Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 22:25

 

 

Marianne - L'argent et l'éthique

 

A l’occasion de notre « Assemblée » sur l'Argent et l'Ethique qui réunira à Nice du 14 au 16 février une cinquantaine de personnalités, Marianne a sollicité la plume des intervenants aux différents débats. Le coprésident d'Attac et corédacteur du Manifeste d'économistes atterrés, Thomas Coutrot, ouvre la réflexion sur le thème « Payer la dette est-il légitime ? »

 

Effacer les dettes publiques : un enjeu incontournable, par Thomas Coutrot
Il y a deux manières de chercher à répondre à la question : « Payer la dette est-il légitime ? ». On peut d'abord s'interroger sur l'origine de la dette publique, pour questionner la légitimité politique des sacrifices imposés aux populations. On fait alors appel à des valeurs morales : pourquoi faudrait-il détruire les protections sociales, les systèmes publics de santé, paupériser les services publics déjà à bout de souffle, pour rembourser une dette causée en grande partie : 

1) par des baisses d'impôts et de cotisations sociales accordées aux catégories sociales aisées et aux grandes entreprises

2) par une crise financière résultant de l'irresponsabilité du système bancaire ?
 
Le droit international reconnaît la notion de dette illégitime, comme « n'ayant été contractée dans l'intérêt général de la collectivité ». Un audit citoyen de la dette publique est en cours, relayé par plus d'une centaine de collectifs locaux présents dans toute la France et va demander la mise en place d'une Commission d'enquête parlementaire pour aider à éclairer le débat public.
 
Mais on peut aussi utiliser une approche plus prospective, à caractère principalement économique. Selon François Hollande, reprenant une idée commune, « réduire la dette est le choix non pas de l'austérité mais de la souveraineté ». On ne pourrait s'affranchir de la tutelle des marchés financiers qu'en supprimant les déficits et en réduisant la dette. Après une phase d'ajustement douloureux – dont on nous dit sans sourire qu'elle ne durera qu'un an – la croissance repartira, et la France pourra dégager des excédents primaires qui permettront de diminuer la dette publique, à condition bien sûr que les marchés rassurés continuent à se satisfaire de bas taux d'intérêt.
 
Cette perspective n'a pas l'ombre d'une chance de se réaliser. Depuis trente ans le capitalisme occidental connaît des taux de productivité et de croissance déclinants, qui approchent tendanciellement de zéro. De nombreux motifs à cela, dont la crise écologique et la montée des coûts afférents. L'endettement, privé pour l'essentiel, puis public après l'effondrement de 2008, a été le seul ballon d'oxygène disponible. Aujourd'hui nos économies sont prises dans la situation bien connue de « déflation par la dette », où la plupart des agents, privés comme publics, cherchent non plus à s'endetter mais à se désendetter. Certes, les grandes firmes multinationales affichent des taux de rentabilité historiques, mais quand la demande des ménages et des États est durablement plombée, l'épargne des firmes n'alimente pas l'investissement productif mais encore et toujours la finance, toujours plus déchaînée.
 
Les USA ? La Fed ne pourra pas continuer indéfiniment à émettre des dollars pour maintenir le pays et ses banques à flot. Et le boom des gaz de schiste se révèle déjà comme une banale bulle financière sur le point d'éclater. La Chine ? Son absurde taux d'investissement de 50% du PIB ne laisse pas entrevoir un avenir radieux, et sa croissance s'étouffe en étouffant littéralement la population dans des nuages de pollution. Quant à l'Europe, elle est en train de s'infliger un absurde remake des années 1930 avec des politiques déflationnistes savamment coordonnées.
 
La dose d'aveuglement nécessaire pour croire possible la stratégie de remboursement de la dette est donc peu banale. Elle est pourtant presque unanimement partagée par les élites économiques et politiques européennes, au rebours des évidences assénées par les échecs des trente dernières années. Rappelons que le néolibéralisme, depuis son triomphe de 1990, a connu d'abord des crises locales (asiatique, russe, argentine...), puis sectorielles (bulle Internet, subprimes), avant de connaître un ébranlement occidental (2008). Il est probable que le prochain choc touchera cette fois aussi les pays émergents. Et que la question du nécessaire effacement des dettes publiques ne pourra plus être éludée, même par les aveugles. Mais là n'est pas le défi majeur. Saurons-nous alors redéfinir à temps un mode d'organisation économique post-capitaliste et post-productiviste, qui place l'économie sous le contrôle de la démocratie et de la responsabilité écologique ?

 

Les débats se dérouleront au Centre Universitaire Méditerranéen le jeudi 14, le vendredi 15 et le samedi 16 février 2013. 
Entrée libre et gratuite sur inscription. 


Inscription sur Internet : marianne.net/inscription-assemblee/ 
Inscription par téléphone : 04 97 13 46 10

 

Des rencontres auront lieu entre le public et l'équipe de Marianne le jeudi et le vendredi de 18 h 15 à 19 heures. 

Pendant L'Assemblée : possibilité d'inscription le jour même au CUM, en fonction des places disponibles. 
Le comité de coordination se réserve le droit de modifier les horaires et les intervenants. 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22