Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 20:13

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 25.01.2013 à 07h20 • Mis à jour le 25.01.2013 à 19h55

 

 

 

Dans un climat de tension politique et de crise économique, l'Egypte vivait, vendredi 25 janvier, une nouvelle journée de manifestations à l'occasion du deuxième anniversaire du début du soulèvement populaire, qui contraignit Hosni Moubarak à la démission début 2011. L'opposition a appelé à défiler à travers le pays contre le président islamiste Mohamed Morsi et les Frères musulmans dont il est issu, en reprenant les mêmes mots d'ordre qu'il y a deux ans : "Pain, liberté, justice sociale". "Sortons vers les places pour finaliser les objectifs de la révolution", a appelé sur Twitter Mohamed ElBaradei, l'une des figures de proue de l'opposition laïque.

 Au moins 110 personnes ont été blessées dans ces manifestations, selon les services de secours. Selon des témoins, des manifestants hostiles au pouvoir attaquaient des bâtiments officiels. 

Au Caire, des manifestants se sont rassemblés aux abords de l'immeuble qui abrite la télévision d'Etat et le ministère de l'information, avant de se rendre place Tahrir dans le centre-ville. Une foule de milliers de personnes y est rassemblée. Certains ont passé la nuit sur cette place, qui fut l'épicentre de la révolution de janvier-février 2011.

Un manifestant lance un cocktail Molotov contre les forces de l'ordre, dans une rue près de la place Tahrir au Caire, le 25 janvier. Manifestants sur la place Tahrir, au Caire, le 25 janvier.

Depuis jeudi soir, des accrochages sporadiques opposent, dans les rues autour de cette place, la police à des centaines de jeunes gens. En lançant pétards et cocktails Molotov, ils ont notamment tenté de démanteler un barrage de blocs de béton pour permettre aux manifestants de circuler librement dans le centre-ville.

Le ministère de l'intérieur, qui a indiqué que cinq policiers avaient été blessés, a appelé les manifestants à éviter les confrontations avec les forces de l'ordre. D'autres rassemblements sont prévus devant le palais présidentiel d'Héliopolis dans la banlieue de la capitale, ainsi que dans plusieurs villes de province comme Alexandrie (nord) et Assiout (centre).

Un manifestant jette des pierres aux forces de l'ordre, vendredi 25 janvier à Alexandrie.

A Alexandrie, des heurts ont éclaté vendredi entre la police et des manifestants, qui ont fait brûler des pneus. La police a fait usage de gaz lacrymogènes, selon des témoins. "Il y a beaucoup de fumée à cause des pneus brûlés. Et il y a des gens étendus par terre qui n'arrivent pas à respirer à cause du gaz lacrymogène", a dit à l'AFP Racha, une habitante de la ville.

Les manifestants ont aussi pris d'assaut le siège du gouvernorat dans la ville d'Ismaïliya, dans l'Est, et dans le delta du Nil, d'autres ont encerclé un bâtiment du gouvernorat à Damiette, et ont lancé une attaque contre la cour d'un autre à Kafr El-Sheikh, provoquant des heurts avec les forces de l'ordre, selon les témoins.

Dans la ville d'Ismaïliya, sur le canal de Suez, le siège local du parti des Frères musulmans a également été incendié par les manifestants. De la fumée noire sortait des fenêtres de locaux du Parti de la liberté et de la justice (PLJ). Les Frères musulmans ont indiqué par ailleurs que des manifestants avaient tenté d'envahir un de leurs locaux au Caire.

 PAS D'APPEL DES FRÈRES MUSULMANS

Des manifestants, vendredi, place Tahrir.

Les Frères musulmans n'ont pas officiellement appelé à manifester vendredi. Pour marquer le deuxième anniversaire de la "révolution", ils ont lancé une initiative intitulée "Ensemble nous construisons l'Egypte", rassemblant une série d'actions sociales et caritatives. "Les Frères sont très préoccupés par l'escalade, c'est pourquoi ils ont tenté de ne pas apparaître au premier plan le 25 janvier", analyse Shadi Hamid, directeur de recherches du Brookings Doha Center. 

Les laïques et les libéraux, rassemblés au sein du Front du salut national (FSN), accusent les Frères musulmans de vouloir dominer le pays et de restreindre les libertés civiques, notamment depuis l'adoption, en décembre par référendum, d'une Constitution controversée.

Lire :  Après le 'oui' à la Constitution, quelle stratégie pour l'opposition égyptienne ?

 CRISE POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE

Un jeune manifestant, vendredi, place Tahrir.

Deux ans après le séisme politique de la révolte, l'Egypte peine toujours à trouver son équilibre entre un pouvoir qui se prévaut de la légitimité des urnes et ses adversaires qui dénoncent l'émergence d'un système autoritaire dominé par les Frères musulmans. Il doit également affronter une grave crise économique, avec l'effondrement des investissements étrangers, la chute du tourisme et un déficit budgétaire en hausse notamment.

Le climat est alourdi par l'annonce attendue samedi, du verdict dans le procès des responsables présumés de la mort de 74 personnes à l'issue d'un match de football à Port-Saïd (nord-est) en février 2012. Les "Ultras" du club cairote d'al-Ahly, qui assurent compter la grande majorité des victimes, menacent de manifestations violentes et d'une "nouvelle révolution" s'ils n'obtiennent pas justice.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Egypte
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22