Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 18:35

 

Source : www.rue89.com

 

 

Rebelles un jour 24/12/2013 à 16h40

La leçon punk des Pussy Riot

Renée Greusard | Journaliste Rue89

 


En Russie, Nadezhda Tolokonnikova, membre des Pussy Riot, sort de prison, le 23 décembre 2013 (Tatyana Vishnevskaya/AP/SIPA)

 

Deux ans qu’elles étaient dans des camps pour leur « prière punk » contre le président Vladimir Poutine. Ce lundi, Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont été amnistiées et libérées.

Elles rejoignent Ekaterina Samoutsevitch, libérée elle en octobre parce qu’elle n’avait pas eu le temps de participer à la prière punk.

On aurait pu penser que les Pussy Riot se tiendraient à carreau. On redoutait qu’elles remercient le tsar Poutine et enfilent des bas de contrition. Au lieu de ça, elles ont rouvert les hostilités. Punk un jour, punk toujours. Elles donnent une bonne leçon de persévérance.

                                                                                                                                                                                                                             1 La libération, une opération de com de Poutine

 

Au New York Times, Alekhina a dit :

« Je pense que c’est une tentative d’embellir un peu l’image du gouvernement actuel, avant les Jeux de Sotchi, particulièrement auprès des Européens. Mais je ne considère pas que ce soit un geste humain ou miséricordieux. »

                                                                                                                                                                                                                             2 Elles auraient préféré y rester

 

Dès qu’elle est sortie, Nadejda Tolokonnikova a estimé l’amnistie et sa libération inacceptables.

Alekhina a précisé que seuls 10% des détenus en profiteraient et a déclaré à un journaliste du Figaro :

« Si j’avais eu ne serait-ce qu’une petite possibilité de refuser cette amnistie, je l’aurais fait, insiste-t-elle. Mais je n’ai été qu’un corps, que l’on a déplacé. »

Les officiels l’ont, dit-elle, forcée à quitter la prison. Elle aurait préféré finir sa peine normalement.

 


Maria Alekhina, membre des Pussy Riot, le 23 décembre 2013 (Filipp Romanov/AP/SIPA)

                                                                                                                                                                                                                             3 Elles se foutent de la gueule de Poutine

 

A la radio des Echos de Moscow, Nadejda Tolokonnikova a dit :

« Il m’ont mise à ’intérieur, ils me laissent sortir. L’un de ces faits était drôle, l’autre ne l’est pas moins. [... ]

Nous aurions pu tout aussi bien rester en détention jusqu’à la fin de notre peine, sans ce geste humoristique des autorités. »

                                                                                                                                                                                                                             4 Pas décidées à se taire sur les conditions de détention

 

Dès qu’elle est sortie, Maria Alekhina s’est rendue dans les locaux du Comité contre les tortures. Là, elle a évoqué le sort de ses co-détenues :

« Le plus dur en prison était de voir comment ils cassent les gens. »

                                                                                                                                                                                                                             5 L’une d’elles a porté plainte contre la Russie

 

La première des trois Pussy Riot libérées, Ekaterina Samoutsevitch, a porté plainte, le 10 octobre dernier contre la Russie, devant la Cour européenne des droits de l’homme, au sujet de ses conditions de détention. Son avocate avait notamment expliqué à l’époque :

« Elles dormaient peu durant la journée, ne mangeaient pas du tout et ne buvaient pas. Du point de vue de la Convention européenne, c’est un traitement inacceptable pour des personnes incarcérées. »

                                                                                                                                                                                                                             6 Elles recommenceraient

 

Interviewée par une foule de journaliste, Maria Alekhina n’a rien regretté de ces actes et a même ajouté au sujet de la prière punk :

« Non seulement on recommencerait, mais on la chanterait jusqu’au bout ! »

 

 

Source : www.rue89.com

 


Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Russie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22