Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 20:53

Stasi, le mot peut sembler outrancier. Ce n'est pas moi qui compare la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) à l'ancienne police secrète de la RDA, c'est… Brice Hortefeux.

Il y a près d'un an, en pleine affaire Bettencourt, celui qui était encore ministre de l'Intérieur jurait ses grands dieux que la DCRI ne fouillait pas dans les relevés téléphoniques des journalistes : « La DCRI, ce n'est pas la Stasi ou le KGB, l'objectif de la DCRI n'est pas de suivre les journalistes », avait-il déclaré en novembre à plusieurs reprises. (Voir la vidéo de France 2)

 

 

 

 

 

A l'époque, le pouvoir admettait avoir farfouillé dans les relevés téléphoniques d'un des informateurs supposés du journal : un conseiller de l'ancienne garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie (qui sera brutalement mutée en Guyane).

C'était déjà scandaleux, mais les autorités assuraient qu'il n'était pas question d'en faire de même avec les journalistes. « Les seuls journalistes qui m'intéressent sont ceux qui fricotent avec les services étrangers », déclarait au Journal du Dimanche Bernard Squarcini, patron de la DCRI, un homme proche de Nicolas Sarkozy.

Basse police et police politique

Selon les informations publiées par Le Monde, le pouvoir mentait. Ces méthodes dignes, selon Hortefeux, de la « Stasi » étaient bel et bien utilisées. Le Monde le résume ainsi dans son éditorial  :

« Le contre-espionnage a bien demandé sur réquisition officielle, à France Télécom, les facturations détaillées (fadettes) de notre collaborateur Gérard Davet. Il a fait cette demande le 19 juillet 2010, juste après la publication, dans nos colonnes, d'un procès-verbal mettant directement en cause M. Woerth. »

Cette affaire est extrêmement grave, à plusieurs titres :

  • la police a utilisé en France des méthodes illégales. Selon la loi du 4 janvier 2010, aucune autorité ne peut « porter atteinte au secret des sources », sauf dans un seul cas : un juge peut décider de le faire si un « impératif prépondérant d'intérêt public » le justifie.

    Quand il a prévu cette exception, le législateur pensait à une menace terroriste, pas à la nécessité de trouver l'auteur d'une violation du secret de l'instruction… Et cette exception à la règle doit être décidée par un magistrat, pas par des services secrets. L'espionnage du travail d'un journaliste du Monde par la DCRI est donc clairement un acte de « basse police », un acte voyou ;

  • la police a été mise au service d'intérêts particuliers. Le pouvoir tente de justifier cet espionnage d'un journaliste par la nécessité de trouver « l'auteur, à l'intérieur de l'administration, de la divulgation de procédures judiciaires ». Personne n'est dupe : dans toute autre circonstance, ces moyens publics n'auraient jamais été mis en oeuvre.

    Mais il s'agissait d'une affaire bien particulière, l'affaire Bettencourt, mettant en cause Eric Woerth et le financement de l'UMP, le parti du chef de l'Etat. Autrement dit, la police a été dans cette affaire mise au service d'un parti politique, non pas au service de la nation. Un exemple de « police politique » indigne dans notre pays ;

  • la police a été poussée à agir contre la démocratie. Les dégâts sur notre démocratie causés par cette décision de consulter illégalement les relevés téléphoniques d'un journaliste risquent d'être beaucoup plus profonds qu'on ne le pense. Ils dépassent, et de loin, la simple affaire Bettencourt et le journal Le Monde.

    Car en constatant ces pratiques policières hors-la-loi, quel fonctionnaire, quel conseiller ministériel osera désormais prendre le risque d'informer la presse sur des pratiques qu'il considèrerait comme contestables ?

    Des journalistes sans secret des sources, ce sont des journalistes sans sources. Et une démocratie sans de tels contre-pouvoirs est une démocratie malade : certainement pas « irréprochable ».

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22