Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 17:19

 

 

Source : rue89.nouvelobs.com

 

 

Coup de flouze 09/08/2014 à 10h54

Comment nos députés investissent leur argent...

Rémi Noyon | Journaliste Rue89

 


Comment choisir ses investissements ? (SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA)

Certains multiplient les parts dans les entreprises, que ce soient des géants cotés en Bourse ou de plus modestes boîtes implantées dans leurs circonscriptions. D’autres préfèrent gérer leur argent en famille ou faire confiance à leurs banques. La majorité n’a en tout cas rien de loups de la finance.

Je me suis amusé à éplucher les participations financières de nos députés, rendues publiques le jeudi 24 juillet. C’est un fouillis imbitable. Cela va de la société civile immobilière (SCI) aux actions et parts sociales, en passant par l’épargne salariale et les plans d’épargne en actions (PEA). Parfois, un nom d’entreprise surgit sur la page, sans autre précision sur le produit financier concerné.

1 Les écolos : petits joueurs et projets citoyens

 

En clair, c’est le bordel

L’association Regards Citoyens a mis en ligne une numérisation des déclarations d’intérêts des parlementaires. Il a fallu l’aide de 8 000 personnes pour recopier dans un tableur les gribouillis de nos députés et sénateurs. Du fait de la mauvaise volonté manifeste de beaucoup, les données sont imparfaites, vagues et probablement incomplètes.

 

Je me suis ici basé sur la section de la déclaration qui concernait « les participations financières directes » dans le capital de sociétés. La Haute autorité de la vie publique précisait qu’il fallait y indiquer les titres, parts, actions et autres participations financières. Les fiches ont été remplies il y a quelques semaines : les situations financières ont pu évoluer depuis.

 

Le cliché : on les imagine se renseigner longuement sur Internet avant de soutenir des boîtes qui font dans la transformation de crottes de loirs en biogaz.

La réalité : la fibre écolo transparaît chez Denis Baupin, député de Paris, qui déclare posséder cinq actions (pour une valeur de 500 euros) dans Energie Partagée Investissement, qu’il définit fièrement comme un « fonds solidaire de développement de projets citoyens de production d’énergie renouvelable » [PDF]. Celui-ci fut l’un des premiers à surfer sur la vague de l’économie verte – en soutenant par exemple le photovoltaïque.

Le coprésident du groupe vert à l’Assemblée nationale, François de Rugy, est actionnaire de GDF Suez (677 euros) et de Rexel (1 150 euros), un grand groupe français qui se spécialise dans la distribution de matériel électrique [PDF].

Joint par Rue89, il explique avoir obtenu ses actions via la Banque postale et avoir fait une bien mauvaise affaire, avec des moins-values de 12% environ :

« Je regarde de temps en temps si ce n’est pas trop catastrophique, mais je ne suis pas du tout un boursicoteur. La seule conclusion que j’en ai tiré c’est que je ne devais plus souscrire à ce genre d’offre. »

La députée de l’Essonne, Eva Sas, a travaillé dans le cabinet Secafi. A Rue89, elle explique qu’elle a conservé « des actions » pour un montant de 36 324 euros dans le groupe amiral, Alpha [PDF].

2 Les cocos : pas touche au grand capital

 

Le cliché : pas de ça chez nous. Les parlementaires communistes préfèrent les merguez de La Courneuve à Boursorama.

La réalité : du côté des communistes et apparentés, pas de surprises. On évite de se compromettre avec le grand capital. La seule déclaration non vierge est celle de Marc Dolez qui a possédé dix actions de 39 euros dans une société HLM à Douai. Il a tout vendu au début de l’année [PDF].

3 Les centristes : la gâchette enthousiaste

 

Le cliché : le centriste feuillette les pages saumons dans le TGV qui le ramène en circo. Ce sont des libéraux, que diable ! On les veut entrepreneurs, avec le goût du placement risqué.

La réalité : certains aiment l’humus et le crottin. Le très sage Charles Amédée du Buisson de Courson, député de la Marne, est au capital de sociétés qui donnent dans la valorisation du bois et dans la production d’énergie par biogaz [PDF]. Tant de compétences lui permettent d’être très précis lorsqu’il demande au gouvernement de ne pas augmenter la TVA sur le « bois énergie »... Au Sénat, Jacqueline Gourault, qui chuchote à l’oreille de Bayrou, garde les bottes dans la boue grâce à une société d’élevage [PDF]. Ses parents, déjà, étaient marchands de bestiaux.

D’autres sont beaucoup moins rustiques : c’est le cas de Jean-Christophe Lagarde, maire de Drancy, qui a des participations dans Orange, GDF et Vivendi (tous au CAC 40), mais n’a reçu que 740 euros en coupons pour 2013 [PDF]. C’est clinique.

Pourtant, leurs collègues pourraient leur donner des idées d’investissements plus incarnés :

  • Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine, possède encore un bon quart d’Export Entreprises, dont il a été le PDG jusqu’en 2012 [PDF]. La boîte s’est spécialisée dans l’aide à l’exportation ;
  • député de la Polynésie, Jonas Tahuaitu a des parts dans une société de construction de barrages hydrauliques [PDF]. Cela tombe bien, il est aussi président du syndicat d’électrification des communes du sud de Tahiti ;
  • le député du Territoire de Belfort, Michel Zumkeller, est un homme accommodant. Il a investi 2 500 euros dans Cryoservice. Une boîte lancée par sa suppléante porte ce nom. Elle se spécialise dans « le nettoyage industriel écologique » [PDF].

On aurait pu en parler : Meyer Habib, député des Français de l’étranger, estime à plus de deux millions d’euros la valeur de sa holding [PDF]. Député de la Côte d’Or, François Sauvadet déclare une action Bernard Loiseau et des parts sociales au Crédit Agricole [PDF].

4 Les radicaux : en bons pères de famille

 

Le cliché : quand on se prévaut des fondements de la République, on ne prend pas de risques. On achète et on conserve ( « buy and hold »).

La réalité : pas grand-chose chez les députés. Il faut aller voir au Sénat pour se mettre quelque chose sous la dent. C’est là que règne le matador : Jean-Michel Baylet, véritable baron du Sud-Ouest. Détailler son portefeuille prend du temps : il a notamment des actions dans le Groupe Dépêche et La Nouvelle République des Pyrénées, dont il est aussi le PDG [PDF]. Gros porteur et patron de presse, c’est la plus pure tradition du radicalisme.

A côté, ses camarades sont des petits joueurs : la sénatrice Anne-Marie Escoffier ne déclare qu’un maigre placement d’environ 1 000 euros sur un compte-titre (destiné à investir).

Mais le vrai radical, c’est le sénateur Jean-Pierre Plancade, qui possède des parts dans des chambres d’hôtes. Son collègue Pierre-Yves Collombat (PS mais au groupe RDSE), a lui investi dans le « pivot gastronomique » de Draguignan. Voilà pour le cliché cassoulet.

5 Les socialistes : en ordre dispersé

 

Le cliché : ils se disent convaincus des bienfaits de l’entreprise. Qu’ils le prouvent plutôt que de faire des stages chez Nature et Découvertes.

La réalité : ils ne sont finalement pas nombreux à s’impliquer financièrement dans des sociétés (si ce n’est dans des SCI). D’autant plus surprenant que les députés ont généralement les ressources disponibles pour investir.

La plupart des déclarations concernent des formes spécifiques établies pour des besoins professionnels : les pharmaciens (comme Catherine Lemorton), les avocats (Yann Galut et Denys Robiliard) et les agriculteurs (Yves Daniel, Dominique Potier, Jean-Luc Bleunven).

Il y a ensuite la ribambelle de ceux qui se sont tournés vers le conseil. Les meilleures amies du PS, Karine Berger et Valérie Rabault, se retrouvent ainsi dans Ecomining, une société de « conseils pour affaires » qui n’a tenu que deux ans. On peut aussi citer Yves Blein, Patrice Prat, Christophe Borgel et Razzy Hammadi.

Certaines participations sont toutefois moins attendues :

  • élu de la Seine-Saint-Denis, Mathieu Hanotin, l’un des protégés de Claude Bartolone, possède 25% du capital de ViaCivis, une « agence de voyage politique », qui propose des séjours tels que « Istanbul, mutations urbaines » ou « Londres, au cœur du capitalisme financier » ;
  • le fil de Bourvil, Dominique Raimbourg, a toujours une société de production cinématographique à son nom [PDF]. Même si les derniers films remontent à 1964 ;

Il n’y a pas de boursicoteurs assumés : ancien de France Télécom, Jean-Louis Bricout (Aisne), a encore de l’épargne salariale chez Orange, Marie-Arlette Carlotti (Bouches-du-Rhône) a aussi gardé une participation dans EADS et Olivier Faure (Seine-et-Marne) revendique une action de 16 euros au Crédit Agricole. Celle-ci lui a été précieuse puisqu’elle lui a permis d’enquiquiner Bernard Tapie dans l’affaire du Crédit Lyonnais.

Il y a tout de même Alain Rousset, député de Gironde, qui peut se considérer petit porteur avec 45 000 euros dans un PEA (qui a l’avantage d’être peu imposé) et une épargne salariale de 173 000 euros [PDF].

Une mention spéciale pour Sébastien Pietrasanta. Le député des Hauts-de-Seine possède une action Dexia, qui ne vaut qu’une poignée de centimes. A Rue89, il rappelle qu’il l’avait acheté pour pouvoir assister à l’assemblée générale des actionnaires de la banque. Sa ville – Asnières – avait contracté des emprunts toxiques et il ressentait le besoin de pousser une gueulante.

On aurait pu en parler : député de l’Hérault, Patrick Vignal détient 50% du capital d’un espace d’« entretien corporel » tenu par sa femme – Acquaforme [PDF].

6 La droite : bravo les gros bonnets

 

Le cliché : les gaullistes investissent dans des secteurs stratégiques pour l’Etat.

La réalité : à l’UMP, il y a de très grosses fortunes, comme Olivier Dassault, le fiston, ou Philippe Briand, questeur de l’Assemblée.

  • Le très fortuné Philippe Briand, député d’Indre-et-Loire, déclare une participation colossale de 120 millions d’euros dans la SAS Arche... Sans compter une tripotée de SCI [PDF] ;
  • quant à Olivier Dassault, élu de l’Oise, il reçoit de substantiels dividendes – plus de trois millions d’euros – du Groupe Marcel Dassault et de la holding du Rond Point Immobilier [PDF].

Parmi leurs collègues, certains ont fait des efforts de diversification :

  • diplômé de HEC et ancien de Procter & Gamble, Bernard Brochand, député des Alpes-Maritimes, déclare des actions dans des sociétés non cotées aussi diverses que Riviera Web, Global Sport, Waycom, Bee to Bee, Boxtale, Kwaga, Greenwishes. Il détient plusieurs portefeuilles de titres et des fonds de placement [PDF]. Mais rassurez-vous, il a écrit un livre pour que, vous aussi, vous puissiez « réussir l’impossible » ;
  • Avec moins de moyens, Jean-Luc Warsmann, élu des Ardennes, a aussi mis ses oeufs dans plusieurs paniers. Il estime à 127 932 euros sa participation dans de nombreuses entreprises du CAC 40 : Alcatel, Danone, Lafarge... [PDF] ;
  • Dominique Tian possède la holding Overline, dont la plus value théorique est de 15 millions d’euros. Le député des Bouches-du-Rhône est au capital de nombreuses SCI, mais aussi de Thalassa Form (2,4%) et d’Empire Hotel (0,0129%) [PDF].

Un petit village qui sent la violette

Dans la série des chanceux, on peut aussi citer Franck Riester, qui dirige plusieurs concessions Peugeot en Seine-et-Marne dont il détient des actions [PDF]. Il y a également Valérie Pécresse (Yvelines), dont le conjoint, Jérôme, est devenu membre du comité exécutif d’Alstom après un passage par Imerys, qui œuvre dans les minéraux industriels. Conséquence : la députée déclare des participations ou options de souscriptions dans ces deux groupes [PDF].

Plus modeste, Sophie Dion, élue de la Haute-Savoie, bénéficie toujours du téléphérique de Pleney, réalisé par son grand-père [PDF]. Sur son site, celle qui a été monitrice de ski affirme même que sa famille est à l’origine du développement touristique de Morzine. Les députés UMP sont d’ailleurs accrochés à leurs montagnes : Charles-Ange Ginesy (Alpes-Maritimes) est toujours propriétaire d’un hôtel à Péone – un village de 900 habitants près de la station de Valberg [PDF].

Et puis, il y a les sportifs. L’ancien judoka David Douillet, reconverti en député des Yvelines, est au capital d’Ours Blanc – la société qui gère son image – et de Double D, qui importe du matériel sportif [PDF]. L’ancien escrimeur, Jean-François Lamour, député de Paris, a préféré placer 5 000 euros dans Babyloan, qui se présente comme une « plateforme de microcrédit solidaire ». Enfin, le député de la Somme, Alain Gest, est au capital de Prosport, ce qui lui rapporte 35 000 euros en dividendes annuels.

La palme de la clarté revient au libéral Alain Moyne-Bressand. Le député de l’Isère a joint à sa déclaration un schéma pour récapituler ses investissements [PDF].


Détail de la déclaration d’intérêts

On aurait pu en parler : Luc Chatel, le nouveau secrétaire général de l’UMP, est, en compagnie de plusieurs membres de sa famille, au capital de Saint Dizier Participations [PDF]. Cette société n’a plus déposé de comptes depuis 2011. A cette date, elle déclarait un résultat net de 448 500 euros.

 

 

 

Source : rue89.nouvelobs.com

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22