Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 13:16

La conversion des socialistes français à la nécessité de réduire le déficit public, manifeste lors du premier débat télévisé qui a opposé le 15 septembre les six candidats à la primaire, a quelque chose de paradoxal. Elle survient en effet à un moment où des voix de plus en plus nombreuses s'élèvent chez les économistes, et au-delà, pour mettre en garde les pouvoirs publics contre un excès de rigueur et/ou une rigueur généralisée.

L'Allemagne, on le sait, a inscrit dans sa Constitution le passage à un déficit structurel quasi nul (0,35% de son produit intérieur brut) à partir de 2016 et elle a d'ores et déjà obtenu que  certains de ses 16 partenaires de la zone euro suivent son exemple.

Or, dans une note diffusée le 7 septembre 2011, Henri Sterdyniak et Catherine Mathieu, chercheurs à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), observent que la règle d'or allemande  n'en est pas une. Et surtout, ils indiquent que la "vraie" règle d'or des finances publiques, énoncée par Paul Leroy-Beaulieu à la fin du XIXème siècle, reconnaît à l'Etat le droit d'avoir un déficit tant qu'il finance l'investissement public.

Il ne va donc pas de soi ni du point de vue de l'économie classique, ni, bien entendu, du point de vue de la théorie keynésienne, qu'il faille se fixer pour objectif d'avoir un solde nul des finances publiques. Le "bon" niveau de déficit structurel dépend de la situation économique.

"Un déficit de 2,3% du PIB correspondait à la vraie règle d’or en 2006 pour la France ; un déficit de 7,5% du PIB  était nécessaire en 2009, compte tenu de la situation économique", précisent les deux auteurs. Et d'ajouter en bons keynésiens : "dans une situation de faible croissance, de fort chômage, où les taux d’intérêt sont déjà très faibles (le 1er septembre, la France s’endettait à 10 ans à 2,9%), la priorité n’est pas de réduire le déficit public mais de soutenir la demande privée".

Ces interrogations ne sont pas limitées aux seuls keynésiens. Ainsi Christian de Boissieu, professeur associé à Paris-I, confesse-t-il ne pas savoir "d'où les Allemands sortent leur chiffre de 0,35% ni à quoi il correspond". "La règle d'or allemande pose des problèmes, en particulier parce qu'elle ne reconnaît pas à l'Etat le droit d'emprunter pour investir  et parce qu'elle implique, à terme, un taux d'endettement public tendant vers zéro, ce qui est absurde",  analyse Patrick Artus, directeur de la recherche économique de Natixis. Et de pointer d'autres règles moins "simplistes", comme l'interdiction de financer par la dette les dépenses publiques courantes.

Autrement dit, il n'y a aucune raison de faire "le concours de celui qui réduira sa dette le plus vite", selon l'expression d'Arnaud Montebourg, et Martine Aubry trouvera dans la littérature économique de solides arguments à opposer à François Hollande sur la nécessité ou pas de se fixer un objectif de zéro déficit des finances publiques en 2017.

Le cas de la Grèce retombée en récession deux ans après un premier plan d'austérité montre que le rétablissement de la soutenabilité des finances publiques exige du temps et un certain doigté. "Lorsque l'on va trop vite et trop loin, on casse la croissance et on aggrave le ralentissement économique ou on accentue la récession", observe Christian de Boissieu.

Si, comme le confirme Philippe Aghion, professeur d'économie à Harvard et à l'école Polytechnique, "il n'existe pas à proprement parler de définition de la rigueur", les pays sinon les plus rigoureux, du moins " les plus vertueux" sont, à ses yeux, "ceux qui ont des faibles niveaux moyens de dette publique ou de déficits publics sur PIB et qui de surcroît mènent des politiques contracycliques (augmentation des déficits en récession, réduction des déficits en période d'expansion), ce qui leur permet de minimiser les conséquences du cycle économique sur l'emploi et les investissements de croissance".

Christian de Boissieu  met pour sa part en avant au moins trois indicateurs utiles pour donner un contenu à la rigueur, ce terme emprunté aux politiques (de Raymond Barre à François Fillon en passant, bien sûr, par le socialiste Pierre Mauroy et son fameux tournant de 1983 ) : la baisse des salaires nominaux et des salaires réels (donc du pouvoir d'achat) , la caractère restrictif des politiques budgétaire et monétaire et leurs coûts d'ajustement économiques et sociaux, qui peuvent être extrêmement élevés (les Irlandais, les Grecs et les Portugais en savent quelque chose).

Si la rigueur peut se retourner contre la croissance et, dans les cas extrêmes, contre le redressement des comptes publics, sa généralisation, au même moment, à l'ensemble des pays de la zone euro, déjà affectés par le ralentissement économique mondial, ne peut qu'engendrer une spirale dépressive, alerte un nombre croissant d'économistes.

Dans son édition du 15 septembre, l'International Herald Tribune rapporte qu'un des membres du comité de politique monétaire de la Banque  d'Angleterre est un économiste américain, Adam Posen. Et que ce spécialiste du Japon et de ce qu'on appelle souvent sa "décennie perdue" met en garde depuis des semaines cette instance et les pouvoirs publics en Europe et aux Etats-Unis contre les risques de répétition des erreurs des années 1930, à savoir amplifier le ralentissement économique par des politiques monétaires encore trop conventionnelles et par des coupes budgétaires.

Que la Banque d'Angleterre tolère semblable énergumène en son sein alors que le premier ministre britannique, le conservateur David Cameron, plaide pour un Etat minimal et fait des coupes claires dans les dépenses publiques, montre bien, s'il en était besoin, à quel point les réponses aux problèmes de l'heure sont peu évidentes

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22