Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 11:47

Publié le 16-09-11 à 12:23    Modifié à 17:59     par Celine Rastello     9 réactions

Parmi les 160 policiers, 80 CRS, qui ne sont pas tous rodés aux déplacements à l'étranger. Par Céline Rastello.

La compagnie republicaine de securite (CRS) 9 de Rennes lors d'un exercice de maintien de l'ordre (SIPA) La La compagnie republicaine de securite (CRS) 9 de Rennes lors d'un exercice de maintien de l'ordre (SIPA)

 

"Pourquoi ne pas faire confiance à l'expérience de nos mobiles ??" s'interroge un participant au forum Gendarmes et Citoyens dans la discussion intitulée "160 CRS en Libye. Qu'en pensez-vous ?" Si les 160 policiers qui ont accompagné le déplacement de Nicolas Sarkozy en Libye, jeudi 15 septembre, ne sont pas tous CRS, l'annonce de leur envoi en nombre a surpris. Les CRS en premier lieu, comme l'explique au "Nouvel Observateur" le secrétaire national d'Alliance police Eric Mildenberger : "ça a étonné beaucoup de monde. Les CRS, assez surpris, se sont demandé 'pourquoi nous ?'"

En civils, armés, sans carte professionnelle ni téléphone

Pour assurer cette mission de sécurisation, 80 CRS ont fait le déplacement, accompagnés, selon plusieurs syndicats policiers, de collègues du Raid et du SPHP (service de protection des hautes personnalités). Ils sont partis dans la nuit de mercredi à jeudi, selon "Marianne2", qui a précisé qu'un avion Transall de l'armée française avait été réquisitionné pour l'occasion. Ils n'ont appris leur destination qu'au dernier moment, et ont reçu la consigne de s'habiller en civils, de se munir d'un gilet par balles et d'un sac à dos avec "trois litres d'eau, une ration de combat et six barres de céréales." Pas d'uniforme, ni carte professionnelle, appareil photo ou téléphone portable. Leurs armes, selon "Ouest-France", ont transité via un vol spécial.

Des CRS de plusieurs compagnies

"Une bonne part des CRS vient de la première compagnie, qui s'occupe particulièrement des déplacements officiels de personnalités en France et à l'étranger" explique au "Nouvel Observateur" le responsable CRS pour le syndicat SGP Unité Police FO Didier Mangione. Les autres, assurant habituellement des missions de maintien de l'ordre, viennent essentiellement de région parisienne, ajoute-t-il, notamment des compagnies de Quincy-sous-Sénart (Essonne) ou de Deuil-la-Barre (Val-d'Oise).

"Nous ne sommes pas des militaires"

"Normalement, ce sont les escadrons de gendarmes mobiles, qui ont l'habitude de ce type de mission, qui sont envoyés à l'étranger" rappelle Didier Mangione. "Nous ne sommes pas des militaires" renchérit son confrère. Jeudi 15 septembre, le mensuel "L'Essor de la gendarmerie" a également fait part à l'AFP de son "étonnement" de l'envoi de policiers plutôt que de gendarmes, arguant "qu'on aurait pu prendre le GIGN, l'unité d'élite de la gendarmerie, "déjà à Benghazi" et "envoyer un escadron de gendarmes mobiles".

"Le chef de l'Etat décide seul de sa protection"

Pourquoi alors, ne pas avoir envoyé de gendarmes ? Sur le forum Gendarmes et citoyens, toujours, un autre participant à la discussion sur la Lybie croit avoir trouvé la réponse : c'est selon lui "sans doute dû au simple fait qu'aucun militaire ne doit être engagé sur le territoire lybien." Ce qu'indique le point 4 du volet "protection des civils" de la résolution 1973 adoptée le 17 mars dernier par le Conseil de sécurité de l'ONU : "(...) tout en excluant le déploiement d'une force d'occupation étrangère sous quelque forme que ce soit et sur n'importe quelle partie du territoire libyen."

Questionné à ce sujet par "Le Nouvel Observateur", l'Etat-major des armées, que l'envoi de CRS ne surprend pas particulièrement, pense que ce n'est pas lié : "le chef de l'Etat décide seul de sa protection". Et renvoie vers le ministère de l'Intérieur et l'Elysée.

"Pas simple" de réunir tous les volontaires

Si tous se sont portés volontaires, les rassembler "n'a pas été si simple" rapporte Eric Mildenberger : "beaucoup se sont interrogés, c'est la première fois que les unités de maintien de l'ordre sont utilisées pour une mission de protection dans un pays étranger." Ils devaient être volontaires, poursuit le policier, "car les textes ne leur permettent pas d'intervenir à l'étranger". Et le syndicaliste d'indiquer que la zone d'intervention des unités de maintien de l'ordre "se limite au territoire métropolitain et aux DOM-TOM."

Son collègue Didier Mangione relève toutefois qu'un déplacement à l'étranger n'est pas impossible "sous réserve d'accords internationaux". Selon "Marianne2", cependant, les nouvelles autorités libyennes auraient donné leur aval pour accueillir les policiers français.

Le bruit d'un déplacement a commencé à circuler cet été

Chaque CRS devrait être dédommagé à hauteur de 500 euros. Les syndicats ne confirment pas, mais ne semblent pas non plus surpris, dans la mesure "où les forces mobiles touchent une indemnité journalière."

Didier Mangione tient à préciser que son syndicat a tenu le dispositif et le déplacement secrets "pour ne mettre en danger ni les collègues ni les personnalités à accompagner." Cet été, le bruit d'un déplacement à l'étranger nécessitant des CRS a commencé à courir, et une réunion "de cadrage" avec les volontaires s'est tenue la semaine dernière en région parisienne, explique le syndicaliste. Si Eric Mildenberger reconnaît que les policiers sont par ailleurs "assez fiers d'avoir été choisis par le président", il aurait trouvé "plus judicieux" d'envoyer des gendarmes mobiles et "d'utiliser les CRS en Seine-Saint-Denis, où ils ne sont pas assez nombreux."

"Recadrer ce genre de mission"

Les policiers sont rentrés la nuit dernière. En quoi ont précisément consisté leurs missions ? Ont-ils rencontré des difficultés particulières ? Recontacté vendredi 16 septembre, Eric Mildenberger n'avait pas encore eu "de retour" sur la mission. Le syndicat SGP Unité police FO a d'ores déjà prévu, de son côté, de réunir rapidement son comité technique paritaire en vue de "recadrer ce genre de mission et mettre en place des textes", notamment pour y "intégrer l'aspect formation" car les CRS "ne sont pas  habitués" à ce genre de mission.

Contacté par "Le Nouvel Observateur" jeudi 15 et vendredi 16 septembre, l'Elysée n'a pas donné suite à nos appels. Egalement interrogé sur le dispositif, le ministère de l'Intérieur, quant à lui, a répondu qu'il n'était "pas exceptionnel" et "proportionnel aux risques au vu de la situation d'un pays qui n'est pas encore complètement stabilisé."

Céline Rastello – Le Nouvel Observateur

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22