Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 22:37

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Face à la corruption, s'indigner ne suffit plus

Par Fabrice Arfi

 

 

 

Doit-on continuer à regarder le grand feuilleton des « affaires » qui fracassent la vie publique depuis trente ans comme on va au cirque ? En Roumanie, en Islande ou au Brésil, des foules manifestent contre la corruption des classes dirigeantes. En France, rien. Il est aussi de la responsabilité des citoyens d'agir.

 

Bon. Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? On continue, tels des automates sous hypnose, à regarder le grand feuilleton des « affaires » qui fracassent la vie publique depuis trente ans comme on va au cirque ?

Mesdames et messieurs, voici l’illusionniste François Fillon : y a un emploi, y a plus d’emploi ! [applaudissements dans le public]

Et maintenant le jongleur Nicolas Sarkozy : pas une, pas deux, pas trois, mais dix affaires dans lesquelles il est cité ! [“waouh”, s’exclament les spectateurs]

Sans oublier l’incroyable acrobate Jérôme Cahuzac : il est chargé au sein du gouvernement de lutter contre la fraude fiscale tandis qu’il est lui-même un fraudeur fiscal depuis vingt ans ! [souffles coupés dans la salle]

Vous l’adorez, le clown Jean-Christophe Cambadélis : il n’hésite pas à mettre en doute publiquement l’honnêteté de Fillon alors qu’il a lui-même été condamné deux fois par la justice dans des affaires d’emplois fictifs ! [rires unanimes]

 

Des numéros de cette qualité, la France en a des wagons à proposer, à gauche comme à droite ou à l'extrême droite : Le Pen, Dassault, Lagarde, Balkany, Guérini, Giacobbi, Andrieux, Squarcini, Boillon, Guéant, Kucheida, etc. Il faut vraiment vivre dans un monde parallèle – celui de la communication sidérante et du commentariat sidéré – pour ne pas faire le constat d’un pays ravagé par ses démons : la corruption, les arrangements avec l’éthique, la fraude et l’évasion fiscales, les conflits d’intérêts.

 

Le décentrement permet de voir comme nous sommes vus. Et c’est moche. Les médias étrangers, anglais, allemands, scandinaves ou américains, n’ont plus de mots pour décrire l’état de corruption de la France.

 

C’est la honte.

 

Dans d’autres pays, en Roumanie ces derniers jours, en Islande au moment de la révélation des Panama Papers, au Brésil il y a peu, les citoyens se sont emparés du premier des biens communs, la rue, pour manifester et crier leur indignation. Pour dire – excusez l’expression – qu’il serait peut-être temps d’arrêter de se foutre de notre gueule.

 

Et en France ? Eh bien, en France, rien. Funambules de la vie publique, nous regardons, extatiques, passer ces affaires qui surgissent dans le quotidien des matinales radio et des chaînes d’info en continu et qui disparaissent aussi vite qu’elles sont apparues. Puis on passe à autre chose, comme si le monde de la politique (celui des programmes et du débat d’idées) et la furia des scandales n’étaient pas liés. Comme si l’un et l’autre évoluaient dans deux mondes parallèles qui ne se rencontraient jamais.  

 

On ne le répétera jamais assez : les affaires ont un sens. Elles sonnent, quand les faits qu’elles portent sont vérifiés et d’intérêt public, comme le signal d’alarme d’une démocratie qui suffoque. La facture est lourde. Nous – le “nous” citoyen qui ne fait le tri ni des convictions ni des cheminements personnels – en sommes tous les victimes invisibles.

 

Démocratiquement, elles nous désespèrent en ce qu’elles alimentent le sentiment qu’il existerait une classe dirigeante qui ne fait pas ce qu’elle dit, qui détourne elle-même ce qu’elle prône, qui est, en somme, comme un enfant de 5 ans, incapable de se discipliner, à l’abri d’un puissant sentiment d’impunité.

 

Financièrement, les affaires nous coûtent. Elles frappent notre portefeuille. Il y a un invariant de la corruption et de tous ses corollaires : l’enrichissement d’un seul signifie l’appauvrissement de tous. Ce n’est pas un hasard si l’étymologie grecque du mot “corruption” (phtora) signifie le contraire de la création. C’est-à-dire la destruction...

 

*Suite de l'article sur mediapart

 

 

 

 

 

 

Source : https://www.mediapart.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22