Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 15:29

 

Source : rue89.nouvelobs.com

 

 

Taisez-vous 19/02/2014 à 18h32

Pendant ce temps-là, à Sotchi : arrestations, sportifs muets, CIO ravi

Clément Guillou | Journaliste Rue89
 
  • Avant les JO : « C’est un scandale Sotchi, magouille, catastrophe environnementale, homophobie d’Etat, on attend quoi pour boycotter ? »

 

Sur Rue89 comme ailleurs. J’adore les Jeux olympiques, surtout le biathlon, mais faisons le point sur ce qui s’est passé en marge des épreuves olympiques depuis deux semaines.

3 février : arrestation du militant écologiste Evgueni Vitichko

L’auteur d’un rapport sur les dégâts causés à l’environnement par les Jeux de Sotchi est accusé d’avoir juré à un arrêt de bus – délit puni par la loi (qui appelle ça « légère insolence », article 20.1 du code pénal) –, dans une ville proche de Sotchi. Un citoyen l’aurait entendu et serait allé porter plainte.

La même mésaventure est arrivée à plusieurs militants de la région dans les semaines précédant les Jeux. Cette arrestation survient à la veille de l’arrivée de la flamme olympique dans la capitale régionale, Krasnodar, et de quantité de journalistes à Sotchi. Elle permet aussi d’empêcher l’activiste d’assister à un procès en appel prévu le 13 février à Krasnodar.

13 février : Evgueni Vitichko est condamné en appel à 3 ans d’incarcération dans un camp pour « vandalisme »

L’affaire remonte à 2012 : à l’époque, il avait tagué « la nature est à tout le monde » sur une barrière de la résidence d’été du gouverneur régional. Selon les associations écolos, cette palissade était illégale.

Vitichko a depuis entamé une grève de la faim. Le CIO (Comité international olympique) est régulièrement interrogé sur son cas. Il répond :

« Cela n’a pas de lien avec les Jeux olympiques. »

16 février : arrestation d’une personnalité italienne transgenre à Sotchi

En faisant la queue pour acheter des billets pour un match de hockey sur glace, elle agitait un drapeau portant l’inscription russe : « Etre gay, c’est OK ».

Vladimir Luxuria, actrice, présentatrice de télévision et ancienne députée, sera relâchée quelques heures plus tard, dans la nuit de dimanche à lundi, sur intervention de la diplomatie italienne.

La police de Sotchi dit n’avoir eu aucun Italien en garde à vue et le maire de la ville dit n’avoir aucune information à ce sujet. Commentaire du porte-parole du CIO :

« Nous demandons aux gens de se plaindre ailleurs que dans le parc olympique et sur les sites olympiques. »

17 février : arrestation et condamnation d’un soutien de Evgueni Vitichko

Il s’est écoulé trois minutes entre l’arrivée de cet homme, David Khakim, tenant une banderole, sur une place centrale de Sotchi, et son arrestation. Il demandait la libération du militant écologiste.


David Khakim le 17 février 2014 (David Goldman/AP/SIPA)

Les manifestations solitaires sont autorisées en Russie mais, en vertu d’une loi d’exception, pas sans autorisation pendant les Jeux olympiques, et sur un lieu éloigné des sites olympiques. L’audience de David Khakim s’est tenue à huis clos.

Le même jour, manifestation devant l’ambassade américaine à Moscou contre l’arbitrage du match Russie - Etats-Unis en hockey sur glace. La police n’est pas intervenue.

18 février : deux membres des Pussy Riot sont arrêtées dans les rues de Sotchi

Elles étaient sur place depuis le 16 février. Elles sont accusées d’avoir commis un vol de sac à main dans un hôtel. Plusieurs journalistes et activistes sont également interpellés.


Des membres du groupe punk Pussy Riot et un policier le 19 février 2014 (Morry Gash/AP/SIPA)

Les chanteuses sont relâchées trois heures plus tard et échappent à une condamnation. A la sortie du tribunal, devant la presse mondiale, elles chantent leur dernier morceau « Poutine va t’apprendre à aimer la patrie ». Les Pussy Riot affirment être suivies depuis leur arrivée à Sotchi et avoir été maltraitées par les policiers.

Commentaire du porte-parole du CIO :

« Ce n’était pas dans le cadre d’une manifestation contre les Jeux olympiques, donc cet incident n’est pas notre problème. »

19 février : les Pussy Riot molestées par des gardes cosaques

 

 

Les Pussy Riot prises à partie par des Cosaques à Sotchi - vidéo du quotidien britannique The Telegraph

Six membres des Pussy Riot sont molestées par des Cosaques, venus grossir les rangs des forces de sécurité russes pendant les Jeux olympiques. Elles s’apprêtaient à chanter à Sotchi devant un mur peint aux couleurs des Jeux olympiques.

Le silence forcé des athlètes

Côté athlètes, c’est la même chose. Quelques récriminations avant. Place à la compétition pendant. Les athlètes défenseurs de la cause LGBT n’ont pas souhaité se manifester pendant les Jeux – seul le bobsleigh australien a affiché le logo de « Principle 6 », une campagne de défense des droits LGBT, qui rappelle le principe de non-discrimination inscrit dans la charte olympique. Saluons aussi ce courageux snowboardeur russe, qui a concouru sur une planche représentant les Pussy Riot.

Le nouveau président du CIO, Thomas Bach, est resté dans son rôle : il a découragé les athlètes de se manifester, demandant que toute opinion politique se résume aux conférences de presse. Mais personne n’a envie d’embêter les athlètes avant ou après leur compétition avec ce genre de questions.

Sur Instagram, le snowboardeur de Toronto Michael Lambert a résumé ainsi son état d’esprit pendant sa conférence de presse :

« La question, c’est : est-ce que je souris et je hoche la tête ou est-ce que je dis la vérité ?

L’absence de toute forme de recyclage dans le village olympique. La qualité catastrophique des bâtiments où les fenêtres se fissurent, la destruction des rivières alentour, la foule de camions qui tournent au ralenti sans raison aucune, la fumée de pot d’échappement qui émane de la flamme olympique.

Il n’y a pas moins durable dans mon esprit. 80% des constructions ne serviront plus jamais. Meilleure question du jour : “Certains disent que ce sont des ‘Jeux parfaits’, qu’en pensez-vous ?” »

« Très bonne atmosphère »

Le CIO a également refusé aux athlètes ukrainiens de porter un brassard noir mercredi au lendemain d’une nuit de violences à Kiev.

Il a, enfin, interdit aux sportifs de porter un autocollant en hommage – comme à chaque compétition – à la figure du ski acrobatique Sarah Burke, disparue en 2012 à l’âge de 29 ans. Les compétitions ne sont « pas le bon endroit pour ça ».

Tout se passe comme Thomas Bach l’avait prévu :

« Il y a toujours des discussions politiques avant les Jeux, nous avons quelques motifs d’inquiétude mais je crois que les gens savent, dans le monde entier, qu’il s’agit de sport et je suis confiant dans le fait que nous aurons donc une très bonne atmosphère. »

Suffit de se taire.

 

 

Source : rue89.nouvelobs.com

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Russie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22