Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions

Jeudi 9 août 2012 4 09 /08 /Août /2012 16:07

 

Présents : 10


Ordre du jour :
– résumé de la brocante de dimanche .
– que devient le mouvement des Indigné/e/s à nîmes et que fait-on ?


- Heureusement nous étions nombreux ! Il faut savoir qu'une journée de brocante commence à 4h30 et se termine à 17h30. C'était bien sympa mais crevant. Les clients étant rares, la recette s'en est ressentie. Comme rappelé à chaque compte rendu, ne pas hésiter à apporter de la marchandise vendable pour renouveler le stock. L'argent récolté nous sert à financer les tracts et le matériel nécessaire à nos actions.


- Que devient notre Mouvement, que fait-on ?
Nous avons dû rappeler une fois de plus que, faute de mobilisation, notre Mouvement s'essouffle (comme tout collectif, le nôtre doit-il aussi mourir ?) NON ! Nous nous y opposons : nos rencontres hebdomadaires sont nécessaires à maintenir les liens d'amitié et de solidarité qui se sont tissés entre nous au fil des mois, et qui, dans notre société où l'être humain est malmené, sont vitales. De plus, nos actions ont été utiles et doivent continuer. Nous avons donc décidé - hormis mercredi 15 où nous serons à Marseille - de maintenir nos assemblées avec des petits repas à thèmes et de poursuivre nos actions ponctuelles.


NOUS REFUSONS DE CEDER AU CHACUN CHEZ SOI, À L'INDIVIDUALISME QUI SÉVIT ET NOUS ENFERME DANS NOS CASES POUR NOUS EMPECHER DE PARTAGER, DE COMMUNIQUER !!!


RAPPEL : Certains Indignés se sont rendus à la réunion du Comité contre la ratification du TSCG. On a oublié d'en parler à notre assemblée, même si la question a été évoquée lors d'autres assemblées : ce traité ne doit absolument pas être ratifié. Il a été décidé de faire un tract qui sera diffusé. Il a aussi été décidé de faire une réunion publique, début septembre, à Pablo Neruda. Le 21 août, le comité contre la ratification du TSCG se réunit au local Solidaires, 6 rue porte d'Alès, pour
préparer la réunion de Pablo Neruda. En espérant être assez nombreux pour bloquer ce sinistre projet, d'autant que l'arrivée de Hollande rend létargique partis, syndicats, etc.


HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 4 août 2012 6 04 /08 /Août /2012 17:25

 

 
10 personnes présentes
 
Ordre du jour
- Panier AMAP
- Vide grenier
- Calendrier d'actions internationales
- Proposition de globalisation du mouvement
- Dette souveraine
 
1) Panier AMAP
W. a récupéré un panier de l'AMAP de la Roustide (voir : http://roustiblog.over-blog.com/pages/La_Roustide_-982210.html ) pour nous montrer ce qu'il contenait. On a décidé de s'engager à en prendre un par semaine (peut-être plus dans l'avenir) pour le partager. Nous estimons que de cette façon, les indigné/e/s s'impliquent dans un commerce local, plus sain et moins polluant.
 
2) Vide grenier du 5 août
Samedi chargement des véhicules, rendez vous à 17h30 à la Maison Carrée pour co-voiturage ou à Langlade directement à 18h.
J. s'engage à être sur place dimanche matin à 4h30 (un gros MERCI à elle !) pour garder notre emplacement habituel (sur la Place St Charles).
Si vous avez des affaires à donner, prévenez !! ou porter les directement sur place ce dimanche ...
 
3) Calendrier d'actions internationales
Voici deux messages reçus sur reelle.democratie.nimes@gmail.com (et transmis sur la liste)
a)"Le 30 juillet 2012 22:16, nico a écrit :
J'ai participé à cette réunion internationale. Il y avait principalement des gens d'Espagne, des USA et de quelques coins en Europe.
Les sujets évoqués furent nombreux mais principalement :
- une journée anti-fracking (gaz de schiste) le 22S
- une semaine mondiale d'actions du mouvement du 13 au 20O
- des rassemblements (Madrid, Florence) vers le 3N
J'y ai évoqué notre projet local du 1D (travail, précarité) + la commémoration de la mort de T. Sankara mi-octobre.
Nous avons aussi échangé nos avis sur le mouvement et une meilleure coordination sans perdre nos identités locales.
Minutes de la réunion : http://titanpad.com/agendajuly30
++
b) "suggestion du réseau international comme journée d'action : 13 octobre
Barcelone propose le 20 octobre, suggestion de Paris aussi pour le 20 octobre pour être cohérent avec Londres où se prépare déjà une grande mobilisation contre les coupes budgétaire dans le cadre de la coalition de résistance
Le réseau international propose de lier les deux dates (13O-20O) par une semaine d'action en lien avec la semaine d'action pour un audit de la dette (appel international de Bruxelles en mars)
à+"
Pour l'instant, nous nous occuperions d'abord de la journée des associations le 8 septembre sur l'Esplanade Charles de Gaulle (présence souhaitée dès 8h le matin)

4) Proposition de globalisation du mouvement
Encore un mail reçu et transmis à tous ....
Nous en reparlerons ensemble lors d'une prochaine AG pour décider de qui s'occupera de faire le lien...
De : Shawn Carrié <shawn@occupywallst.org>
Date : 31 juillet 2012 15:42
Objet : Salut de Occupy Wall Street
Bonjour camarades,
Salutations et Solidarité - Permettez-moi de me présenter, mon nom est Shawn Carrié, je suis un activist avec Occupy Wall Street à New York depuis Septembre 2011.
Je suis maintenant en Europe, et lorsque je travaille sur la planification du 17 Septembre 2012, je suis intéressé à faciliter les discussions entre les activistes internationaux à travers l'Europe et dans le monde. J'ai commencé à contacter des organisateurs de différents mouvements et d'intérêts, en espérent étendre ce réseau.
C'est une idée qui peut potentiellement évoluer et prendre de nombreuses formes, mais peut-être que nous devrions commencer à travailler sur une compréhension du climat qui existe dans nos diverses communautés, et des défis auxquels nous sommes confrontés dans notre travail. Mon espoir est que nous pouvons commencer par écouter, et puis aller au-delà avec une meilleure compréhension pour la construction d'un mouvement mondial plus fort. Commençons par l'écoute, en explorant les connexions comme la dette, l'austérité, le capitalisme et les alternatives à une méthode plus profonde que de simplement réagir à des appels à l'action - et permettre à ces connexions à se solidifier dans la réalité et les actions d'une manière naturelle.
Une première étape serait de vous inviter à vous abonner à une liste de diffusion que j'ai créé:
Les étapes suivantes ne sont pas encore décidé, et sont ouverts à des nombreuses possibilités - mais j'espère que vous vous joindrez à la conversation, avec de nombreux alliés que je suis en train de contacter en Espagne, Italie, Allemagne, Grèce, France, Canada, États-Unis, Brésil, Mexique et au-delà! Je suis heureux de voir une coopération internationale florissante avec vous tous.
Solidarité,
Shawn Carrié
occupywallst.org
 
5) Dette souveraine et austérité
Nous avons discuté des raisons d'émergence et d'existence du mouvement des indigné/e/s. La plupart d'entre nous estiment que la dette a démontrée un système financier inacceptable causant injustice sociale et non-démocratie. Il est évident que ce système tel qu'il est conçu actuellement est la cause principale, incontournable de toutes les détresses sociales et humaines. Naturellement, cela n’empêche pas les actions individuelles, ou associatives, au contraire, cela les encourage. Nous sommes d'accord qu'il faut se bouger pour améliorer la vie de tous et donc ne pas agir uniquement contre le système financier, mais cela, (la finance, l’économie manipulée) reste la pierre angulaire, celle sur laquelle tout repose. Il faut rester ferme sur ce point-là.
Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 1 août 2012 3 01 /08 /Août /2012 17:14

 

http://indigne-e-s.net/2012/08/coordination-nationale-des-indignes/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=coordination-nationale-des-indignes

 

Coordination nationale des Indignés

Coordination nationale des Indignés

Marseille, 14-15 Juillet 2012 07-21

 

14 JUILLET

 

ASSEMBLEE D’OUVERTURE (APRES-MIDI)

 

Facilitateur : Amba (Marseille) 

Prise de notes : Sophie (Paris) et Mathieu (Brest)

 

Informations sur les mouvements dans les villes 

  •  À Poitiers le mouvement ne se nomme pas indignés mais « démocratie réelle maintenant », et son positionnement est clairement anticapitaliste. L’assemblée a mené diverses actions dont certaines ont conduit à la création d’un DAL. Seb de Poitiers signale qu’il a participé aux marches espagnoles en 2011.
  •  À Marseille, il y a deux assemblées, une sur le Cours Julien pour toute la ville, et une assemblée du quartier Belle de Mai. À la Belle de Mai, ils ont organisé une fête de quartier qui a été une réussite. Aurélien de Marseille se présente comme faisant partie du mouvement de lutte contre le chômage, Kamel a milité chez les motivés, Jean-Jo est un ancien travailleur du BTP maintenant au chômage et qui a aussi été SDF, Odile fait partie d’un collectif de solidarité avec les Roms, Amba est chef d’entreprise et conçoit des sites Internet…
  •  À Nîmes, le mouvement a commencé le 26 mai, il y a eu des assemblées journalières jusqu’au 21/10, puis 3 hebdomadaires, et tous les mercredis depuis juillet. Essoufflement actuellement.  
  •  À Paris, des AG continuent d’avoir lieu tous les dimanches bien qu’elles rassemblent en ce moment peu de personnes  (15-20 personnes), c’est un peu la « pause estivale ». Le 12 mai, à la journée mondiale d’action, plusieurs centaines de personnes se sont mobilisées. Il y a aussi eu la manifestation du 21 avril. Il y a actuellement des groupes de travail actifs sur : – la dette ; – la constituante; – et le travail/la précarité. En projet à la rentrée : journée mondiale d’action le 13 octobre, et manifestation le 1er décembre contre la précarité et pour les droits des travailleurs, en lien avec des organisations de chômeurs et divers collectifs. L’assemblée de Paris a voté le 11 novembre cette conception de la démocratie : « Dans une vraie démocratie, tous les mandats sont impératifs et révocables, il n’y a donc pas de représentant ». L’AG des Indignés de Paris propose à la coordination que cette idée soit soumise au consensus des différentes assemblées. De Paris, Fahima se présente comme militante des quartiers populaires, Jean-Jacques comme éditeur et militant par le théâtre de l’opprimé et pour l’esperanto. 
  •  À Clermont-Ferrand, les Indignés s’installent dans la durée, ils vont créer une AMAP, un jeu éducatif autour de la dette, ils sont à la recherche d’un local, et organisent des ateliers “langues de bois”. Il y a eu récemment un rassemblement d’une vingtaine de personnes, constituant le noyau dur du mouvement à Clermont-Ferrand, et qui sont très motivées. Afin de mener leurs actions à bout, ils ont pris l’habitude de dialoguer avec les pouvoirs publics et les forces de l’ordre. Romane de Clermont Ferrand participe aussi aux Anonymous. 

 

Les indignations exprimées 

- les violences du système

- les foutages de gueule des présidentielles

- la fausse démocratie

- le dévoiement du langage

- les politiciens ne font rien contre le chômage qui monte

- les fermetures d’usine

- la précarité généralisée

- les mensonges des Médias de masse

- les dénis de justice (ex. accident de travail handicapant, entraînant, malgré la faute de l’employeur, et malgré de nombreuse preuves, un classement sans suite et donc absence de toute indemnisation) 

 

Réflexions sur le mouvement en France, enjeux et perspective :

  •  pour Adrien, si la France se réveille, elle peut entraîner beaucoup de choses en Europe ; si le mouvement ne marche pas c’est que la prise de conscience reste encore insuffisante  
  •  pour Sisco, il faut  rendre le mouvement combatif et joyeux pour le relancer
  •  pour Sophie, le mouvement s’est développé dans des conditions très peu propices en France : juste un an après l’échec du mouvement des retraites (qui a découragé le mouvement social), juste un an avant les présidentielles (qui ont aspiré les énergies et focalisé l’attention). On a en quelque sorte été pris entre le marteau et l’enclume. Par contre, la pseudo- gauche étant désormais au pouvoir, elle va mettre en œuvre des plans d’austérité et décrédibiliser l’idée d’alternative institutionnelle, c’est maintenant que le mouvement des Indignés va pouvoir prendre tout son sens en portant une alternative non institutionnelle. Le mouvement va reprendre à la rentrée, d’une façon ou d’une autre et c’est très important de continuer. 
  •  pour Romane, peu importe les distinctions entre indignés / démocratie réelle maintenant / Anonymous : l’important c’est le message.   
  •  pour X Factor, il faut converger avec les autres réseaux et mouvements. 
  •  pour Arielle, l’intérêt du mouvement c’est de se rassembler sur les thèmes de la lutte contre les plans d’austérité, les problèmes des quartiers populaires, et  de se réapproprier la place publique. Les difficultés du mouvement ne tiennent pas qu’à nous, mais aussi à la force du système auquel on s’oppose – par ex., le clientélisme politique à Marseille.  
  • Jérémie est venu au début dans le mouvement dans un objectif d’éducation populaire qui selon lui est plus importante que la lutte avec le sentiment de se faire avoir par le système. Selon lui il faut faire converger les luttes, sur des dates clefs.  
  •  pour Aurélien, il faut aider les salariés qui luttent contre les fermetures d’usine.
  •  pour Alain et Jean-Jacques, le problème c’est la règle du jeu, c’est-à-dire la Constitution.
  • pour Jean-Jacques, il ne faut surtout pas occulter le caractère illégitime et hyper-répressif du libéralisme (voir les alliances avec de nombreuses mafias à la tête des États, en Russie, ou en Colombie…). En réponse, il faut aux citoyens du monde déligitimer par des actions de masse chacun de ces États, et, en même temps, organiser la mise en place d’une alternative en changeant les paradigmes (travail, démocratie, répartition des ressources…).
  •  selon Mathieu, il y a une évolution du mouvement vers la convergence des luttes.
  • pour Jean Jo, le mouvement des Indignés attire beaucoup de gens de la rue, ce qui peut poser un problème d’image renvoyée vers l’extérieur. L’éclatement du mouvement avec les assemblées locales pose aussi un problème de visibilité, d’où la difficulté des gens à s’y retrouver.

 

Propositions de groupes de travail 

- prison/répression. 

- formes de violence et non violence 

- il faut réveiller les consciences sur les violences du système 

- pourquoi le mouvement s’essouffle et comment le relancer.

- soutien à la mobilisation du 20 juillet au Pérou. 

- fermetures d’usine, chômage, travail, précarité 

- la Constitution

- l’économie, la finance, le revenu de vie

- promouvoir le projet d’une commissions de citoyens sélectionés sur la base du volontariat, composée de moitié par des victimes de la justice et assisté par 1 à 2 juristes indépandants que l’on pourrait mandater pour les conflits avec les travailleurs de la justices (magistrat, juge d’instruction, notaire, avocat, etc…). Cette commission pourrait vérrifier que la justice est bien appliquée lors d’une plainte à l’encontre de ces professionnel de la justice, en ce basant comme exemple sur les nombreux dénis de justice et injustice que nous avons a disposition pour faire fois et dénnoncer que le bureau d aide juridictionel a aussi un fonctionnement douteux ainsi que la cour de cassation  ….

- définir un « totem », ce qui nous unit, par exemple à travers une charte.  

 

Minutes intégrales en annexe du CR. 

 

GROUPES DE TRAVAIL ET ASSEMBLÉE DE RESTITUTION (SOIRÉE)

 

Après discussion sur les différents thèmes proposés, les groupes de travail qui se sont réunis le 14 juillet sont : 

 

  • Totem : ce qui nous rassemble 
  • Comment relancer le mouvement
  • Travail, chômage et précarité 

 

1. Groupe de travail « Travail et précarité » 

 

Des échanges en général sur la question du travail ressortent trois pistes de travail faisant consensus : 

 

  • Dénoncer les injustices dans le monde du travail (exemple; accident du travail que l employeur ne déclare meme pas, ce qui est couvert pas la sécurité sociale= handicapé +licenciment et aucune prise en charge, sans reconvertion! précarisé et SDF a cause de cette situation et aucun moyen de ce défendre)   , les mensonges du discours sur le travail, la confusion des genres (exploitants exploités : auto-entrepreneurs, etc.), relier le fonctionnement du système (profits des actionnaires, corruption…) aux conséquences concrètes sur les gens :  précarité, suicides au travail, chômage… Le chômage est une double peine : on est privé du minimum vital, et déconsidéré, culpabilisé. 

 

  •  Dépasser les cadres de pensées aujourd’hui dominants, fondés notamment sur les rapports hiérarchiques, la professionnalisation, la segmentation des tâches et la dépossession. Il faut questionner et redéfinir le travail, la notion d’utilité… Beaucoup se joue dans les têtes : on fait confiance à la hiérarchie, on y croit et c’est le problème… Réflexion sur le revenu de vie/salaire social à développer. 

 

  •  Promouvoir des alternatives concrètes et les construire dès maintenant: coopératives, AMAP, SEL, réseaux solidaires. Les activités non rémunérées (travail non marchand) sont précieuses : bénévolat… Attention, des fois des coopératives ne sont pas réellement démocratiques, par ex. dans les coopératives vinicoles, c’est une minorité qui décide. La démocratie suppose aussi un apprentissage, se construit progressivement. Exemple de législation où les capitaux initialement privés des entreprises sont progressivement socialisés : ils ne donnent plus lieu à rendement, les entreprises finissent ainsi par devenir la propriété des salariés.

 

  •  Articuler notre approche « alternative » avec la résistance dans les entreprises, administrations…, être solidaires des luttes et donner du sens à cette résistance : il ne doit pas s’agir en résistant de maintenir l’existant (charbon, nucléaire, salariat, hiérarchie…) mais de défendre la dignité de ceux qui luttent et la possibilité de mettre en œuvre des alternatives où chacun est respecté (accompagner la transition, reconvertir les industries…). La lutte peut aussi permettre de briser/dépasser les hiérarchies et de reconstituer du collectif contre la mise en concurrence des travailleurs. La lutte peut être le terreau de l’alternative. 

 

  •  Internationalisation : contre la mise en concurrence des travailleurs qui passe par la mise en concurrence mondiale, il faut faire le lien avec les luttes dans les autres pays et la dimension internationale du mouvement des indignés est un vrai atout. Valoriser les luttes qui réussissent peut aussi permettre de redonner du courage et nous renforcer. 

 

Information sur les projets en cours : 

 

  • À Paris, une coordination de travailleurs et précaires mise en place à l’initiative d’Indignés, et regroupant des licenciés en lutte, chômeurs, gens au RSA, militants d’associations, collectifs, syndicalistes et non syndiqués. Il s’agit de connecter les réseaux, pour solidariser les luttes et construire des mobilisations unitaires. Projet de manifestation le 1er décembre faisant converger les mobilisations de chômeurs-précaires, agents du service public, et licenciés en lutte (+ peut-être sans-papiers). Il s’agit aussi de partir des ce que vivent concrètement les gens, au boulot ou dans leur statut de précaire, pour arriver à un questionnement plus global du système (dette, démocratie etc.) en faisant le lien entre les différentes luttes. Une liste de coordination nationale va être mise en place, car l’objectif est que la manifestation ait lieu aussi dans d’autres villes en France. 

 

  •  Projet d’un Indigné de Marseille de mettre en place une association de solidarité avec les SDF, du même type qu’Emmaus. 

 

Débat en assemblée de restitution et questions soulevées:

 

  • le partage du temps de travail comme solution au chômage ? 
  • ne pas militer pour le plein-emploi, dépasser les cadres de pensée habituels 
  • travail choisi/subi : qui va tout nettoyer ? 
  • dévalorisation du travail : attention aux mots, il n’y a pas de « tâches ingrates », tout travail est honorable 

Peut-on, et si oui comment, acter le service rendu à la collectivité autrement que par la monnaie ? Exemple des doctorants travaillant longtemps et durement à des salaires peu élevés, pour bien autre chose que l’argent. C’est un mensonge du système de nous faire croire que la principale motivation quand on travaille est l’argent 

 

 

2. Groupe de travail « comment relancer le mouvement »

 

Pistes de travail : 

 

  • Éducation populaire, éveiller les consciences 
  • Réaliser un site sur la corruption politique, avec la somme de tout les détournements d argent public  connu sur les 50 dernieres années , les chiffres du montant  de tous ces détournements connus devraient parler d’eux-mêmes à l’esprit de ceux qui sont pour l”instant non indignés. 
  • Réaliser une affiche nationale, en laissant un espace vierge pour l’information sur l’assemblée locale, et avec l’adresse du site national ainsi qu’avec une idée qui nous rassemble et nous définit (totem)
  • Mettre en place une association de soutien aux indignés Après discussion à l’AP de la Belle-de-Mai Marseille le 28/07, nous ne comprenons pas la nécessité d’une association, pour le fonctionnement de ce mouvement, qui est un réseau qui réalise les objectifs discutés en AP en ne comptant que sur la mobilisation des indignés, en ne comptant que sur nos propres forces. 
  • Mettre en place un journal des Indignés avec l’information sur nos assemblées ; pour relancer le mouvement, le site et l’affiche devraient être “national” c’est-à-dire pareil pour toute la France, avec un espace pour les infos locales. C’est important qu’on resserre les liens entre tou/te/s les Indigné/e/s.
  • Être en lien avec les autres réseaux militants, associations, syndicats (convergence des luttes)… Ex. à Marseille Sud, qui a invité les Indignés ; à Clermont-Ferrand, X Factor est DS CGT. 
  • Montrer qu’on est là dans la durée, être présents de façon régulière, prévisible, disponible. Ex. l’occupation de la Défense a montré la ténacité des Indignés, ce qui leur a permis de gagner le respect de militants 

 

 

 

3. Groupe de travail « Totem : ce qui nous rassemble »

 

Propositions et pistes de réflexion : 

  • monnaie locale
  • nous sommes les 99% pour les 1%, 1% = taux d’intérêt à promouvoir ?
  • tirage au sort des représentant, horizontalité des assemblées…
  • Promouvoir l’union des peuples
  • Retour aux fondamentaux
  • Nos seules ennemies sont les règles actuelles
  • Pas de frontières dans nos têtes, c’est la liberté de penser
  • Notre pire ennemie : l’ignorance
  • Revendiquer la démocratie directe
  • Quand on accepte la violation des droits d’autrui on accepte la violation de ses propres droits
  • la construction d’une Constitution est un processus dans lequel l’ensemble de la société se met d’accord sur un projet de société
  • Le groupe est conscient que l’histoire des mots, le sens des mots, le poids des idéologies sont des critères à prendre au sérieux pour un Totem

 

 

15 JUILLET 

 

GROUPE DE TRAVAIL « MÉTHODOLOGIE DE LA COORDINATION » (MATIN) 

 

Constat : suite à l’assemblée d’ouverture, il n’a pas été possible de dégager un consensus sur l’organisation de la suite, plusieurs options ayant été proposées : 

  • se diviser en groupes de travail puis mettre en commun en assemblées, 
  • traiter tous les sujets les uns à la suite des autre en plénière 
  • traiter certains sujets en plénières puis d’autres en plénières groupes de travail (mais lesquels ?)

 

Une heure de discussion a été perdue jusqu’à ce qu’un vote soit fait et indique une majorité en faveur des groupes de travail, et le désaccord a généré , remise en cause de la facilitation… Comment améliorer notre méthodologie afin d’éviter ce problème lors des futures coordinations ? 

 

D’autres problèmes se sont par ailleurs posés : problèmes de circulation de l’information, rendez-vous manqués, début retardé etc. 

 

Propositions et pistes de travail pour une méthodologie de coordination démocratique : 

 

AVANT LA RÉUNION DE COORDINATION : 

 

Information : 

- mise en place de listes nationales pour les groupes de travail : économie, Constitution, et travail-précarité 

  préparer l’ordre du jour en amont en mettant un pad à la disposition des assemblées et individus voulant mettre un ou des points à l’ordre du jour 

- chacun peut proposer des groupes de travail et/ou des plénières (distinguer les deux)

- veiller à une bonne diffusion de l’information (mails, réseaux sociaux…), prendre les numéros de téléphones pour envoyer les infos essentielles par texto 

 

PENDANT LA COORDINATION

- maintenir une ouverture pour que cet ordre du jour puisse être amendé le jour même de la coordination: l’assemblée d’ouverture permet à chacun de se présenter et de mettre des points à l’ordre du jour ; 

- un ou des facilitateurs doivent être désignés même si l’on est peu nombreux (le 14 juillet aucun facilitateur n’avait été désigné mais cela a « obligé » quelqu’un à jouer de fait le rôle de facilitateur vu l’absence de consensus)

- mieux surveiller le temps, limiter le temps de parole (ex. 5 min chacun) 

- si suite à l’assemblée d’ouverture, aucun consensus ne se dégage rapidement concernant l’ordre du jour, opter pour le vote avec les pieds : les gens choisissent chacun de se réunir en groupe de travail ou de rester en plénière pour discuter en commun de plusieurs sujets. Cela responsabilisera chacun sur la prise en compte de sa proposition, et personne ne pourra reprocher à d’autres d’avoir imposé une règle ne faisant pas consensus. 

 

ENTRE DEUX COORDINATIONS

- constituer des groupes de travail thématiques (ex. économie, Constitution, travail-précarité, totem) regroupant des indignés de différentes assemblées afin d’assurer une continuité : c’est dans ces groupes de travail que se réaliserait l’essentiel de la coordination, et les réunions nationales seraient simplement l’occasion de se rencontrer physiquement, d’échanger plus facilement etc. Il serait assez clair que ces groupes de travail se réuniront aux coordinations quelque soit les autres propositions par ailleurs, ce qui serait un point de repère dans l’ordre du jour. 

- Prévoir des moments de coordinations virtuels : réunions par mumble etc. 

- Utiliser le site indigne-e-s.net comme espace de coordination durable 

 

 

ASSEMBLÉE DE CLÔTURE (APRÈS-MIDI)

 

Les différents thèmes n’ayant pu être traités auparavant ont été discutés à l’assemblée de clôture et ont donné lieux à des points d’informations et prises de décisions par consensus. 

 

Consensus : 

 

  1.  Communiqué spécifique des indignés participant à la coordination en soutien à la mobilisation du 20 juillet en Amérique Latine, et appel à relayer l’information dans les réseaux (à réaliser rapidement). 
  1.  Réaliser une pétition en ligne en soutien à la mobilisation du 20 juillet en Amérique Latine [finalement cette pétition ne sera pas réalisée car il en existait déjà une]
  1.  Communiqué « global » des indignés participant à la coordination 
  • * restituant les travaux et débats en coordination, 
  • * ouvrant des perspectives en communiquant sur les prochaines échéances du mouvement :
  • 5-10 octobres (forum démocratie à Strasbourg), 
  • 13 octobre (mobilisation dette),
  • 1er décembre (manifestation travailleurs et précaires)
  • * appelant à soutenir la mobilisation contre les prisons du 10 décembre
  • * indiquant qu’une prochaine coordination se tiendra dans 6 mois à Montpellier
  • * appelant à soutenir les luttes des ouvriers contre les fermetures d’usine (PSA, 3 Suisse, Fralib…) tout en introduisant une réflexion sur les alternatives à porter dans le monde du travail (question du salariat, du productivisme, etc.) 
  •  

4.  Choisir le site france.indigne-e-s.net pour la coordination du mouvement en France, et proposer à nos assemblées locales de soutenir cette proposition 

 

5.   Mettre en ligne sur le site de la coordination de l’information sur la prise de pouvoir économique et politique du monde de la finance, dans le cadre du groupe de travail national sur l’économie, sans que cela signifie que cette information représente les positions des assemblées

 

6.   Restituer auprès des assemblées le travail sur le « totem : qu’est-ce qui nous rassemble » afin de déterminer ce qui fait consensus dans nos différentes assemblées, en vue de la prochaine coordination nationale. PAD : http://pad.indigne-e-s.net/p/totem

 

La propostion de constituer une association nationale de financement des indignés n’a pas fait consensus. Il a plutôt été convenu de créer des associations locales de financement (il en existe une par exemple à Paris), afin que la gestion du financement soit locale et donc plus propice à un contrôle démocratique. 

 

 

ANNEXE

 

Minutes intégrales de l’assemblées d’ouverture

 

 Amba (Marseille) : invite à se présenter chacun à tour de rôle, à faire part de ses réflexions, à proposer des points à l’ordre du jour et des groupes de travail 

 

Faima (Paris) : militante des quartiers populaires, propose un groupe de travail sur prison/répression. 

 

Adrien (Marseille) : content du rassemblement,  si la France se réveille peut entraîner beaucoup de chose en Europe, si le mouvement ne marche pas c’est que la prise de conscience reste encore insuffisante 

 

Marie (Marseille) : a été au rassemblement des marches à Madrid en juillet 2011, c’est ainsi qu’elle a connu le mouvement. Puis elle a participé à différentes actions dans la région, à Nîmes, à Marseille. Elle propose une réflexion sur les formes de violence et la non violence. Il faut réveiller les consciences sur les violences du système. 

 

Marleen (Nîmes) : le mouvement a commencé le 26 mai à Nîmes, assemblées journalières jusqu’au 21/10, puis 3 hebdomadaires, et tous les mercredis depuis juillet.  Témoigne d’un essoufflement du mouvement à Nîmes. Importance de la coordination nationale pour voir où nous en sommes. Propose un groupe de travail sur« pourquoi le mouvement s’essouffle ? et comment le relancer ? ». 

 

Sisco (Marseille) : l’axe prioritaire pour relancer le mouvement devrait être de rendre le mouvement combatif et joyeux.

 

Seb (Poitiers/Forcalquier) : à Poitiers le mouvement ne se nomme pas indignés mais « démocratie réelle maintenant », et son positionnement est clairement anticapitaliste. L’assemblée a mené diverses actions dont certaines ont conduit à la création d’un DAL. Seb a participé aux marches espagnoles en 2011. 

 

Jean-Jacques Mu (Paris) : s’est engagé dans le mouvement en novembre. Il est éditeur et tourné vers la littérature du théâtre et des opprimés. Considère que dans les pays européens, on est indigné quand on touche au porte-monnaie. En Amérique Latine, on est indigné quand on touche à la nature. Il veut capter les indignations dans les différentes langues pour appréhender la révolution dans son ensemble. Chacun exprime son indignation dans sa langue natale. Une langue a toutefois une potentialité universelle, l’espéranto, qui s’apprend en quelques mois. Il travaille sur un projet d’ateliers populaires multilingues avec de l’espéranto en Grèce. 

 

Sophie (Paris) : à Paris, des AG continuent d’avoir lieu tous les dimanches bien qu’elles rassemblent en ce moment peu de personnes  (15-20 personnes), c’est un peu la « pause estivale ». Le 12 mai, à la journée mondiale d’action, plusieurs centaines de personnes se sont mobilisées. Il y a aussi eu la manifestation du 21 avril. Il y a actuellement des groupes de travail actifs sur : la dette, la constituante, et le travail/la précarité. En projet à la rentrée : journée mondiale d’action le 13 octobre, et manifestation le 1er décembre contre la précarité et pour les droits des travailleurs, en lien avec des organisations de chômeurs et divers collectifs. Concernant l’état du mouvement, il faut prendre en considération qu’il s’est développé dans des conditions très peu propices en France : juste un an après l’échec du mouvement des retraites (qui a découragé le mouvement social), juste un an avant les présidentielles (qui ont aspiré les énergies et focalisé l’attention). On a en quelque sorte été pris entre le marteau et l’enclume. Par contre, la pseudo gauche étant désormais au pouvoir, elle va mettre en œuvre des plans d’austérité et décrédibiliser l’idée d’alternative institutionnelle, c’est maintenant que le mouvement des indignés va pouvoir prendre tout son sens en portant une alternative non institutionnelle. Le mouvement va reprendre à la rentrée, d’une façon ou d’une autre et c’est très important de continuer. 

 

Romane (Clermont Ferrand) : a commencé à s’investir depuis 1 mois dans le mouvement. Participe aussi aux Anonymous. A suivi les présidentielles et a été choqué par les « foutages de gueule ». Peu lui importent les distinctions entre indignés / démocratie réelle maintenant / Anonymous : l’important c’est le message.  

 

Steven (Paris) : il est le fils de X Factor

 

iX Factor / Scott (Clermont Ferrand) : a une pratique militante dans l’esprit indignés depuis 30 ans. Il faut converger avec les autres réseaux et mouvements. À Clermont, les Indignés s’installent dans la durée, ils vont créer une AMAP, un jeu éducatif autour de la dette, ils sont à la recherche d’un local, et organisent des ateliers « langue de bois ». Il y a eu récemment un rassemblement d’une vingtaine de personnes, constituant le noyau dur du mouvement à Clermont-Ferrand, et qui sont très motivées. Afin de mener leurs actions à leur terme, ils ont pris l’habitude de dialoguer avec les pouvoirs publics et les forces de l’ordre.

 

Hilmar (Venezuela/Barcelone/Paris/Toulon/Marseille) : est venue en France avec les marches espagnoles. Propose un groupe de travail pour soutenir la mobilisation du 20 juillet au Pérou. 

 

Arielle (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai, Marseille) :Avec l’objectif d’occuper la place du quartier, ils ont organisé une fête de quartier qui a été une réussite. Ce qui l’intéresse dans le mouvement, c’est le fait de se rassembler sur les thèmes de la lutte contre les plans d’austérité, les problèmes des quartiers populaires, et  de se réapproprier la place publique. Les difficultés du mouvement ne tiennent pas qu’à nous, mais aussi à la force du système auquel on s’oppose – par ex., le clientélisme politique à Marseille. 

 

Jérémie (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai) : est venu au début dans le mouvement dans un objectif d’éducation populaire qui selon lui est plus importante que la lutte avec le sentiment de se faire avoir par le système. Ce qui l’indigne, c’est la fausse démocratie. Quand on parle de tirage au sort, de démocratie directe, on se heurte à des réactions fortes. Il faut faire converger les luttes, sur des dates clefs. 

 

Claudine (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai) : a rejoint le mouvement en septembre-octobre, pour la préparation du campement. Indignée par la fausse démocratie, par les conditions dans lesquelles on vit, par le système financier. Elle a donné des cours de droit constitutionnel dans le groupe de travail sur la Constitution. 

 

Aurélien (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai) : fait partie du mouvement de lutte contre le chômage. Indigné car les politiciens ne font rien contre le chômage qui monte. Il veut aider les salariés qui luttent contre les fermetures d’usine, et propose un groupe de travail sur ce thème. 

 

Kamel (Marseille) : a milité avec le mouvement des « motivés » à Toulouse. A rejoint les indignés car il est indigné par la précarité généralisée, la fausse démocratie, les mensonges des Médias de masse… Il connaît le système judiciaire et carcéral de l’intérieur. 

 

Antoine (Marseille) : a rejoint les Indignés en octobre. S’intéresse à la finance et à l’économie, au revenu de vie. Il faut favoriser la prise de conscience.

 

Alain (Marseille) : le sujet principal selon lui est l’économie. On a tout ce qu’il faut pour être heureux, le problème est la règle du jeu, c’est-à-dire la Constitution. 

 

Mathieu (Brest) : a rejoint les indignés dès le début. A observé le mouvement dans différents lieux en Europe. Perçoit une évolution du mouvement vers la convergence des luttes. Propose, plutôt que de se diviser en groupes de travail, de traiter les sujets en plénière, les uns après les autres. Il faudrait travailler aussi à la mise en place d’une assemblée virtuelle, à un lieu de discussion et coordination entre les réunions nationales. 

 

Jean-Jo (Marseille) : a lâché son boulot dans le bâtiment, et a rejoint le mouvement des indignés en novembre à Paris, à la Défense. Il a été déçu, est revenu à Marseille, a vu le mouvement aussi à Clermont-Ferrand, la cabane à Montpellier. Relève que le mouvement des Indignés attire beaucoup de gens de la rue, ce qui peut poser un problème d’image renvoyée vers l’extérieur. L’éclatement du mouvement avec les assemblées locales pose aussi un problème de visibilité, d’où la difficulté des gens à s’y retrouver. Il est prêt à payer, avec son indemnisation chômage, des prospectus nationaux sur les Indignés. Il veut créer une association de solidarité avec les SDF, lui-même ayant vécu sans domicile. 

 

Patrice (Marseille) : dénonce les dénis de justice (ex. accident de travail qui fait de vous un handicapé à vie…. et malgré que ce soit la faute de l’employeur, avec de nombreuse preuves et témoignages, le juge classe votre dossier sans suite ; conclusion : aucune indemnisation !), il faut donc dénoncer la corruption dans le millieu de la justice ; propose un groupe de travail sur ce thème dans le but de créer une commission de citoyens volontaires, composée à parité de victimes de la justice et des juristes indépendants que l’on pourrait mandater pour les conflits avec les travailleurs de la justices (magistrat, juge d’instruction, notaire, avocat, etc.). Cette commission pourrait vérifier que la justice est bien appliquée lors d’une plainte à l’encontre des professionnels de la justice, puisque à l’heure actuelle dans un tel conflit, les travailleurs de la justice se couvrent entre eux bien souvent et votre dossier se retrouve classé sans suite, ou l’on vous envoie en psychiatrie pour vous discréditer, ou bien encore, de faux témoignages sont présentés contre vous, etc. ! ex : vous dénoncez un magistrat corrompu et le juge d’instruction chargé de l’enquête camoufle les preuves et vous ne pouvez donc obtenir réparation ! En revanche, vous récoltez de gros problèmes…   

 

Manuel (Marseille) :Aide aux devoirs bénévole depuis 5ans, administrateur de la page Facebook des Indignés de Marseille, responsable du materiel depuis Août 2011, très actif dans les différents groupes de travail, aux assemblées Nomades et à l’A.P du Cours Julien (quartier central de la ville de Marseille). Propose un groupe de travail sur : « Comment relancer et dynamiser le mouvement ? ». 

 

Odile (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai) : fait partie d’un collectif de solidarité avec les Roms, propose un groupe de travail sur l’économie. 

 

Amba (Marseille) : chef d’entreprise depuis 2004, il conçoit des sites internet, et s’occupe du site « indigne-e-s.net », qui est un réseau social proposé aux autres assemblées. Il a participé au projet de web coordination pour le 12 mai. Il propose un groupe de travail « totem » : définir ce qui nous unit, par exemple à travers une charte. Propose de militer pour 1% d’intérêt. 

 

 

Sophie (Paris) : concernant le projet de charte, propose d’inclure cette idée : « Dans une vraie démocratie, tous les mandats sont impératifs et révocables, il n’y a donc pas de représentant ». Cette position a été votée par l’Assemblée de Paris le 11 novembre devant le mur de la Paix, et l’AG des Indignés de Paris l’a mandatée pour proposer à la coordination que cette idée soit soumise au consensus des différentes assemblées.

Instance démocratique: 
Nature de document: 
Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 27 juillet 2012 5 27 /07 /Juil /2012 23:47

 

 11 personnes présentes


 
 Ordre du jour :


 - La caisse des indigné/e/s
 - Vide grenier du 5 août
 - Rencontre anti nucléaire en Avignon le 22 juillet
 - Réunion comité non au TSCG le 8 août
 - Marche de la vie (anti nucléaire) du 18 au 25 août
 - Caravane vélo (anti-nucléaire) du 5 août au 8 septembre
 - Alter forum "démocratie" à Strasbourg du 5 au 11 octobre
 - Changement d'endroit des assemblées
 - Journal des indigné/e/s

 

 
 1) Caisse : après consensus, a été donné pour aide à la dépense :
 10 € pour le déplacement à Marseille (14 juillet), 10 € pour déplacement en Avignon (22 juillet), 10 € pour le fioul (eau pour le jardin pour l'année)
 60 € pour la nourriture (pique nique des assemblées)
 Une somme non encore déterminée sera donnée à un indigné pour l'aider à financer son déménagement.


 
 2) Vide grenier boulevard Gambetta le 5 août
 6 à 7personnes seront présentes, au moins une partie de la journée.
 Tout le monde est le bienvenu pour donner un coup de main !!!
 Si vous avez des affaires à nous donner, venez nous voir mercredi prochain, ou, encore mieux, portez les au stand le dimanche 5.


 
 3) Compte rendu de l'évènement en Avignon le 22 juillet, 3 indignées y sont allées.
 Pique-nique citoyen antinucléaire pendant le festival d’Avignon.
 L’idée était de faire un immense rassemblement sur la place du Palais des Papes vers 11h ,petit discours et départ vers 11h30 pour les berges du Rhône en chaîne humaine pour partager un repas tiré du sac.
 Cet « alter-festival » était aussi ouvert aux alternatifs, décroissants, anti-gaz de schiste, anti OGM…. Le thème fédérateur

 

:
 « Pour un monde solidaire et durable ».
 "Il n'est plus temps de compter sur la chance ou les autres ! Maintenant on y va !"
 Sortons de notre dépendance au nucléaire et aux énergies fossiles : engageons la transition énergétique vers les énergies renouvelables et décentralisées !
 
 Jean Pierre Cervantes, organisateur, le lendemain :
 "Un très grand merci à tous les participants. Environ 400 participants à cette journée en bravant un mistral puissant.
 La chaine humaine a réuni environ 250 personnes, 50 personnes mobilisées pour les stands et une visite d'environ 100  personnes dans l'après midi.
 Les troupes de théâtre n'ont pas joué le jeu. Il est difficile d'établir des ponts entre des mondes différents.
 L'après-midi a permis des rencontres de qualités, beaucoup sont restés avec nous tard dans l'après-midi.
 Une rencontre de qualité mais la foule n'était pas au RDV.
 Des leçons à tirer pour l'avenir !
 Il nous reste beaucoup à parcourir pour être suffisamment forts et exiger la sortie du nucléaire.
 La balle est dans notre camp ! A nous d'agir !"


 
 4) Réunion comité non au TSCG le 8 août
 Le comité se réunit le 8 août à 18h dans le local de Solidaire,  6 rue porte d'Alès. Plusieurs indigné/e/s y seront.
 Nous avions fait de belles banderoles pour l'action de ce comité le 20 juillet :-)



 5)  Marche de la vie (anti nucléaire) du 18 au 25 août
 CADARACHE-MARCOULE-TRICASTIN
 Les organisateurs :
 "A l'appel du Collectif antinucléaire de Vaucluse (CAN84) une "Marche pour la Vie" aura lieu du 18 au 25 août 2012 sur les routes du Vaucluse, du Gard et de la Drôme, au coeur du triangle de la mort nucléaire Cadarache-Marcoule-Tricastin. Un seul mot d'ordre réunira les marcheurs à pied, à vélo, à cheval, en rollers, qui relieront les 3 sites nucléaires civils et militaires... : Oui à la Vie, arrêt immédiat du nucléaire!
 En finir sans attendre et une bonne fois pour toute avec le crime quotidien de la destruction atomique : tel est le sens et l'objectif de la "Marche pour la Vie" initiée par le CAN84.
 Les citoyennes et citoyennes relieront par étapes sur 8 jours les 3 sites emblématiques de l'obscurantisme scientiste et des atteintes à la santé et à la vie qu'ils imposent aux populations et aux territoires. Le trajet pourra s'accomplir en totalité ou par étape le matin ou l'après-midi et selon les modalités de chacun : à pieds, à cheval, à vélo, en rollers, à dos d'âne, ou par tout autre moyen.

 . A chaque étape une "escouade" de volontaires se rendra dans le village ou la ville-étape pour rencontrer la population locale, l'informer, la documenter et l'appeler à l'action contre le crime nucléaire. Des photos de victimes du nucléaire seront exposées.
 
 . A chaque étape les élu-e-s locaux seront interpellé-e-s pour prendre position, par une délibération du Conseil municipal, pour la mise à l'arrêt des installations nucléaires qui portent atteinte, au quotidien, par leur contaminations radioactives, à la santé et à la vie.
 
 . A chaque étape sur les lieux nucléaires une rencontre-discussion sera proposée aux salarié-e-s du nucléaire et à leurs organisations syndicales
 
 . A l'étape du soir sera organisée une rencontre favorisant les discussions, projets d'actions, concertations (les musiciens sont invités à apporter leur instrument de musiques à corde, à vent et percussions)

 L'auto-gestion est le principe de base de cette initiative, chacun-e étant invité-e à se "gérer" personnellement au niveau de la nourriture, de l'habillement, de sa pharmacie personnelle : un véhicule d'accompagnement permettant le transport des matériels et de soigner les petits "bobos" servira de voiture-ressource.

 Les personnes qui souhaitent participer à cette "Marche pour la vie" sont invité-e-s, au regard du programme ci-dessous, à préciser par courriel aux organisateurs les étapes auxquelles elles envisagent de participer:
 
 ICI: collectifantinucleaire84@hotmail.fr
 
 Le CAN84 met (ci-dessous) à la disposition des individuel-les et des groupes et collectifs une affichette (300dpi) à reproduire et apposer dans les localités et lieux-relais, un visuel à faire circuler par internet (72dpi) ainsi qu'un tract-parcours-programme reproductible.

 Pour toute information complémentaire:> http://coordination-antinucleaire-sudest./2012/index.php?post%2F2012%2F05%2F07%2FArr%C3%AAt-imm%C3%A9diat-du-nucl%C3%A9aire-%3A-Marche-pour-la-Vie-en-ao%C3%BBt-2012

 Pour l'organisation (co-voiturage, couchage...):
 http://irradiescollectifint.forum-actif.net/login?redirect=/f156-forum
 Nous allons ESSAYER d'obtenir un soutien alimentaire mais ce sera juste un petit plus de confort IL EST DONC IMPERATIF DE PREVOIR VOTRE NOURRITURE POUR TOUTE LA MARCHE (nous vous conseillons, entre autre, à cet effet une base fruits secs peu encombrants et énergétiques à compléter par des achats en épiceries lors des traversées des villes et villages, ne pas oublier que le dimanche nous pourrions ne pas trouver de magasins ouverts)"



 6)  Caravane vélo (anti-nucléaire) du 5 août au 8 septembre
 La caravane à vélo, de Plogoff à Fessenheim-Wyhl, des indignés du nucléaire de plus en plus inquiets.
 Elle partira de Plogoff dans le Finistère le dimanche 5 aout dans l’après-midi après un pique-nique
 musical festif, pour rejoindre Fessenheim-Wyhl le samedi 8 septembre, après avoir serpenté le long
 de la transversale est-ouest en passant d’un site nucléaire à l’autre. Une promenade à vélo qui se
 veut joyeuse, humoristique et colorée avançant à un rythme pépère, et chacun à son rythme : 40 km
 en moyenne par jour, soit 4 heures de flânerie vélocipédique quotidienne (en gros 2 heures le matin,
 2 heures l’après-midi).
 Voir pièces jointes pour plus d'info ... Pour le moment, aucun/e indigné/e n'est partant/e ...


 
 7) Alter forum "démocratie" à Strasbourg du 5 au 11 octobre
 L'appel :
 "Contre FORUM citoyen pour une VRAIE Démocratie"
 Logement, environnement, éducation, démocratie, ...
 Occupy, Indignés, 99%, Nous sommes en marche !
 "La démocratie, c'est toute l'année sur la place publique !  et pas juste une semaine, pour un forum."
 DU 5 AU 11 OCTOBRE 2012 A STRASBOURG SE DEROULERA LE 1er FORUM MONDIAL SUR LE THEME DE LA DEMOCRATIE. L'OCCASION POUR TOUS LES INDIGNES DE FRANCE ET DU MONDE DE PRENDRE LA PLACE PUBLIQUE ET DE METTRE EN LUMIERE OU BIEN LA DEMOCRATIE REELLE OU BIEN LA VIOLENCE POLICIERE. MAIS QU'ON ARRETE DE COPENHAGUE A RIO DE DEPENSER NOTRE ARGENT TOUT EN NOUS PRENANT POUR DES IDIOTS.
 L'appel à mobilisation est lancé par des électrons libres du mouvement en France. Par conséquent si ces électrons libres s'efforcent de mobiliser les réseaux, chaque AG et groupes autonomes sont invités à se fédérer selon leurs valeurs. Nous appelons simplement à répondre à l'appel pour une Réelle Démocratie Maintenant (démocratie directe) et à prévoir des initiatives éducatives, ou des actions coup de poing, sans jamais user de la violence et tout en mettant en lumière la démocratie et la solidarité entre les peuples du monde. Cette demande correspond aux valeurs déclarées ou tacites des mouvement Occupy/Dry/Sol/15M.
 ----------------------
 Nous pourrions penser à des actions en parallèle ou y aller  ....


 
 8) Changement d'endroit des assemblées
 Une discussion a été commencée : tenir les assemblées sur d'autres places de la ville à la rentrée (ou plus tôt si on arrive à s'organiser).
 On doit réfléchir sur un calendrier et le rendre public le plus rapidement possible. Maintien d'une assemblée (par mois, trimestre ?) à la Maison Carrée.


 
 9) Un journal
 L'idée d'un journal national des indigné/e/s (avec espace pour les infos locales) a été abordée à Marseille .... Qui voudrait s'impliquer à ce projet ?
 Il paraît qu'à Madrid un journal (local) est publié depuis un certain temps, avec succès. Nous cherchons une personne qui parle, lit et écrit l'Espagnol pour échanger avec eux afin de savoir comment ils ont fait.
 
 Voilà, j'espère que vous ne regrettez pas que j'ai pris mon ordinateur pour écrire ce compte rendu, avec mon smartphone, ça aurait été plus court bien sur !!!

 On ne lâche rien !

 Marleen

 

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 21 juillet 2012 6 21 /07 /Juil /2012 23:41

 

Précision : Ce compte-rendu reçu ce 21/07/12 n'est qu'une 1ère ébauche, il est  encore en cours d'écriture et n'est donc pas définitif...

(*Par discrétion,  seules les initiales des prénoms apparaissent)

 

 
14 JUILLET
 
ASSEMBLEE D’OUVERTURE

 
Facilitateur : A (Marseille)
Prise de note : S (Paris) et M (Brest)

 
A (Maseille) : invite à se présenter chacun à tour de rôle, à faire part de ses réflexions, à proposer des points à l’ordre du jour et des groupes de travail

F (Paris) : militante des quartiers populaires, propose un groupe de travail sur prison/répression.

H (Marseille) : content du rassemblement, si la France se réveille peut entraîner beaucoup de chose en Europe, si le mouvement ne marche pas c’est que la prise de conscience reste encore insuffisante

M (Marseille) : a été au rassemblement des marches à Madrid en juillet 2011, c’est ainsi qu’elle a connu le mouvement. Puis elle a participé à différentes actions dans la région, à Nîmes, à Marseille. Elle propose une réflexion sur les formes de violence et la non violence. Il faut réveiller les consciences sur les violences du système.

M (Nîmes) : le mouvement a commencé le 26 mai à Nîmes. Témoigne d’un essoufflement du mouvement à Nîmes. (*Petite précision perso, notre collectif se réuni depuis plus d'un an : tous les jours pendant les 6 premiers mois, puis 3 fois/semaine et mène beaucoup d'actions...)
Importance de la coordination nationale pour voir où nous en sommes. Propose un groupe de travail sur pourquoi le mouvement s’essouffle et comment le relancer.

C (Marseille) : la tâche prioritaire pour relancer est ( ?)

S (Poitier/Forcalquier) : à Poitier le mouvement ne se nomme pas indignés mais « démocratie réelle maintenant », et son positionnement est clairement anticapitaliste. L’assemblée a mené diverses actions dont certaines ont conduit à la création d’un DAL. Seb a aux marches espagnoles en 2011.

J-J M (Paris) : s’est engagé dans le mouvement en novembre. Il est éditeur et tourné vers la littérature du théâtre et des opprimés. Considère que dans les pays européens, on est indignés quand on touche au porte-monnaie. En Amérique Latine, on est indigné quand on touche à la nature. Il veut capter les indignations dans les différentes langues pour appréhender la révolution dans son ensemble. Chacun exprime son indignation dans sa langue natale. Une langue a toutefois une potentialité universelle, l’espéranto, qui s'apprend en quelques mois. Il travaille sur un projet d’atelierpopulaire multilingue avec del’espéranto en Grèce.

S (Paris) : à Paris, des AG continuent d’avoir lieu tous les dimanches bien qu’elles soient peu nombreuses (15-20 personnes), c’est un peu la « pause estivale ». Le 12 mai, à la journée mondiale d’action, plusieurs centaines de personnes se sont mobilisées. Il y a aussi eu la manifestation du 21 avril. Il y a actuellement des groupes de travail actifs sur : la dette, la constituante, et le travail/la précarité. En projet à la rentrée : journée mondiale d’action le 13 octobre, et manifestation le 1er décembre contre la précarité et pour les droits des travailleurs, en lien avec des organisations de chômeurs et divers collectifs. Concernant l’état du mouvement, il faut prendre en considération qu’il s’est développé dans des conditions très peu propices en France : juste un an après l’échec du mouvement des retraites (qui a découragé le mouvement social), juste un an avant les présidentielles (qui ont aspiré les énergies et focalisé l’attention). On a en quelque sorte été pris entre le marteau et l’enclume. Par contre, la pseudo gauche étant désormais au pouvoir, elle va mettre en œuvre des plans d’austérité et décrédibiliser l’idée d’alternative institutionnelle, c’est maintenant que le mouvement des indignés va pouvoir prendre tout son sens en portant une alternative non institutionnelle. Le mouvement va reprendre à la rentrée, d’une façon ou d’une autre et c’est très important de continuer.

R (Clermont Ferrand) : a commencé à s’investir depuis 1 mois dans le mouvement. Participe aussi aux Anonymous. A suivi les présidentielles et a été choqué par les « foutages de gueule ». Peu lui importe les distinctions entre indignés / démocratie réelle maintenant / Anonymous : l’important c’est le message.

S (Paris) : il est le fils de X Factor

X Factor / S (Clermont Ferrand) : pratique l’esprit indignés depuis 30 ans. Il faut converger avec les autres réseaux et mouvements. A Clermont, les indignés s’installent dans la durée, ils ont créé une AMAP, un jeu éducatif autours de la dette, ils ont trouvé un local, et organisent des ateliers « langues de bois ». Il y a eu récemment un rassemblement d’une vingtaine de personnes, constituant le noyau dur du mouvement à Paris, et qui sont très motivées. Il y a eu des difficultés avec la police.

H (Venezuela/Barcelone/Paris/Toulon/Marseille) : est venue en France avec les marches espagnoles. Propose un groupe de travail pour soutenir la mobilisation du 20 juillet au Pérou.

A (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai) : fait partie de l’assemblée du quartier de Belle de Mai à Marseille, orientée vers des actions locales. Ils ont organisé une fête de quartier qui a été une grande réussite, beaucoup de participation. Elle travaille dans le social. Ce qui l’intéresse dans le mouvement, c’est le fait de se rassembler, de se réapproprier la place publique. Elle suit beaucoup le mouvement en Espagne. Il ne faut pas se casser trop la tête, la cible est toujours la même : les plans d’austérité, le système financier. Même si on est pas très nombreux, il faut être visibles sur ces questions. La France n’est pas l’Espagne, les calendriers sont différents, les structures sociales aussi. En Espagne, il y a plus d’horizontalité, plus de tissu social. Les difficultés du mouvement ne tiennent pas qu’à nous, mais aussi à la force du système auquel on s’oppose – par ex., le clientélisme politique à Marseille. Mais même quand nous ne sommes que trois, nous sommes un danger pour le système, rien ne fait plus peur que nos objectifs de lutte.

J (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai) : est venu au début dans le mouvement dans un objectif d’éducation personnelle, avec le sentiment de se faire avoir par le système. Ce qui l’indigne, c’est la fausse démocratie. Quand on parle de tirage au sort, de démocratie directe, on se heurte à des réactions fortes. Il faut faire converger les luttes, sur des dates clefs.

C (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai) : a rejoint le mouvement en septembre-octobre, pour la préparation du campement. Indignée par fausse démocratie, par les conditions dans lesquelles on vit, par le système financier. Elle a donné des cours de droit constitutionnel dans le groupe de travail sur la constitution.

A (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai) : fait partie du mouvement de lutte contre le chômage. Indigné car les politiciens ne font rien contre le chômage qui monte. Il veut aider les salariés qui luttent contre les fermetures d’usine, et propose un groupe de travail sur ce thème.

K (Marseille) : a milité avec le mouvement des « motivés » à Marseille. A rejoint les indignés car il est indigné par le chômage, la fausse démocratie, le mensonge… Quand on parle de tirage au sort, de démocratie horizontale… on nous prend pour des uluberlus. Il connaît les prisons de l’intérieur du système.

M (Marseille) : indignée par fausse démocratie, dévoiement des mots. Veut travailler sur la constituante, les textes des philosophes grecs.

A (Marseille) : a rejoint les indignés en octobre. S’intéresse à la finance et à l’économie, au revenu de vie. Il faut favoriser prise de conscience.

A (Marseille) : le sujet principal selon lui est l’économie. On a tout ce qu’il faut pour être heureux, le problème est la règle du jeu, c'est-à-dire la constitution.

M (Brest) : a rejoint les indignés dès le début. A observé le mouvement dans différents lieux en Europe. Perçoit une évolution du mouvement vers la convergence des luttes. Propose, plutôt que de se diviser en groupes de travail, de traiter les sujets en plénière, les uns après les autres. Il faudrait travailler aussi à la mise en place d’une assemblée virtuelle, à un lieu de discussion et coordination entre les réunions nationales.

J-J (Marseille) : a lâché son boulot dans le bâtiment, et a rejoint le mouvement des indignés en novembre à Paris, à la Défense. Il a été déçu, est revenu à Marseille, a vu le mouvement aussi à Clermont Ferrand, la cabane à Montpellier. Relève que le mouvement des indignés attire beaucoup de gens de la rue, ce qui peut poser un problème d’image renvoyée vers l’extérieur. L’éclatement du mouvement avec les assemblées locales pose aussi un problème de visibilité, d’où la difficulté des gens à s’y retrouver. Il est prêt à payer, avec son indemnisation chômage, des prospectus nationaux sur les indignés. Il veut créer une association de solidarité avec les SNCF, lui-même ayant vécu d’être sans domicile.

P (Marseille) : dénonce les dénis de justice, propose un groupe de travail sur ce thème.
Manuel (Marseille) : propose un groupe de travail sur comment relancer le mouvement.

O (Marseille – assemblée du quartier Belle de Mai) : fait partie d’un collectif de solidarité avec les Roms, propose un groupe de travail sur l’économie.

A (Marseille) : chef d’entreprise depuis 2004, il conçoit des sites internet, et s’occupe du site indigne-e-s.net, qui est un réseau social proposé aux autres assemblées. Il a participé au projet de web coordination pour le 12 mai. Il propose un groupe de travail « totem » : définir ce qui nous unit, par exemple à travers une charte. Propose de militer pour 1% d’intérêt.

S (Paris) : concernant le projet de charte, propose d’inclure cette idée : « dans une vraie démocratie, tous les mandats sont impératifs et révocables, il n’y a donc pas de représentant ». Cette position a été votée par l’Assemblée de Paris le 11 novembre devant le mur de la Paix, et l’AG des indignés de Paris l’a mandatée pour proposer à la coordination que cette idée soit soumise au consensus des différentes assemblées.

 
GROUPE DE TRAVAIL

 
Après discussion sur les différents thèmes proposés, les groupes de travail qui se sont réunis le 14 juillet sont :

 
- Totem : ce qui nous rassemble
- Comment relancer le mouvement
- Travail et précarité

 
1) Groupe de travail « Totem : ce qui nous rassemble »
 
 
2) Groupe de travail « comment relancer le mouvement »
 
 
3) Groupe de travail « Travail et précarité »


15 JUILLET
 
MATIN

 
GROUPE DE TRAVAIL « MÉTHODOLOGIE DE LA COORDINATION »

 
Constat : suite à l’assemblée d’ouverture, il n’a pas été possible de dégager un consensus sur l’organisation de la suite, plusieurs options ayant été proposées :

- se diviser en groupes de travail puis mettre en commun en assemblées,
- traiter tous les sujets les uns à la suite des autre en plénière
- traiter certains sujets en plénières puis d’autres en plénières (mais lesquels ?)
 
Une heure de discussion a été perdue jusqu’à ce qu’un vote soit fait et indique une majorité en faveur des groupes de travail, et le désaccord a généré conflits, tension, remise en cause de la facilitation… Comment améliorer notre méthodologie afin d’éviter ce problème lors des futures coordinations ?
 
D’autres problèmes se sont par ailleurs posés : problèmes de circulation de l’information, rendez-vous manqués, début retardé etc.
 
Propositions et pistes de travail pour une méthodologie de coordination démocratique :

 
AVANT LA RÉUNION DE COORDINATION :
- préparer l’ordre du jour en amont en mettant un pad à la disposition des assemblées et individus voulant mettre un ou des points à l’ordre du jour
- chacun peut proposer des groupes de travail et/ou des plénières (distinguer les deux)
- veiller à une bonne diffusion de l’information (mails, réseaux sociaux…), prendre les numéros de téléphones pour envoyer les infos essentielles par texto

 
PENDANT LA COORDINATION
- maintenir une ouverture pour que cet ordre du jour puisse être amendé le jour même de la coordination : l’assemblée d’ouverture permet à chacun de se présenter et de mettre des points à l’ordre du jour ;
- un ou des facilitateurs doivent être désignés même si l’on est peu nombreux (le 14 juillet aucun facilitateur n’avait été désigné mais cela a « obligé » quelqu’un à jouer de fait le rôle de facilitateur vu l’absence de consensus)
- mieux surveiller le temps, limiter le temps de parole (ex. 5 min chacun)
- si suite à l’assemblée d’ouverture, aucun consensus ne se dégage rapidement concernant l’ordre du jour, opter pour le vote avec les pieds : les gens choisissent chacun de se réunir en groupe de travail ou de rester en plénière pour discuter en commun de plusieurs sujets. Cela responsabilisera chacun sur la prise en compte de sa proposition, et personne ne pourra reprocher à d’autres d’avoir imposé une règle ne faisant pas consensus.

 
ENTRE DEUX COORDINATIONS
- constituer des groupes de travail thématiques (ex. économie, constitution, travail-précarité, totem) regroupant des indignés de différentes assemblées afin d’assurer une continuité : c’est dans ces groupes de travail que se réaliserait l’essentiel de la coordination, et les réunions nationales seraient simplement l’occasion de se rencontrer physiquement, d’échanger plus facilement etc. Il serait assez clair que ces groupes de travail se réuniront aux coordinations quelque soit les autres propositions par ailleurs, ce qui serait un point de repère dans l’ordre du jour.
- Prévoir des moments de coordinations virtuels : réunions par mumble etc.
- Utiliser le site indigne-e-s.netcomme espace de coordination durable

 
APRES-MIDI
 
ASSEMBLÉE DE CLÔTURE

 
Les différents thèmes n’ayant pu être traités auparavant ont été discutés à l’assemblée de clôture et ont donné lieux à des points d’informations et prises de décisions par consensus.

 
Information :
- mise en place de listes nationales pour les groupes de travail : économie, constitution, et travail-précarité

 
 
Consensus :
- Communiqué spécifique des indignés participant à la coordination en soutien à la mobilisation du 20 juillet en Amérique Latine, et appel à relayer l’information dans les réseaux (à réaliser rapidement).

- Réaliser une pétition AVAAZ

- Communiqué « global » des indignés participant à la coordination
  -restituant les travaux et débats en coordination,
·  -ouvrant des perspectives en communiquant sur les prochaines échéances du mouvement : 5-10 octobres (forum     démocratie à Strasbourg), 13 octobre(mobilisation dette), 1er décembre(manifestation travailleurs et précaires)
· appelant à soutenir la mobilisation contre les prisons du10 décembre
· indiquant qu’une prochaine coordination se tiendra dans 6 mois à Montpellier
· appelant à soutenir les luttes des ouvriers contre les fermetures d’usine (PSA, 3 Suisse, Fralib…) tout en introduisant une réflexion sur les alternatives à porter dans le monde du travail (question du salariat, du productivisme, etc.)

- Choisir le site indigne-e-s.netpour la coordination du mouvement en France, et proposer à nos assemblées locales de soutenir cette proposition

- Mettre en ligne sur le site de la coordination de l’information sur la prise de pouvoir économique et politique du monde de la finance, dans le cadre du groupe de travail national sur l’économie, sans que cette information ait vocation à représenter les position des assemblées

- Restituer auprès des assemblées le travail sur le « totem : qu’est-ce qui nous rassemble » afin de déterminer ce qui fait consensus dans nos différentes assemblées, en vue de la prochaine coordination nationale.
  
Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 19 juillet 2012 4 19 /07 /Juil /2012 19:38

 

10 personnes présentes

 


Ordre du jour :


– point sur l'assemblée national à Marseille le 14&15 juillet
– pique nique anti nucléaire en Avignon le 22 juillet
– rassemblement anti TSCG (Traité pour la stabilité, la Coopération et la Gouvernance en Europe)
– point sur le mouvement à Lille par une indignée Lilloise.
– Point sur l'assemblée nationale à Marseille le 14&15 juillet

 


Marleen était à Marseille et rapporte :
« Les indigné-e-s de Marseille avaient lancé une invitation à une assemblée. Une trentaine de personnes y étaient présentes venues de plusieurs villes (Paris, Poitiers, Tours, Brest, Nîmes ….).
Je me suis inscrite dans le groupe de réflexion travaillant sur les moyens à trouver pour relancer le mouvement.


Plusieurs idées ont fusées :
-faire un site national avec un forum éventuellement (il en existe un déjà, il suffirait de l'étoffer) : http://indigne-e-s.net)
-faire une même affiche au niveau national avec le lien du site et quelques autres infos en laissant un blanc pour indiquer l'assemblée de la ville.
-écrire un journal national.
-monter une association « soutien aux indigné-e-s » qui permetttrait de recevoir des dons et d'avoir un compte en banque.
-aller voir plus souvent les autres organismes et associations pour prendre la parole dans les réunions, expliquer le mouvement et demander de venir assister aux assemblées ou d'en former eux même.
Tout le monde était d'accord pour lancer un appel au soutien des populations d'Amérique Latine dans leurs luttes.
Dés que je reçois le compte rendu complet du weekend, je ferai suivre. »

 

- Pique nique anti nucléaire en Avignon le 22 juillet
Rappel : Le collectif sortir du nucléaire organise un pique nique géant en Avignon sur l'ile de Barthelasse, rendez vous à 11h au Palais des Papes.


Rassemblement contre le TSCG (Traité pour la stabilité, la Coopération et la Gouvernance en Europe)


APPEL AUX MILITANTS AUX CITOYENS DE NIMES ET DU GARD
Les comités de Nîmes et d'Alès appellent à un rassemblement ce VENDREDI 20 JUILLET à 18hOO devant le Carré d'Art à Nîmes avec prises de parole, pour exiger des députés et des sénateurs qu'ils refusent ce traité.
Compte tenu de l'importance de l'annonce du rassemblement de vendredi et du délai qui nous est imparti, le quatrième point concernant le passage d'une Indignée Lilloise est reportée au prochain compte rendu.


Bonne lecture.

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 12 juillet 2012 4 12 /07 /Juil /2012 19:27
 
7 personnes présentes
- Petit compte rendu du conseil de l'agglo. En fait les points de l'ordre du jour passent très vite, peu de votes "contre" quelques abstentions ... toutes les propositions ont été adoptées, soit par unanimité soit majorité. 
- Rappel : rencontre nationale des indigné/e/s à Marseille ce weekend. Marleen y va et a toujours de la place dans sa voiture. 
- Vendredi 20 juillet, à 18h, casserolade contre le tscg  (Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance)

Médiathèque - Maison Carrée


- Dimanche 22 juillet, 11h à Avignon : pique nique et autres activités organisés par "sortir du nucléaire". Nous nous organiserons en co-voiturage. 

- Dimanche 5 aout, vide grenier Place St Charles ... appel aux participants !! Besoin de monde !!

- Une indignée a essayé de se renseigner sur les bâtiments vides appartenants à la commune mais n'a pas pu progresser vraiment. Des idées ?

A mercredi prochain, 19h, Maison Carrée !


*Merci beaucoup à Marleen pour avoir réalisé ce compte-rendu (...sur son smatphone)
Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 3 juillet 2012 2 03 /07 /Juil /2012 22:15


(CR concentré mais au combien précieux réalisé aimablement par Marleen sur son smartphone) Merci à elle


9 personnes présentes

1)- réunion concernant une "maison des associations / maison du peuple" mardi 3 juillet à l'APTI, 8B boulevard sergent Triaire à 18h30, plusieurs personnes y assisteront

2)- lundi 9 juillet, conseil de l'agglo à 18h. Là aussi, plusieurs personnes iront voir, il serait question du "plan" tram-bus ...

3)- décision est prise de réduire les assemblées à un jour par semaine : le mercredi à 19h, toujours Maison Carrée.

4)- jardin collectif : deux personnes prévues mardi 17h pour faire quelques travaux

5)- vide grenier au Gambetta du 8 juillet : seulement 3 personnes dispo, ce qui n'est pas assez, donc reporté au 12/08

6)- discussion autour des Comités de Quartier, on essayera de voir si effectivement on peut parler de démocratie participative

7)- rencontre des indigné/e/s à Marseille le 14 et 15 juillet : Marleen y va + 1 personne, il reste 3 places dans la voiture. Fanny est partante si quelqu'un y va pour un jour ...

8)- Jean-Jacques M'u, voir : http://www.larchipelcontreattaque.eu/m/article-107166104.html sera de passage à Nîmes du lundi 9 au mercredi 11 juillet. Il fera probablement une présentation de son livre. Je vous tiens au courant dans quelle(s) librairie(s)

9)- William compte organiser une projection de son film pour ceux qui ne l'auraient pas vu.

Nous avons discuté aussi des cabanes dans les arbres à Montpellier et de l'action "peinture" du CRA.

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 26 juin 2012 2 26 /06 /Juin /2012 18:21

 

10 personnes présentes + 1 passant sympathique



- Demain, (mardi 26 juin) en principe, 4 d'entre nous se déplacent au tribunal de grande instance à Montpellier pour soutenir les indigné/e/s de Montpellier qui se font virer de leur camp. Voir :


http://reelledemocratiecalvados.wordpress.com/2012/06/25/a-montpellier-les-camps-de-lesplanade-sont-menaces-dexpulsion/



- Nous avons discuté longuement pour préparer la réunion (si accord de tous) du 3/07 à 18h30 à l'APTI 8B bd Sergent Triaire. Réunion sur l'obtention d'une "maison du peuple" (le nom n'est pas encore définitif). Les indigné/e/s insistent sur le fait qu'elles/ils souhaitent que cette maison ne soit pas uniquement réserver aux associations (puisque nous ne sommes pas une assos !) et nous souhaitons aussi que cette convergence de forces nous fasse travailler sur le problème du mal-logement par la suite.

- invitation de la part des indignés de Marseille pour le 14-15 juillet. Ce qui a fait sourire plus d'un/e ..., celles et ceux qui étaient à Marseille l'an dernier sauront pourquoi ... pas de décision prise pour l'instant. (voir invit complète plus bas*)

 


Compte tendu écrit sur mon smartphone donc assez court, voilà.

Par democratie-reelle-nimes - Publié dans : Les Comptes Rendus des Assemblées et reflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Présentation

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Images Aléatoires

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés