Vendredi 30 mars 2012 5 30 /03 /Mars /2012 14:08

 

Mariano Rajoy dévoile son budget dans un climat social tendu en Espagne

LE MONDE | 30.03.2012 à 12h55 • Mis à jour le 30.03.2012 à 12h56

Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance)

 

 

Des centaines de milliers d'Espagnols ont manifesté dans une centaine de villes contre la réforme du marché de l'emploi à l'occasion d'une journée de grève générale.

 
A Barcelone, le 29 mars, lors de la grève générale décrété les syndicats.

Cent jours après sa prise de fonctions, Mariano Rajoy est entré dans le vif du sujet. La veille de la présentation de son budget pour 2012, qui devait comporter des mesures d'austérité sans précédent pour ramener le déficit public de l'Espagne de 8,5% du produit intérieur brut à 5,3%, le président conservateur du gouvernement a affronté une mobilisation sociale importante contre la réforme du droit du travail imposée par décret-loi par son gouvernement, jeudi 29 mars.

La grève générale - la septième seulement depuis le retour de la démocratie, au milieu des années 1970 - a été diversement suivie. Dans un pays où 23% de la population active est au chômage, la crainte de perdre son emploi a pu être dissuasive. Selon les syndicats, la grève a été suivie à 77% en moyenne et jusqu'à 97% dans l'industrie. Pour le patronat, seuls 15% des salariés ont fait grève. Davantage industrialisé, le nord de la Péninsule a été le plus touché. Les secteurs de la construction et des transports étaient aussi mobilisés.

En revanche, de très nombreux Espagnols se sont joints aux manifestations organisées dans une centaine de villes par les syndicats sous le mot d'ordre: "Ils veulent en finir avec tout: droits sociaux, droits du travail". Le gouvernement lui-même les a chiffrés à 800000, les syndicats à près de 3 millions.

 

"NON AU GUANTANAMO PROFESSIONNEL !"

Le cortège a été particulièrement impressionnant à Barcelone (80 000 selon la police, dix fois plus selon les organisateurs), où des groupes "antisystème" ont provoqué des dommages dans les rues du centre-ville et des affrontements avec la police, mais aussi à Madrid ou Valence. Dans la capitale, où plusieurs milliers d'"indignés" ont manifesté en marge de syndicats, l'ambiance était même grinçante. "Cela n'est pas une réforme, c'est une démolition" ou encore "Guantanamo professionnel, non", pouvait-on lire sur des pancartes dressées au milieu des banderoles des principaux syndicats et de drapeaux républicains. Malgré tout, le ministère de l'intérieur avait recensé dans la soirée 176arrestations et 105blessés, parmi lesquels 59policiers.

Forts de cette mobilisation, les syndicats ont annoncé qu'ils maintiendraient la pression sur l'exécutif, à qui ils demandent de revenir sur la réforme du marché du travail mais aussi, plus largement, sur la politique d'austérité. Faute de quoi, ont-ils menacé, le gouvernement affrontera un "conflit social croissant qui se prolongera aussi longtemps que nécessaire".
"La vague de réformes ne s'arrêtera pas", a répondu la ministre de l'emploi, Fatima Bañez, et la loi sur le marché du travail "ne sera pas changée".

 

NÉCESSITÉ D'AUGMENTER LA COMPÉTITIVITÉ DE L'ESPAGNE

Cette réforme controversée facilite les licenciements et les baisses de salaires, promeut la flexibilité des travailleurs et réduit le rôle des syndicats. Elle a été validée par le gouvernement le 10février sous forme de décret-loi, après l'échec des négociations entamées entre syndicats et patronat en janvier.
Entré en vigueur dès le 12 février, le texte législatif a ensuite été ratifié par une majorité de députés. Le Parti socialiste a lui aussi demandé au gouvernement de modifier sa réforme, qualifiée de "principal recul des droits de l'histoire de l'Espagne".

Dans un pays où 5,3 millions de personnes sont au chômage, où le salaire minimum est de 640 euros mensuels et où dominent déjà les contrats précaires, la réforme du marché du travail est perçue par beaucoup comme une attaque contre les droits sociaux qui ne résoudra pas la crise.

Le gouvernement a défendu pour sa part la nécessité d'augmenter la compétitivité de l'Espagne tout en reconnaissant que les effets de la réforme ne se verraient qu'à "moyen terme" et que le chômage continuera d'augmenter cette année. A l'issue de la manifestation madrilène, le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs (UGT), Candido Mendez, a étendu ses critiques: "Madame Merkel, Bruxelles et les marchés financiers: ce que vous prônez n'a pas de soutien social en Espagne", a-t-il déclaré.

Vendredi, le gouvernement devait dévoiler son budget 2012, qui devait comporter près de 38milliards d'euros d'économies en un an. Alors que l'Union européenne lui demande d'agir vite et drastiquement, M.Rajoy a eu jeudi la démonstration que la vague de rejet des socialistes qui l'a porté au pouvoir, en novembre2011, ne valait pas blanc-seing.

Sandrine Morel (Madrid, correspondance)

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Espagne
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

        

      A partir du 17 Mai 2014

                     RV

      chaque mercredi à 18h

        devant la maison carrée

         et samedi à 13h

   sur le terrain de Caveirac

           Rejoignez-nous  !


  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Images Aléatoires

  • DSC00539
  • 31b
  • DSCF1142
  • DSC00966
  • DSC00677
  • DSC00675

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés