Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 18:47

 

Source : www.reporterre.net

 

Etats-Unis : la crise revient

Jean Gadrey

mardi 15 juillet 2014

 

 

 

Selon le dogme officiel, la reprise de l’économie s’amorcerait. La prédiction repose sur la conviction que l’activité repart aux Etats-Unis, la première économie mondiale. Mais celle-ci accumule les mêmes ingrédients qui avaient conduit à l’effondrement de 2008...


Dernier épisode de cette série « Yes, they can ». Ils (les 1 %) pourraient bien être à l’origine d’un effondrement financier plus grave que le précédent. Propos d’un Cassandre direz-vous, alors que le taux de chômage officiel est de 6,1 % et que, de 2010 à 2013, la croissance annuelle est restée comprise entre 2 % et 2,8 %, ce qui ferait rêver nos dirigeants ? Il y a bien eu cette mauvaise nouvelle d’une chute brutale de 2,9 % du PIB américain au premier trimestre 2014, mais la Maison Blanche a promis un beau rebond dès le deuxième trimestre. Il n’est pas exclu que cela se produise. Là n’est pas le problème.

Car derrière ces chiffres on en trouve d’autres, non conjoncturels, qui portent sur des tendances de fond. L’obsession de la conjoncture rend aveugle. Après tout, la crise qui a (vraiment) démarré en 2008 avait été précédée, elle aussi, par une belle croissance et un faible taux de chômage officiel. Or les données qui suivent ressemblent pour certaines à celles dont on disposait en 2007.

 

MARCHE DU TRAVAIL ET SALAIRES

Le rôle du marché du travail et des salaires est crucial, même si d’autres facteurs interviennent. Commençons par l’évolution des salaires horaires réels (déduction faite de l’inflation) entre le début de 2009 et la fin de 2013, par déciles (source : Economic Policy Institute, Issue Brief n° 374, janvier 2014). Ils ont plongé pour tous les déciles, surtout ceux du bas de l’échelle, la seule exception concernant les 5 % les plus élevés. Et pendant ce temps, la productivité horaire du travail (avec toutes les limites de cette mesure) progressait de 4,8 % sur cette période…

Cette chute des années 2009-2013 fait suite à plusieurs décennies de salaires horaires réels quasiment stagnants. Cela date en fait des années 1970. Voici un graphique épatant (EPI briefing paper n° 378, juin 2014) représentant l’évolution de la productivité horaire du travail et celle de la rémunération horaire moyenne des salariés non cadres depuis 1948 :

 

LE TAUX DE PARTICIPATION AU MARCHE DU TRAVAIL A PLONGE APRES 2008

Cet indicateur (rapport entre l’emploi et la population de 16 ans et plus) est à manier avec précaution car il peut diminuer pour de bonnes raisons, en particulier, aux Etats-Unis, du fait de l’arrivée à l’âge de la retraite de la génération des « baby boomers » nés entre 1946 et 1964. Cela joue sans aucun doute, mais ne peut pas expliquer la brutalité de sa chute de près de 5 points entre 2007 et 2010. Depuis, il stagne plus ou moins. Même le taux de participation à l’emploi des 25/54 ans, qui a progressé de 1,5 points depuis 2010, reste inférieur de 3,5 points à son sommet de 2007.

FORTE HAUSSE DU NOMBRE DE CHOMEURS DECOURAGES OUMISSING WORKERS

 

On doit à l’excellent Economic Policy Institute de Washington une estimation de la vive croissance, depuis 2010, du nombre de « travailleurs manquants » qui ne sont ni en emploi ni à la recherche d’un emploi en raison de la dégradation du marché du travail. Je passe sur la méthode pour privilégier un graphique qui compare le taux de chômage officiel et ce qu’il serait si l’on comptait les travailleurs manquants. L’écart n’a cessé de se creuser et il correspond à 3,5 points de chômage en plus en mai 2014. En passant, cela peut expliquer le paradoxe d’un taux de participation à l’emploi en chute libre et d’un faible taux de chômage officiel.

On a d’une part des facteurs socio-démographiques (les baby boomers partant à la retraite), d’autre part la qualité déplorable des emplois dits non qualifiés et des petits boulots, décourageant la recherche d’emploi. La part des travailleurs pauvres dans la population active (avec la définition américaine très restrictive de la pauvreté « absolue ») est passée de 5 % en 2000 à 7,1 % en 2012, dernier chiffre connu.

 

EXUBERANCE BOURSIERE

Je l’ai déjà évoquée dans un billet précédent mais il faut y revenir. En cinq ans, le Dow Jones, le principal indice boursier de New York, a plus que doublé. A 17 000 points, il dépasse de très loin son précédent sommet historique (14 000 points en 2007). Même la mauvaise nouvelle, fin juin, de la forte baisse du PIB au premier trimestre n’a pas stoppé l’envol. C’est « l’exubérance irrationnelle des marchés », selon la formule d’Alan Greenspan. Des marchés qui ont été également dopés par le maintien sous « perfusion monétaire » de l’économie (et surtout de la finance), par la Fed depuis des années. Mais cette perfusion est en train de prendre fin...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : www.reporterre.net

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22