Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 16:19

Le Monde - 15 décembre 2011

« Les gens n’argumentent plus avec leurs idées mais avec leur situation »

 

Chers lecteurs, dans combien de vos villes y a-t-il eu un débat entre les différents candidats aux cantonales avant le premier tour du 20 mars dernier ? A La Courneuve, quelques jeunes gens se sont démenés pour qu'il existe et le 3 mars, le cinéma l'Etoile était plein à craquer de citoyens venus questionner Gilles Poux (maire et candidat PCF), Stéphane Troussel (conseiller municipal et président de l'office HLM, candidat PS) et Kamel Hamza (conseiller municipal et candidat UMP)*.

Au cinéma l'Etoile, le 3 mars 2011, Générations engagées a rempli la salle en organisant un débat entre 3 candidats aux cantonales, Kamel Hamza (UMP), Stéphane Troussel (PS), Gilles Poux (PC, maire de la Courneuve). © Elodie Ratsimbazafy

Au cinéma l'Etoile, le 3 mars 2011, Générations engagées a rempli la salle en organisant un débat entre 3 candidats aux cantonales, Kamel Hamza (UMP), Stéphane Troussel (PS), Gilles Poux (PC, maire de la Courneuve). © Elodie Ratsimbazafy

D'un public nombreux et intergénérationnel, les questions ont fusé ce soir-là. "La plupart des gens ne savent pas à quoi sert cette élection. Nous voulions leur donner l'occasion de comprendre le rôle que le conseil général joue dans dans leur quotidien", explique Nabil Mayouf, 22 ans, l'un des organisateurs du débat et fondateur de l'antenne courneuvienne de l'association "Générations engagées", qui compte des déclinaisons dans plusieurs villes de France. "Notre objectif est de peser sur le débat public et d'inciter à la citoyenneté", explique-t-il en cette fin d'après-midi dans le café qui jouxte la mairie.

Le bilan qu'il dresse de la politique et de la vision qu'en ont les Courneuviens est sans appel : "la politique a pris une grande claque ici. On bat à chaque fois des records d'abstention, les gens ne croient plus en rien. Ils voient les petits calculs politiques des uns et des autres, les arrangements pour se répartir les circonscriptions, comme ici, avec le parachutage d'Elisabeth Guigou qui ne connaît pas La Courneuve. Cela éloigne les citoyens toujours plus loin de la politique." Il déplore également une dérive de plus en plus forte vers le clientélisme : "Les gens n'argumentent plus avec leurs idées, mais avec leurs situations : M. le maire, il me faut un appartement, M. le conseiller général, il me faut un travail. Et la conjoncture ne fait qu'accentuer cet aspect-là. Ensuite les gens se sentent redevables et votent non pas au nom de leur convictions mais pour celui qui leur a rendu service" détaille-t-il en fin observateur du quotidien des Courneuviens.

Nabil Mayouf. © Elodie Ratsimbazafy

Nabil Mayouf. © Elodie Ratsimbazafy

Ses parents sont arrivés aux 4000, côté Nord, juste après la construction des grands ensembles, dans les années 60. C'est là qu'il a grandi avec ses 7 frères et sœurs et qu'il a décidé de s'installer avec sa femme et leur fille de 16 mois. Lui est vendeur de chaussures pour enfants sur les marchés, elle secrétaire. A eux deux ils gagnent un peu moins de 3000 euros pour un loyer de 800 euros. "Je ne me plains pas, je fais plutôt partie de ceux qui s'en sortent bien, dit-il. Mais je constate au quotidien que les gens ont de plus en plus de mal à vivre, surtout ceux qui ont des revenus moyens : pour les hauts revenus, tout va bien, et les plus bas sont aidés. Mais avec un Smic, tu vis mal."

Personne de sa famille n'a jamais milité dans aucun parti politique. Mais à 18 ans, Nabil a voulu aller voir "ce que c'était". C'est ainsi qu'il a pris sa carte au PS en 2008, l'année des municipales. "J'ai connu cette année-là ma première campagne. On a perdu. J'ai découvert ce que c'était un parti, un appareil politique. Et je ne me suis pas retrouvé dans leur conception : j'avais l'impression que beaucoup n'étaient là que pour se placer, explique-t-il déçu. Je me suis dit qu'on pouvait réfléchir politiquement ailleurs qu'au PS. Je préfère essayer de peser avec mes idées, plutôt que de mariner dans un parti pour avoir une place".  C'est alors qu'il décide, avec une dizaine de Courneuviens âgés de 20 à 35 ans, dont Nasreddinne Yahia, de fonder "Générations engagées". "Notre idée n'est pas d'entrer dans le conflit politicien démagogique. Nous voulons être dans la proposition, pour rompre avec la politique de clientélisme. On est vraiment à une étape de construction, pour le moment : tu ne peux pas partir bille en tête, il faut bien s'instruire, bien connaître les sujets."

"Il faut nous investir, apporter nos idées. Sinon il ne faut pas se plaindre !

Trois soirées ont été organisées cette année : après le débat des cantonales, un second a porté sur la question des territoires palestiniens, et pour la troisième soirée, une "carte blanche" autour du film "District 9" a été donnée à la militante associative et chroniqueuse de Canal Plus Rokhaya Diallo, qui a grandi à La Courneuve. De nouvelles réunions autour de thèmes précis, comme l'éducation ou l'insertion sociale, seront organisées en début d'année. Déçu par les hommes politiques, mais croyant toujours en "l'action politique", Nabil croit possible de faire de la politique en dehors des partis : "Nous voulons débattre, recueillir les opinions des habitants. L'idée est de leur dire qu'on ne peut pas laisser la politique qu'aux hommes politiques, il faut qu'on s'investisse, qu'on apporte nos idées. Sinon il ne faut pas venir se plaindre ! explique-t-il, persuadé que tant que les partis "n'ont pas d'opposition face à eux, ils font comme bon leur semble".

Lors du débat organisé par Générations engagées, Nabil Mayouf distribue le micro à ceux qui posent des questions... pas toujours très claires. © Elodie Ratsimbazafy

Lors du débat organisé par Générations engagées, Nabil Mayouf donne la parole au public.

Il évoque fièrement la soirée du mois de mars. "Les politiques ont vu qu'on pouvait peser : nous avons rempli le cinéma l'Etoile, et nous avons même dû refuser du monde. Personne d'autre n'a réussi à mobiliser comme ça ici cette année". Nous avons en effet pu constater que même le film Intouchables n'y a pas fait le plein.

L'objectif de ces "générations engagées" est de mobiliser les électeurs dès les élections de 2012, mais surtout de créer une dynamique locale dans la perspective des municipales de 2014. "Nous ne faisons pas de campagne spécifique pour les inscriptions sur les listes électorales, mais toute notre démarche consiste à inciter les gens à s'impliquer, à se sentir citoyens. Moi-même, si aucun parti ne me séduit, j'irai quand même voter. Je comprends que certains soient déçus mais je leur explique quand même que c'est le bulletin qu'ils vont mettre dans l'urne qui va déterminer leur avenir".

Le 22 avril, il votera pour la première fois pour élire un président de la République. Son choix n'est pas arrêté. Il n'est séduit ni par le programme du PS, ni par celui du Front de gauche et n'attend "plus rien" d'Europe Ecologie-Les Verts : depuis leurs négociations avec le PS, "y a que leur nombre de sièges qui comptent pour eux". Il sait cependant pour qui il ne votera pas : "à mon avis, on ne peut pas avoir pire que le quinquennat qui vient de s'écouler, non ?" 


A.L

* Les candidats FN et Divers gauche n'ont pas répondu à l'invitation du collectif. Stéphane Troussel a remporté l'élection.

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22