Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 21:53

 

Source : www.reporterre.net


 

Le gouvernement plie devant le lobby des pesticides. Faisons-lui entendre raison !

François Veillerette (Générations Futures)

mercredi 2 juillet 2014

 

 

 

 

Beaucoup de promesses ont été faites sur la réduction des pesticides. Mais le gouvernement se distingue par son inaction, cédant aux lobbies de l’agriculture intensive. Les citoyens doivent agir et pousser leurs députés à légiférer sur l’exposition des populations aux pesticides !


Beaucoup de mots, peu d’actes

Quand on en reste aux grands principes, tout le monde, ou presque, est d’accord : il faut réduire l’utilisation des pesticides, et particulièrement pour protéger les populations les plus sensibles.

Rappelons ici les bonnes intentions affichées par le plan Ecophyto en 2008 ou couchées sur le papier dans le rapport de mission d’enquête des sénateurs en 2013. Les problèmes commencent quand il faut prendre des mesures concrètes pour transformer ces intentions en actes.

Ainsi, malgré les propos du Ministre de l’Agriculture, le plan Ecophyto n’a depuis 2008 pas produit la moindre réduction de la dépendance de notre système agricole aux pesticides. (1)

Réduire l’exposition des populations les plus sensibles

Pourrait-on au moins espérer que, faute de pouvoir réduire l’usage des pesticides, les responsables seraient capables de réduire l’exposition des populations les plus sensibles à ces redoutables toxiques ? C’est ce qu’ont commencé à faire les sénateurs lors de la première lecture de la Loi d’avenir pour l’agriculture et la forêt (LAAF) en votant sous la houlette de Nicole Bonnefoy un amendement permettant au ministre de l’Agriculture d’interdire la pulvérisation de pesticides autour des zones habitées (dans l’article 23 de la LAAF). (2)

Alors que le texte allait arriver en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, proposait d’interdire toute pulvérisation de pesticides dans un rayon de deux cents mètres autour des écoles, pour protéger la santé des enfants, particulièrement sensibles aux effets sanitaires des pesticides. (3)

Comme pour confirmer que l’exposition aux pesticides est une question de santé publique, une nouvelle étude scientifique faisait l’actualité au même moment (4). Elle rappelait que l’exposition de femmes enceintes à des pesticides par leur environnement agricole augmente la probabilité que leur enfant souffre d’autisme…

Le lobby de l’agriculture intensive ne veut aucune réglementation

Mais la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) se mit à hurler contre « l’inflation règlementaire » (5) – une fois de plus -, prenant comme cible la proposition de Ségolène Royal d’interdiction des pesticides près des écoles.

Peu soucieux du respect des faits, le syndicat mélangeait la position du Sénat et celle de Mme Royal et hurlait à la mort de l’agriculture française, qui se trouverait privée selon leur imagination délirante de treize millions d’hectares suite à une supposée mesure d’interdiction de l’usage des pesticides dans un rayon de deux cents mètres de toutes les zones habitées… qu’aucun responsable politique n’avait pourtant jamais proposée !

Peu importe la réalité de la menace supposée, sonnant le glas de notre agriculture, les tracteurs étaient dans les rues, les élus locaux étant sommés par le lobby de l’agriculture intensive de demander à leur député de refuser toute réglementation restreignant l’usage des pesticides.

Les politiques plient

Sentant le vent du boulet, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll se fendait à la vitesse de la lumière d’un communiqué pour rassurer les agriculteurs : aucune mesure d’interdiction n’était envisagée, tout au plus des mesures de précaution pouvaient être imaginées. (6)

A l’Assemblée nationale, l’examen de la LAAF commençait la semaine dernière en Commission des affaires économiques. Sans surprise, l’UMP, en fidèle serviteur des intérêts de la FNSEA, attaquait de front toute mesure de restriction de l’usage des pesticides, même près des écoles.

Aucun autre groupe politique ne semblait désireux de monter au front pour défendre le principe d’une zone d’exclusion pour les pesticides près des écoles ou dans d’autres zones accueillant un public sensible. Les débats semblaient donc se diriger tranquillement vers une position de la commission qui recommanderait, au mieux, quelques mesures de protection dans lesdites zones accueillant un public sensible....

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Appels et pétitions
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22