Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 22:23
Romain Blachier - Tribune | Vendredi 6 Janvier 2012 à 18:01

 

L'omniprésence de Nadine Morano sur tous les écrans, de télévision comme sur les smartphones, via Twitter et sa ligne de défense, ne doit rien au hasard de la part de cette diplômée et ancienne cadre en métiers de la communication. Selon Romain Blachier, elle démontre un véritable mépris des classes populaires.



(Kevin Lim - Flickr - cc)
(Kevin Lim - Flickr - cc)
Il s'agit d'abord de faire oublier, par cette omniprésence et cette virulence médiatique, que le pouvoir d'achat est en baisse, le président pris dans l'affaire Karachi, le chômage plus élevé que chez nos partenaires, nos importations plus hautes que nos exportations, etc. Ah, il faut aussi faire oublier que François Hollande est toujours haut dans les sondages.

Il y a aussi comme objectif pour Morano, dans la perspective de l'équipe de campagne du candidat Nicolas Sarkozy, de réussir à se placer à un poste important du dispositif, à l'heure où son image, très dégradée, pourrait la voir rester sur le banc de touche.

Certes au milieu, la ministre y laisse des plumes, se ridiculisant en se trompant lourdement sur d'importants dossiers, hier sur RMC/BFMTV, ou en surréagissant volontairement à une fausse rumeur au sujet d'un propos du candidat socialiste. Ou balançant çà et là quelques énormités sur Twitter.

Mais n'est d'ailleurs pas un hasard si la ministre s'exprime de plus en plus souvent sur ce réseau social : Twitter favorise le clash, la simplification, le temps rapide. Et puis surtout ce média social a une image de lieu virtuel pour happy few branchés. Facile à ce moment la en cas de conflit de prétendre qu'on y est une incomprise face à une méchante « élite ». Même si on trouve un peu de tout sur le réseau à l'oiseau bleu, gauche comme droite modérée sont souvent critiques vis-à-vis des méthodes de polémique permanente de la ministre.

C'est d'ailleurs ce qui est précisément recherché par Morano un peu partout. C'est sa ligne de défense, développée par exemple ce jour dans Libération, celle de prétendre être une fille du peuple victime de snobisme par la méchante gauche qui serait composée uniquement de « méchants-geeks-bobos-coupés-du-peuple ».

C'est aussi, toute réaction entrainant une contre-réaction, la ligne prévisible de ses défenseurs, dont certains dérapent carrément en prônant les travaux forcés pour les contradicteurs de la ministre. Cette vague est même, tout n'étant pas le fruit du hasard, en bonne partie une phase concertée de plan de communication pour certains d'entre eux. Les critiques de Morano seraient le fait d'une bande d'affreux bobos gauchistes qui ne supporteraient pas ses manières popus et feraient montre de mépris de classe.

On s'amusera en regardant que nombre de ses défenseurs qui parlent ainsi au nom des milieux populaires en sont fort éloignés. On se désolera surtout du mépris pour les ouvriers dont ils font preuve de même que la ministre qu'ils défendent.

En premier lieu, même si ses parents l'étaient, Morano n'est pas ouvrière. Elle est titulaire d'un très classe moyenne/classe sup DESS d'information, communication et organisation des entreprises. Depuis elle a toujours été salariée de la politique, occupant des postes à responsabilité, par exemple comme directrice de la communication du parc naturel de Lorraine. Et depuis une grosse dizaine d'années elle est députée puis ministre, gagnant à chaque fois une dizaine de smics par mois.

On est loin de l'image que cherche à se construire Nadine Morano. Et on ne peut prôner la méritocratie tout en cherchant à ne se résumer qu'à sa seule naissance...

Et puis quel est ce terrible mépris des ouvriers dont font preuve la ministre et ses défenseurs , qui aiment les plus démunis surtout quand ils sont loin d'eux ? Dans la tête de Nadine Morano, classe populaire voudrait dire vulgarité, excès, erreurs dans ses dossiers ? Ouvrier voudrait dire fanatique, agressif, haineux ?

On ne sache pas que Phillipe Séguin, Gérard Collomb, Henri Guaino, Aurélie Filippetti, tous enfants de la classe ouvrière, aient le même comportement que Nadine Morano. On ne sache pas non plus que les travailleurs manuels de ce pays, qui sont parmi les plus productifs au monde, se trompent aussi souvent que le fait la ministre dans ses déclarations et actes.

Que l'on puisse considérer qu'être né d'un milieu peu aisé vous marque à vie, quels que soient vos études et votre parcours, d'accord. Mais un comportement vulgaire et une rare incompétence sur vos dossiers démontrent une scandaleuse vision élitiste, un mépris de classe et une attitude qui abaisse volontairement, par pure tactique, le niveau du débat politique. Un tel mépris de la part de Nadine Morano n'est pas sans rappeler la noblesse d'ancien régime qui prenait le peuple pour des gueux incultes.


Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22