Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 17:26

 

 

Source : www.mediapart.fr

 

 

Keystone XL: le pipeline géant qui fâche l'Amérique (1)

|  Par Thomas Cantaloube

 

 

 

Un oléoduc gigantesque venu du Canada doit traverser les États-Unis du nord au sud. Pour être finalisé, il attend l'approbation d'Obama. Mais c'est compter sans la mobilisation des citoyens, qui entendent empêcher le passage de ce projet. Première étape de notre reportage: la réserve indienne de Rosebud (Dakota du Sud), où les Amérindiens sont bien décidés à se battre pour que l'oléoduc ne voit pas le jour.

De nos envoyés spéciaux dans le Dakota du Sud.  Avant l’Ouest américain, cette terre de promesses et la fin de la frontière venue buter sur l’océan Pacifique, il y a les sommets enneigés des montagnes Rocheuses. Et encore avant, il y a les Plaines. Les élites des deux côtes appellent ce territoire « fly-over zone » (« la zone de survol aérien »), car il ne s’y passe jamais rien hormis quelques faits divers. La population y est parsemée, ni sexy ni riche, et il faut se sentir des affinités avec la culture du maïs sur des centaines de kilomètres de distance pour apprécier les paysages.

En résumé, le territoire des Plaines est l’Amérique profonde. Dans ce que cela a de péjoratif et de légèrement méprisant face à une population populaire plutôt conservatrice, refermée sur sa « community » et qui a plus vite fait de brandir sa bannière étoilée et sa bible que de citer de mémoire le discours de Martin Luther King « I have a dream… ». Mais cette Amérique profonde est également pleine d’un bon sens ancré dans le labeur et le respect de ses voisins, dans la perspective partagée de bâtir une vie meilleure. Une terre où un hamburger maison, un panier de frites et plusieurs pintes de bière avalés dans un bar avec des bikers et des fermiers représente l’activité idéale pour passer un vendredi soir…

 

Un ranch en territoire sioux sur la réserve de Rosebud 
Un ranch en territoire sioux sur la réserve de Rosebud © Jean-Marc Giboux

Les plaines sont un ensemble d’États qui votent majoritairement à droite depuis des décennies et se considèrent très « business friendly » (pro-entreprises, dirait-on en France). Autrement dit, c’est un endroit où la construction d’un pipeline, un de plus parmi les dizaines qui sillonnent déjà ce territoire, ne devrait pas représenter une grosse affaire, et encore moins un objet de polémique à résonance internationale. Et pourtant…

En 2008, la compagnie canadienne de services pétroliers TransCanada décide d’étendre son pipeline Keystone qui va du grand Nord canadien, dans l’Alberta, jusqu'au milieu des États-Unis, dans l’Illinois. Ce projet, baptisé Keystone XL (pour Export Limited, et non Extra-Large comme on serait tenté de le croire…), doit tracer une ligne quasi directe de 3 200 kilomètres depuis les gisements de sables bitumineux de l’Alberta qui sont en plein boom jusqu’aux raffineries texanes du golfe du Mexique.

Ce n’est pas le chemin le plus court pour exporter le pétrole lourd contenu dans les sables bitumineux – la côte Pacifique est plus proche –, mais c’est le plus facile : il n’y a pas les montagnes Rocheuses à franchir, il y a déjà un réseau d’oléoducs existant auquel se raccorder, les raffineries du sud des États-Unis sont opérationnelles et sont les rares capables de traiter ce genre d’hydrocarbure, et les habitants de la « fly-over zone » semblent plus réceptifs à un tel projet que les politiciens, les écolos, et les tribus indiennes du Canada. C’est, a priori, une affaire pliée…

 

Le parcours du pipeline 
Le parcours du pipeline

Sauf que, six ans plus tard, les 1 400 kilomètres de la partie centrale de l’oléoduc, qui va du nord du Montana au sud du Nebraska, au cœur des Plaines, n’ont pas encore vu le début d’une tranchée ou d’un point de soudure.

TransCanada avait besoin de deux choses capitales pour commencer à mettre les tuyaux sous terre : l’accord de la Maison Blanche (car avec le franchissement de frontière, il s’agit d’une question transnationale), et l’accord des propriétaires terriens sur le tracé du pipeline. Aujourd’hui, aucun des deux n’est garanti. Après s’être montré initialement favorable au projet, Barack Obama a, depuis, repoussé l’accord présidentiel à plusieurs reprises, mal à l’aise à l’idée d’autoriser une gigantesque artère pétrolière destinée à brûler encore plus d'hydrocarbures dans l’atmosphère au moment où la lutte contre le changement climatique, dont il s’est fait un champion, s’intensifie.

Quant à l’assentiment des propriétaires sur le parcours de l’oléoduc, il est devenu la principale pierre d’achoppement du projet. Au point qu’aujourd’hui, on voit mal comment celui-ci pourrait se réaliser sans une explosion de colère, voire de violence, considérable.

Embarquons donc sur la route centrale de ce pipeline. Ni dans les terres du grand Nord canadien, qui sont ravagées par des forages à ciel ouvert, ni jusqu’aux raffineries texanes qui ne rêvent que d’accueillir cet or noir sans se poser de questions. Embarquons plutôt pour ce territoire des Plaines où ce sont les citoyens qui font bouger les lignes (géo)politiques de cet ouvrage présenté comme un bond dans l’avenir, mais qui ressemble pourtant à un projet dépassé.

  • 1re étape, la réserve indienne de Rosebud (Dakota du Sud)

À défaut de posséder des manières (nous le verrons plus tard dans leurs transactions avec les ranchers), les ingénieurs de TransCanada sont des malins. Leur tracé du pipeline Keystone XL dans le Dakota du Sud ne traverse aucune réserve indienne, dans un État où il est pourtant impossible de tracer une ligne droite sans en croiser une. Il n’y a nul hasard à cela. Les réserves possèdent, en plus d’un fonctionnement collectif, leurs propres lois (limitées mais recouvrant généralement les questions foncières). Or les pétroliers canadiens ont senti qu’ils ne seraient pas accueillis dans les meilleurs termes par les descendants de Sitting Bull et Crazy Horse.

Ils avaient raison. Le projet de pipeline a beau savamment contourner les réserves, leurs résidents n’entendent pas laisser passer ce projet. C’est une vieille histoire qui se rejoue là. Une histoire dans laquelle les Amérindiens ont toujours perdu, mais jamais sans se battre.

Nous avons rendez-vous avec Aldo Seoane sur le parking d’un fast-food de Mission, au cœur de la réserve de Rosebud. C’est malheureusement le lieu le plus identifiable d’un territoire qui compte parmi les plus pauvres des États-Unis, où les commerces sont aussi rares que les voitures neuves. Aldo arrive dans un pick-up rouillé orné d’un poster « Non au pipeline ! » avec le dessin d’un serpent ondulant parmi les États des plaines.

 

Aldo Seoane et Wayne Frederick, qui se battent contre le passage du pipeline 
Aldo Seoane et Wayne Frederick, qui se battent contre le passage du pipeline © Jean-Marc Giboux

Aldo n’est pas né sur la réserve et n’est donc pas un Brûlé (le nom originel de la tribu est Sicangu Oyate, « cuisse brûlée »). Il a longtemps vécu en Californie avant de rejoindre sa mère sur la réserve, et c’est sans doute pour cela qu’il fait penser aux activistes écolos hyperconnectés et parfaitement capables de résumer la situation en quelques phrases : « Nous ne voulons pas de cet oléoduc pour quatre raisons. Premièrement à cause des conduites d’eau qui viennent du Missouri et qui nous alimentent pour la consommation et l’irrigation. L’oléoduc va les croiser et il y a donc des risques de fuite. Deuxièmement, nous n’avons pas été consultés, or nous sommes une nation souveraine. Troisièmement, ce projet va déplacer des reliques et traverser des sites mémoriels qui nous appartiennent. Quatrièmement, la construction de l’oléoduc nécessite un camp de travailleurs qui sera à proximité de la réserve, avec tout ce que cela signifie en matière d’augmentation des violences. »

Après nous avoir exposé la problématique et avalé un sandwich, Aldo nous emmène voir le président de la tribu. Indisponible ce jour-là, Cyril Scott a néanmoins tenu à nous recevoir dans son bureau. Nous lui parlons donc au téléphone face à une table et une chaise vide, devant plusieurs photos de lui, dont une en compagnie de Bill Clinton. « Ce n’est pas uniquement une question indienne : l’eau est notre bien le plus précieux et sans elle nous cessons d’exister, les Indiens sur la réserve, mais aussi les populations alentour, les fermiers et les éleveurs », explique-t-il au travers du combiné.

Dans le Dakota du Sud, le Keystone XL doit en effet croiser à deux endroits les aqueducs souterrains qui alimentent en eau la partie occidentale de l’État, dont les réserves indiennes de Rosebud et de Shannon ainsi que le territoire protégé des Black Hills. L’oléoduc et l’aqueduc vont se retrouver sous terre à quelques mètres de distance. En cas de fuite du premier vers le second, les conséquences seraient catastrophiques pour les habitants.

 

 

Paula Antoine s'inquiète de la violence induite par la construction du pipeline

«S’ils décident de construire leur pipeline, ils seront obligés de nous déloger»

L’autre question qui irrite Cyril Scott renvoie au passé des Indiens depuis 150 ans et à leur amère expérience d’avoir été ignorés, floués et cantonnés sur un minuscule bout de territoire qui leur appartenait autrefois en entier. « Nous avons signé des traités, notamment celui de Fort Laramie en 1868, de nation souveraine à nation souveraine, c’est-à-dire directement avec le président des États-Unis. Nous ne devrions pas discuter avec TransCanada mais avec Barack Obama ! » assure Scott. « Par ailleurs, ces traités ont été régulièrement bafoués, mais nous avons toujours la responsabilité des terres où passe le pipeline, même si elles nous ont été volées depuis. »

Les griefs des Brûlés sont parfaitement légitimes et compréhensibles, y compris dans ce que le passage du pipeline soulève de mémoires de spoliations et d’exterminations, mais comment les résidents de Rosebud entendent-ils se battre contre un objet qui ne traverse pas leurs terres ? La première hypothèse, sérieusement envisagée et déjà répétée, est de s’opposer physiquement au creusement de la tranchée. Des activistes de la côte est sont d’ores et déjà venus donner des leçons de « désobéissance civile » aux Indiens et, comme le dit Cyril Scott, « nous serions ravis d’avoir quelques prisonniers politiques pour illustrer la manière dont nos terres et nos traités sont violés… ».


Le camp indien d'Iwska, érigé sur le tracé du pipeline 
Le camp indien d'Iwska, érigé sur le tracé du pipeline © Jean-Marc Giboux

La seconde solution a consisté à dénicher, sur le cadastre morcelé des terres environnantes, une parcelle de terre appartenant à la réserve à proximité du tracé de l’oléoduc. Les Brûlés ont réussi à identifier un champ leur appartenant qui se situe à moins de 30 mètres de la future tranchée (la distance nécessaire au chantier). Ils se sont donc empressés d’y ériger sept tipis, correspondant aux sept tribus sioux lakota de la région, qui sont occupés en permanence et à tour de rôle par les habitants de Rosebud. « Ainsi, s’ils décident de construire leur pipeline, ils seront obligés de nous déloger, de nous chasser et d’abattre les tipis devant les caméras », explique Wayne Frederick, un immense gaillard qui s’occupe de la protection des bisons sur la réserve. « Nous n’avons que notre héritage auquel nous raccrocher. Nous avons nos terres, nos droits et peu importe si nous sommes pauvres, nous n’avons rien à perdre », résume-t-il en se réjouissant par avance de la confrontation entre les Indiens et les bulldozers de TransCanada.

Dans un coin de la parcelle nommée Iwksa (« là où ça tourne »), on aperçoit une hutte à sudation dans laquelle les Indiens se rendent occasionnellement afin de dialoguer avec les esprits. Il y a quelques semaines, un vieux sage de la tribu est resté plusieurs heures dans la hutte et en est ressorti avec une vision : la tribu remportait la victoire et le pipeline n’était pas construit. « Nous nous sentons encouragés », admet Aldo Seoane, qui nous a emmenés au camp et semble perdu dans la contemplation de la prairie qui s’étend à perte de vue.

Le mépris à l’égard des Indiens et l’accaparement de leurs terres appartiennent à une vieille histoire, en effet, mais elle resurgit à nouveau, ici même. Ce qui a changé aujourd’hui, c’est que les Indiens ne sont plus seuls. « Certains fermiers blancs se sont tournés vers nous et nous ont donné leurs terres parce qu’ils estiment que nous sommes mieux armés, y compris légalement, pour résister à la confiscation des terres et aux dangers que pose ce pipeline… », constate Aldo Seoane, sans même ironiser à l’égard de cette situation. « Certains habitants de la région disent aux fermiers : "Vous êtes les nouveaux Indiens !" Et nous sommes devenus leur recours… »

Russel Eagle Bear estime que les traités avec les Indiens sont une nouvelle fois violés

Prochaine étape : La résistance des ranchers du Nebraska

 

Lire aussi

 

Source : www.mediapart.fr

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22