Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 15:15

 

Rue89

 

Pas si drôle 14/07/2013 à 19h50
Philippe Vion-Dury | Journaliste Rue89

                                                                                                                                                                                                                           

Le jeune Américain, à l’origine du scandale Prism, est toujours retranché dans un coin de l’aéroport de Moscou, pris au piège des contorsions des Etats.

 

 


Edward Snowden, le 12 juillet 2013 à Moscou (Human Rights Watch//NEWSCOM/SIPA)

 

Edward Snowden a réitéré sa demande d’asile auprès des autorités russes après une réunion à huis clos avec treize représentants d’ONG de défense des droits de l’homme. Son objectif ne serait pas de rester à Moscou, mais d’obtenir un statut en règle pour pouvoir voler vers son nouveau pays d’accueil.

Nouvel acte de la farce Snowden donc. L’homme est coincé depuis vingt jours dans la zone de transit de l’aéroport moscovite Cheremetievo. Pourquoi ? Parce qu’il est recherché par Barack Obama, ennemi déclaré des lanceurs d’alertes, lâché par les adversaires de la puissance américaine (Chine...), et persona non grata chez les Européens.

La seule « solution » laissée au fugitif : se rendre dans l’un des pays qui ont officiellement accepté de lui octroyer l’asile politique. Sur les 21 demandes envoyées (dont une à la France), seuls le Venezuela, l’Equateur, la Bolivie et le Nicaragua ont dit « oui ». Il faudrait y ajouter la Russie, mais à titre provisoire semble-t-il.

Semble-t-il, car cette affaire s’est transformée en un véritable imbroglio diplomatique où chacun se contredit, voire se ridiculise.

Poutine roule des mécaniques puis...

Le ministre russe des Affaires étrangères a affirmé ce week-end que les autorités n’étaient « pas en contact avec Snowden », tandis que le chef du service des Migrations affirmait ne disposer « d’aucune demande [d’asile] faite par M. Snowden ».

Difficile à croire sachant que l’entretien de vendredi avec les ONG n’aurait certainement pas pu être organisé sans le concours des services russes.

On est en tout cas bien loin des premières déclarations de Vladimir Poutine qui, habitué à rouler des mécaniques, avait déclaré que la Russie ne « livrait jamais personne ». Finalement, Snowden peut rester mais à la condition qu’il « cesse de faire du tort » aux partenaires états-uniens.

Pourtant, lors de l’arrivée du fugitif à Moscou, Vladimir Poutine avait précisé : « Plus vite Edward Snowden choisira une destination, mieux cela vaudra, pour lui et pour la Russie. » Des contorsions diplomatiques qui rendent la position de Moscou incompréhensible.

Bal des hypocrites en Europe

Du côté de l’Europe, ce n’est guère plus clair. Si la plupart des pays ont reçu une demande d’asile, nombre d’entre eux se sont réfugiés derrière un argumentaire procédural et juridique. C’est le cas de l’Islande, d’abord pressentie terre d’accueil de l’informaticien avant d’invoquer la nécessité de se trouver sur le sol islandais pour déposer une demande recevable.

Sur le continent, on s’insurge face aux révélations du programme Prism – c’était avant qu’on apprenne que les Français, Britanniques et Allemands faisaient à peu près la même chose. On s’indigne d’apprendre que les ambassades et bureaux de l’Union européenne sont sur écoute. François Hollande a même exigé que « cela cesse immédiatement ».

Cela n’a pas empêché les pays européens de refuser l’asile à Snowden. L’excuse française ? Des problèmes sur des « éléments d’analyse juridique et de la situation de l’intéressé ». Le matin même, au micro de RMC, Manuel Valls affirmait pourtant n’avoir reçu aucune demande.

A Bruxelles, l’indignation semblait réelle, mais les appels au boycott sont restés lettre morte : les négociations transatlantiques ont bel et bien commencé, espionnage ou pas.

L’Amérique latine ? Encore faut-il y arriver

Finalement, c’est en Amérique latine que Snowden pourrait trouver son salut... s’il arrive à s’y rendre un jour. Car s’y rendre est bien le problème, comme l’a prouvé le désastre diplomatique avec le président bolivien la semaine dernière.

Tout est parti d’une simple rumeur : Edward Snowden se serait caché dans l’avion d’Evo Morales, qui faisait alors route vers La Paz après une conférence en Russie. L’engin a dû se poser en urgence à Vienne après que plusieurs pays européens – dont la France – lui eurent interdit leur espace aérien.

Cet événement, en plus d’avoir causé des violences à l’encontre des ambassades européennes en Bolivie et le rappel de plusieurs ambassadeurs, a surtout cimenté une ligue pro-Snowden.

 


Capture d’écran du Post : la carte du trajet « la longue route » (WashingtonPost.com)

 

Aussi solide soit le soutien de ces pays à sa cause, reste le problème du trajet. La demande d’asile provisoire à la Russie semble mener vers l’option d’un vol régulier, avec des papiers en règle, mais rien ne dit que l’avion ne sera pas détourné et arrêté.

Selon les experts du Washington Post, qui ont dressé cinq feuilles de vols, une seule semble en mesure d’amener le lanceur d’alerte à bon port. Une route longue, chère, que peu d’avion pourraient tenir jusqu’à destination.

 

 

MERCI RIVERAINS ! Pierrestrato

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22