Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 18:40

 

 

Marianne

Jeudi 4 Juillet 2013 à 14:34

 

Julie Thoin-Bousquié

 

Finalement arrivé en Bolivie, Evo Morales bénéficie désormais du soutien d’une grande partie de l’Amérique Latine face à l’Europe. Ce qui a conduit le Parlement bolivien à s’apprêter à demander l’expulsion d’ambassadeurs européens, malgré les « regrets » du gouvernement français suite à l’incident de mardi soir.


Evo Morales, soutenu par le peuple bolivien - Juan Karita/AP/SIPA
Evo Morales, soutenu par le peuple bolivien - Juan Karita/AP/SIPA

Si l’imbroglio diplomatique de mardi dernier aura bien permis une chose, c’est de renforcer les liens entre le président Evo Morales et le peuple bolivien. Après avoir patienté treize heures à l’aéroport de Vienne dans l’attente des autorisations de survol des territoires français, italiens, portugais et espagnols, suite à la « rumeur » selon laquelle Edward Snowden était à bord de son avion personnel, c’est en véritable héros que le président a été accueilli dans son pays, par des milliers de Boliviens.
 

Un soutien dont s’est félicité le chef d’Etat bolivien, qui a exprimé à son retour sa satisfaction devant « la grande unité du peuple, et sa réaction immédiate face aux tentatives d’intimidation impérialiste » et a félicité la réaction rapide de ses collaborateurs « pour défendre la dignité et la souveraineté, non seulement de la Bolivie, mais de l’ensemble du continent » sud-américain.
 

Car, si la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal ont fait bloc pour interdire ponctuellement le survol de leurs espaces aériens au président bolivien, qui revenait mardi soir d’une visite officielle en Russie, où se trouve actuellement l’analyste américain Edward Snowden, c’est une véritable union sacrée qui se semble en passe de se dessiner en Amérique Latine.
 

Après l’Equateur et le Venezuela, alliés traditionnels de la Bolivie, l’Argentine, le Chili et le Brésil, ainsi que deux organisations régionales, l’Alba (Alliance bolivarienne pour les Amériques) et l’Unasur (Union des nations sud-américaines) ont en effet manifesté leur mécontentement face à cet imbroglio diplomatique, dont ils soupçonnent qu’il ait été monté de toutes pièces par les Etats-Unis.


Pendant une cérémonie officielle, la présidente argentine Christina Kirchner a ainsi estimé qu’« un avion disposant d'une immunité absolue a été illégalement détenu dans la vieille Europe, ce qui constitue un vestige du colonialisme que nous pensions totalement dépassé. Ca n'a pas été seulement une humiliation pour la Bolivie, mais pour toute l'Amérique du Sud ».
 

Des appuis qui ont sans doute galvanisé le Parlement bolivien, qui va demander ce jeudi l’expulsion du pays des ambassadeurs de France, du Portugal et d’Italie, selon les déclarations de Galo Bonifaz, un député de la majorité bolivienne, à un site d’information locale, Oxigeno : « Nous allons solliciter la chancellerie pour qu'elle déclare persona non grata « ces trois ambassadeurs » par respect pour les Boliviens et plus que tout pour la vie d'un président ».


Une décision radicale qui ne semble pas avoir été infléchie par les paroles de Laurent Fabius, qui a « fait part des regrets de la France suite au contretemps occasionné pour le président Morales par les retards dans la confirmation de l'autorisation de survol du territoire par l'avion du président » selon un communiqué.
 

Au cours de l’entretien qu’il a eu avec son homologue David Choquehuanca, le ministre français des Affaires étrangères a également « souligné que l'autorisation de survol avait été confirmée dès que les autorités françaises avaient été informées que l'aéronef en question était celui du président Morales. Il a également indiqué qu'il n'y avait, naturellement, jamais eu d'intention de refuser l'accès à notre espace aérien à l'avion du président Morales, qui est toujours le bienvenu dans notre pays ».
 

L’inverse, en revanche, ne semble plus forcément valable. Mais, par chance, les négociations concernant le traité de libre-échange entre l'Europe et les Etats-Unis restent, elles, bel et bien d'actualité.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22