Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 18:22

 

Ceux qui continuent à se goinfrer sous la gauche

 Marianne - Lundi 4 Février 2013 à 05:00

 

Arnaud Bouillin - Marianne

 

Quand elle était dans l'opposition, la gauche accusait Nicolas Sarkozy d'être le "président des riches". Au pouvoir, que fait-elle pour corriger les excès des profiteurs d'en haut et limiter la gloutonnerie de certaines professions ? Pas grand-chose, hélas ! Enquête sur ceux que ni la crise ni le gouvernement n'empêchent de dormir.

 

GILE MICHEL/SIPA
GILE MICHEL/SIPA
Ce fut l'un des thèmes fétiches du sarkozysme finissant : traquer les accros aux allocations chômage, les abuseurs de RSA, les biberonnés aux arrêts de travail, à la carte Vitale, à la CMU... Ces légions fantasmées de prébendiers brandis comme des épouvantails par un régime en fin de règne pour masquer sa propre incapacité à endiguer la montée du chômage et à colmater les trous béants ouverts par la crise dans le portefeuille des ménages. Dans ce concert d'outrances verbales, Laurent Wauquiez, pas encore porte-voix d'une motion UMP portée par La Droite sociale et qui prône, dans un magnifique oxymore, l'exact contraire de son intitulé, s'emporta contre «le cancer de l'assistanat». Son plagiaire de La Droite forte, Guillaume Peltier, jamais avare d'une surenchère, propose, lui, de «supprimer à vie les allocations pour tout fraudeur récidiviste».

Leurs deux motions sont arrivées en tête du dernier vote des militants UMP. On l'a peu relevé, tellement la bouffonnerie Copé-Fillon occupait les esprits. Mais c'est un fait : pour près de la moitié des cadres du principal parti d'opposition, les «profiteurs d'en bas» sont une menace majeure qu'il convient par tous les moyens d'éradiquer. Et ceux d'en haut, qui tous ont largement bénéficié de la mansuétude de l'ancienne majorité, si ce n'est de sa connivence, pour gonfler leur compte en banque déjà replet, qui s'en préoccupe ? Peu de monde à gauche. Encore moins au gouvernement.

Qu'est-il advenu de la volonté affichée du candidat François Hollande d'opérer une «redistribution en faveur des salariés et des familles au détriment des plus hauts revenus et des fortunes les plus importantes» ? Pas grand-chose. La chasse aux sorcières, façon UMP, n'honore pas ceux qui la pratiquent. Mais de là à rester inerte face à des rentes de situation pour lesquelles les mêmes qui sont aujourd'hui aux manettes criaient naguère au scandale, il y a tout de même un fossé... Ces atermoiements à corriger les excès manifestes de professions ou de castes, dont Marianne vous propose cette semaine quelques exemples édifiants, sont d'autant plus inquiétants qu'ils s'accompagnent d'un fatalisme déjà résigné... après huit mois seulement d'exercice du pouvoir.

Les péages, dont les prix poussent chaque année comme du chiendent sur le bas-côté et qui enrichissent toujours plus les concessionnaires privés ? «On ne peut rien faire», balaye Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports. Et l'on s'étonne après que Cofiroute ose franchir la barre symbolique du 1 € le kilomètre - tarif pratiqué les vendredis et veilles de jours fériés pour les non-abonnés - dans son tunnel reliant Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) à Vélizy (Yvelines).

Les bonus des grands patrons du privé ? «Depuis 2002, les dirigeants du CAC 40 ont vu leurs salaires augmenter de 400 % quand les salaires du secteur privé n'ont augmenté en moyenne que de 3,5 %. De tels écarts de rémunération sont aussi injustifiables qu'intolérables», affirmait le projet socialiste 2012, censé servir de «boîte à outils» au candidat Hollande. De boîte noire, plutôt : avec l'arrivée de la gauche aux responsabilités, le sujet a brusquement disparu de l'agenda. Tout juste Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, promet-il du bout des lèvres «vouloir encourager les entreprises à améliorer leurs codes de bonne conduite».

Banquiers, notaires, autoroutiers etc.

La parade, professe-t-on dans son entourage, ne peut venir que du renforcement de la fiscalité sur les plus hauts revenus. D'où la création d'un nouveau barème d'imposition à 45 % - contre 41 % auparavant - pour la tranche supérieure à 150 000 € par mois. Et d'une «contribution exceptionnelle de solidarité» à 75 % pour la tranche supérieure à 1 million d'euros. «La première mesure n'enthousiasme pas mes clients, mais elle n'est pas insupportable au point de les décider à quitter la France, explique un avocat parisien en vue, spécialisé dans les questions fiscales. La seconde posait plus problème. On sait comment elle a fini...» Rembarrée par le Conseil constitutionnel pendant la trêve des confiseurs ! Vu l'importance symbolique de cette «supertaxe» dans le succès électoral de François Hollande, on se disait benoîtement que le gouvernement avait un plan B. En fait, non...

Par un communiqué plan-plan, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, s'est contenté d'annoncer un «dispositif nouveau» dans le cadre de la prochaine loi de finances. Un an de gagné pour les très riches, et 300 millions d'euros en moins - au bas mot - dans les caisses de l'Etat. Brillant.

En ne maniant que le bâton fiscal pour réduire la carotte des contribuables les plus aisés, l'exécutif privilégierait, nous dit-on, l'efficacité. Mais au prix d'inextricables contorsions. Et, plus inquiétant encore, d'un silence radio général sur les questions de fond que posent certaines corporations. Pourquoi les notaires, dont le statut ultraprotégé est jugé contraire au principe de la libre concurrence par un arrêt de mai 2011 de la Cour de justice de l'Union européenne, continuent-ils de bénéficier du soutien inconditionnel du ministère de la Justice ?

>> Lire : Notaire, on ne change pas une profession qui gagne autant

En septembre dernier, Christiane Taubira, la garde des Sceaux, a pris le chemin du Sud - vers Montpellier, pas Canossa - pour tenir un discours tout sucre, tout miel au 108e congrès du notariat et affirmer «la détermination du gouvernement [...] à préserver la profession de notaire», parce qu'elle est «d'une autorité particulière et d'une indiscutable nécessité». Tellement nécessaire que la plus haute autorité judiciaire de l'Europe, et avant elle une batterie de rapports officiels franco-français, réclame l'abolition de ses privilèges hérités de l'Ancien Régime...

Les banquiers, dont les acrobaties sans filet ont largement contribué à plonger les économies européennes dans la récession, n'ont pas non plus de mouron à se faire : leurs bénéfices, qui se chiffrent en milliards d'euros, affichent de beaux niveaux, de même que leur cours de Bourse (lire ci-contre). Quant au projet de loi présenté par Pierre Moscovici, il préserve l'essentiel de leur sacro-saint modèle de «banque universelle», une spécificité française qui fait cohabiter sous le même toit le Livret A de M. Tout-le-Monde et le trading à haute fréquence - des transactions à la microseconde - sur les marchés des matières premières. «Les dirigeants de ces banques passent leur temps à dire qu'il y a des barrières étanches entre les dépôts des clients et les activités d'investissement. Eh bien, s'il y a des barrières aussi étanches que cela, cela veut dire que l'on peut facilement scinder les banques», notait récemment Bernard Esambert sur l'excellent blog lescrises.fr.

Ce faux ingénu n'est pas n'importe qui : conseiller de Georges Pompidou à Matignon puis à l'Elysée, il a ensuite présidé de 1977 à 1993 la Compagnie financière Edmond de Rothschild. Difficile, donc, de considérer cet ancien banquier, promu grand officier de la Légion d'honneur sous Sarkozy, comme un dangereux gauchiste... «Je ne vois pas de raisons, poursuit notre homme, de faire prendre des risques à chaque catégorie visée par la banque universelle sur des opérations qui ne la concernent absolument pas et qui peuvent créer des désordres importants. On n'a pas été loin en 2008 et en 2009 de voir des queues s'installer devant les banques. Ce sont des spectacles que l'on ne veut pas revoir, que l'on a connus en 1929, et pour les éviter définitivement, il faut séparer, encore une fois, ces deux catégories.» Du bon sens. Qui n'a pas eu l'heur d'inspirer les services de Pierre Moscovici...

Un avenir rose... pour certains

Certes, la messe n'est pas tout à fait dite et les parlementaires, saisis du texte, vont pouvoir apporter leur contribution dans les jours qui viennent. L'UFC-Que choisir les presse déjà de renforcer les droits des consommateurs en matière de frais bancaires, une jungle à peine éclaircie par les précédentes réformes de la droite et dont le gouvernement ne dit rien, ou si peu. L'économiste Gaël Giraud, plutôt classé à gauche, chercheur au CNRS et à l'Ecole d'économie de Paris, déplore lui, dans une note critique qui fait hurler à Bercy, que «le projet de loi français ne résout aucun des problèmes» et que la France, «en légiférant la première, risque de préempter le débat européen». On souhaite bon courage aux députés et sénateurs socialistes... D'autant, et c'est un signe, que leurs collègues de l'UMP ne semblent pas franchement remontés contre ce texte, préférant réserver leurs diatribes au mariage pour tous ou au logement social.

Concessionnaires autoroutiers, notaires, banquiers, mais aussi liquidateurs et administrateurs judiciaires, promoteurs immobiliers ou rentiers de tout poil. Des «profiteurs» qui voient leur avenir en rose. La couleur, pas l'emblème faussement menaçant du PS. Quand Nicolas Sarkozy stigmatisait ceux qui «volent la Sécu» et qui trahissaient à ses yeux «la confiance des Français», toute la gauche faisait bloc contre ces propos. Quand François Hollande entend mettre au pas la finance, la droite se dit prête à lui apporter son soutien. Il y a comme un hic, non ?
 

Article publié dans le magazine Marianne (823), du 26 janvier au 1er février

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Russie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22