Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 21:21

 

 

Médiapart

|  Par La rédaction de Mediapart

 

 

Les Jeux Olympiques marquèrent l'éveil du Japon en 1964. Ils ont été offerts de nouveau à Tokyo pour magnifier le réveil nippon, en 2020. Le CIO s'est montré rassuré par des garanties financières, sans s'inquiéter des suites de la catastrophe de Fukushima...

Samedi 7 septembre à Buenos Aires, les membres du CIO ont désigné Tokyo comme organisateur des Jeux olympiques de 2020, par 60 voix contre 36 à Istanbul (et une abstention). Madrid – qui présentait un projet fondé sur l'austérité – fut éliminé pour la troisième fois consécutive, dès le premier tour.

Pendant deux années de lobbying intense auprès du CIO, l'équipe japonaise a choisi pour stratégie de déployer sa solidité financière et sa capacité à tenir ses promesses, parvenant à reléguer au second plan les inquiétudes liées à la situation de la centrale nucléaire de Fukushima. Selon un membre de l'entourage olympique, c'est la candidature « la moins horrible » qui l'a emporté. Rien n'est moins sûr et l'avenir dira si, sur la question de la catastrophe nucléaire, l'aveuglement volontaire nippon ne s'est pas doublé d'une cécité mondiale...

Le Japon a su dissimuler ses faiblesses mieux que l'Espagne, qui misait sur le faible coût de ses Jeux et sur des infrastructures déjà existantes. Quant à la Turquie, qui rêvait de devenir le premier pays majoritairement musulman à accueillir ce grand rendez-vous planétaire, elle insista sur sa position de pont voire de tremplin, à cheval sur deux continents. Mais loin d'enthousiasmer les notables du sport et des affaires, la situation géographique et  géopolitique d'Istanbul, après les manifestations anti-gouvernementales du printemps dernier, a inquiété le normatif et prudent CIO.

Le Comité s'est montré plus sensible à la sécurité de Tokyo, dont les rues sont les moins dangereuses au monde, y compris dans le Kabukicho (le quartier "chaud" de la capitale). Le Comité a surtout biché face au fonds spécial bloqué en banque pour couvrir le financement des Jeux. Selon Tokyo, 4,5 milliards de dollars (environ 3,4 milliards d'euros) attendaient déjà sur un compte la décision portègne (adjectif désignant ce qui a trait à Buenos-Aires). Difficile de résister à un tel argument financier quand la crise menace de balayer la planète...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22