Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 17:10

 

 

Marianne

 Rédigé par Thomas SCHNEE le Samedi 25 Mai 2013 à 16:00

 

En mars dernier, les Suisses ont voté à 69,7 % en faveur de l’interdiction des primes de bienvenue et des parachutes dorés pour les patrons. Face à ce succès sans précédent, les syndicats, le parti socialiste et les Verts suisses ont décidé d’aller beaucoup plus loin en lançant l’initiative « 1:12 ». Celle-ci propose d’imposer un rapport maximal de 1 à 12 entre les plus hauts et les plus bas salaires d’une même entreprise. Le vote aura lieu en novembre. Les patrons suisses tempêtent et menacent.

 

Daniel Vasella, ex-patron de Novartis, est devenu le symbole des "patrons rapaces" © Tripplar Kristoffer/SIPA
Daniel Vasella, ex-patron de Novartis, est devenu le symbole des "patrons rapaces" © Tripplar Kristoffer/SIPA
Alors que notre ministre de l’économie Pierre Moscovici vient d’annoncer que, contrairement aux promesses du candidat Hollande, il n’y aurait pas de loi sur la gouvernance des entreprises, et donc sur la limitation du salaire des patrons, et que l’Allemagne discute mollement du sujet, nos amis Suisses agissent.

De la possibilité de réduire le salaire des patrons…

Le 3 mars dernier, ils ont tout d’abord plébiscité « l’Initiative contre les rémunérations abusives » aussi appelée Initiative Minder, du nom de son initiateur l’entrepreneur et conseiller aux Etats Thomas Minder. Celle-ci supprime les parachutes dorés des patrons et va désormais permettre aux actionnaires suisses de contrôler le salaire des patrons. Avant la votation, contre laquelle le gouvernement suisse s’était prononcé, les sondages donnaient déjà l’initiative gagnante. Mais personne n’avait prévu son énorme succès qui a non seulement atteint près de 69,7 % de votes positifs, mais aussi obtenu une nette majorité chez les électeurs de tous les partis suisses. Ce formidable résultat a évidemment été amplifié par l’affaire Vasella (Daniel Vasella, ex-patron de Novartis, qui a du renoncer à une prime de départ de 57,7 millions d’euros, suite à la pression de l’opinion publique ). Aussi positive qu’elle soit, l’initiative Minder n’impose cependant pas de mesures de limitation automatique, sauf en ce qui concerne les primes d’arrivée et de départ. « Si les propriétaires des entreprises dorment, les salaires ne changeront pas » précisait Roby Tschopp, directeur de l’association de petits actionnaires pour une économie durable Actares, au lendemain du vote : « Des rémunérations de plusieurs millions resteront sans doute une chose courante. En revanche, les rémunérations de 40, 50 ou 60 millions, c’est très probablement fini », expliquait-il alors.

 

1:12, une initiative radicale pour limiter le salaire des patrons suisses


…. à l’obligation de le faire.

Fort de ce constat, les Jeunes socialistes, le Parti socialiste , le Parti écologiste et la Confédération des syndicats suisses, ont donc décider de « surfer » sur le succès de l’initiative Minder pour aller nettement plus loin. La proposition de la nouvelle initiative 1:12 est quasi révolutionnaire. Elle veut faire inscrire dans la Constitution helvétique un article visant à encadrer sévèrement le niveau de rémunération des managers en fixant le niveau du plus haut salaire de l’entreprise à un maximum de 12 fois le niveau du plus bas salaire de la même entreprise. Ayant largement dépassé le seuil des 100 000 signatures de soutiens, elle donnera lieu à une votation populaire nationale qui se tiendra courant novembre 2013 et dont le résultat sera contraignant pour le gouvernement et le parlement suisses. Les réactions inquiètes et furieuses des patrons suisses se multiplient. Pour leur part, les initiateurs comptent bien bénéficier du succès de « l’initiative Minder » contre les rémunérations abusives.

Réellement inquiets, les patrons suisses menacent

Face à cette initiative radicale, la Confédération des entreprises suisses «economiesuisse », a démarré une campagne de communication exposant les risques que cette initiative fait courir à l’économie helvétique. Plusieurs grands patrons, comme celui du géant des matières premières Glencore-Xstrata Ivan Glasenberg, sont déjà montés au créneau. Ce dernier a expliqué que si l’initiative était adoptée, son groupe quitterait immédiatement la Suisse : « En tant que chef d’entreprise et citoyen suisse, je ne peux pas imaginer que la Suisse puisse saboter de la sorte son économie », a-t-il déclaré. Par ailleurs, le rapport moyen actuel entre salaires plus élevé et plus bas dans les entreprises suisses est actuellement de 1 pour 56. Les initiateurs de 1:12 espèrent donc qu’une victoire conduira non seulement à une baisse des salaires des managers, mais aussi à un relèvement des salaires les plus bas. Face à cela, le patron de Swisscom Carsten Schloter menace. Il estime au contraire que la baisse des hauts salaires obligera les entreprises à réajuster vers le bas les salaires inférieurs, « pour que la gradation entre les hiérarchies salariales puisse être maintenue ».

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22