Alertes- Ce que vous devriez savoir

Mardi 14 janvier 2014 2 14 /01 /Jan /2014 16:52

 

 

Source : www.francetvinfo.fr

 

 

 

Votre fiche de paie de décembre est peut-être fausse

Europe 1 révèle que le revenu annuel figurant sur les bulletins de paie de deux salariés sur trois est erroné en décembre.

 

 

(MYCHELE DANIAU / AFP)

 

Par

Mis à jour le 13/01/2014 | 13:23 , publié le 13/01/2014 | 13:03

 

Salariés, vous devriez vérifier votre bulletin de paie de décembre. Dans certains cas, le montant du revenu annuel y figurant a été mal calculé, révèle Europe 1, lundi 13 janvier. Deux tiers des salariés sont concernés, ceux qui bénéficient d'une mutuelle d'entreprise obligatoire, soit environ 15 millions de personnes, selon la radio. 

Explications. Le budget 2013 prévoit que les mutuelles soient désormais imposées plus lourdement. La part patronale qui finance la mutuelle doit figurer dans le revenu imposable des salariés. Mais le Conseil d’Etat n'a validé cette mesure que le 30 décembre. Or certaines entreprises ont bouclé leurs fiches de paie avant cette date et n'ont donc pas pris en compte cette loi pourtant entrée en vigueur.

Résultat, les salariés concernés risquent d'avoir une mauvaise surprise en mars-avril, lorsqu'ils recevront leur déclaration d'impôt. Le montant du revenu imposable prérempli par les services fiscaux sera supérieur à celui inscrit sur leur bulletin de paie. Ils devront donc payer plus d'impôts que ce qu'ils pensaient.

 

 

Source : www.francetvinfo.fr

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Alertes- Ce que vous devriez savoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 janvier 2014 2 14 /01 /Jan /2014 15:46

 

 

A diffuser :

Objet : Services publics aux abonnés absents

Pour information,
Figurez-vous que juste après le documentaire « Les nouveaux chiens de garde », j'ai eu l'occasion de réaliser un documentaire pour France 5, intitulé « Salariés sans frontières ».
Figurez-vous que ce documentaire a été livré en septembre 2012 et que depuis, France 5 l'avait « oublié » dans des tiroirs.
Il faut dire que les rapports avec France 5 avaient été très tendus lors du montage au printemps 2012, à l'époque où des dizaines de milliers de spectateurs se précipitaient dans les salles pour voir justement Les Nouveaux chiens de garde. Alors, imaginer qu'il peut y avoir un rapport entre cette censure et le film qui a fait plus de 240 000 entrées au cinéma. Non, quand même pas !! Bon, il est vrai qu'Yves Calvi, un des chouchous de France5, est plutôt bousculé dans Les Nouveaux chiens de garde... Mais, non il ne faut pas voir le mal partout !!
Officiellement, c'était donc la musique du film et son compositeur, le talentueux et indocile Dick Annegarn, qui ne plaisait pas à la chaîne... Officiellement vous dis-je...
Toujours est-il que je viens par hasard de m'apercevoir cet après-midi en surfant sur le Net que France 5 s'est enfin décidé de diffuser « Salariés sans frontières » jeudi qui arrive, le 16 janvier à... zéro heure dix. Honteusement, en catimini, histoire de préserver l'illusion de démocratie. Le film n'a bien entendu bénéficié d'aucune promotion de presse de la part de France 5. Résultat, aucun article, aucun reportage, aucun son. Un lien avec Les Nouveaux chiens de garde ? Non vous dis-je !!!
Alors, pour que l'omerta ne soit pas complète, reste à vous tous de diffuser ce message, d'inciter tout un chacun de regarder sur France 5 ce jeudi 16 janvier à zéro heure dix, « Salariés sans frontières », de l'enregistrer et de le montrer autour de vous.
Merci à vous
Gilles Balbastre, co-réalisateur des Nouveaux chiens de garde
En résumé, le film porte sur la destruction du travail ouvrier dans la Grande région (Lorraine, Wallonie, Sarre) qui entoure le Luxembourg et le remplacement des ouvriers de la sidérurgie et des mines de fer par des salariés des services qui tous les matins partent dans le 2ème PIB par habitant du monde nettoyer les bureaux, garder les banques, servir les cafés des golden boys... Une force sociale relativement structurée autour de syndicats, de partis de gauche, organisée collectivement, a été ainsi supprimée et remplacée par une autre, celle-ci atomisée, seule, explosée dans ce coin d'Europe. Au bénéfice comme d'habitude de ceux, qui comme les De Wendel, ont toujours été soutenu politiquement pour amplifier encore et toujours plus leurs intérêts et leurs profits.

http://www.france5.fr/emission/salaries-sans-frontieres

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Alertes- Ce que vous devriez savoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 13 janvier 2014 1 13 /01 /Jan /2014 16:43

 

Source : fr.finance.yahoo.com

 

Quand votre banque en faillite viendra se servir sur votre compte

Ce n'est plus une utopie : L'Europe l'a acté : Les banques en difficulté pourront ponctionner les comptes de leurs clients pour se refaire, exactement comme à Chypre en mars dernier. Faut-il se précipiter à la banque et vider son compte ? Rassurez vous : cela n'arrivera pas avant 2016. Enfin, seulement si...

 

Pour intervenir en Centrafrique il aura fallut à la France trois bons mois pour obtenir un feu vert du Conseil de Sécurité de l'ONU. Ce qui est rapide. François Hollande a beau ne plus vouloir que la France soit le gendarme de l'Afrique, on ne peut pas pour autant jeter le famas dans le fossé et tourner le dos aux massacres. D'où le la Libye, la Côte d'Ivoire, le Mali, la Centrafrique, le tout en quatre ans et deux présidents.

 

Pour sauver des banques, ou mieux, le système bancaire mondial, la théorie voudrait qu'il faille des mois ou des années, vu le nombre de protagonistes impliqués. Seulement voilà : des hommes des femmes et des enfants qui se font massacrer peuvent attendre. L'économie mondiale, non. Si demain, une nouvelle crise -probable, malheureusement - survient, et que les banques - sûrement - se retrouvent à nouveau en première ligne, les chefs d'Etat des grands pays industrialisés qui représentent 80 % de l'économie mondiale - en gros, le G20 - n'auront que quelques heures pour intervenir.

 

En ce sens, l'accord conclu au niveau européen le 11 décembre dernier est une bonne chose. La directive en cours de préparation, et qui s'appliquera à compter de janvier 2016, prévoit le mécanisme dit de "bail-un", par opposition au "bail-out". Bail-in, bail-out kesako ? Le bail-out, c'est ce qui a été fait en 2008, quand les Etats sont venus au secours de leurs banques, en leur prêtant massivement de l'argent, en entrant à leur capital, ou carrément en les nationalisant. C'est l'argent public (du moins, la garantie apportée par les Etats qui ont emprunté pour refinancer les banques) qui a sauvé les banques. Il n'a fallut que quelques heures pour décider  des modalités du (des) sauvetage(s). Quelques jours pour les mettre en oeuvre. 

 

Mais voilà : en l'état des finances publiques, et surtout de leurs taux d'endettement, les Etats ne veulent plus prendre le risque de devoir à nouveau intervenir pour sauver les banques, et risquer de "partir avec l'eau du bain" comme dit le proverbe américain. En 2016, donc, ce seront les actionnaires des banques, puis, les détenteurs d'obligations, et enfin, les déposants, qui seront mis à contribution. 

Si vous n'êtes pas sûrs d'avoir bien compris, voici en substance ce qui se passera "le jour où" les banques seront en difficulté : Constatant l'impasse dans laquelle la Banque Duchtruc se trouve, menaçant par contrecoup les banques Duchmol et Duchnou, les autorités décideront de chercher l'argent là où il se trouve. J'avoue ne pas avoir bien compris comment l'on irait pomper du cash aux détenteurs d'actions des banques en question, alors même que les cours des dites banques seront forcément en chute libre, voire suspendus. Peut-être en décrétant que tout détenteur de 10 actions ou obligations n'en détiendra plus que 9 ou 8, les autres servant, par leur revente, à apporter du cash à la banque. Mais qui en voudra ? Et quand ? 

 

Non, là où l'argent se trouve, si vous aviez encore un doute, c'est.. sur votre compte en banque. Et pour le coup, là, c'est facile. Le patron de la banque, équipé de son mot de passe de super administrateur, n'aura qu'à taper un ordre sur son ordinateur, et ponctionner les comptes de ses clients. De combien ? Le texte européen prévoit d'autoriser jusqu'à 8 % de "confiscation". Mais si cela ne suffit pas, et que la banque coule malgré tout ? Plutôt que de devoir honorer la garantie les dépôts bancaires, plafonnée à 100 000 euros, il sera bien plus rationnel pour l'Etat et les autorités bancaires d'autoriser une confiscation par palîers.. comme à Chypre.

 

A Chypre, les dépots supérieurs à 100 000 euros ont été  taxés à .... 37,5 %, et dans certains cas (origines des fonds douteuses et placement sur des produits d'épargne vendus par la banque dont le capital n'était pas garanti) jusqu'à 60 %. Nul doute que de 8 %, le plafond autorisé par l'accord européen, on n'hésitera pas à monter à 10, 15, ou 20. Ou, moins douloureux, à passer deux fois, à quelques semaines d'écart, tout en bloquant les sorties de cash entre les deux. 

 

Prévoir un plan de sauvetage pour les banques est évidemment responsable. Mais là où le bat blesse, c'est que les règles de fonctionnement des dites banques n'ont, elles, pas vraiment évoluées. La manière dont les banques prennent des risques, d'un côté, pour faire de "l'argent facile", on parle de spéculation financière, et de l'autre, ne jouent pas leur rôle dans l'économie réelle, refusant de financier les entreprises et l'innovation est choquante.

 

Dans une grande banque, quelques centaines de personnes - pour ne pas dire quelques dizaines - jouent avec l'argent des millions de clients en le plaçant sur les marchés sur des produits à haut rendement, mais à fort risque. Et dans le même temps, les milliers de conseillers bancaires, conseillers d'entreprises comme de particuliers, rechignent à accorder un prêt car les règles de prise de risque de la banque ont changées... On préfere espérer gagner 50 % (ou les perdre) sur un placement, que de n'en gagner 3 ou 4, avec un risque pourtant très limité, alors même que c'est la fonction première de la banque, accompagner l'économie réelle, et non pas jouer avec des milliards avec des ordinateurs ultra-puissants sur des marchés boursiers virtuels.

 

En 2016, voire avant, votre compte en banque pourra servir à sauver une banque dont les turpitudes dans l'économie virtuelle auront précipité sa chute. A vous de voir si vous vous sentez solidaire.

 

Moi, pas.

 

Source : fr.finance.yahoo.com

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Alertes- Ce que vous devriez savoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 10 janvier 2014 5 10 /01 /Jan /2014 23:02

 

Source : www.lepoint.fr

Le Point.fr - Publié le 10/01/2014 à 23:19 - Modifié le 10/01/2014 à 23:25

A la suite d'une réévaluation, l'Agence européenne du médicament (EMA) recommande la suspension du Protelos, un médicament anti-ostéoporose.

 

 

 

A la suite d'une réévaluation, le Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Prac)a ordonné la suspension du Protelos Servier A la suite d'une réévaluation, le Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Prac)a ordonné la suspension du Protelos Servier © AFP

A la suite d'une réévaluation, le Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Prac) de l'Agence européenne du médicament (EMA) a recommandé de suspendre pour le marché européen le médicament anti-ostéoporose Protelos, ont annoncé vendredi séparément l'EMA et les Laboratoires Servier qui le fabriquent.

Le Protelos, qui était jusqu'à présent indiqué dans le traitement de l'ostéoporose sévère, a finalement "montré avoir un effet modeste" sur cette maladie caractérisée par une fragilité du squelette et une diminution de la masse osseuse, a expliqué l'EMA. Le Protelos est commercialisé en France depuis janvier 2006. Il fait l'objet d'une surveillance renforcée depuis 2007 et en septembre 2011, le gouvernement avait décidé de limiter les conditions de son remboursement. Le Prac a conduit une "réévaluation en profondeur" du médicament et a tenu compte des données disponibles sur les risques et les bénéfices du Protelos, selon un communiqué de l'EMA.

Problèmes cardiaques

Ce médicament entraîne pour ceux qui le prennent un risque accru de "problème cardiaque grave" notamment d'infarctus, un risque de formation de caillots sanguins et de thrombose, explique l'EMA.

Sur 1 000 patients traités pendant un an, le sur-risque d'accidents cardiaques causés par le Protelos est évalué à quatre. De même le sur-risque de thromboses est évalué à quatre.

Le Comité relève aussi "plusieurs autres risques", comme des réactions graves de la peau, des troubles de la conscience, des crises de type épileptique ou encore des inflammations du foie ou une baisse du nombre de cellules sanguines.

La recommandation du PRAC sera transmise pour avis au Comité des médicaments à usage humain (CHMP) qui statuera lors de sa prochaine réunion du 20 au 23 janvier 2014.

Dans le communiqué, les Laboratoires Servier expliquent que l'EMA avait déjà restreint en avril 2013 "les conditions d'utilisation du Protelos dans l'attente d'une réévaluation complète de ses bénéfices et de ses risques" en raison "d'un sur-risque cardiovasculaire nouvellement identifié".

Servier indique qu'il adressera aux professionnels de santé "une information détaillée précisant la décision du CHMP et les conséquences pratiques pour la prise en charge de leurs patients".

D'ores et déjà, le laboratoire avertit l'ensemble des agences de santé ayant enregistré le Protelos de la procédure en cours, et met en place un numéro vert pour les professionnels de santé et les patients (0 800 003 936).

En octobre 2011, l'agence française du médicament (l'Afssaps à l'époque) avait adressé une mise en garde aux professionnels de santé pour qu'ils restreignent l'emploi du Protelos, en raison d'effets indésirables graves thrombo-emboliques veineux (formation de caillots), et de risque allergique.

L'agence française avait saisi l'EMA en vue d'une réévaluation du rapport bénéfice/risque pour ce médicament.

En mars 2012, l'autorité européenne de santé avait recommandé de nouvelles contre-indications pour l'utilisation du Protelos, mais avait estimé qu'il présentait toujours davantage de bénéfices que de risques.

 

 

Source : www.lepoint.fr

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Alertes- Ce que vous devriez savoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 9 janvier 2014 4 09 /01 /Jan /2014 23:06

 

Source : www.lemonde.fr

 

 

L'Europe en grave déficit d'abeilles pour polliniser ses cultures

Le Monde.fr avec AFP | 09.01.2014 à 18h48 • Mis à jour le 09.01.2014 à 19h09

 

 

L'Europe affiche un déficit de 7 milliards d'abeilles pour correctement polliniser ses cultures.

 

L'Europe affiche un déficit de 13,4 millions de colonies d'abeilles, soit 7 milliards d'individus, pour correctement polliniser ses cultures. Ce sont les conclusions de chercheurs de l'université de Reading (Royaume-Uni), publiées mercredi 8 janvier dans la revue Plos One.

La cause ? En raison du développement des cultures oléagineuses notamment utilisées dans les agrocarburants, les besoins de pollinisation ont crû cinq fois plus vite que le nombre de colonies d'abeilles entre 2005 et 2010.

D'où, aujourd'hui, une situation de déficit : « L'Europe a seulement deux tiers des colonies d'abeilles dont elle a besoin », indiquent les auteurs. Dans la moitié des 41 pays étudiés, « il n'y a pas assez d'abeilles pour polliniser correctement les cultures, notamment en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Italie », précisent-ils.

 

Stock d'abeilles nécessaires à la pollinisation par pays en 2010.

 

Le cas de la Grande-Bretagne est particulièrement préoccupant avec moins d'un quart des abeilles nécessaires à la pollinisation. En France et en Allemagne, entre 25 et 50 % des colonies d'abeilles nécessaires sont présentes.

Lire la note de blog : A quoi ressembleraient nos supermarchés sans les abeilles ?

 

AGRICULTURE DÉPENDANTE DES POLLINISATEURS SAUVAGES

Du coup, soulignent les scientifiques, l'agriculture est de plus en plus dépendante des pollinisateurs sauvages (bourdons, etc.), des espèces qui peuvent se révéler vulnérables, notamment dans le cas de monocultures.
 

Lire (édition abonnés) : Le déclin des insectes pollinisateurs menace les rendements agricoles

« Cette étude montre que la politique européenne en matière d'agrocarburants a pour conséquence imprévue de nous rendre plus dépendants des pollinisateurs sauvages », relève Tom Breeze, l'un des auteurs de l'étude. Selon son collègue Simon Potts, « nous allons vers une catastrophe à moins d'agir maintenant : les pollinisateurs sauvages doivent être mieux protégés ».
 

« Il y a une déconnexion entre les politiques environnementales et agricoles en Europe : les agriculteurs sont encouragés à cultiver des oléagineux, mais il n'y a pas suffisamment de réflexion sur la manière d'aider les insectes à assurer la pollinisation », estime M. Potts.

 

 

Source : www.lemonde.fr

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Alertes- Ce que vous devriez savoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 8 janvier 2014 3 08 /01 /Jan /2014 16:22

 

Source : www.sudinfo.be

 

 

 

Des poulets et des poissons gonflés à l'eau dans nos magasins: jusqu'à 48% de fraudes

MBV.

 

Le SPF Économie l’avait déjà constaté : certains poulets sont gonflés à l’eau ! Aujourd’hui, une enquête menée en France sur certains poissons arrive aux mêmes conclusions. Le pangasius analysé, par exemple, contenait 85 % d’humidité. Autrement dit, le consommateur achète dans ce cas plus d’eau que de poisson…

En France, c’est le Syndicat national du commerce extérieur des produits congelés et surgelés (SNCE), qui regroupe les plus gros importateurs-exportateurs de poissons, qui a décidé de faire réaliser cette enquête sur les ajouts d’eau dans le poisson. En se doutant vraisemblablement de ses résultats puisque, dès le départ, elle a été intitulée « Fraudfilets ». Ce sont en effet les filets de poisson, qui peuvent se vendre sans peau, sans arêtes, prêts à cuire, «  qui plaisent aujourd’hui le plus au consommateur  » explique le magazine de protection des consommateurs UFC-Que choisir. Les plus vendus, ils seraient aussi le plus «  manipulés  ».

Chez nous, le SPF Économie a les mêmes soupçons. «  On est en effet conscient du problème potentiel  », explique la porte-parole du SPF Économie, Chantal Depauw, «  mais ce genre d’enquête est vraiment difficile à mener  ». En collaboration avec l’Afsca, une enquête est néanmoins en cours sur l’eau contenue dans les scampis, mais ses résultats ne sont pas encore connus. Chez nos voisins français, trois années de tests ont été nécessaires pour arriver à bout de l’étude « Fraudfilets », qui a coûté pas moins de 155.000 euros, et portait sur les six espèces les plus vendues en France. Ses résultats sont édifiants : 48 % des échantillons de pangasius dépassaient les normes autorisées, avec des taux d’humidité atteignant jusqu’à 85 %.

> Tous les détails de ces enquêtes dans nos éditions de ce mardi.

 

 

 

                                                                          **************************************

 

Source : tempsreel.nouvelobs.com

 

Les filets de colin gonflés à l'eau et aux produits chimiques

Publié le 06-01-2014 à 19h00

Une étude met en évidence cette pratique frauduleuse et difficilement détectable qui alourdit la facture pour le consommateur.

 

48% des filets de pangas testés n'étaient pas conformes à la règlementation. (image d'illustration) PHILIPPON JOEL/PHOTOPQR/LEPROGRES/MAXPPP

48% des filets de pangas testés n'étaient pas conformes à la règlementation. (image d'illustration) PHILIPPON JOEL/PHOTOPQR/LEPROGRES/MAXPPP

Le poisson vendu en filet, pratique et facile à cuisiner, est de plus en plus populaire auprès des consommateurs. Mais des méthodes couramment employées comme le trempage, l'injection ou les additifs, qui favorisent la rétention d'eau, permettent d'accroître le poids de la marchandise à bon prix comme l'explique un article d'UFC-Que choisir. 

C'est pour mettre fin à ces pratiques frauduleuses que le Syndicat national du commerce extérieur des produits congelés et surgelés (SNCE), qui regroupe les principaux producteurs de poissons surgelés, a décidé de réagir. "En période de crise économique, de stagnation des ressources halieutiques, de forte demande dans le monde, beaucoup peuvent penser qu’ajouter de l’eau aux produits peut permettre de gagner plus, constate Stéphane Barbut, président du SNCE. Mais, à terme, il y aura un prix à payer pour tous."

Des résultats sans appel

Une étude, baptisée "fraudfilets", a alors été entreprise afin de mettre en évidence ces pratiques frauduleuses qui sont particulièrement difficiles à détecter. Mais les efforts ont payé et les premiers résultats, concernant six espèces de poisson particulièrement prisées par les consommateurs, sont sans appel.

Ce sont les filets de panga qui sont les plus touchés par cette fraude avec 48% des échantillons analysés non conforme. Ensuite, viennent le Colin d'Alaska (28%), la cabillaud (18%) et la lotte américaine (14%). Quant au hoki et au saumon kéta, ils font presque office de bons élèves avec moins de 5% des produits en fraude.

Il aura fallu trois ans de travail et plus de 150.000 euros de budget pour parvenir à ces résultats. Mais avec seulement six espèces de poisson étudiées, on peut légitimement se demander quelle est l'ampleur réelle de cette pratique.

A.V. - Le Nouvel Observateur

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Alertes- Ce que vous devriez savoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 5 janvier 2014 7 05 /01 /Jan /2014 18:47

 

Source :  Fa Biolien

 

 

 

 

Le vrai poids de nos aliments Scandale !!!!

Fa Bio   Fa Bio 

 

Publiée le 20 juin 2013

La meilleure façon de se protéger face à cette mal bouffe qu'occupe 90% de nos assiettes et entretenu dès le plus jeune âge par nos chers industriels, c'est de s'informer un maximum !!
Restez informer en vous abonnant à notre chaine YouTube
Aimez notre page FaceBook https://www.facebook.com/Restaurant.p...


Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Alertes- Ce que vous devriez savoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 3 janvier 2014 5 03 /01 /Jan /2014 19:01

 

Source : www.lemonde.fr

 

Facebook accusé d'analyser les messages privés

Le Monde.fr | 03.01.2014 à 18h23 • Mis à jour le 03.01.2014 à 19h39

 
 

Facebook est de nouveau inquiété par la justice pour le respect de la vie privée. Lundi 30 décembre, deux utilisateurs américains du réseau social ont lancé une action collective contre le réseau social devant les tribunaux. Ils accusent Facebook d'intercepter les messages privés contenant des liens, sans le consentement des utilisateurs.

« Facebook a scanné les messages des plaignants et analysé les liens envoyés notamment pour de l'analyse de données et le profilage des utilisateurs », affirme la plainte, censée représenter l'ensemble des utilisateurs américains affectés par cette pratique. Pour les plaignants, le réseau social exploiterait en toute discrétion les messages privés pour obtenir des informations plus personnelles que celles mises en ligne publiquement. Autant d'informations qui seraient ensuites partagées « avec des tiers : des annonceurs, des sociétés de marketing et autres agrégateurs de données ».

 

 100 DOLLARS PAR UTILISATEUR ET PAR JOUR

Les plaignants reprochent à Facebook d'indiquer dans ses paramètres de confidentialité que les messages privés ne sont connus que de l'expéditeur et des destinataires, en contradiction avec ses agissements. La plainte s'appuie sur une étude d'une entreprise de sécurité informatique, datée d'août, et plusieurs articles sur des outils développés autour de Facebook, qui permettent de comptabiliser les mentions d'un lien dans les messages privés.

« Nous pensons que ces allégations sont sans fondement et nous nous défendrons vigoureusement », a répondu un porte-parole de Facebook aux sites américains CNET et Re/code. Une réaction classique de la part de l'entreprise en réponse aux demandes de commentaires sur une plainte.

Les deux plaignants réclament, eux, la fin de cette pratique (si elle est avérée) et des indemnités légales pour chaque personne affectée, à raison de 100 dollars par utilisateur et par jour de violation de la loi. Fin août, Facebook avait négocié un paiement de 20 millions de dollars après une autre action collective, qui accusait le réseau social d'afficher les « J'aime » des utilisateurs dans certains formats publicitaires sans leur consentement.

 

Source : www.lemonde.fr

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Alertes- Ce que vous devriez savoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 31 décembre 2013 2 31 /12 /Déc /2013 19:23

 

 

Source : www.marianne.net/gerardfiloche

 

Un nouveau bouquet de lois sur le travail en janvier 2014

 

Rédigé par Gérard Filoche le Samedi 28 Décembre 2013 à 20:20

 

Entre l’ANI du 11 janvier devenu loi le 14 juin, et la loi contre les retraites du 18 décembre, le bilan social 2013 laisse de lourds doutes.

 

Négociations autour de l'accord national interprofessionnel (ANI) sur la compétitivité et la sécurisation de l’emploi, avec les organisations patronales (MEDEF, UPA, CGPME) et trois syndicats (CFE-CGC, CFDT, CFTC), janvier 2013 - PRM/SIPA
Négociations autour de l'accord national interprofessionnel (ANI) sur la compétitivité et la sécurisation de l’emploi, avec les organisations patronales (MEDEF, UPA, CGPME) et trois syndicats (CFE-CGC, CFDT, CFTC), janvier 2013 - PRM/SIPA

Dix sujets d’inquiétudes 

- Un « ANI » signé le 11 janvier devenu une « loi de sécurisation de l’emploi » le 14 juin… avec 1000 plans sociaux et davantage de CDD courts, de flexibilité. Le Medef s’en est réjoui et il sabote en n’utilisant que 70 % des capacités productives. Le patronat ne veut pas entendre ni aider la gauche au pouvoir : il préfère l’argent à l’emploi, les dividendes à la compétitivité, la flexibilité à la productivité, la spéculation à l’investissement, les licenciements à l’embauche, et la rente au travail.

- Une loi qui attaque de façon aggravée toutes les retraites (43 annuités, départ effectif à 66 ans, recul des petites retraites)

- Le chômage de masse a atteint en 2013 un record historique et ne peut être réduit drastiquement sans réduction de la durée du travail sur la semaine, le mois, l'année, la vie... 

Le 1er janvier 2014, hélas, se présente comme un mauvais jour. La TVA augmente de 19,6 % à 20 %. Ce, en dépit de tout ce qui a été défendu lors de la campagne présidentielle, et dans les tracts et affiche du parti socialiste en fin 2012. Nous proclamions alors que la hausse de la TVA serait « injuste » et une « faute économique ». Mais voilà que le gouvernement fait, hélas, maintenant, le contraire.

La TVA augmente de 0,4 % et le Smic n'est augmenté que de 9,43 euros à 9,53 euros.  10 centimes de plus ! Ce qui porte à 1.445,38 euros le salaire brut mensuel – au lieu de 1.430,22 – pour les salariés aux 35 heures (151 h 66). Soit 15,16 euros de plus. Le salaire net atteint donc 1113 euros.

Un ensemble de nouvelles lois sur le travail en début d’année 2014. On dirait que personne n’a encore pris la mesure de ce qui se trame. Pourtant les sujets s‘accumulent et quand on les recense, cela pourrait être autant de sujets de mécontentements inquiétants.

1°) Sur les travailleurs détachés : ils sont 350 000. L’effet sur l’emploi, contre les salaires, pour le travail dissimulé, sur la mise en cause de l’Europe est considérable. Va-t-on adopter le projet de loi Savary actuellement sans consistance et qui n’aurait que peu d’effets concrets ? 

2°) Sur l’inspection du travail : va-t-on confirmer le projet rejeté depuis un an à 90 % par l’inspection du travail. Il remet en cause son organisation en section, son action généraliste et en opportunité, auprès des salariés, et son indépendance. Que va dire finalement la loi ?

3°) Sur les prud’hommes : leur élection, seule grande élection nationale démocratique, claire et transparente, de représentativité des syndicats va-t-elle être supprimée ? La remise en cause des prud’hommes suivrait.

4°) Sur le travail du dimanche : les concessions au Medef et aux patrons des grands chaines de distribution prévues par le rapport Bailly vont-elles être adoptées. Ce serait l’année des 12 dimanches de travail forcés, la fin de toute majoration salariale dans les commerces de moins de 11 salariés, une déréglementation supplémentaire de la durée du travail pour tous… 

5°) Sur la formation professionnelle : Le budget de la formation professionnelle va-t-il être divisé par 2 ? Les grandes entreprises vont elles faire payer les petites ? L’ANI du 14 décembre va t il être transcrit en loi?

6°) Sur l'amnistie syndicale : que devient-elle ? Votée en première lecture, elle a été « suspendue » contre toute attente et logique. Des élus syndicats sont poursuivis pour avoir refusé de donner leur ADN suite à leur action syndicale… 

7°) Sur l'indemnisation du chômage : les fameux « droits rechargeables » de l’ANI n’existent toujours pas, naturellement, mais par contre une « négociation » exigée par le Medef doit se dérouler début 2014 : baisse des droits des chômeurs en vue ?

8°) Sur les négociations consécutives à l’ANI du 11 janvier et à la loi du 14 juin : explosion des plans sociaux homologués délibérément par les DIRECCTE, explosion des CDD dits « courts », explosion des temps partiels à « planchers » dérogatoires (10 h, délais de prévenances réduits, nombre de coupures augmentées, baisse des majorations des heures complémentaires), options des employeurs pour des « complémentaires santé » au rabais avec les grandes assurances privées.

9°) Sur les salaires : une « modération » salariale est-elle stimulée par le gouvernement ? Suite au blocage du Smic, les NAO qui vont avoir lieu en ce début d’année vont elles être orientées au « gel » ? Un risque de baisse des salaires bruts menace même. 

10°) Dans les Fonctions publiques : l’austérité budgétaire, la flexibilisation et précarisation de tous les emplois publics avec salaires bloqués vont-elles s’accroitre ?

Est-ce vraiment cela le tableau prévisionnel en matière d’emploi et de travail qui se dessine en ce début 2014 ? Est-ce vraiment cela que l’on attend d’un gouvernement de gauche ? 

 

 

Source : www.marianne.net/gerardfiloche

 

 

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Alertes- Ce que vous devriez savoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

        

  A partir du 12 Oct 2013

                     RV

    chaque mercredi à 18h

          et samedi à 13h 

toujours devant la maison carrée

         

               Rejoignez-nous  !


  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Images Aléatoires

  • DSCF1152
  • P1330354
  • 8
  • 51
  • DSC00919
  • DSC00920

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés