Jean-Paul Bailly à la tête du groupe, la Poste s’est « métamorphosée », constate Jean Kaspar dans son rapport : le groupe a été réorganisé (par métiers), la Banque postale a été créée, une démarche plus commerciale adoptée, les équipements modernisés, les effectifs réduits, etc. Enfin, en 2010, La Poste est devenue une société anonyme.

    Pour Jean Kaspar : « D’un point de vue économique, on peut affirmer que cette stratégie a été couronnée de succès : elle a d’abord permis une augmentation du chiffre d’affaires et engagé la progressive montée en puissance du colis et de la banque dans la composition des résultats du groupe. »

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

tarif mutuelle 25/04/2013 15:28

Bonjour,
Le problème d'accompagnement chez les travailleurs est le plus dure. On ne s'occupe pas d'eux suffisament quand ils sont malades.

democratie-reelle-nimes 11/07/2013 17:59



Tant que l'humain passera au dernier plan, on ne s'en préoccupera pas, d'autant plus s'il est malade, malheureusement...



Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22