Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 14:47

 

 

Rue89

01/07/2013 à 15h59
Sophie Caillat | Journaliste Rue89



Quel rapport entre le stade de Lyon et ce parking à Biarritz ? Leurs opposants, qui dénoncent l’impact écologique, le gaspillage d’argent et le manque de concertation.

 

Quoi de commun entre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et le golf de Fontiers-Cabardès, dans l’Aude ? Tous deux sont destructeurs de terres agricoles et mobilisent contre eux des citoyens qui les placent dans la liste des « grands projets inutiles et imposés » (GPII). Un large inventaire a été dressé par les lecteurs de la revue Silence dans son numéro de juin 2013.

revue Silence

Ce journal associatif, porte-parole des luttes écologistes depuis 1982, propose aussi un AlterTour des « petits projets grandement utiles », des alternatives concrètes en vue de faire naître un autre modèle de société.

Nous l’avons ajouté à la la carte des grands projet inutiles lancée par la revue Mouvements l’an dernier, avec qui nous avons monté ce partenariat.

Nous sommes conscients que ce classement divisera. Car pêle-mêle, vous trouverez dans cette carte :

  • le renforcement des radiers de la centrale de Fessenheim, jugé inutile parce que le site est amené à fermer ;
  • la construction de nouvelles tours à la Défense qui nécessite la destruction de logements ;
  • ou le « Village des marques » en construction à Honfleur.

A chaque fois, élus et concessionnaires s’entendent pour juger « utiles » des investissements que des citoyens refusent de se faire imposer. Ceux qui dénoncent des dépenses excessives pour des créations d’emplois illusoires, des bâtiments pharaoniques à l’impact écologique certain portent une vision un brin décroissante de l’avenir, comme en témoigne Geneviève Coiffard, militante contre l’aéroport Notre-Dame-des-Landes (Acipa) et à Attac, dans Silence :

« Les GPII se voient promus solutions à la crise systémique que nous vivons en ramenant la “croissance” ; pourtant, c’est l’aggravation de la crise qu’ils engendrent, en creusant la dette et enfermant les collectivités territoriales dans des montages financiers calamiteux. Les banques se régalent d’accorder à des projets privés des prêts bénéficiant de la garantie des Etats. »

« Un recul de l’autorité »

Chaque fois, l’« utilité » d’un projet est discutable, mais comme le dit le sociologue Jean Viard lors d’une interview au Monde dans un dossier sur ces « nouvelles frondes », ce qui est nouveau, c’est quelle soit discutée :

« L’idée qu’il existe une vérité s’est affaiblie. Avant, il y avait le primat de l’ingénieur. Les polytechniciens avaient le pouvoir. Aujourd’hui, il y a un net recul de l’autorité et de la chose jugée, un rejet des grands corps, des hiérarchies. La société est beaucoup plus horizontale.

Le vertical, c’était le pouvoir du patron, du prêtre, du père... du Président et aussi des énarques qui encombrent les cabinets ministériels ! Nous vivons dans une société de liberté, de réseaux, et le monde politique – en particulier le PS et l’UMP, deux partis très verticaux – s’est très mal adapté à cette nouvelle réalité. »

LGV

Jean-Marc Ayrault vient de donner raison, sans le vouloir, à ces frondeurs. Le Premier ministre a jugé qu’il était « irréaliste financièrement et techniquement » d’avoir imaginé qu’on pourrait investir 250 milliards d’euros dans les vingt prochaines années dans des lignes à grande vitesse.

Et annonce qu’il suivra les recommandations de la commission Mobilité 21  « pour un schéma national de mobilité durable » et reporte de facto la construction de lignes de train à grande vitesse pour les tronçons : Limoges-Poitiers, Paris-Lyon via Orléans et Clermont, Bordeaux- Espagne, l’allongement vers l’Alsace (phase 2), Montpellier-Perpignan, et Marseille-Nice.

Ainsi, à Bure, dans la Meuse, chaque réunion publique sur le projet de stockage des déchets nucléaires vire au fiasco. L’obstruction est devenue l’arme ultime.

Ailleurs, des militants occupent le terrain nuit et jour contre les pelleteuses. C’est le mode d’action choisir par la « Zone à défendre » (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes, et imité ailleurs :

  • contre la rocade Sud d’Avignon ;
  • contre un projet de scierie géante dans le Morvan ;
  • contre le grand stade de Lyon ;
  • contre des hypermarchés près de Rouen ou de Gonesse...

Si Jean-Marc Ayrault abandonnait « son » aéroport nantais, ce serait la première lutte environnementale victorieuse depuis Plogoff, la centrale nucléaire bretonne qui ne vit jamais le jour. Une victoire qui serait historique.

Réalisé avec Nicolas Pelletier.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22