Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 18:45
Coup de cœur 28/01/2012 à 18h51
Sophie Verney-Caillat | Journaliste Rue89

Voisins ou amis, ils passent commandent collectivement chaque semaine des produits aux paysans du coin. S'assurant des menus plus variés que par une Amap.
Eux ne parlent pas du « made in France », mais se sont organisés pour manger local. Grâce une plateforme internet, ils commandent en groupe de la nourriture de qualité, le plus souvent bio. Bienvenue dans le monde merveilleux de La ruche qui dit oui.

 

Ras-le-bol des les escapades familiales sous les néons des supermarchés qui finissent souvent avec les gamins qui chouinent, les mamans qui songent secrètement au divorce et les papas qui serrent les dents ? Pas assez militant pour manger tout l'hiver les choux de votre Amap ? La ruche qui dit oui – OK, le nom est bizarre – est peut-être faite pour vous.

 

Commande groupée à un producteur local

Un samedi sur deux, producteurs et consommateurs ont rendez-vous, de 11 heures à 13 heures, dans ce qui ressemble plus à une joyeuse foire qu'à un marché. Généralement, le moment se prolonge par un déjeuner improvisé entre voisins. Le contraire de la corvée.

 

La plateforme internet permet à des consommateurs de se constituer en collectifs – ou « ruches » – afin de passer des commandes groupées à des producteurs locaux qui les livrent dès lors qu'une quantité suffisante a été atteinte.

 

 

 

Comme dans les associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (réseau Amap), une fois votre commande payée (en ligne cette fois), vous venez chercher votre panier à heure fixe sur un lieu de distribution.

Le principe est simple, efficace, et « locavore » – concept né aux Etats-Unis, dsignant ceux qui ont décidé de ne consommer que ce qui est produit à moins de 100 miles (160 kilomètres) de chez eux.

A la différence des sites d'achats groupés qui ont la main sur l'offre des produits mis en vente, le fonctionnement des ruches est interactif. Si vous êtes fan d'un miel produit près de chez vous, vous pouvez le suggérer à votre ruche.

112 paniers distribués à la ruche parisienne

Né il y a moins de six mois, le réseau compte déjà une trentaine de ruches autonomes, et plus de 230 communautés en cours de construction. Les deux ruches les plus importantes se trouvent dans le petit village de Cessy, dans l'Ain, et dans le Xe arrondissement de Paris (au Comptoir général).

Cette dernière compte plus de 700 inscrits, et lors de la dernière livraison, elle a battu son record de distribution avec 112 « paniers ».

 

 

 

A La ruche qui dit oui du Xe arrondissement de Paris

Premier avantage pour l'amateur de légumes, la ruche permet d'éviter ce que j'appellerais « le syndrome du navet », bien connu des habitués des Amap : leurs convictions écolo les plus radicales s'émoussent à mesure qu'ils se voient contraints de manger cette savoureuse racine plusieurs semaines d'affilée durant les longs, très longs mois d'hiver.

Dans votre ruche, vous composerez vous-même le contenu de votre panier selon vos goûts. L'offre proposée y est plus diverse et vous permet de remplir votre frigo avec des légumes, des fruits, des yahourts, des fromages, de la viande, des pâtes, des légumes secs, des condiments, du pain... et même de la soupe en bocal ou de la bière picarde.

Comme le souligne Hélène, coordinatrice de la ruche du 10e, on trouve de tout – « sauf les couches et les Chocapic », note Hélène, qui oublie quand même le café, les produits ménagers... et d'autres produits de première nécessité.

Plus simple et convivial pour les producteurs

Avec ce système, les producteurs prennent leur revanche sur les supermarchés : la vente directe leur assure de meilleures marges que la vente aux centrales d'achat.

Ainsi, le producteur de légumes dit toucher 1 euro pour son céleri rave, qui se retrouve entre 1,69 euro et 1,79 euro en magasin bio. A la ruche, le prix de vente est de 1,59 euros, et il n'a que 10% à reverser à Hélène, la responsable de la ruche.

Autre avantage, souligne Jean, l'éleveur laitier :

« On sait pour quelle quantité de marchandise on vient, le temps de distribution est moins important que sur un marché, et il n'ya pas la même installation, c'est appréciable. »

Pour les agriculteurs, fini l'anonymat

Et à voir le sourire des producteurs, il est évident qu'ils trouvent dans ce système un peu plus qu'un simple débouché.

Fini l'anonymat, raconte Yves de Rochefort, agriculteur et menunier bio (70 hectares de céréales dans le Loiret), venu avec les pates et radis fabriqués par ses voisins :

« Mon père vendait son blé à la coopérative, qui ensuite le vendait “à Chicago”, au prix fixé sur les marchés internationaux. Moi, je n'ai pas du tout envie de faire ça de ma vie, donc il faut que je crée mon propre réseau de distribution.

 

La ruche qui dit oui est mon axe majeur de développement. Ça commence petit, mais ça grossit.

 

Et d'un point de vue comptable, c'est pratique, tout se passe par Internet. Je reçois mon virement sans rien faire, au lieu de passer une journée à encaisser les chèques. »

Enfin, l'un des avantages de ce système est sans conteste la qualité des produits et leur traçabilité. Ici, pas d »aspartame ni de poules en batterie, à la ruche qui dit Oui ! on redécouvre qu'il existe plus de trois variétés de pommes de terre et on comprend pourquoi leur goût diffère.

J'y ai même déniché un vinaigre de framboise et une confiture de mûres déjà rentrés dans le top 10 des meilleures choses que j'ai jamais dégustées.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22