Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2014 2 08 /07 /juillet /2014 16:49

 

Source : www.marianne.net

 

Barroso a-t-il cédé aux industriels du tabac ?

Mardi 8 Juillet 2014 à 13:00

 

Patricia Neves

 

L’ancien commissaire européen à la Santé, le Maltais John Dalli, a été contraint à la démission à l’automne 2012, par le président de la Commission Manuel Barroso. A-t-on voulu avoir sa peau pile au moment où il préparait une nouvelle directive anti-tabac ? Enquête, documents sonores à l'appui, sur ce que l'on nomme le "Dalligate" et qui pourrait être un "Barrosogate"...

 

ZHOU LEI/CHINE NOUVELLE/SIPA
ZHOU LEI/CHINE NOUVELLE/SIPA
John Dalli, commissaire européen à la Santé, a-t-il profité de sa position pour soutirer de l’argent à une grande marque de tabac suédoise ? A-t-il vendu ses services, en octobre 2012, à Swedish Match, qui souhaite depuis longtemps commercialiser ses produits, les snus, sorte de tabac moulu conditionné sous forme de pâte humide ou de sachets, jusque-là interdits en Europe mais très « prisés » en Suède ?
 
Non, se défend l’intéressé. Il n’avait aucunement l’intention d’autoriser le commerce des snus dans la directive anti-tabac qu’il préparait alors.
 
Non, concèdent les représentants de Swedish Match eux-mêmes au cours d’un long entretien, dont Marianne publie des extraits, organisé dans le bureau de l’euro-député José Bové, en mars 2013, soit cinq mois après les faits.
 
Malgré ces démentis répétés, John Dalli sera contraint à la démission à l’automne 2012, par le président de la Commission Manuel Barroso. Le portugais, sûr de lui, évoque à l’époque détenir des « preuves circonstancielles non ambiguës » d’un trafic d’influence. Il s’appuie alors sur un rapport de l’OLAF, l’Office anti-fraude, dont il est le seul à avoir connaissance. Les parlementaires qui en feront la requête le demanderont en vain.

Face à José Bové, les membres de Swedish Match parlent volontiers. La conversation, en anglais, est enregistrée. Ils le savent. Le départ de John Dalli ? Pour eux, une aubaine. La directive anti-tabac qui aurait dû être examinée le 23 octobre 2012 a été reportée. Adoptée en décembre 2012 par la Commission, elle ne sera soumise au vote, au mieux, que fin 2014. Ils ont gagné du temps, ne s’en cachent pas, poursuivent d’ailleurs leur lobbying intense, en faveur des snus, auprès de José Bové, grand fumeur… de pipe. José Bové écoute, enquête depuis plusieurs mois sur l’étrange destitution de John Dalli, qu’il qualifiait hier encore, sur France Inter, « d’invraisemblable », John Dalli ayant été selon lui « viré en vingt minutes sans pouvoir se défendre ». 
 
Les deux comparses de Swedish Match, Cecilia Kindstrand-Isaksson et Johan Gabrielsson, en viennent rapidement, à l’affaire, sans que José Bové n'ait à l'évoquer. Ils le concèdent d’emblée : Swedish Match n’était pas parvenue à approcher l’ancien commissaire à la Santé d’origine maltaise. Pour arriver à leurs fins, ils piocheront malicieusement dans leurs réseaux et mandateront une juriste, maltaise elle-aussi, Gayle Kimberley, qui réussira quant à elle à obtenir le rendez-vous tant espéré avec John Dalli à l’occasion duquel elle lui remettra des documents sur la non-dangerosité des snus« Malte est une très petites îles où toutes les élites se connaissent » explique Johan Gabrielsson dans l’enregistrement. Pour cette simple mission, la juriste recevra entre 4 000 et 5 000 euros. Très impliquée dans sa tâche, fort lucrative, elle fait du zèle. Jusqu’au mensonge ?

>>> Cliquez sur l'enregistrement ci-dessous :

 

entretien_jose_bove_et_swedish_match_1.m4a Entretien José Bové et Swedish Match.m4a  (399.36 Ko)


Car si John Dalli confirme ce premier rendez-vous, il nie avoir été présent à une seconde entrevue, le 10 février 2012, en compagnie de la juriste et d’un proche à lui, Silvio Zammit, un Maltais (encore une fois) à la tête d'une pizzeria. Or, c’est précisément au cours de cette deuxième réunion qu’aurait été fixée la somme de 60 millions de dollars demandés à la marque suédoise par l’intermédiaire de son ami Silvio Zammit, afin d’obtenir la commercialisation des snus. Seulement voilà, la juriste, Gayle Kimberley, n’était pas à la réunion. C’est Swedish Match qui le confirme.

« Si vous le voulez, je peux vous raconter ce qu’il s’est passé. Je sais qu’elle (Gayle Kimberley) n’y était pas. Je sais qu’elle n’était pas à la seconde réunion » déclare Johan Gabrielsson.

>>> Cliquez sur l'enregistrement ci-dessous :

 

seconde_reunion_1.m4a Seconde réunion.m4a  (298.15 Ko)


L’Office de lutte anti-fraude, d’ailleurs, en avait connaissance, toujours d'après Johan Gabrielsson.
« L’OLAF était-il conscient de ça ? », de l’absence de Gayle Kimberlay le 10 février 2012, demande José Bové. 
« Oui, ils l’avaient clairement incorporé dans leurs investigations ».

>>> Cliquez sur l'enregistrement ci-dessous :

 

investigations_1.m4a Investigations.m4a  (354.81 Ko)


Ce qui n’empêchera pas l’OLAF de rédiger un rapport à charge contre John Dalli et de demander à Johan Gabrielsson de continuer à expliquer publiquement que Dalli était présent à ce deuxième rendez-vous !
 
« L’OLAF nous avait dit de maintenir… ».
« De maintenir votre version des faits ? » interroge José Bové. 
 
Johan Gabrielsson, lui, répond par une formule alambiquée, dément un premier temps, peu convaincant, en prenant de plus en plus de précautions, conscient de l’accusation grave qu’il vient de porter. Mais il finit, en fait, par confirmer ses premiers propos.

>>> Cliquez sur l'enregistrement ci-dessous :

 

keep_your_version_1.m4a Keep your version.m4a  (670.36 Ko)


Ainsi l’Office anti-fraude, chargé d’enquêter, avait-il déjà pris parti. Pourquoi cet organisme a-t-il maintenu une accusation qu'il savait infondée ? A-t-on voulu avoir la peau de l’ancien commissaire à la Santé pile au moment où il préparait une nouvelle directive anti-tabac ? Barroso a-t-il cédé aux industriels du secteur ? Actuellement interrogé par le Tribunal de l'Union européenne, une première pour un président de la Commission, Manuel Barroso doit en répondre.
 
Aux juges, il a notamment déclaré avoir « perdu la confiance politique et personnelle envers John Dalli » qui aurait reconnu, d'après Barroso, « avoir été imprudent ». Avant de poursuivre : « Si l’intégrité d’un membre de la Commission est mise en doute, toute la Commission est mise en cause ». Même si le membre en question a été blanchi par la justice maltaise saisie du dossier... John Dalli demande désormais réparation. Un euro symbolique. Il a également lancé deux procédures en Belgique, l'une contre Swedish Match, l'autre contre la Commission...
Source : www.marianne.net

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22