Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 21:39

 

 

Source : http://www.lesinrocks.com

 

 

En Picardie, François Ruffin part à la reconquête de l’électorat populaire

 

18/02/2017 |  14h32

 

 

François Ruffin (à droite) le 17 février à Flixecourt (Somme) pour le lancement de sa campagne (photo MD)

 

Le réalisateur de “Merci Patron!”, candidat unique de la gauche hors-PS aux législatives dans la 1ère circonscription de la Somme, a lancé sa campagne ce 17 février, avec pour objectif de reconquérir le vote populaire, tombé soit dans l’abstention, soit dans le vote FN

 

Quelque chose a changé chez François Ruffin. Ce n’est pas son verbe, toujours à mi-chemin entre la citation érudite et l’argot picard – un mélange qui fait le charme de son journal satirique, Fakir. Ni sa dégaine de militant décroissant, une paire de baskets invariablement aux pieds, en cas de match de foot à disputer. C’est son t-shirt. On ne le connaissait plus qu’avec une déclaration d’amour à Bernard Arnault inscrite au milieu d’un t-shirt blanc, depuis la sortie de Merci Patron!, son film-documentaire qui prenait pour cible le patron de LVMH.

Désormais, il l’a remisé pour un t-shirt à l’effigie de Lafleur, devenu le symbole de sa campagne pour les élections législatives de 2017, dans la 1ère circonscription de la Somme. “Quelle fleur ?”, s’enquerront les profanes de la culture picarde. Lafleur : la marionnette populaire tirée d’un personnage de la révolution, “dont la spécialité est de botter le cul aux notables!”, explique François Ruffin devant la salle comble du Chiffon rouge, à Flixecourt (Somme), à une vingtaine de kilomètres d’Amiens, ce 17 février. “Et si je suis élu, je botterai le cul aux notables de l’Assemblée nationale!”, ajoute-t-il face aux quelques 600 personnes venues le soutenir. Le lieu est symbolique : c’est le “point de départ de la fortune de Bernard Arnault”, explique Ruffin. Il sera opposé dans cette circonscription à la candidate du PS Pascale Boistard, secrétaire d’État chargée des personnes âgées.

 

Lafleur, la marionnette dont "la spécialité est de mettre des coups de pied au cul des notables", est le symbole de

L’union est un combat

C’est sous le label “Picardie Debout” (ce qui n’est pas un hasard pour l’un des protagonistes de Nuit Debout), que toutes les étiquettes de la gauche hors-PS se sont réunies pour soutenir François Ruffin, et sa suppléante Zoé Desbureaux (PCF). Un exploit.

Écolos, France Insoumise, PCF et Ensemble sont donc réunis derrière François Ruffin pour les législatives

 

 

Cette convergence est le fruit d’un long processus. Peu avant le meeting, quand François Ruffin aperçoit le porte-parole d’Europe Ecologie-Les Verts (EE-LV), Julien Bayou, venu le soutenir, il le salue d’une franche accolade. L’intéressé fait partie des personnes qui, dans chaque parti, ont intercédé en faveur de l’union de la gauche derrière le militant picard.

A l’été 2016, alors que “le bal des égo battait son plein pour la présidentielle”, le trentenaire écolo lui laisse un message pour l’encourager à se présenter. Il n’est pas le seul. Le message est resté sans réponse jusqu’à la mi-août :

“Il m’a dit, très cash : ‘No way si tout le monde n’est pas derrière nous'”, raconte Julien Bayou.

Dans le numéro de Fakir paru en décembre, François Ruffin réitère cette condition d’union de la gauche. Il a fallu tordre virtuellement quelques bras, mais c’est chose faite : “L’avantage, c’est que je pouvais passer au niveau national quand ça coinçait au niveau local”, explique François Ruffin, citant par exemple Pierre Laurent (PCF), Eric Coquerel et Manuel Bompard (France Insoumise) parmi ceux qui ont pesé en sa faveur.

“Même les chips ont quitté la Picardie ! Pourquoi on laisse faire ?”

Désormais, fort de cette union, François Ruffin s’est présenté en verve devant ses soutiens. Après une intervention des salariés de Whirlpool dont l’usine va être délocalisée en Pologne, le journaliste s’est fait le chantre du protectionnisme, et s’est engagé à porter la voix des oubliés.

Ruffin: "Jeff Fettig, Pdg de Whirlpool, gagne en 1 an l'équivalent de 500 ans de travail d'un salarié de Whirlpool"

Énumérant toutes les fermetures d’usines et les délocalisations qui ont miné la région (Goodyear, Magneti-Marelli, Sièges de France…), il déclare ainsi :

“La même histoire se répète depuis trente ans. Même les chips ont quitté la Picardie ! Pourquoi on laisse faire ? Parce que ce sont des ouvriers, et qu’ils ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale!”

Aussi François Ruffin s’est-il engagé, s’il est élu, à être payé au Smic, à mettre sa réserve parlementaire sous le contrôle d’un jury populaire, et à ce que son mandat soit révocable.

Ruffin: "Si je suis élu mon mandat sera révocable, vous gérerez ma réserve parlementaire et je me mettrai au Smic"

Faire de la Picardie un exemple de reconquête du vote populaire

Le contexte local dans l’Amiénois est favorable depuis des années au vote FN. Aux dernières élections régionales, en 2015, il atteignait ainsi 42%. Mais François Ruffin ne se résigne pas à cette situation et espère renverser la balance dans cette terre historiquement rouge, pour en faire un exemple de reconquête de l’électorat populaire par la gauche. “Lutter contre le fatalisme, la résignation et le marinisme” est un de ses mots d’ordre.

Ruffin: "Si jamais on gagne dans cette circo populaire où le vote FN est énorme, il y aura une valeur de l'exemple"

“Aux régionales, les gens de gauche ne sont pas allés voter. Mon objectif, c’est d’abord de les refaire voter, et de reconquérir les électeurs qui sont tombés dans l’escarcelle du FN”, nous confie-t-il après son discours.

Pour ce faire, François Ruffin et son équipe vont mouiller le t-shirt. Littéralement. Dans son entourage, on a évalué à 20 000 heures le temps nécessaire pour couvrir toute la circonscription en faisant du porte-à-porte. Mais ce n’est pas tout : Picardie Debout a une équipe de foot, qui organise des rencontres dans les villages, pour ensuite discuter politique. “On a 113 jours pour se battre. C’est de Picardie qu’est partie la Grande Jacquerie de 1358 [une révolte paysanne contre les nobles, ndlr]. L’objectif aujourd’hui c’est de faire partir de Picardie une grande jacquerie électorale”, sourit François Ruffin. La campagne va être sportive.

 

le 18 février 2017 à 14h32

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22