Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 14:15


Arrestations et violences envers les indigné-e-s de Marseille

Communiqué publié sur marseille.indigne-e-s.net

Aujourd’hui, dimanche 11 décembre 2011 vers 15h30, 8 indigné-e-s marseillais-es ont été arrêtés par les forces de l’ordre.
Suite aux violences policières perpétrées hier soir sur le campement du Cours Julien – qui ont conduit à son évacuation – les indigné-e-s ont décidé de se retrouver aujourd’hui encore sur ce lieu symbolique des Assemblées populaires marseillaises.
En fin de matinée, les accès au Cours Julien étaient bloqués par les forces de l’ordre qui tantôt interdisait à toute personne d’y accéder, tantôt filtraient au faciès…
Dans un premier temps, l’Assemblée Populaire s’est installée près de la station de Métro Notre-Dame du Mont puis a décidé au consensus de devenir nomade, et s’est déplacée en haut de la Canebière, aux Mobiles.
Les CRS n’ont pas tardé à nous y rejoindre, nous ont chargé sans sommation et ont procédé à l’arrestation de huit d’entre nous devant un public marseillais stupéfait et sous le choc.
Pendant les quelques heures de gardes à vue des 8 indigné-e-s interpelés – divisés dans 3 commissariats différents -, un rassemblement a eu lieu devant le commissariat de Noailles. Nous nous sommes retrouvés jusqu’à une centaine pour réclamer ler libération. Les Indigné-e-s marseillais(es) ont eu également le soutien actif d’associations comme la LDH et le MRAP et de radios locales engagées ainsi que de médias venus filmer.
Aux dernières informations, des instances supérieures sont intervenues et un ordre a été donné pour leur libération. A l’heure actuelle tous les indigné-e-s ont été relachés.
Important :
Vous avez assisté aux arrestations de ce dimanche après-midi sur la Canebière ou bien aux violences policières de la nuit dernière au Cours Julien (samedi #10D décembre).
Votre témoignage est important pour la suite de notre action, il permettra également l’ouverture d’une enquête officielle sur ces événements.
Pour ce faire il suffit d’adresser votre témoignage par courrier au Procureur de la République, en détaillant les faits du mieux possible et en joignant une copie de votre pièce d’identité (une lettre pour samedi et une autre pour dimanche si vous étiez présents les deux jours).
Merci de nous tenir informés en adressant une copie de ce courier à marseille@indigne-e-s.net.
Nous vous remercions par avance de votre soutien.
PS : RDV demain lundi 12 décembre 2011 Assemblée Populaire des indigné-e-s à 10h00 au Vieux-Port devant la mairie de Marseille.

 

Communiqué des Indigné-e-s de Paris en soutien aux marseillais

Nous, Indigné-e-s de Paris, dénonçons les faits de violences policières dont ont été victimes les indignés de Marseille lors de la journée et la nuit du 10 décembre et aujourd’hui encore.

Le samedi 10 décembre de nombreuses villes en France se sont mobilisées à l´occasion du 63ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l´Homme pour dénoncer sa violation dans de nombreux pays du monde et pour réfléchir ensemble à l’appliquer à tous. 

À Paris, une marche festive d’environ 500 personnes a eu lieu depuis la place Clichy jusqu’à la place Stalingrad. Rythmée au son de musique, batucada, elle s´est terminée avec une assemblée populaire et un concert organisé par le groupe artistique du mouvement (A.A.R.D.Y). 

Alors que les Indigné-e-s parisiens se réunissaient dans une ambiance festive, à Marseille ils ont subi les charges policières dont le but était manifestement d’empêcher leur projet de campement sur le cours Julien. Le quartier a été bouclé, empêchant les riverains de circuler et des gazs lacrymogènes ont été utilisés vers 23h30 pour disperser les Indigné-e-s. Ces derniers sont restés pacifiques.

Le lendemain, dimanche 11 décembre, l’assemblée populaire place des Réformés (lieu du jour de réunion suite au bouclage du Cours Julien) a été dispersé sans sommation, et 8 personnes ont été interpellées (dont un mineur) pour motif de « manifestation illégale », puis mises en garde à vue au bout de 4h. Le préfet est intervenu pour faire annuler les gardes à vues, selon lui illégales et a manifesté son désaccord face aux bavures des CRS nationaux. 

Une centaine de personnes se sont rassemblées devant le commissariat pour soutenir les détenus, pendant que l´avocat des « gardés à vue » intervenait à haut niveau pour rappeler les droits de l’homme. Des représentants politiques, syndicaux et journalistes étaient également sur place. 

Face à la grande confusion au sein même des forces de l´ordre, à la disproportion de leur usage de la force, et à la violence exercée contre des citoyens, une première plainte a été déposée. Des courriers de témoignages seront envoyés au procureur pour demander l’ouverture d’une enquête au sein de la police.

Nous dénonçons ces méthodes d’intimidation couramment utilisées dans la capitale et nous apportons notre soutien aux Indigné-e-s de Marseille.

Cordialement.

Les Indigné-e-s de la Défense, Mouvement Démocratie Réelle Maintenant. 

Webhttp://paris.reelledemocratie.com

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Les indignés d'ici et d'ailleurs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22