Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 23:24

 

Le Nouvel Observateur

Publié le 09-08-11 à 17:47    Modifié le 10-08-11 à 10:33     par Donald Hebert     

 

La chute des cours de la bourse fait suite à l'inquiétude des investisseurs sur l'ampleur de la dette de certains pays, qui pour renflouer les banques se sont financés sur les marchés des obligations. Explications par Donald Hebert.

 

Les marchés asiatiques poursuivaient mardi leur chute, après avoir déjà décroché la veille avec les places européennes et américaines, malgré la mobilisation des dirigeants et des banquiers centraux qui s'efforcent de calmer les marchés, angoissés par le spectre d'une nouvelle crise. (c) Afp Les marchés asiatiques poursuivaient mardi leur chute, après avoir déjà décroché la veille avec les places européennes et américaines, malgré la mobilisation des dirigeants et des banquiers centraux qui s'efforcent de calmer les marchés, angoissés par le spectre d'une nouvelle crise. (c) Afp

Qu'est-ce qu'une obligation ?

- L'obligation est le contrat qui définit les modalités de remboursement (taux d'intérêt et échéance) d'un emprunt. Ce titre est donné au prêteur qui peut le revendre sur le marché obligataire. C'est un placement supposé moins risqué qu'une action.

 

Pourquoi la dette souveraine est-elle notée ?

- La dette souveraine est l’ensemble des emprunts réalisés par un Etat : les crédits bancaires, les emprunts à d’autres Etats, et les titres émis par le Trésor public.

Ces derniers peuvent être échangés sur le marché des obligations. Leur valeur est alors soumise à la loi de l'offre et de la demande, la majorité des acheteurs et des vendeurs se basant, pour déterminer le juste prix, sur la capacité des Etats à rembourser. Cette information est donnée par la note de la dette de l'Etat.

 

Quels sont les Etats les plus endettés ?

- Parmi les états les plus endettés du monde, on trouve le Japon (229% du Produit intérieur brut), la Grèce (152%), la Jamaïque (137%), le Liban (134%), l'Italie (120%), l'Irlande (114%), l'Islande (103%), et les Etats-Unis (100%).

La dette de la France représente 88% de son PIB. Mais selon Standard and Poor's, la France est dans une perspective stable. Ce n'est pas forcément les plus endettés qui inquiètent le plus les marchés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui sont les pays les mieux notés ?

- Les acteurs financiers suivent les indications des trois grandes agences de notation que sont Standard and Poor's, Moody's et Fitch.

La France a la note maximale chez les trois agences (AAA), contrairement aux Etats-Unis, dont la note de la dette vient d'être dégradée chez Standard and Poor's (de AAA à AA+).

Les pays qui disposent, comme la France, de la meilleure note chez les trois agences sont : l’Allemagne, l’Autriche, le Canada, le Danemark, la Finlande, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, Singapour, la Suède et la Suisse.

L'Australie a la note de AA+ chez Fitch et la meilleure note chez les deux autres agences.

Le Japon, l'Irlande et l'Espagne ont perdu leur triple A chez l'ensemble des agences de notation.

La Grèce est le pays le moins bien noté, avec la note CC chez Standard and Poor's, derrière la Jamaïque, Grenade, Bélize, l'Equateur et le Pakistan (B-).

 

Pourquoi y a-t-il une crise ?

- Pour sauver les banques lors de la crise financière de 2008, les Etats leur ont prêté une grande quantité d'argent. Ils ont dû emprunter en masse, émettant ainsi de nombreuses obligations sur les marchés.

En raison de la situation économique, peu encourageante, les obligations de dette de certains pays (Grèce, Portugal, Irlande, Espagne, Italie) se sont retrouvés trop nombreuses et peu désirées, ce qui a fait chuter leur cours.

Or, le taux d'intérêt de l'emprunt augmente lorsque la valeur de l'obligation diminue. Les pays dont les obligations sont les moins désirées, celles qui ont les moins bonnes notes, ont vu les taux d'intérêts de leurs emprunts augmenter.

Emprunter leur coute plus cher, alors que ces pays ont d'autant plus besoin de liquidités pour relancer la croissance de leur économie, financer les mesures sociales, et réduire leur déficit pour, à terme, réduire leur dette.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que signifie restructurer la dette ?

- Lorsqu'un pays est sur le point d'être en défaut de paiement, il peut être préférable de restructurer sa dette, pour qu'il puisse s'en acquitter d'une partie plutôt que rien du tout. Le pays rachète alors sa dette à l’aide d’un nouvel emprunt avec des conditions plus avantageuses : un délai de remboursement - on parle alors de rééchelonnement - ou des taux d’intérêts plus bas.

 

Qu'est-ce qu'un défaut de paiement ?

- Lorsqu’un pays n’honore pas un ou plusieurs emprunts, on dit qu'il est en défaut de paiement. S’il s’agit de restructurer la dette, comme en Grèce, on parle de défaut partiel.

 

Comment la BCE tente d'aider les pays dont la dette souveraine pose problème ?

- La Banque centrale européenne a relancé son programme de rachat d'obligations qu'elle avait déjà activé pour la Grèce, le Portugal et l'Irlande en mai 2010. Elle avait alors racheté pour près de 70 milliards d'euros. Cette fois, ce sont les dettes de l'Italie et de l'Espagne qui sont dans le collimateur des marchés.

En achetant des obligations sur les marchés, elle espère faire remonter leur prix et ainsi faire baisser les taux d'intérêts des emprunts italiens et espagnols. Cette action vise un effet d'entraînement psychologique des investisseurs car, compte tenu des volumes concernés, la BCE ne dispose pas du mandat politique pour injecter les sommes d'argents permettant une remontée mécanique des cours, les dettes espagnoles et italiennes étant bien plus importantes que les dettes grecques ou portugaises.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi la BCE intervient si tard ?

- Selon l'économiste Anton Brender, les Etats interviennent trop peu et trop tard. La BCE joue les pompiers. Son intervention est freinée par certains pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas ou la Finlande, dont les finances publiques ont été rétablies au prix d'une grande rigueur, et qui refusent de payer pour leurs voisins plus laxistes. Ces pays réclament la mise en place de mesures d'austérité de la part des pays aidés. Ils ont toutefois intérêt à leur venir en aide car ce sont leurs partenaires commerciaux.

L'intervention de la BCE pose une nouvelle fois la question de l'avenir politique de l'Europe. La mutualisation des risques liés à la dette pourrait se faire via l'émission d'obligations européennes (on parle d'"eurobligations" ou en anglais d'"eurobonds"). Mais leur création est conditionnée à la convergence des politiques budgétaires européennes, qui suppose la mise en place d'un gouvernement économique à l'échelle européenne.

 

Sur quoi se basent les agences de notation ?

- Moody’s, Standard and Poor’s et Fitch ratings évaluent la capacité des entreprises - mais aussi des régions, des villes, de certaines administrations – et des Etats à rembourser leur dette. Pour noter la dette d'un pays, les agences se basent sur ses fondamentaux économiques.

Elles intègrent également des éléments politiques. Ainsi, Standard and Poor's, qui a dégradé pour la première fois la note des Etats-Unis, a sanctionné l'incapacité du gouvernement américain à prendre les mesures nécessaires au rétablissement de ses finances publiques. Barack Obama affirme que les Etats-Unis mériteront toujours un triple A, mais avec des dépenses trop grandes par rapport aux recettes, le déficit se creuse chaque année, alourdissant la dette, qui croît plus rapidement que le Produit intérieur brut. Dans ces conditions, le risque que les Etats-Unis ne remboursent par leurs emprunts est un peu moins faible qu'auparavant.

Les agences se basent également sur des élements conjoncturels, comme l'attitude des marchés vis-à-vis d'un pays. Ainsi, elles ont intégré dans leur notation les difficultés qu'a la Grèce à se financer sur les marchés, puisque l'augmentation des taux d'intérêts la pénalise.

 

Pourquoi accuse-t-on les agences d'être des pompiers pyromanes ?

- La dégradation de la note d’un pays augmente mécaniquement les taux d’intérêts de ses emprunts sur les marchés financiers. Plus ces taux sont hauts, plus rembourser la dette coûte cher...et plus la note risque d'être dégradée.

Ainsi, en cas de crise dans un pays, le système de notation prend la forme d'une spirale infernale où les notes sont des "prophéties autoréalisatrices". Les agences sont alors accusées d'être des "pompiers pyromanes".

Lorsque l'économie d'un pays se porte bien, l'effet inverse se produit. La note positive fait baisser les taux d'intérêts, ce qui permet aux pays de se financer à moindre coût. On a également reproché aux agences de surnoter certains pays, comme les Etats-Unis qui, malgré l'ampleur de leur dette, sont très bien notés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les agences de notation sont-elles crédibles ?

L'indépendance de Moody's, Standard and Poor's et Fitch est souvent mise en doute en ce qui concerne les notes décernées dans le secteur privé, car elles tirent la grande majorité de leur revenus des banques qu'elles notent.

De nombreux économistes, qui estiment que les acteurs financiers accordent trop d'importance aux notes des pays, rappellent souvent que ce ne sont que des informations parmi d'autres. C'est cet argument que les agences de notation ont elles-mêmes employé pour se déresponsabiliser après la crise de 2007, alors qu'elles avaient largement surévalué les subprimes, dont la dépréciation a emporté l'économie mondiale.

Cependant à l'heure actuelle il n'existe pas d'alternative aux agences de notation, qui tentent malgré certaines erreurs de prendre une photographie dynamique de la situation d'un pays ou d'une entreprise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers une agence de notation publique européenne ?

- Concernant la notation des dettes souveraines, la création d'une agence européenne publique est en cours de réflexion à Bruxelles. Se pose alors la question de son indépendance vis-à-vis des administrations qu'elle va noter.

C'est le problème que rencontre l'agence chinoise Dagong, qui note certaines dettes souveraines depuis 2010, et dont l'objectivité de l'agence n'est pas encore établie, car elle attribue une moins bonne note aux pays européens et aux Etats-Unis que ses concurentes, mais une note supérieure à la Chine.

Pour éviter que la question de l'indépendance ne se déplace dans le secteur publique, certains élus, comme l'eurodéputé Vert Pascal Canfin, imaginent la création d'un système d'appels d'offres publique destiné aux agences privées, ce qui permettrait de rompre le lien commercial entre les agences et les institutions notées, tout en évitant les éventuelles pressions de l'administration.

 

Donald Hebert - Le Nouvel Observateur


Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22