Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 14:38

 

rfi.fr

Par Christine Siebert

 

 

A Notre-Dame-des-Landes, en novembre dernier, militants et forces de l'ordre s'étaient affrontés dans le bocage nantais.
A Notre-Dame-des-Landes, en novembre dernier, militants et forces de l'ordre s'étaient affrontés dans le bocage nantais.
Reuters/Stephane Mahe

                                                                                                                                                                                                                                    A Notre-Dame-des-Landes, les opposants organisent ce week-end du 3 et 4 août un grand rassemblement pour dire « non » au projet de l'aéroport du Grand Ouest, et « non » à une certaine vision de la société. Ce rassemblement estival est devenu traditionnel : il se tient pour la treizième fois, mais va prendre cette année une ampleur inégalée, affirment les organisateurs qui ont plus que jamais l'impression de pouvoir remporter la victoire.

Pas un coup de pioche sur le terrain destiné à l'aéroport du Grand Ouest. Tout est à l'arrêt depuis quelques semaines et les opposants se sentent pousser des ailes.

Dominique Fresneau, coprésident de la principale association d’opposants, ACIPA, avance pourtant des arguments plutôt terre à terre : « Pour moi, cet aéroport n'a aucune raison d'être. Il ne se fera pas. La commission qui a été mise en place cet hiver, et qui avait trois sous-commissions - la commission de dialogue, la commission scientifique et la commission agricole - a conforté nos arguments. Il faut maintenant qu'on continue à se mobiliser et que l'Europe s'implique aussi dans la lutte contre ce projet d'aéroport. La Commission européenne est attendue sur place vers le mois d'octobre. Pour nous, c'est très important. »

Or, de leur côté, les pro-aéroport sont sûrs que ce projet sera réalisé. Alain Mustière est le président de l'Association citoyenne pour la réalisation du nouvel aéroport (Acipran), il est aussi ex-président de la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes-Saint-Nazaire. Pour lui la construction de l'aéroport du Grand Ouest est une évidence : « Bien sûr, il va se faire. Parce qu'il y a des besoins par rapport à la saturation des installations actuelles et par rapport à l'avenir même de notre région. Le gouvernement a mis en place trois commissions de travail concernant différents aspects. Ces trois commissions ont rendu leurs conclusions et le gouvernement va répondre dans les quelques jours qui viennent à l'amélioration du projet. Mais le projet va se faire. »

 

Deux visions du monde opposées

Pour les « pro » comme pour les « anti », il ne s'agit pas seulement de la question portant sur la nécessité d’un nouvel aéroport, mais bien de savoir comment le monde doit évoluer. Pour Alain Mustière, il faut toujours plus d'avions pour que le monde bouge : « Le transport aérien, et le transport en général, est une question de mobilité, conforme d'ailleurs aux règles européennes qui sont pour la mobilité des hommes, des intelligences et des capitaux. Si on gèle les choses, plus rien n’avancera. Et on sera encore plus en récession. »

Ce genre de mobilité à tout prix pose justement problème aux opposants. Gilles Denigot, cofondateur de l'association des élus opposés au nouvel aéroport, a été également conseiller général des Verts de Loire-Atlantique pendant plusieurs années. Il rappelle les limites de la planète : « On est dans le gigantisme permanent, toujours plus haut, plus vite, plus loin. On est dans le toujours plus de la mobilité, sans s'interroger sur la finalité des productions, des choix d'infrastructures et des modes de vie. On fait comme si cela était toujours possible à l'infini, sans se soucier le l’état dans lequel on va laisser à la fois les finances publiques et la planète du point de vue environnemental. »

Dominique Fresneau est du même avis. Pour lui, c'est une lutte pour un monde durable, et en même temps pour une société qui partage : « Les gens ont envie de quelque chose qui dure. Qu'on arrête les gaspillages, qu'on arrête aussi l'exploitation sociale, partout à travers le monde, mais aussi en Europe, pour qu'il y ait plus d'équité et de partage des richesses. Tout cela amène en même temps une réflexion sur la nourriture. Que veut-on faire de la Terre ? Est-ce qu'elle doit rester nourricière ou doit-on la bétonner sans arrêt ? »

Ces questions seront abondamment débattues ce week-end où 50 000 opposants sont attendus à Notre-Dame-des-Landes pour des forums de discussions, des expositions, projections et concerts.

tags: Environnement - France - Jean-Marc Ayrault
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22