Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 18:07

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

Hausse des tarifs bancaires : il est toujours possible de refuser !

 

Hausse des tarifs bancaires : il est toujours possible de refuser !

L'augmentation des tarifs des banques au 1er janvier tourne autour de 13%. Mais savez-vous que vous pouvez dire non à cette augmentation ? Les explications de Serge Maître, président de l'Afub.

 

 

 

Frais de tenue de compte, cartes de paiement, retraits... Les tarifs de banques augmentent au 1er janvier. Une augmentation généralisée à quasi tous les établissements français, 13% en moyenne, "la tête dans le four et les pieds dans le congélateur", s'indigne Serge Maître, président de l'Association française des usagers des banques (Afub). Alors, les clients doivent-ils se résigner et accepter cette flambée continue ? Non, refusez, invite Serge Maître.

 

Encore une hausse, encore une grogne. Sommes-nous face à une fatalité ?

L'usager doit savoir qu'il a le pouvoir de dire non face à l'offensive tarifaire des banques. Il y a des règles à respecter. Les banquiers ne peuvent pas tout faire comme ils l'entendent. Ils doivent informer leurs clients de ces hausses et ils doivent aussi les informer que s'ils ne refusent pas dans les deux mois, ils seront présumés avoir accepté.

 

Concrètement, comment dire à sa banque qu'on refuse ?

 

Il faut réagir dans les deux mois précédant la mise en œuvre de la nouvelle tarification. Et, si la banque a "oublié" de vous rappeler qu'il existe ce délai de deux mois, il est possible d'agir à tout moment, dès que vous découvrez que cette hausse existe.

Dans tous les cas, il faut envoyer une lettre recommandée à votre banque pour dire que vous refusez la nouvelle tarification, avec copie au ministère des Finances, en invoquant l'article L312-1-1 du Code monétaire et financier. Face à la loi de la jungle, il faut opposer le droit de la République.

 

Pourquoi envoyer une copie au ministère ?

Parce que nous entendons faire bouger les lignes des pouvoirs publics. La réaction individuelle ne peut pas grand-chose compte tenu de la surdité des banques. La véritable protection des consommateurs ne peut venir que des pouvoirs publics. Ces derniers peuvent mettre en place un véritable régulateur. L'an dernier, Michel Sapin a reçu des milliers de lettres, il a donc demandé un rapport. Mais nous n'avons pas eu de suite. Il faut donc refaire pression.

 

Et les banques doivent-elles répondre à ces courriers ?

La lettre ne suppose aucune réponse. Votre banque a simplement à respecter la loi. Les banques qui répondent, c'est généralement pour dire non, pour expliquer qu'elles ne vont pas tenir compte du refus, comme on l'a vu avec la Banque postale.

 

Elles peuvent faire ça ?

Dans ce cas, il y a tout simplement violation de la loi.

 

Alors ?

Il peut y avoir des actions individuelles bien sûr, et on a vu des condamnations de banques. Mais beaucoup de clients n'iront pas jusque-là. Nous sommes donc en train de construire une action groupée.

 

Les banques peuvent-elles nous obliger à aller voir ailleurs ?

Certains employés de banque tentent de dire à leur client qu'un refus vaudra résiliation de leur part. C'est totalement faux. En pur droit, bien sûr, une banque peut clôturer à tout moment mais vu la masse de gens concernés, il n'est pas vraiment concevable que les banques se mettent à virer les dizaines de milliers de clients qui contestent. L'an dernier, environ 100.000 personnes ont contesté. Pas une n'a vu son compte clôturé à la suite à la suite du refus de la nouvelle tarification.

 

Mais que va-t-il se passer ?

Les banques ne se donneront pas la peine de virer les gens. Et puis il existe quelques établissements vertueux. Certains, à titre commercial vont dispenser leurs clients et leur faire savoir. Mais le gros lot des banques leur appliqueront les nouveaux tarifs. C'est une partie de bras de fer qui s'engage.

 

En cas de refus de l'établissement, faut-il conseiller de changer de banque ?

On nous dit qu'il faut faire jouer la concurrence mais en fait, c'est nous faire passer de la peste au choléra. La plupart des banques augmentent les frais de base, les frais de tenue de compte. Même la Banque postale est en train de remonter à marche forcée toute sa tarification. En plus, ce n'est pas si facile que ça : il ne faut pas oublier tous les gens qui ont des clauses de domiciliation des échéances : prenez les crédits immobiliers, cela concerne 9 millions de ménages. Ce n'est donc pas là que se trouve le gisement d'une régulation.

 

Qu'en est-il des banques en ligne ?

C'est agiter une tête de gondole mais les banques en ligne ne sont pas facile d'accès. Il faut bloquer de l'épargne ou alors il faut dépenser un minimum avec sa carte bancaire. Pour d'autres, il faut un minimum de revenus, 1.500 euros par exemple, alors que la moitié de la France gagne moins de 1.500 euros. De plus, c'est sans doute temporaire. C'est une alternative en trompe l'œil.

 

Les banques se plaignent de ne plus gagner d'argent. Cet argument est-il audible ?

Les bénéfices de la Banque postale, qui est une des plus mal loties tournent autour de 800 millions. La BNP tourne autour d'un peu plus de deux milliards. Elles ne sont pas dans le rouge. Alors, bien sûr, comme dans le passé, elles visent des accroissements de leurs profits de 3 à 6%. Mais ce n'est plus possible quand le PIB n'augmente que de 1%. Les banques sont totalement détachées de la réalité.

 

Quelle alternative peut-on espérer ?

Il n'y en a pas vraiment en France. La fracture bancaire n'a pas du tout été résolue. Le problème fondamental, c'est l'absence de régulation durable de la tarification. Nous sommes piégés en raison d'un taux de bancarisation très élevé, à près de 99%. C'est pourquoi nous nous tournons vers les pouvoirs publics pour demander qu'ils stimulent la concurrence. La grande distribution le fait, pas la banque. La solution, c'est soit de plafonner, comme les loyers, puisqu'il s'agit d'une dépense contrainte. Soit la prohibition de certaines tarifications. Pour le moment, les moutons qu'on tond sont laissés sans protecteur.

 

Propos recueillis par Louis Morice, mardi 3 janvier 2017 

 

 

 

 

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22