Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 16:07

 

Source : www.arte.tv/guide/fr

 

Spéculation ou la faim programmée

Dernière mise à jour: 14 Janvier 2014


Depuis les récentes émeutes de la faim en Afrique, en Asie et au Mexique, le fonctionnement du marché des matières premières est sur le banc des accusés. Quelle est la responsabilité des traders dans ces désordres économiques et humanitaires ?

Traders - Le marché secret des matières premières

*Pour voir la vidéo, cliquer ici lien

 

Jamais nos sociétés n’ont consommé autant de matières premières qu’en ce début de XXIe siècle. Blé, riz, sucre, soja, pétrole… : tous ces produits sont aujourd'hui objets de spéculation. Pour la première fois, un documentaire démonte les mécanismes de ce grand commerce mondial aux enjeux économiques, politiques et alimentaires majeurs, et révèle le quotidien de ceux qui en sont les principaux acteurs : les traders eux-mêmes, ces hommes et ces femmes qui achètent, transportent, revendent les marchandises et spéculent sur l’évolution de leurs prix.

Documentaire de Jean Crépu (France 2013, 1h17mn) : mardi 14 janvier à 20h50


Débat sur le fonctionnement du marché des matières premières

Les invités du débat animé par Emilie Aubry :

Heiner Flassbeck, économiste allemand et ex-secrétaire d'Etat aux Finances dans le ministère d'Oskar Lafontaine (1998-1999) et Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt du gouvernement Jean-Marc Ayrault.

Débat : mardi 14 janvier à 22h10

  • marché des matières premières

Les courtiers à l'heure des nouvelles technologies

  • BIG DATA @ Wall Street

    BIG DATA @ Wall Street

    7 min

 

 

 *Pour voir la vidéo, cliquer lien

 

Kenny Polcari est un courtier réputé qui a travaillé avec les plus grands, de Gordon Gecko à Mark Zuckerberg. En 1980, il a débuté à Wall Street comme coursier, livrant plus de 5 500 traders. Aujourd’hui, il est directeur des opérations boursières à New York, au cœur d’un paysage informatique très discret dans lequel des milliards de dollars sont négociés en l’espace de quelques millisecondes.


Heiner Flassbeck : "La spéculation sur les matières premières est très dangereuse"

Heiner Flassbeck a été pendant 10 ans chef économiste de la Cnuced à Genève. En qualité d’expert sur les questions de commerce mondial, il conseille les gouvernements à travers le monde et participe au G-20 des ministres de finance. S'agissant de la spéculation sur les matières premières, Heiner Flassbeck insiste sur le rôle de la politique.

Par Barbara Bouillon

Dans quelle mesure les spéculations sur les matières premières conduisent-elles à des crises alimentaires ?

La spéculation n’est pas directement responsable de la faim. Ce serait trop simple. Le sujet est complexe. Même si cela a déjà été ponctuellement le cas : en 2008 par exemple, le prix des denrées alimentaires a augmenté drastiquement en raison des spéculations, ce qui a causé sans aucun doute de la faim dans le Tiers-monde.

Comment évaluez-vous le commerce de matières premières, est-ce problématique ou plutôt positif ? Des économistes agricoles renommés ont pu prétendre que cela avait une action stabilisatrice sur les prix.

Non, la spéculation sur les matières premières est très dangereuse. Par exemple sur le pétrole : le prix du pétrole n’a aujourd’hui plus rien à voir avec l’offre et la demande. C’est complétement sorti du contexte économique et n’est plus qu’influencé par la finance.

À quoi cela mène-t-il ?

Le prix du pétrole n’est pas simplement un chiffre. Cela a, par exemple, des conséquences directes sur le changement climatique. Ce sujet global ne doit en aucun cas rester entre les seules mains des marchés financiers, pour qui seul le profit compte et non les conséquences à moyen et long terme.

Est-ce que cela vaut aussi pour des denrées alimentaires comme le blé, le riz ou le maïs ?

Absolument. Ces denrées sont également évaluées par les marchés financiers. Ces évolutions sont inquiétantes. Quand ce n’est plus l’offre et la demande qui déterminent les prix, les producteurs reçoivent des informations erronées, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques comme la surproduction ou la sous-production. Et cela a pour conséquence la faim. Les marchés financiers doivent absolument être tenus à l’écart de ces domaines essentiels.

Comment cela peut-il être mis en œuvre ?

C’est ici que le politique doit agir. Il doit s’opposer courageusement aux lobbies, c-à-d concrètement contre les banques, et limiter leurs pouvoirs. Aux États-Unis, Obama a au moins essayé de réagir à la crise financière. Avec le « Dodd-Frank Act », il a tenté de rendre les marchés financiers plus transparents et plus responsables. Mais même cette tentative n’est pas encore assez courageuse, ni complète.

Comment évaluez-vous les politiques mises en place en Europe ?

Même si une nouvelle bulle financière est en train de se reconstituer sur les marchés, presque rien ne se passe. Les hommes politiques n’osent pas affronter efficacement les lobbies. Un bon exemple : Angela Merkel continue de se faire conseiller par la Deutsche Bank. Alors que serait son rôle serait de réduire son influence.

Un dernier aspect : on dit qu’une sorte de monopole est en train de se créer sur le marché des matières premières. Comment peut-on lutter contre cela ?

Ici aussi, c’est au politique d’agir. Mais le combat contre des acteurs mondiaux comme Glencore, qui ont une influence considérable, est difficile. Les gouvernements nationaux ne peuvent pas grand-chose à leur échelle. Contre ce genre de monopoles, il faut agir à l’échelle mondiale. Le G20 est le bon cadre pour cela. Mais des pays comme l’Australie, les États-Unis ou le Canada bloquent régulièrement des projets correspondant à cela. Ils n’ont pas intérêt à détruire des monopoles, dont leurs propres pays profitent énormément pour l’une ou l’autre raison.


A la faim, c’est toujours la finance qui gagne

Un rapport de l’ONG Oxfam dénonce la spéculation sur les matières premières agricoles, en plein débat sur la loi bancaire à l’Assemblée. 

Lisez la suite de l'article sur le site de notre partenaire Libération.fr.


Riz, maïs et blé : la sécurité alimentaire à quel prix ?

Depuis quatre ans, le prix du riz est globalement orienté à la hausse et cela ne devrait pas s'arranger. L'ONG OXFAM estime en ce sens que le prix du riz pourrait augmenter de 107% à l’horizon 2030. Une perspective sur laquelle s'alignent généralement d'autres céréales comme le blé ou le maïs et qui menace la sécurité alimentaire de millions d'êtres humains.

 

 

Source : www.arte.tv/guide/fr

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Alertes- Ce que vous devriez savoir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22