Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 13:28

Publié le 09-09-11 à 13:58    Modifié à 15:19     par Le Nouvel Observateur     

Dans Le Nouvel Observateur du 8 septembre, un grand dossier sur le président et ses flingueurs. Comment Nicolas Sarkozy élimine un à un ceux qui osent lui résister. Acte 2, par Véronique Groussard et Caroline Michel.

Alain Genestar, ancien directeur de la rédaction de "Paris-Match" (AFP) Alain Genestar, ancien directeur de la rédaction de "Paris-Match" (AFP)

(Lire l'intégralité du dossier "Sarkozy, le président flingueur" dans Le Nouvel Observateur du 8 septembre 2011).

> Le zapping du président

Alain Genestar s'apprête à lancer le quatorzième numéro de "Polka", ce bimestriel de photojournalisme qu'il a créé après son licenciement, en 2006, de "Paris Match". Le portfolio du Cartier-Bresson turc, Ara Güler, ou les saisissants clichés de Robert Clark sur le 11-Septembre ont ceci de reposant qu'ils ne lui vaudront pas l'ire de Nicolas Sarkozy.

Pas comme "la" photo de "Match", publiée en août 2005, où l'infidèle Cécilia était shootée avec son amant, le publicitaire Richard Attias. Dans "Expulsion" (Grasset), Genestar raconte le coup de fil qui s'ensuivit : "Il ne s'agissait pas d'une "engueulade", mais d'une menace glaçante sur mon avenir. [ ...] "Tu seras responsable d'un drame. Jamais je n'oublierai ce que tu as fait." Il faisait chaud et j'avais froid. "Promesse tenue. Sarkozy a armé, Arnaud Lagardère, propriétaire de "Match", a tiré.

Disgrâce présidentielle

Avec Genestar, Sarkozy a fait un exemple. Mesurer précisément l'impact de la disgrâce présidentielle dans un limogeage reste complexe. "Le JDD" période Jacques Espérandieu ne plaisait pas, c'est certain, à l'Elysée. Sur le plateau du site Arrêt sur images, l'ancien directeur de la rédaction raconte Sarkozy, l'énervement contre ce "journal d'opposition", et cette confidence d'un conseiller à un journaliste maison : "Votre patron, dans deux mois, il sera débarqué." Bien vu ! Mais, dans le même temps, Espérandieu s'était retrouvé hiérarchiquement coiffé par son ennemi intime, Christian de Villeneuve.

Impossible de jurer non plus que le président a "tué" Arlette Chabot, qui entretenait des relations tendues avec la rédaction de France Télévisions. Mais, en réclamant un autre interlocuteur lors des interviews présidentielles et en fustigeant violemment l'absence (fausse) d'émissions politiques, le chef de l'Etat l'a plombée.

Même chose pour Patrick Poivre d'Arvor, prêt à se draper dans la toge du martyr sarkozyste. L'assassinat le plus évident demeure celui du mode de nomination des patrons de l'audiovisuel public. En s'octroyant ce droit, Sarkozy a pu se débarrasser - en douceur - du duo Patrick de Carolis-Patrice Duhamel et de Jean-Paul Cluzel, respectivement dirigeants de France Télévisions et de Radio-France. Une exécution de plus, mais avec un silencieux.

Véronique Groussard – Le Nouvel Observateur

> Des patrons remerciés

Nicolas Sarkozy a beau en compter un certain nombre dans son entourage personnel, il peut se montrer impitoyable à l'endroit des patrons. Car le président a la rancune tenace. Prenez Anne Lauvergeon, ex-patronne d'Areva : sa chute a été scellée le jour où elle a refusé un maroquin ministériel. Le couperet a mis quatre ans à tomber, mais il a bel et bien fini par l'exécuter.

Voyez aussi Daniel Bouton, à la Société générale : le Château ne lui a jamais pardonné les trois jours qu'il avait mis avant d'avertir le chef de l'Etat du tsunami Kerviel. Certes, Bouton n'apparaissait pas franchement comme une victime innocente et pouvait être considéré comme fautif. Il n'empêche que le banquier avait été absous de ses fautes par ses pairs. Alors, il s'est accroché à son poste pendant un an. Mais Nicolas Sarkozy l'a gardé dans le collimateur. Et il a fini par obtenir sa démission.

Pour Charles Milhaud, ex-baron des Caisses d'Epargne, la sanction a été plus rapide. Deux jours après la découverte d'un trou de 752 millions d'euros, et la confidence furibarde faite par le chef de l'Etat, qui avait jugé cette perte "inacceptable" auprès de plusieurs journalistes, son conseil d'administration l'a congédié.

Alors Nicolas Sarkozy est-il un "tueur" lorsqu'il se mêle du monde des affaires ? Avec le sauvetage d'Alstom en 2004, l'ex-ministre de l'Economie avait découvert tout le bénéfice politique qu'il pouvait tirer d'une - bonne - action économique. Depuis, à cause des privatisations, les opportunités de s'illustrer pour le chef de l'Etat ne concernent plus qu'une poignée d'anciens monopoles publics (La Poste, la SNCF) et les domaines stratégiques de l'énergie (EDF, Areva) et de la Défense (EADS, Thales).

Implication personnelle du chef de l'Etat

Quel mal y aurait-il, après tout, à voir l'Etat actionnaire sanctionner les patrons qu'il emploie ? Comment s'étonner, par exemple, de l'éviction de France Télécom d'un Didier Lombard complètement dépassé ? Rien de bien neuf dans ce mode de gestion des patrons par rapport aux pratiques de ses prédécesseurs, Jacques Chirac ou François Mitterrand.

La vraie nouveauté du sarkozysme en affaires tient à l'implication personnelle du chef de l'Etat. Pour imposer ses décisions, le président n'hésite pas à ignorer les recommandations des comités de sélection internes, dont il a lui-même renforcé les pouvoirs en 2010. Ainsi, chez Areva, l'avis rendu par Jean-Cyril Spinetta, président du conseil de surveillance et membre dudit comité, en faveur de Lauvergeon est resté lettre morte.

Même Bercy, tutelle officielle des entreprises publiques, est relégué au rang de figurant. "En 2004, le choix de nommer Pierre Gadonneix à EDF avait été le fruit d'un arbitrage entre Matignon et Bercy", rappelle un syndicaliste de la maison. A-t-on entendu l'un ou l'autre s'élever contre son remplacement cinq ans plus tard ? "La prolongation de son mandat, ce n'est même pas la peine que Gadonneix y pense", répétait Sarkozy à ses proches.

Caroline Michel – Le Nouvel Observateur

09 09 11 Anne Lauvergeon
Anne Lauvergeon, ex-patronne d'Areva (AFP)

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Informations diverses
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22