Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 13:39

Le Monde - 20 novembre 2011

 

Le vendredi, entre 17h30 et 19h30, trente familles de Sucy se retrouvent dans l’enceinte du Fort pour un cérémonial hebdomadaire. Elles sont membres de l’Association pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap).

Pour les non-initiés, en voici, en gros, le principe : les adhérents signent un contrat annuel avec un producteur et s’engagent à lui acheter telle quantité de légumes qu’ils lui payent d’avance. Le maraîcher peut ainsi adapter sa production aux besoins. Il dispose en outre d’un revenu garanti et d'une avance de trésorerie en début de saison. Le système favorise les circuits courts, à tous les sens : proximité géographique et vente directe au consommateur. Il encourage également la consommation de produits de saison.

©Antonin Sabot / Le Monde.fr

L’Amap de Sucy a passé un accord avec une productrice en reconversion bio de Mandres-les-Roses, commune située comme Sucy-en-Brie dans le Val-de-Marne. Chaque semaine, de la mi-avril à la mi-décembre, des membres vont à tour de rôle chercher la cargaison qu’a sélectionnée le maraîcher. C’est une réelle contrainte d’emploi du temps et, chaque fois, une surprise quand le livreur ouvre le coffre de sa voiture : le producteur décide du contenu du panier, en fonction de la météo et de l'avancement de la pousse. Ce vendredi, c’était potimarrons, navets, topinambours, tomates de variétés tardives, céleris raves et bottes de persil.

Les membres de l'association découvrent sur place les légumes proposés. ©Antonin Sabot / Le Monde.fr

"Ca ne fait pas un peu beaucoup de persil ?", s’inquiète une adhérente devant la taille des bottes. "Mais, non, tu le coupes finement et tu le conserves au frais. Tu peux le garder plusieurs semaines", la rassure une autre. Des recettes pour accommoder le topinambour sont échangées, héritées de la grand-mère et sans doute expérimentées par l’aïeule pendant la guerre... Des légumes oubliés, négligés ou méprisés sont ainsi réhabilités, dont on ne sait quel accueil leur réservent les enfants, le soir à table.

Ce vendredi, l'arrivage de légumes de saison se compose de navets, topinambours, tomates tardives, céleris, potimarrons et persil. ©Antonin Sabot / Le Monde.fr

Peggy Mousseau débarque de son coffre des sacs de pain. Elle vient de Réau, en Seine-et-Marne, où un boulanger propose du pain bio, fait avec la farine d’un blé qu’il produit lui-même. Il y a également des œufs sur l’étal, venus d'un autre producteur bio local.

"En cas d’absence, il est possible de donner son panier à quelqu’un d’autre", explique Brian Gallay qui inscrit sur un tableau les quantités de chacun : on peut choisir un panier ou un demi-panier, selon la taille du foyer. D’autres petites mains pèsent et répartissent les légumes qui finissent dans les cabas.

Petit panier ou grand panier sont calibrés pour que chacun emporte la même quantité. ©Antonin Sabot / Le Monde.fr

©Antonin Sabot / Le Monde.fr

La pesée des topinambours. ©Antonin Sabot / Le Monde.fr

L’Amap de Sucy a été lancée il y a quatre ans (il en existe aujourd’hui plusieurs centaines dans toute la France). Un entrefilet dans le journal municipal et le succès a été immédiat. "Nous avons une liste d’attente d’une quinzaine de personnes", explique Catherine Bouriez, membre de l’association depuis deux ans. Les familles ont l’assurance de produits frais et, même si ce n’est pas la motivation première, moins chers.

Tous les produits sont bios. ©Antonin Sabot / Le Monde.fr

©Antonin Sabot / Le Monde.fr

Tout cela fleure bon le militantisme, évidemment. On imagine déjà les salves ironiques contre ces rétrogrades autarciques, ces adversaires de la mondialisation, ces écologistes des villes qui se donnent bonne conscience. Marianne Grange se moque de ces moqueries: "Il y a l’envie d’agir collectivement, de ne pas rester spectateur de notre mode de développement, en se contentant de bla-bla sur l’environnement." L’adhérente convient que cela demande de prendre un peu de temps, ne serait-ce que celui de cuisiner.

Même s'il peut y avoir quelques tiraillements sur qui fait quoi, les participants disent également apprécier comme une vraie richesse la convivialité de ce moment.

©Antonin Sabot / Le Monde.fr

Lire aussi sur le blog de Saint-Pierre-des-Corps, Les épines fortes: des batavias 24h/24

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Consommer et agir autrement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22