Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 21:24

 

 

Rue89

« Port de vinaigre » 14/06/2013 à 09h29
Philippe Vion-Dury | Journaliste Rue89

Sujet suggéré par un internaute

 

 

Le mouvement de protestation qui a débuté à São Paulo il y a tout juste une semaine prend de l’ampleur. Des milliers de Brésiliens étaient descendus dans les rues après l’annonce d’une nouvelle augmentation du tarif des transports, le prix du ticket de bus et de métro passant de 3 à 3,20 reais (1,04 à 1,11 euro).

Si cette légère hausse a été l’étincelle, c’est maintenant toute la classe politique municipale qui est la cible de la grogne populaire. Mauvaise gestion généralisée des équipements publics, accusations de corruption... Les critiques s’accumulent.

 


Des manifestants à São Paulo, le 12 juin 2013 (GUSTAVO BASSO/SIPA)

 

Les manifestants, ces « vandales »

Les heurts qui ont éclaté ces derniers jours à São Paulo laissent craindre que la protestation ne dégénère en une spirale de violence. Les forces de police ont tiré à coups de flashball et de grenades lacrymogènes au cœur de la ville, faisant au moins 55 blessés, dont six journalistes du journal Folha de São Paulo.

La dernière nuit de manifestations a donné lieu à au moins 40 arrestations dans les rues de la ville. Encore un point de discorde : le journal Globo a révélé que les manifestants arrêtés devaient payer une somme de 20 000 reais (environ 8 000 euros) pour être remis en liberté. Au Brésil, manifester peu donc coûter cher.

Les photos et vidéos qui commencent à tourner sur Internet (comme sur ce Tumblr) témoignent de la tension qui règne dans les rues.

 

 

Affrontements entre manifestants et policiers à São Paulo

Le 11 juin 2013

 

La police s’est justifiée en invoquant la présence de cocktails molotov, couteaux et drogues. Le ton avait été donné un peu plus tôt par le gouverneur de l’Etat Geraldo Alckmin, qui a dénoncé des actes de vandalisme et loué le « professionnalisme de la police ».

De son côté, le ministre de la Justice Jose Eduardo Cardozo déclarait les revendications « légitimes », mais le recours à la violence et au vandalisme inacceptables.

La presse aux ordres ?

Pourtant, les vidéos qui circulent sur le Web tendent à prouver que les autorités n’ont pas lésiné sur l’usage de la force. Une vidéo relayée par le journal UOL par exemple montre le passage à tabac d’un journaliste par des policiers.

Dans un premier temps, la presse s’est globalement rangée du côté de la version officielle, n’hésitant pas à désigner les manifestants comme des « vandales ».

Non sans ironie, la « Une » de la Folha de São Paulo fait cohabiter sur la même page les événements qui secouent la ville et les violences policières en Turquie.

 


Une du journal Folha de Sao Paulo du 12 juin

 

Le journal a même publié l’interview d’un policier qui aurait été contraint de tirer sur la foule, pour éviter d’être « lynché » par les manifestants furieux.

Victime d’abus, la presse change de camp

La position des journaux semble cependant avoir évolué ces dernières heures. Le journal Folha de São Paulo commence à revoir son analyse et sa ligne éditoriale, privilégiant dorénavant les « violences policières » au « vandalisme des manifestants ».

Ce revirement n’est pas sans cause : de nombreux journalistes ont été victimes de la brutalité des forces de l’ordre. Deux reporters du journal ont reçu des tirs de flashball dans les yeux et cinq autres ont été blessés alors qu’ils couvraient les événements.

Un journaliste de Carta Capital, comme 192 autres personnes, a été arrêté pour « port de vinaigre », liquide utilisé pour soulager des effets des gaz lacrymogènes.

 

 

Un journaliste arrêté pour « port de vinaigre »

Le 13 juin 2013

Selon RSF, trois autres professionnels des médias ont été arrêtés par la police militaire, sur l’avenue Paulista : deux d’entre eux pour entrave à l’action de la police et libéré une heure après, le troisième, qui travaille pour Portal Aprendiz, a été inculpé pour « formation de bande criminelle » ainsi que « dommages au patrimoine ». Il se trouve toujours en détention.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22