Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 14:05

 

Rue89 - La Liberté 27/06/2012 à 15h0
Thierry Jacolet | La Liberté
Deux tiers de la population survit grâce aux rations étatiques. Mais elles vont fondre avec la sécheresse inédite qui détruit les récoltes depuis avril. Inquiétudes internationales.

Emballage de biscuits dans une usine de Pyongyang, soutenue par le PAM des Nations unies, le 18 février 2005 (Gerald Bourke/PAM/AFP)

 

L’accession au pouvoir de Kim Jong-un en décembre dernier n’a rien changé : la Corée du Nord reste incapable de nourrir en suffisance sa population. Pendant que Pyongyang abreuve l’étranger d’images de la mine rondelette du « leader suprême du parti et de l’armée », les habitants crèvent de faim en silence.

La pénurie alimentaire s’est même aggravée ces derniers mois. Au point que le Programme alimentaire mondial (PAM) alerte. « On est entré dans le seuil d’urgence », prévient la porte-parole Elisabeth Byrs.

« Les services de santé du pays ont fait état d’une augmentation de 50% à 100% de la malnutrition aiguë en 2011 par rapport à l’année précédente, une forte hausse des faibles poids de naissance et une augmentation du nombre d’œdèmes avec gonflement des deux pieds, un symptôme de la malnutrition. »

Près de trois millions de personnes ont besoin d’une aide d’urgence, avertit l’ONU.

Riz et maïs touchés

La situation est d’autant plus préoccupante qu’une sécheresse d’une ampleur inédite en cette période de l’année sévit depuis fin avril, notamment sur la côte ouest, grenier à blé du pays.

L’ONU estime que 17% des terres agricoles sont touchées. Seul un dixième des pluies habituelles est tombé. Les récoltes des aliments de base – riz, maïs et orge – mais aussi de pommes de terre et de céréales sont déjà sévèrement touchées.

Pour ne rien arranger, le pays est entré dans la saison sèche qui court de mai à octobre, une période qui menace habituellement la sécurité alimentaire. « On craint une diminution du rendement agricole global qui souffre déjà d’un déficit annuel d’environ 400 000 tonnes », précise Jérôme Sauvage, coordinateur de l’ONU basé à Pyongyang.

« Un écart plus grand pourrait signifier une réduction sévère de la ration alimentaire de la population. »

C’est que les habitants ne dépendent que de la distribution publique pendant cette saison sèche. Près des deux tiers de la population, soit 16 millions de Nord-Coréens, survivent grâce aux rations bimensuelles données par le gouvernement. Des rations qui sont toutefois passées de 150 grammes par habitant et par jour en 2011 à 400 grammes en mai dernier.

« L’approvisionnement en céréales a connu une amélioration marginale l’an passé », souligne Elisabeth Byrs. « Mais pas pour ce qui est des légumineuses et les autres aliments nutritifs. »

Ces portions composées de riz, de maïs et d’orge restent toutefois en dessous des 573 grammes visés par le gouvernement. « Et elles risquent bien de diminuer ces prochains mois avec la conjonction sécheresse-saison sèche », s’inquiète la porte-parole.

Les enfants sont les premières victimes du déficit chronique de nourriture en terme de quantité et de diversité. Près d’un tiers des jeunes de moins de 5 ans sont atteints de rachitisme. En particulier ceux qui vivent dans les zones rurales où les conditions sanitaires sont déplorables.

Enfants sous-alimentés

Jérôme Sauvage s’en est rendu compte lors de visites récentes des hôpitaux, orphelinats et écoles maternelles du pays :

« Les autorités nous ont montré des bébés qui auraient dû être capables de se tenir assis. Mais ils avaient de la difficulté à le faire tout comme tenir une bouteille de lait.

J’ai vu des enfants dont on m’avait dit qu’ils étaient âgés de 9 ans, mais présentaient des signes physiques, notamment leur dentition, montrant qu’ils étaient plus âgés, probablement 13 ou 14 ans. Ils étaient évidemment sous-alimentés. »

La nourriture est pourtant essentielle pour les enfants en bas âge, rappelle Elisabeth Byrs :

« Dans les 1 000 premiers jours de la vie, leur cerveau et leur squelette se construit. Ils doivent être bien nourris au risque d’être marqués à vie et d’avoir un taux de mortalité plus élevé. »

Jérôme Sauvage abonde :

« Cette situation s’inscrit dans une crise alimentaire chronique qui perdure et dont les effets ont tendance à passer de génération en génération. C’est ce qui est préoccupant.

Les mères en sous-alimentation transmettent à leur enfant tout un ensemble de caractéristiques influencées par la malnutrition, comme les maladies chroniques. Ce qui aura des effets sur le développement de l’enfant que ce soit au niveau cognitif ou de l’apprentissage. »

Le PAM pallie les déficiences de l’Etat, en distribuant des rations de biscuits et des aliments mélangés qui couvrent les deux tiers des besoins quotidiens en micro-nutriments et en protéines. Un apport de 400 calories dans le régime quotidien très pauvre des habitants.

Aide à 2 millions de gens

Le PAM a décidé de redoubler d’efforts ces prochains mois dans les hôpitaux, orphelinats, jardins d’enfants et écoles. « La tâche reste énorme sur place », glisse la porte-parole. Une opération va être lancée dans 82 comtés à la fin juin pour deux millions de femmes, enfants et personnes âgées. De son côté, l’ONU a aussi lancé un appel aux dons : il faudrait 198 millions de dollars pour couvrir les besoins en Corée du Nord en 2012.

Le gouvernement ? Pas question pour lui de parler de crise. « J’ai discuté avec des membres du ministère des Affaires étrangères du pays et ils ont exprimé leur inquiétude et leur espoir pour la pluie bientôt », confie Jérôme Sauvage. A part prier le ciel, le gouvernement mobilise la population pour accélérer l’irrigation des champs. Une grande partie de la population s’y colle. Même les fonctionnaires, ouvriers et étudiants sont de corvée. « Actuellement, le gouvernement plante là où trop de plantes ont flétri par manque d’humidité. Il irrigue en utilisant des pompes et le travail manuel », poursuit le coordinateur de l’ONU.

La Corée du Nord aurait dû recevoir l’aide promise par les Etats-Unis de 240 000 tonnes de nourriture aux enfants et femmes enceintes, en échange d’un moratoire sur ses activités nucléaires balistiques. Ce qui n’a pas empêché les autorités de procéder à un tir balistique en avril dernier. Washington a suspendu l’aide illico. Entre le programme nucléaire et son peuple, Pyongyang a fait son choix.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22