Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 14:10

 

 

Info reçue par mail

 

 
soutien Jean Jacques M'U


AREVA-esques suite (s)
 
 
Bonjour.

Les mois passent et rien n'a vraiment évolué dans ma situation (les procès sont comme les guerres, la grande tension réside dans l'attente continuelle et sans repos d'une déflagration qui peut survenir de n'importe où n'importe quand).

Nous vivons en situation de guerre et ce n'est pas une vue d'un esprit dérangé que de l'admettre.

Chacun fait en conséquence depuis sa place, avec ce qu'il est et ce qu'il a, sa nature, dans la mesure de ses possibilités, ses marges de manœuvre, la limite à son audace et à son endurance...

Bref.

Le procès se tiendra donc le 12 septembre.

Bref rappel historique :

1. J'avais relayé sur mon blog Mediapart les 27 et 31 juillet 2014 (il y a trois ans) un billet de la CAN-SE (Coordination antinucléaire du Sud-ESt), encore en ligne.

2. AREVA a d'abord porté plainte avec constitution de partie civile contre moi, avant de considérer l'auteur du billet d'origine. Pour les quatre mentions (que je n'ai jamais écrites) que vous pourrez lire dans cet extrait d'acte judiciaire :

3. Après intervention d'AREVA au cours de l'instruction, nous nous trouvons deux personnes mises en examen : moi et « Jean Revest », administrateur du blog de la CAN-SE d'où est parti le billet incriminé. La CAN souhaite un procès du nucléaire. Moi, je ne suis pas un spécialiste, je ne me risque pas à plaider autre chose que mes intuitions et mon sentiment d'injustice. Ma liberté d'expression, mon droit à l'erreur, même !

43 Lors de l'audience de fixation du 30 août 2016, l'année dernière, avec l'appui d'une quinzaine d'entre vous présents sur place, j'aurais voulu faire valoir qu'il n'y avait pas lieu de poursuivre. Je n'ai pas été entendu.

Voici le compte rendu fait le lendemain de cette audience, par Juliette Keating, qui est de toutes les luttes justes :
https://blogs.mediapart.fr/juliette-keating/blog/310816/areva-contre-le-blogueur-jjmu-le-proces-aura-lieu-le-12-septembre-2017
 

5. Une défense efficace ?... Dans les jours qui ont suivi, j'ai donc cédé aux conseils de ceux et celles d'entre vous qui me proposaient un avocat, que j'ai choisi spécialiste du droit de la presse (droit qui déroge en plusieurs points au droit commun).

L'avocat pressenti est Antoine Comte, du barreau de Paris, à qui je verse 500 € par mois pendant 10 mois suite à une collecte qui a rapporté 1 750 € (cagnotte + chèques personnels)

6. Vous et moi. De fait, même si j'ai besoin de soutien financier (ce serait mentir de dire le contraire), j'ai également besoin de paix.
Et surtout, surtout, surtout ! que la presse relaie mon affaire, et ni BastaMag ni ReporTerre et encore moins Mediapart (sa rédaction, pas les blogueurs) n'ont daigné se préoccuper d'une personne qui n'est pas de la profession.

De fait, même la CAN-SE dont j'avais relayé le billet à l'origine, dédaigne mon cas et me (dis)qualifie sous le terme d'« un imprudent blogueur » (sic !).
http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2016/06/22/Plainte-d-Areva-contre-la-Coordination-antinucl%C3%A9aire-du-Sud-est-%3A-Proc%C3%A8s-fix%C3%A9-au-30-ao%C3%BBt-%C3%A0-Paris

Voili voilou voilà.

Pas vraiment le moral. Il y aura deux témoins à mes frais (transports et hébergement sur Paris pour deux nuits : à ce sujet, si vous avez des places chez vous, ça réduirait mes frais).
Deux témoins pour prouver ma bonne foi (ma volonté d'informer les citoyens) et l'absence de volonté de nuire (aucun préjudice réel n'a été signalé dans les résultats des politiques d'AREVA et de la ville d'Avignon à la suite de mon relai de l'article de la CAN-SE). On le voit (hélas) avec Bure, Fessenheim, Bugey, Golfech, etc. où je n'ai d'ailleurs jamais pu me rendre pour aller soutenir les copains en lutte sur place.

La période électorale a montré toutes les facettes de la médiocratie sous laquelle nos contemporains acceptent de vivre, bon an mal an.

Je ne crois pas aux miracles, pas plus électoraux que révolutionnaires en armes. Et pas davantage en notre police qu'en nos tribunaux dont on a fait l'expérience ces derniers mois des odieux et illégitimes doubles jeux (deux poids deux mesures) entre les apparatchiks corrompus d'un côté et, de l'autre, les étrangers, les roms, les pauvres, les sans abris, les travailleurs, les retraités, les prisonniers.

Conclusions ?

Tous vos soutiens seront les bienvenus :
– recours auprès des rédactions des journaux,
– alertes auprès de vos organismes syndicaux,
– organisation de conférence de presse,
– articles de blogs référencés sur les grands moteurs de recherche,
– ampliation sur les réseaux sociaux...

– hébergements pour témoins de passage à Paris les 11, 12 et 13 septembre.

Des conseils ?... Euh, là, franchement, je n'en peux plus (je deviens fou à essayer de répondre à toutes les questions que je me suis déjà posées et tous les recours que j'ai déjà tentés). Alors, merci de bien vouloir m'en épargner. Je sature pour de bon.

Pour les dons en chèques (que je suis incapable de rembourser) vous pouvez les faire à Jean-Jacques Masot-Urpi 6, rue du Majou 46300 Gourdon.

Merci et pardon de vous déranger.

Bonnes vacances, je suis déterminé à en prendre, pour ma part, malgré tout, et bien qu'avec le cœur très serré pour nos amis « migrants » (sic) persécutés, et nos compatriotes Grecs, Turcs et Kurdes soumis à des tortures et des pressions quotidiennes autrement plus terribles et que je serais incapable de supporter sans en perdre la raison, pour ma part, et la vie.

Ah ! indice des temps qui courent : le 12 septembre est jour d'actions de protestations contre les directives gouvernementales. Nous serons alors plongéEs dans l'ambiance de notre temps. Gravé dans la mémoire d'une histoire qui sera, j'en suis sûr, aussi mythifiée que l'ont été celle de mai 68 et d'autres, comme l'histoire de juillet 1789. Bah !...

Bonne continuation, les amiEs. Et au plaisir de vous revoir dans de meilleures conditions. Je veux y croire. (grâce à vous ?...)

 

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/juliette-keating/blog

 

 

Areva contre le blogueur JJMU: Le procès aura lieu le 12 septembre 2017

 
 
L'audience est publique. Nous sommes une quinzaine autour de JJMU qui porte un lourd dossier tout plein de documents et d'arguments. Ambiance de rentrée. Les avocats en robe pénètrent dans la salle et toupillent comme chez eux, tandis que nous parlons à mi-voix, jetant des regards vaguement inquiets sur les lambris et le plafond décoré.

 

Animal sympathique trop souvent victime de propos diffamatoires Animal sympathique trop souvent victime de propos diffamatoires

Rappel des faits

 

Le blogueur JJMU est accusé par la multinationale AREVA d'avoir publié des propos diffamatoires sur son ancien blog hébergé par Mediapart. JJMU n'est pas l'auteur des propos qui lui sont reprochés, il n'a fait que copier-coller un article de la Coordination antinucléaire du sud-est (CAN-SE). Mais, selon la loi sur la presse de 1881, en cas de diffamation, si l'auteur des propos diffamatoires n'est pas identifié, le diffamé se retourne contre le diffuseur (qui est ici le blogueur). Or, l'article litigieux n'est pas signé. Après enquête d'Areva, un quidam de la CAN-SE est désigné comme auteur de l'article, ce qu'il nie (soit il n'est pas l'auteur, soit il l'est mais n'a aucun intérêt à le reconnaître). Face à Areva, il y a donc deux prévenus dans cette affaire, le quidam de la CAN-SE défendu par un avocat et JJMU défendu par lui-même selon son propre choix. Pour JJMU, l'enjeu de l'audience est celui-ci : le non-lieu pour nullité de la procédure ou la fixation de la date de son procès.

30 août 2016. TGI de Paris, 17eme chambre.

L'audience est publique. Nous sommes une quinzaine autour de JJMU qui porte un lourd dossier tout plein de documents et d'arguments. Ambiance de rentrée. Les avocats en robe pénètrent dans la salle et toupillent comme chez eux, tandis que nous parlons à mi-voix, jetant des regards vaguement inquiets sur les lambris et le plafond décoré. Nous attendons la cour. L'avocat du quidam de la CAN-SE (absent), quitte son banc et s'approche de JJMU tel un gros matou au poil luisant et à l’œil vif. Il lui flatte l'épaule d'une patte aux griffes rentrées et feint de s'étonner de le voir seul, sans avocat. Non, JJMU n'est pas la souris avec laquelle s'amuse cruellement le chat, mais plutôt le baudet dont le bavard tâte l'échine car il espère bien que l'animal va tout prendre sur son dos à la place de son client comme dans la fable au célèbre « haro ! »

La cour entre. La Présidente se réjouit de je ne sais plus quoi mais déplore le manque de personnel et l'encombrement de la 17ème chambre qui occasionne un retard des procès. Ça commence. Passent les affaires et l'on entend résonner les doux noms de bienfaiteurs de l'humanité tels Bolloré, ou de people ayant tous de petits problèmes de méchantes diffamations.

Vient le tour de JJMU. Il s'approche de la Présidente, son épais dossier sous le bras, puis il recule car il ne doit pas dépasser la barre : il n'est pas avocat mais prévenu. Confirmation de l'identité et de l'adresse. L'avocat du quidam de la CAN-SE n'a pas de pouvoir mais tant pis il l'enverra demain, promis. La présidente consulte ses documents et lit à haute voix les phrases considérées comme diffamatoires par Areva. On entend la frêle voix chantante de JJMU glisser qu'il n'est pas l'auteur de ces propos, remarque que la Présidente balaie d'un revers de main. Apparemment, ce n'est pas le sujet du jour. Elle lui demande s'il aura des témoins : JJMU en annonce trois, on lui rappelle que ce sera à ses frais. Il ne sait pas bien évaluer la longueur de son explication, suggère une heure alors qu'il n'en est surtout pas question (encombrement de la chambre). L'avocat du quidam de la CAN-SE annonce une plaidoirie d'une longueur raisonnable et aucun témoin. On entend la frêle voix chantante de JJMU demander la nullité pour vice de procédure. La présidente reconsulte le dossier. Nullité pourquoi ? JJMU évoque la prescription. La Présidente demande son avis à la Procureure aux autres magistrats et à l'avocat du quidam de la CAN-SE qui trouve que non vraiment non, l'argument de la prescription de tient pas (le matou est très attaché à garder à la fois son client et son baudet). Pas d'autres arguments ? JJMU ne sait plus, il a tout oublié des beaux raisonnements que contient son dossier, il ne sait plus quoi dire. La Présidente ne semble soudain ne plus se rappeler de l'encombrement de la 17ème chambre qu'un procès en moins aurait un peu soulagé. L'avocate d'Areva ne dit rien : pourvu qu'il y ait condamnation on la sent peu regardante sur l'identité du futur déclaré coupable, le baudet fera aussi bien l'affaire..

Passez muscade ! JJMU plaidera sa bonne foi. Le procès aura lieu le 12 septembre 2017. Le temps pour Jean-Jacques MU de se trouver un ou une très très bon(ne) avocat(e) spécialisé(e) en droit de la presse.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22