Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 19:54
 Médiapart -  | Par Mathieu Magnaudeix

De notre envoyé spécial à Athènes

Irene tend sa dernière facture d'électricité. Consommation des six derniers mois pour son studio du Pirée, le port d'Athènes: 24 euros –c'était l'été... «Et puis il y a une surprise», dit d'un air las cette jeune consultante dans un cabinet de conseil. La surprise, c'est le nouveau «prélèvement exceptionnel pour toutes les surfaces dotées d'électricité» : 325 euros, payable en deux fois. Près de la moitié du salaire minimum! «Il est bien précisé que si je ne la paie pas, on me coupera le courant», ajoute-t-elle.

La «taxe sur l'électricité», calculée en fonction de la surface, du lieu de résidence et de l'ancienneté du logement: c'est la dernière des trouvailles du gouvernement grec, aux prises avec une dette impossible à rembourser.

Depuis un an et demi, le gouvernement rivalise d'ingéniosité pour augmenter ses recettes et contenir l'économie souterraine. Il y a eu la taxe sur les balcons fermés et les piscines (que personne ne déclarait). Un prélèvement sur les bateaux et les grosses cylindrées, la très impopulaire augmentation de la TVA à 23%, une taxe «de solidarité» de 1% à 4% retenue sur les salaires, ou encore un impôt additionnel pour ceux qui épargnent trop....

Pour l'instant, l'effet sur les finances publiques est marginal, car l'évasion fiscale reste un sport national. Mais les Grecs de la classe moyenne, eux, n'y comprennent plus rien. «On a le sentiment de ne faire que payer», résume Irene. Certains de ses collègues banlieusards préfèrent désormais mettre une heure de plus pour se rendre au travail plutôt que de s'acquitter des nouveaux péages autoroutiers sur le périphérique. Et le midi, chacun apporte son lunch plutôt que de devoir régler le traiteur... «Au bout d'un moment, toutes ces restrictions commencent vraiment à peser sur le moral.»

 

«A louer», «A vendre»  
«A louer», «A vendre»

La récession n'en finit pas d'accabler la Grèce. Plus de 18% de la population active est au chômage – 900.000 personnes contre 600.000 l'an passé, un taux inouï dans ce pays de 11 millions d'habitants. La progression est fulgurante, surtout chez les jeunes, et le cap des 20% pourrait être franchi à la fin de l'année. Une minorité des demandeurs d'emploi sont indemnisés – un an maximum.

Les indépendants des professions libérales disparaissent en cascade (lire par ailleurs notre entretien avec la chercheuse Maria Kamerissini). De nombreux salariés ne sont pas payés depuis des mois ou ont subi d'importantes réductions de leur salaire. Dans la capitale, Athènes, la crise saute aux yeux. Les panneaux «à louer» ou «à vendre» se multiplient. Selon un rapport de la Commission européenne cité par la presse, 25% des locaux commerciaux sont vides – c'est 20% à Salonique, la seconde ville du pays. De plus en plus de Grecs sont sans-abri, un sort traditionnellement «réservé» aux migrants dans un pays où les solidarités familiales jouent encore beaucoup. D'après un responsable de la Croix-Rouge, ils seraient 20.000 dans tout le pays.

Sur Ermou, la principale artère commerçante d'Athènes, le nouveau magasin «Goldbuyers» ne désemplit pas. C'est un business de crise: «Goldbuyers» échange vieilleries en or contre du cash. Impossible de le rater, avec ses pancartes clinquantes. Cette filiale d'un groupe anglais installé a déjà ouvert plusieurs succursales dans la capitale. Devant moi, un jeune homme sort de son sac un vieux service en or. Un couple de trentenaires apporte deux énormes bagues.

Stuart Moore, le patron, explique que le groupe s'est implanté en Grèce parce que «les gens ici ont plein de vieilleries qu'ils ne pensaient même pas à vendre car c'est un peu tabou». «Pour l'heure, 10 à 15% des clients viennent parce qu'ils ont besoin de "cash" à cause de la situation économique, reprend Moore, jeune British fort peu affable. Mais cela va augmenter dans les prochains mois avec toutes ces suppressions d'emplois et ces nouvelles taxes.»

Craignant la faillite nationale, les Grecs se méfient des banques. Durant le seul mois de septembre, les dépôts des particuliers et des entreprises dans les établissements bancaires ont fondu de 5 milliards d'euros: un plongeon historique...

«Il n'y a plus de lumière au bout du tunnel»

 

Les halles d'Athènes. Avec une TVA à 23%, la consommation est atone. L

«Il y aura du sang, croyez-moi»

 

Université Pantéion d'Athènes.  
Université Pantéion d'Athènes.

Il est 19 heures, sur l'avenue Syngrou, juste derrière l'Acropole. Stavros Tsitismakis s'apprête à fermer boutique. De loin, dans sa grande boutique toute éclairée aux vitres immenses, il ressemble à une figurine dans une maison de poupée. Stavros loue des voitures. Pas n'importe lesquelles, des berlines de luxe: «Luxury cars for rent», lit-on en grosses lettres sur la vitrine. Le business ne connaît pas la crise, au contraire des autres loueurs.

Blazer bleu marine, cravate rouge, port altier: Stavros a des airs de parfait majordome anglais. Cet employé de 55 ans est pourtant très représentatif de la classe moyenne grecque, ou de ce qu'il en reste. Il travaille depuis l'âge de 15 ans, mais la retraite n'est pas pour tout de suite – l'âge légal de départ, 65 ans pour les hommes et 60 ans pour les femmes, va bientôt être harmonisé.

«Quand j'entends les Français et les Allemands dire qu'on est des fainéants, vous ne pouvez pas savoir comme ça me met en colère, dit-il avec avec émotion, la gorge serrée. Les manifestations anti-austérité passent souvent devant le magasin. D'ailleurs, ils nous ont cassé les vitres plus d'une fois! Mais je n'en veux pas aux manifestants. Pour avoir parlé à certains d'entre eux, ce sont peut-être des anarchistes, mais ce sont surtout des vies brisées, des gens qui ont perdu leur travail et ne peuvent plus nourrir leurs enfants.»

«Avec les politiques que nous avons... ils sont tellement mauvais. Ça va finir par un lynchage, et ils le savent, dit-il en montrant du doigt la direction du Parlement. Il y aura du sang, croyez-moi. Nous sommes en colère. On veut nous ramener aux années 1950.»

Non loin, à la station de métro, une horde de taxis attend les chalands qui ne viennent pas. Ces temps-ci, le scénario se répète très souvent. Un soir, Triantafillos, le compagnon d'Irene la consultante, m'a expliqué pourquoi. Son père est taxi, et lui-même conduit la voiture familiale de temps en temps quand il y a besoin d'un peu d'argent à la maison. «En ce moment, il y a très peu de clients. Parfois en cinq ou six heures de travail, on ne gagne que 20 centimes une fois enlevé l'essence et l'assurance, qui a d'ailleurs augmenté», dit le jeune homme.

Le taxi va sans doute rapporter de moins en moins, puisque le gouvernement a récemment libéralisé le secteur. Dans quelques jours, Thanassis, le patriarche, va atteindre l'âge de la retraite. Il va devoir rendre sa licence. Va-t-il la transmettre à son autre fils, employé dans une mairie et qui se sait menacé, autre conséquence du plan d'austérité ? Dans ce cas, la famille devra s'acquitter d'une taxe de 4000 euros. Encore un nouveau prélèvement.

Triantaffilos m'invite dans la maison familiale, dans le quartier populaire d'Ano Liossia, dans la grande banlieue d'Athènes. Une bâtisse de deux étages: lui habite au-rez-de chaussée. Son frère loge au premier avec les parents, mais ceux-ci lui ont réservé un morceau de terrasse qu'il pourra tranformer en appartement quand il en aura envie. «Nous sommes une famille grecque, dit Triantafillos, tout fier: la famille c'est important, on paie même les factures ensemble.»

Triantafillos travaille à la poste. Avec les coupes salariales dans la fonction publique, il a perdu 11% de son salaire – environ 150 euros. Il n'est pas sûr de garder son poste, car dès janvier 30.000 fonctionnaires (et ce n'est qu'une première vague, 120.000 devraient suivre d'ici 2014) vont être mis en «réserve» de l'Etat, sans aucune garantie de retrouver leur emploi au bout d'un an – une astuce pour les placer au chômage alors qu'ils ont en théorie la sécurité de l'emploi. Actuellement, le gouvernement ne remplace plus qu'un fonctionnaire sur dix.

Sa mère, Maria, 63 ans, touche une très petite retraite. Cette ancienne ouvrière s'est fait rouler par son ancien employeur, qui ne lui a jamais compté les bonus au titre de la pénibilité: elle touche donc la retraite de base – 480 euros par mois. Mais sa pension a tout de même été amputée de 15 euros. Pendant dix ans, le père de Triantafillos a exercé deux métiers (l'usine le matin, le taxi le soir). Son fils devra certainement s'y résoudre, lui aussi, un jour: la réforme passée en 2010 protège les retraités actuels, mais assomme les actifs qui cesseront le travail après 2022. Pour eux, les pensions seront amputées de 40%. Et ce n'est qu'un début...

Une nouvelle pauvreté

 

Business de crise: «Goldbuyers» échange vieilleries en or contre du cash.  
Business de crise: «Goldbuyers» échange vieilleries en or contre du cash.

Retour dans le centre-ville d'Athènes. Après deux ans de récession, de chômage de masse et d'austérité, l'urgence sociale se fait chaque jour plus criante. George Sykoutris dirige l'abri pour SDF de la Croix-Rouge, rue Epikouros. Devant le centre créé en 2007, des junkies végètent ou quémandent de l'argent, sous l'œil blasé des commerçants chinois.

Ici résident plusieurs familles grecques avec enfants. Les bambins sont scolarisés, leurs parents encouragés à retrouver un travail. C'est du moins ce qui se passait avant la crise: Sykoutris reçoit de plus en plus de demandes. «On refuse déjà un tiers des gens. L'an dernier, nous avions 45 personnes dans le foyer, aujourd'hui ils sont 82. Nous allons bientôt atteindre notre capacité maximale. Normalement, le séjour autorisé ici est de six mois, mais les gens ont tendance à rester car il leur est très difficile de retrouver un travail.»

Récemment, une de ses anciennes pensionnaires est revenue: elle devait être embauchée par une vieille dame pour faire des ménages, mais celle-ci a trouvé une employée de maison qui réclamait juste le gîte et le couvert, pas de salaire. Sykoutris n'est pas d'accord avec les journalistes grecs qui évoquent à longueur de colonnes l'émergence d'une «nouvelle pauvreté».

«Tous les problèmes ont commencé avec l'entrée dans l'euro, dit-il. Vous voyez cette petite bouteille d'eau ? Elle coûte trois fois plus cher depuis le passage à l'euro. C'est à partir de ce moment-là que les choses sont devenues plus dures pour les gens.» Pour le moment, le ministère de la Santé continue à verser les crédits à son centre. Pour combien de temps ? «Aujourd'hui, tout le monde a peur. Même moi, j'ai peur pour mon travail.»

Tout près, le centre de Médecins du monde, en théorie destiné aux migrants, ne désemplit plus. Les Grecs sont de plus en plus nombreux à s'y faire soigner car le gouvernement a aussi instauré des franchises et certains médicaments sont moins bien remboursés.

A Perama, ville portuaire à l'est d'Athènes où se trouve une autre polyclinique gérée par l'ONG, destinée à l'origine aux migrants, ne viennent plus que des citoyens grecs. Avec la crise, les étrangers sont partis chercher du travail ailleurs. Les anciens salariés de la zone portuaire, eux, sont restés et beaucoup croupissent dans la misère. «Les gens qui viennent nous voir ont souvent travaillé toute leur vie sur les chantiers navals ou sur le port, raconte la responsable, Artemis Lianou. Avec la crise, ils se sont retrouvés sans travail, sans argent pour nourrir leurs enfants. Nous les soignons, leur donnons des médicaments et de la nourriture.» Depuis un an, le nombre de visiteurs a augmenté de 20%.

Si la Grèce reste dans la zone euro, le plan d'austérité grec pourrait durer plus d'une décennie. En quittant Athènes, on se demande par quel miracle le pays pourra le supporter sur une telle durée.

Texte et photos: Mathieu Magnaudeix

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22