Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 17:06

 

Source : www.lemonde.fr

 

 

Hongkong : les manifestants posent un ultimatum à leur exécutif  Rassemblés devant le siège du pouvoir hongkongais, ils ont réclamé la démission du chef de l'exécutif d'ici jeudi soir, le gouvernement somme les manifestants de se disperser

Le Monde.fr avec AFP | 02.10.2014 à 06h37 • Mis à jour le 02.10.2014 à 18h11

 
 

 

Des policiers tentant d'évacuer des manifestants devant le siège de l'exécutif à Hongkong, jeudi 2 octobre.

 

A Hongkong, la tension est montée d'un cran entre les autorités et les manifestants prodémocratie, jeudi 2 octobre. Le gouvernement a demandé aux leaders étudiants de la « révolution des parapluies », qui exigent la démission du chef de l'exécutif avant minuit, de se « disperser pacifiquement le plus tôt possible », arguant que leur mouvement avait eu « de graves conséquences » pour la ville. Un appel qui sonne comme un ultime avertissement.

De brèves échauffourées ont éclaté jeudi après-midi lorsque des manifestants ont vu des policiers décharger des caisses en bois et des fûts en métal sur lesquels on pouvait lire, d'après des images relayées par les internautes, « Round, 38 mm rubber baton multi », des balles en caoutchouc, ou encore les lettres « CS », initiales de Corson et Stoughton, des projectiles de gaz lacrymogène. Du matériel qui laisse craindre un épilogue violent à ce mouvement de protestation.

L'Union européenne a exprimé jeudi sa « préoccupation » face à la situation, appelant toutes les parties à « continuer à montrer de la retenue »

 

DURCIR OU PAS LE MOUVEMENT

Plus tôt, près de trois mille personnes ont afflué devant le siège du pouvoir pour réclamer la démission du chef de l'exécutif, Leung Chun-ying. 

Lire son portrait : Leung Chun-ying, « le loup de Hongkong » dans le viseur des manifestants

A défaut, « nous envisagerons plusieurs actions différentes dans les prochains jours, comme l'occupation de bâtiments gouvernementaux importants », a averti Agnes Chow, l'une des dirigeantes du mouvement estudiantin. « Nous devons durcir le mouvement, a renchéri Jason Chan, un étudiant de 23 ans. Si on ne passe pas à la vitesse supérieure, ce mouvement est sans objet. »

Les manifestants sont cependant divisés sur l'idée de recourir à la force, le mouvement étant, depuis le départ, pacifique. Même lorsque la police a dispersé les rassemblements, dimanche, en faisant usage de gaz lacrymogènes et de gaz au poivre.

 

SUFFRAGE UNIVERSEL ET DÉMISSION DU CHEF DE L'EXÉCUTIF

Les manifestants, qui réclament l'instauration du suffrage universel plein et entier, font depuis cinq jours le siège des administrations gouvernementales entre les quartiers d'Admiralty et de Central, bloquant routes et carrefours. L'activité économique et la circulation en sont fortement perturbées.

Depuis le début du mouvement, la démission de Leung Chun-ying, accusé d'être une marionnette aux mains de Pékin, est l'une de leurs revendications. L'autre est le retrait d'une mesure, décidée par le pouvoir chinois, qui modifie le mode de désignation du chef de l'exécutif hongkongais : si Pékin envisage d'accorder le suffrage universel pour cette élection, il souhaite cependant garder le contrôle sur les candidatures.

Cette décision « antidémocratique » rompt, selon eux, des engagements pris par Pékin lors de la rétrocession de Hongkong à la Chine, en 1997, après cent cinquante ans de présence britannique.

Lire nos explications : Hongkong : pourquoi les « parapluies » se rebellent

 

 PÉKIN PEU ENCLIN À NÉGOCIER

« C.Y. », comme est surnommé à Hongkong le chef de l'exécutif, semble cependant d'autant moins enclin à négocier que Pékin lui a de nouveau apporté son soutien « ferme et intangible » par la voix du Quotidien du peuple, journal du Parti communiste chinois (PCC), au pouvoir.

Pékin entend bien ne pas se laisser dicter sa conduite, ni par les manifestants, ni par la communauté internationale. « Les affaires de Hongkong sont les affaires intérieures de la Chine », a lancé le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, alors que son homologue américain, John Kerry, le recevait à Washington mercredi. « Tous les pays doivent respecter la souveraineté de la Chine », a-t-il répété, alors que de nombreux rassemblements de soutien aux Hongkongais étaient organisés, mercredi, un peu partout dans le monde.

La Chine cherche par tous les moyens à se prémunir contre une contagion démocratique. Dernière mesure en date, le PCC a durci comme jamais la censure des réseaux sociaux, dénonçant des « extrémistes » qui violent la loi. Dans la même veine, des agents de voyage chinois ont averti un voyagiste hongkongais de l'annulation de toutes leurs visites de groupe à Hongkong, alors que de nombreux Chinois s'y rendent pour faire les magasins pendant la semaine du 1er au 7 octobre, communément appelée la « semaine d'or ».

Lire aussi : En Chine, l’écho étouffé des événements de Hongkong

 

 

Source : www.lemonde.fr

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Chine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22