Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 14:52

Le nouvel observateur-

LE PLUS. Les dettes publiques des pays fragiles ne diminueront pas au cours des dix prochaines années, et l'Allemagne ne pourra pas les payer, comme certains le souhaitent. 

Gaël Giraud

> Par Gaël Giraud chercheur en économie

Edité par Aude Baron   Auteur parrainé par Guillaume Malaurie

Le symbole euro à Francfort en Allemagne, en 2005 (Wikimedia Commons - Lars Aronsson - cc)

Le symbole euro à Francfort en Allemagne, en 2005 (Wikimedia Commons - Lars Aronsson - cc) 

 

Certains espèrent que l'Allemagne pourra in fine financer l'excédent de dette publique des pays fragiles de la zone euro. Cet espoir est insensé. L'Allemagne ne peut pas payer ces dettes. La raison en est simple : elles continueront d'augmenter dans les années à venir, et plus rapidement que ne le permet la croissance allemande (pourtant vigoureuse). Soyons précis : pour pouvoir ne fût-ce que stabiliser sa dette publique aux conditions actuelles du marché ou des prêts du FMI et du Fonds Européen de Stabilité Financière, la Belgique, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, l'Irlande, la France et la Grèce auraient besoin de réaliser des excédents budgétaires totalement hors de portée. Athènes, par exemple, devrait passer en un an de 9% de PIB de déficit à 11% d'excédent budgétaire ! Les plans d'austérité ne serviront à rien : non seulement ils ne permettront pas de réaliser la saignée budgétaire nécessaire, mais encore ils précipitent nos pays dans la récession et, en diminuant davantage encore les trop maigres recettes fiscales, ne font qu'aggraver le mal.

 

Consentons donc à l'évidence : les dettes publiques des pays fragiles (France incluse) ne diminueront pas au cours des dix prochaines années. Si l'on veut ramener ces dettes au niveau de 75% du PIB des pays concernés, cela représente la bagatelle de 1.322,134 milliards d'euros, soit 53% du PIB allemand en 2010. En admettant - hypothèse héroïque ! - que l'Allemagne connaisse pendant dix ans une croissance annuelle de 3% et une inflation de 2%, cela lui coûterait entre 3 et 4 points de PIB chaque année. Soit, davantage que ses gains de croissance. Pendant dix ans ! Serait-ce suffisant pour “calmer les marchés” ? Même pas : l'Espagne est aujourd'hui à 75%, et n'est pas épargnée par les attaques spéculatives. Et nous serions encore très loin des 60% exigés par Maastricht.

 

Il n'y a donc pas d'autre issue au mur des dettes publiques européennes que celle de la restructuration ou de la monétisation des dettes par la planche à billets. Quant aux banques qui seront en faillite en cas de restructuration, il faudra se résoudre à les nationaliser, en sécurisant les avoirs des petits épargnants.

 

 

Cet article a été publié dans "Le + des lecteurs" dans le Nouvel Observateur du 15 septembre 2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22