Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 22:02

 

 

Source : http://www.nvo.fr/0-0-4849-les-chantiers-honteux-de-vinci

 

 

Mis à jour le 26.01.2017 à 16h00 | Publié par Nathalie Carmeni – Photo : Pierrick Villette
 
 
 
 

Les chantiers honteux de Vinci

 

ConstructionSur un chantier majeur de la RATP, une cinquantaine de travailleurs kurdes et turcs, sans contrat de travail et sans salaire depuis des mois, sont entrés en grève, le 24 janvier à minuit. Soutenus par la CGT, ils luttent pour la reconnaissance de leur travail et mettre fin à une situation de quasi esclavage.

Les chantiers honteux de Vinci

Sur un chantier majeur de la RATP, une cinquantaine de travailleurs kurdes et turcs sans contrat de travail et sans salaire depuis des mois, sont entrés en grève, le 24 janvier à minuit. Soutenus par la CGT, ils luttent pour la reconnaissance de leur travail et mettre fin à une situation de quasi esclavage.

Sur l'échelle du pire, on ne sait pas bien où positionner cet énième cas scandaleux d'exploitation de travailleurs migrants en situation d'extrême vulnérabilité par des entreprises championnes du CAC40. Nous voici chez Vinci, l'opérateur BTP à 2 milliards d'euros de résultat en 2015. Comme souvent, Vinci a remporté l'appel d'offres pour un gros chantier de construction. En l'occurrence, celui de la RATP (maître d'ouvrage) pour la rénovation de sa plus grande station de métro qui va de Châtelet à Châtelet-Les Halles. C'est un très gros chantier, et les travaux sont importants, qui concernent la réfection totale de toutes les surfaces (sol et parois), des piliers de soutien, des plafonds en volutes, des coffrages, etc.

 

Sous-traitance à gogo

Le donneur d'ordres pour cette rénovation n'est pas celui qui a remporté l'appel d'offres, mais une entité tierce, l'entreprise SOGEA TPI, qui n'est autre qu'une filiale du groupe Vinci. Or SOGEA TPI a confié la réalisation des travaux à l'un de ses sous-traitants habituels, la société FH Service dont l'arbre généalogique du patronyme varie (FC 10, puis France Ouvrage, Intertravaux, FH Service, etc.) au gré de l'éclatement des scandales, toujours les mêmes : travail dissimulé, impayés de salaires, chèques sans provision, emploi de travailleurs en situation irrégulière et autres fraudes fiscales aux cotisations patronales jamais versées à l'URSSAF.

Réunis dans le réfectoire de la RATP, station Châtelet, les ouvriers attendent l'arrivée de la CGT. C'est un ancien collègue qui les a adressés à la centrale syndicale, désormais célèbre pour ses combats contre le travail dissimulé et l'exploitation humaine.

Ils sont de tous âges, très jeunes ou très âgés, mais ils ont en commun de porter les marques d'une existence sans confort, mais pas sans dignité. La plupart ont d'ailleurs une famille, présente sur le territoire, et nombreuse, qui dépend totalement d'un seul revenu pour cinq à sept bouches à nourrir. Autre point commun: ils parlent bien le français, voire d'autre langues étrangères dont la bonne maîtrise témoigne de leurs déplacements successifs pour la quête de travail.

 

Arnaques en cascade

À tour de rôle, ils relatent leur cas: les retards de versement de salaires, les chèques en bois, les accidents du travail non déclarés, l'absence de protection contre l'amiante qui est partout dans les murs de la station Châtelet; le chantage à l'emploi et au versement du salaire, exercé par le patron ; ses menaces récurrentes en cas de rébellion, de grève ou de dénonciation. Et dernièrement, signe que la tension monte, la privation de salaire (de 1 300 euros en moyenne) depuis trois à six mois pour la majorité d'entre eux. « On a tenté les débrayages et la grève plusieurs fois, mais il menace de nous foutre dehors et de nous empêcher d’accéder au réseau RATP », explique Gulen. « On connaît bien ce processus psychologique de “soumission à la dette du salaire impayé” qui maintient les exploités dans une dépendance totale par rapport à leur exploiteur », explique Marilyne Poulain, du collectif confédéral CGT des travailleurs migrants.

Pour ce travail de nuit, les ouvriers embauchent à 22h30 et finissent à 5 ou 6 heures du matin, sans aucune pause, sous le contrôle d'un chef de chantier omnipotent qui décide de tout : s'il faut continuer ou s'arrêter à l'horaire prévu, et, en cas de protestation, s'il faut « aller voir ailleurs si j'y suis ».

En présence de la CGT (fédération de la construction, union départementale 75, collectif confédéral des travailleurs migrants...) qui s'engage avec eux dans une longue bataille contre FH Service, Vinci, voire la RATP, la parole des salariés se libère et l'envie de se battre reprend le dessus. Comme prévu, l'inspection du travail intervient sur le coup de 23 heures et constate l'existence d'une relation de travail entre ces ouvriers exploités et FH Service, leur employeur. Bien décidés à se battre, les ouvriers de l'ombre ont voté la grève à l'unanimité et cessé le travail. Première étape d’une longue bataille.

 

 

 

Source : http://www.nvo.fr/0-0-4849-les-chantiers-honteux-de-vinci

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22