Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 17:47

 

 

Source : www.reporterre.net

 

Libertés

À Toulouse, Rennes et Rouen, la mobilisation contre les violences de l’Etat et les projets inutiles se poursuit

Emmanuel Daniel, Julie Lallouët-Geffroy et Grégoire Souchay (Reporterre)

vendredi 14 novembre 2014

 

 

 

Alors que le ministre de l’Intérieur refuse toute responsabilité dans le décès de Rémi Fraisse, la mobilisation contre la violence d’Etat et les grands projets inutiles se poursuit à Toulouse, Rennes et Rouen. Et sur la Zad du Testet, la vie reprend paisiblement, en l’absence de policiers... Récit des correspondants de Reporterre.


À TOULOUSE, LES ÉTUDIANTS SE RASSEMBLENT CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES ET LES PROJETS INUTILES

- Toulouse, correspondance

Ils étaient plus de mille ce jeudi 13 novembre rassemblés à l’amphithéâtre 8 de l’université Jean Jaurès (anciennement Toulouse Le Mirail). Avec la reprise des cours vient la reprise des mobilisations étudiantes, coutumières dans l’établissement toulousain. Mais en plus des traditionnelles revendications étudiantes, il est aujourd’hui question de Testet, de violences policières, de grands projets inutiles. Hugo, présent durant l’assemblée, raconte : « On a tout de suite voulu poser le débat pour expliquer le lien entre les problèmes d’austérité et de privatisation de l’université et ce qui se passe dans le Tarn ». L’explication est limpide : « D’un côté, ils dépensent des millions pour des grands projets inutiles et pour empêcher les gens de manifester, et de l’autre ils suppriment des filières universitaires, mettent en place une sélection et essayent de privatiser l’enseignement supérieur ».

Contre l’austérité et les Grands Projets Inutiles

Autre nouveauté, la population composant l’assemblée générale : là où l’on retrouve généralement des militants organisés, syndicalistes étudiants et organisations de jeunesse, un étudiant observe : « C’était très varié. Il y avait quelques figures activistes toulousaines, mais beaucoup de gens ont pris la parole ». La discussion a débouché sur quelques rendez-vous, à commencer par la manifestation de ce samedi 15 novembre, à Toulouse, contre les « politiques d’austérité ». Mais également avec un rendez-vous jeudi prochain, le 20 novembre, où un appel est lancé pour « la grève et l’occupation de l’université du Mirail ». Selon Hugo, « on parle d’enraciner le mouvement et d’occuper », dans la continuité des mouvements lycéens du mois d’octobre dans le Tarn et l’amorce de ZAD à Rouen. Enfin, une nouvelle manifestation, appelée cette fois nationalement, « contre les violences policières » pour la journée du 22 novembre.

« Guet-apens » policier et justice expéditive

Malgré la mort de Rémi Fraisse, la violence policière est restée intense. Une nouvelle manifestation était prévue samedi 8 novembre, pour rendre hommage à Rémi Fraisse et contre les violences policières. Sauf que, la veille au soir, le préfet de Haute-Garonne annonce son interdiction. Des tractations de la dernière heure laisseront aux organisateurs, notamment le Nouveau Parti Anticapitaliste, l’espoir de pouvoir marcher malgré tout. Peine perdue. Selon tous les témoignages, cette marche s’est avéré une véritable souricière. « On a fait quelques pas sur les grandes allées, comme cela avait été discuté, et puis, ils ont bloqué toutes les issues et ont commencé à nous gazer, nous frapper, alors qu’il n’y avait aucune violence de la part des manifestants ».

Deux photographes du site Le Journal Toulousain se trouvaient sur place et confirment cette version des faits en précisant que « la seule voiture brûlée, samedi dernier, a été le fait d’une grenade lacrymogène lancée par la police … C’est aussi une réalité. »

Parallèlement, les premières peines de condamnation de justice suite aux premières manifestations sont tombées et particulièrement lourdes. Le cas le plus emblématique est celui de Charlie, clown activiste, présent lors de la manifestation du 1er novembre, et condamné en comparution immédiate à 6 mois de prison dont quatre avec sursis. Une condamnation d’autant plus surprenante que la personne est connue pour être non-violente. D’autres jugements devraient intervenir début décembre, avec cette fois la possibilité de mieux préparer leur défense.

Mercredi soir, plusieurs personnes se sont retrouvées en petit comité devant le monument aux morts de Toulouse avec des bougies et des fleurs pour « honorer la mémoire de Rémi Fraisse ». Le même jour, à l’écart de tout média et de toute publicité, Rémi était enterré par sa famille et ses amis.

Sur la ZAD, la vie est paisible

Paradoxalement, c’est sur la zone humide du Testet que la situation est la plus calme. La tempête médiatique est retombée, aucun policier ne se trouve à proximité de la zone, et la principale occupation quotidienne est de vivre et construire. Après les hommages et le recueillement, les opposants ont entrepris une opération de nettoyage du ruisseau du Tescou de tous les résidus des combats des semaines passées, déchets de grenades lacrymogènes en tête. Mais cela ne suffit pas à occuper les énergies des militants. Alors, on construit toujours et encore. Un peu partout, les campements s’étendent, se développent.

Après des mois et semaines de tension permanente, les uns et les autres peuvent apprendre à se connaître, à vivre ensemble, comme dans toute communauté humaine. Si la menace de l’évacuation plane, depuis le 3 novembre dernier et les déclarations de Ségolène Royal, beaucoup n’y croient pas et espèrent bien tenir le camp pour la durée de l’hiver. L’argument de la vieille dame ne pouvant pas rentrer chez elle s’est révélé inexact, comme l’a raconté Le Canard Enchainé.

À deux pas de là où se trouvait le campement Gazad, non loin du lieu des affrontements du 25 octobre, une branche verte repousse sur un tronc d’arbre abattu. « Au printemps, ça va repartir », nous dit-on.


À RENNES, MODESTE MOBILISATION

- Rennes, correspondance

Jeudi 13 novembre après-midi, près de deux cents personnes ont défilé dans les rues de Rennes pour s’opposer aux violences policières. Puis, en début d’après-midi, trois cents personnes se sont réunies en assemblée générale à l’université Rennes 2 : « Il ne faut pas laisser de porte de sortie au gouvernement, pas de revendication du type la démission de Cazeneuve », le ministre de l’Intérieur ; « Oui, parfois la violence est nécessaire, s’il n’y en avait pas eu à Notre-Dame-des-Landes, les travaux auraient commencé ! », le débat s’articule sur la suite à donner au mouvement. Le débrayage qui suit dans les salles de l’établissement puis dans les lycées n’est pas concluant, peu d’élèves et étudiants rejoignent le cortège.

Les mots d’ordre « La police mutile, la police assassine » sont scandés à travers la ville. Au bout de deux heures, la mobilisation se termine par un sit-in à proximité du commissariat de St-Anne, le quartier des soirées rennaises. La majeure partie des manifestants sont des étudiants, ils dénoncent « la psychose que les autorités tentent d’instaurer pour faire une distinction entre bons citoyens et casseurs ». La veille (mercredi), l’université avait fermé ses portes à cause d’un appel à une assemblée générale, qui a été reportée à jeudi.

Le samedi 8 novembre, une manifestation avait rassemblé trois cents personnes malgré l’interdiction de la préfecture et le déploiement des forces de l’ordre.


LA ZAD DE ROUEN EST DE RETOUR...

 

*Suite de l'article sur reporterre

 

 

Source : www.reporterre.net

 


Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22