Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 15:12

 

marianne.net

Arrivederci Silvio Berlusconi

Vendredi 4 Octobre 2013 à 19:19 
Ariel F. Dumont

 

C’est officiel : Le Cavaliere a été déchu de son rang de sénateur par la commission électorale du sénat. La décision sera entérinée d’ici une vingtaine de jours par l’ensemble de l’hémicycle.

 

Gregorio Borgia/AP/SIPA
Gregorio Borgia/AP/SIPA
Condamné à quatre ans de prison pour fraude fiscale, une peine réduite des deux tiers en raison d’une amnistie, Silvio Berlusconi vient aussi d’être déchu de son titre de sénateur. Vendredi après-midi, la majorité des membres de la commission électorale sénatoriale ont décidé d’appliquer la loi « Severino » interdisant aux personnes condamnées à une peine inférieure à quatre ans de prison d’être élues. Le sénat italien sera convoqué dans un délai de trois semaines pour entériner la décision de la commission électorale.  

Normalement, la messe est dite pour le Cavaliere. Le sénat est composé de 315 membres plus 5 sénateurs à vie dont Mario Monti. En février dernier, la gauche a remporté cent vingt trois sièges, le Mouvement5stelle cinquante quatre et les centristes de Mario Monti, dix neuf. La majorité est à 163 voix. Compte tenu de la position de la gauche et des centristes, la déchéance du milliardaire devrait être largement proclamée. « Mais en Italie, tout est possible, d’autant plus que le vote est secret. N’oublions pas qu’en avril 1993, le président du Conseil socialiste Bettino Craxi accusé de corruption par le tribunal de Milan qui réclamait la levée de son immunité parlementaire,  fut sauvé par une poignée de sénateurs grâce au système du vote secret » se souvient l’ex sénateur démocrate Silvio Sircana.  

Pour sauver sa tête, le Cavalier table sur le soutien de ses sénateurs pour soudoyer quelques collègues de la gauche et du centre. Et  surtout, sur le fait que son parti a soutenu le gouvernement d’unité nationale mercredi après-midi à l’occasion du vote de confiance réclamé par le président du Conseil Enrico Letta. « Nous espérons que les alliés du gouvernement, le  parti démocrate et les centristes fassent preuve de responsabilité le jour du vote au sénat et qu’ils refusent d’entériner la déchéance d’un chef de parti » a déclaré l’ancien président berlusconien du Sénat Renato Schiffani.  

Reste que la marge de manœuvre pour faire pression sur les démocrates et les centristes est faible. Après avoir obligé Silvio Berlusconi à soutenir le gouvernement d’unité nationale qu’il avait essayé de faire sauter, les cinq ministres berlusconiens peuvent difficilement menacer de rendre leur tablier pour sauver le vieux chef déplumé. D’ici le jour du vote par ailleurs, le Cavaliere aura dû choisir entre les arrêts domiciliaires et les travaux d’utilité publique pour purger sa peine pendant un an et demi.

 

Il devra aussi affronter les magistrats napolitains qui l’accusent d’avoir soudoyé un sénateur de centre-gauche en 2008 en lui versant un million d’euros pour faire tomber le gouvernement de Romano Prodi. Et expliquer les écoutes téléphoniques démontrant qu’il  aurait payé les services des prostituées qui lui rendaient régulièrement visite du temps où il était encore président du Conseil italien. Soupçonné par le parquet napolitain d’avoir essayé de polluer les preuves sur ces affaires de corruption et de prostitution, le Cavaliere risque d’être arrêté. Certes son grand âge lui évitera la prison mais pas la honte de la garde-à-vue, la photographie signalétique et les empreintes digitales.

 

«  Silvio Berlusconi va surement démissionner pour éviter l’humiliation du vote au sénat. Il a perdu le soutien de la majorité de son parti et les déclarations enflammées des membres de Forza Italia qui ont critiqué la décision de la commission sénatoriale sont une façade. Le climat politique actuel n’a rien à avoir avec celui des années 90 quand le sénat avait sauvé Bettino Craxi » estime  Luigi Vimercati. Pour cet ancien sénateur démocrate, le Cavaliere n’a de toutes les façons aucune chance d’échapper à la déchéance.

Le parquet de Milan qui avait condamné Silvio Berlusconi à cinq ans d’interdiction d’exercice dans la fonction pour fraude fiscale a du recalculer la peine selon les indications données par la cour de cassation. Cette peine trop lourde par rapport aux quatre ans de prison sera ramenée à trois ans
 le 19 octobre prochain. En sauvant le Cavaliere le jour du vote, le sénat le ferait reculer pour mieux sauter.


Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Italie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22