Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 14:15

 

Source : http://www.bastamag.net

 

Répression

En Turquie, purges et chasse aux sorcières ciblent les militants progressistes

 

par

 

 

 

La Turquie vit depuis cinq mois sous le régime de l’état d’urgence. Sous prétexte de débarrasser institutions et administrations des présumés complices de la tentative de putsch de juillet, le gouvernement Erdogan réprime toute opposition. Journaux et médias audiovisuels suspendus, journalistes et écrivains emprisonnés, députés arrêtés, associations de défense des droits humains fermées, syndicalistes limogés : la gauche turque subit de plein fouet cette immense « purge ». La société civile tente malgré tout de résister. « Un jour viendra le moment de rendre des comptes, et nous serons là », expliquent les opposants. Reportage à Istanbul et Ankara.

Sous la lumière blafarde des néons, deux avocates racontent leur voyage à Şirvan, une ville située au sud-est de la Turquie, à la frontière avec l’Irak et la Syrie. Elles s’y sont rendues suite à l’accident qui a coûté la vie à seize employés d’une mine de cuivre, le 17 novembre dernier. Nous sommes dans les locaux du barreau d’Istanbul, dans le quartier central de Galata. Les juristes militants de l’Association des avocats progressistes (ÇHD) y tiennent leur réunion hebdomadaire. Malgré la froideur des lieux, la discussion est animée. Les rires qui fusent réchauffent un peu l’atmosphère.

La scène pourrait sembler banale si l’association n’avait pas été contrainte, officiellement, de mettre la clé sous la porte quelques semaines auparavant. L’administration a exigé sa fermeture le 11 novembre. Le motif ? Elle est accusée d’être complice d’organisations terroristes, sans plus de précision, ce qui interdit toute défense... Depuis le 15 Juillet, et la tentative de putsch militaire contre le pouvoir en place, les décrets font force de loi. Avec la déclaration de l’état d’urgence, les décisions issues du Conseil des ministres peuvent s’affranchir de l’avis du Parlement, ouvrant la porte à l’arbitraire. Près de 375 associations ont ainsi été fermées administrativement.

 

« La Turquie vit l’une des périodes les plus répressives de son histoire »

Levent Dölek en sait quelque chose. Ce grand syndicaliste moustachu a fait les frais de ce nouvel arbitraire et de ses purges, à l’instar de 10 000 membres de son syndicat de l’enseignement public (Eğitim-Sen). Après avoir frappé l’armée et la justice, les purges ont largement affecté l’enseignement. Elles ont été lancées depuis le 15 juillet au prétexte de débarrasser l’appareil d’état et l’administration des complices présumés du coup d’État. Elles visent les membres – avérés ou présumés – du mouvement conservateur Gülen, accusé d’avoir fomenté le coup d’État... Mais le gouvernement d’Erdogan ratisse beaucoup plus large, et en profite pour censurer, fermer et réprimer tous azimuts, en particulier l’opposition de gauche.

Chargé de recherche au département d’économie de la prestigieuse université d’Istanbul, Levent Dölek s’est vu signifier son renvoi par une publication au journal officiel. Son nom figurait dans la longue liste des limogés. « La Turquie vit l’une des périodes les plus répressives de son histoire. Pourtant, on voit que la résistance ne faiblit pas. Notre force, c’est notre légitimité », assure-t-il. « Je reste optimiste. » Grâce au syndicat, qui compte plus de 100 000 adhérents, il bénéficie d’une aide juridique pour contester son licenciement abusif et d’un soutien financier, prévu pour aider les militants limogés.

 

Les manifestations, concerts et initiatives les plus variées se succèdent pour contester l’arbitraire et la répression politique, mais en ordre dispersé. Ainsi deux fois par semaine, la pianiste Ayşe Tütüncü et le joueur de saz – une sorte de luth – Tuncer Duman se produisent devant la prison de Bakırköy. Une « veille pour la liberté » en soutien aux deux écrivaines qui y sont enfermées depuis quatre mois, Aslı Erdoğan (49 ans) et Necmiye Alpay (70 ans). Collaboratrices du journal pro-kurde Özgür Gündem, qui a été fermé le 16 Août, elles sont elles aussi accusées de soutenir le mouvement armé kurde du PKK.

 

« Cela va compliquer nos activités, mais nous sommes toujours là »

Malgré une justice réduite à sa portion congrue, les organisations continuent, inlassablement, à recourir à toutes les procédures légales à leur disposition. « L’essentiel est d’archiver patiemment tous les faits que nous recueillons pour pouvoir les utiliser le moment venu », explique Hüseyin Boğatekin, avocat et membre de l’Association de défense des droits humains (IHD, affilié à la Fédération internationale des droits de l’Homme), basée à Istanbul. Le nombre de plaintes déposées auprès de l’association a explosé depuis juin 2015, suite aux élections législatives. Celles-ci avaient consacré la forte progression du Parti démocratique des peuples (HDP, près de 11 % des suffrages), issu de la gauche pro-kurde. Les militants de l’association vérifient méthodiquement les faits dénoncés et recensent les violations des droits humains et les atteintes aux libertés fondamentales. Leur rapport de 2016 paraîtra d’ici un mois. Il devrait être beaucoup plus épais que les précédents.

Comment rester mobilisé dans ce contexte difficile, et risqué ? Beaucoup de militants se projettent dans l’après Erdogan. Gökmen Yeşil, président de l’Association des avocats progressistes, récemment fermée, affiche son optimisme : « Qu’est-ce que nous avons perdu ? Du matériel, certes, des brochures et un cadre légal pour récolter les mensualités de nos membres, ce qui va compliquer nos activités. Mais nous sommes toujours là », sourit-il. « Nous nous réunissons et nous allons poursuivre nos activités en gardant bien sûr le même nom. Bref, On continue ! » Maintenir les activités coûte que coûte, même en recourant au système D, telle est la nouvelle tactique.

 

« La Justice a depuis longtemps cessé d’être indépendante »

Tous ne partagent pas cet optimisme. « Le coup d’état est utilisé comme prétexte pour éliminer toute opposition. L’arbitraire règne », s’inquiète le député et porte-parole du parti de gauche HDP Ayhan Bilgen. De son point de vue, le bilan est particulièrement lourd. Dix députés du mouvement sont derrière les barreaux, ainsi qu’une quarantaine de maires et des milliers de membres. Une centaine vient d’être encore arrêtée, au prétexte de l’attentat à la voiture piégée commis dans le quartier de Besiktas, à Istanbul (38 morts et 155 blessés). Le parti est également marginalisé médiatiquement.

 

Car la presse est désormais très largement acquise au pouvoir. Ou plutôt ce qu’il reste de la presse turque... Depuis fin juillet, près de 150 médias – journaux, chaînes de télévision, radios, revues, maisons d’édition, agences de presse... – ont été fermés. Et 148 journalistes seraient emprisonnés, selon l’organisation de défense des droits humains Human Right Watch. Dans ces conditions, difficile de faire campagne, comme le tente le HDP, pour la levée de l’état d’urgence. Celui-ci vient d’être reconduit jusqu’en janvier.

Le gouvernement en profite pour lancer un débat constitutionnel afin d’instaurer un régime présidentiel. Grâce au soutien du parti d’extrême droite nationaliste MHP (12 % des voix aux dernières législatives), ces négociations pourraient aboutir. « La séparation des pouvoirs n’existe plus. Avec le régime présidentiel, nous sommes sur le point d’entériner un régime autoritaire. Cela se résumera au règne d’un seul homme. » Dans ce contexte, la condamnation des violations ostentatoires des droits humains semble bien illusoire. « Toutes les voies juridiques sont bouchées. La Justice a depuis longtemps cessé d’être indépendante. »

« Un jour viendra le moment de rendre des comptes, et nous serons là »

L’éloignement progressif de la Turquie de l’Union Européenne ne présage rien de bon pour les mois à venir. Le froid diplomatique qui règne entre Ankara et Bruxelles pourrait avoir de graves répercussions sur les échanges commerciaux : la Turquie réalise la moitié de ses exportations vers les pays de l’UE. Dans les rangs de l’opposition, on en viendrait presque à souhaiter une crise économique tant le maintien du parti au pouvoir semble essentiellement tenir à la stabilité économique du pays. Une crise avait amené les conservateurs de l’AKP, le parti d’Erdogan, au pouvoir en 2002. C’est peut-être une autre crise économique qui les en délogera. L’instabilité politique de ces derniers mois a contribué à faire chuter la Livre turque face à l’euro et au dollar.

Le futur proche n’a donc rien de réjouissant pour la gauche et le mouvement social turcs. Nombreux sont celles et ceux qui prévoient un durcissement de la répression. Mais l’avocat Gökmen Yeşil tente de positiver malgré tout : « Notre leitmotiv c’est de poursuivre notre travail sans faire de concession. Un jour viendra le moment de rendre des comptes, et nous serons là. »

Selin Kaya (texte et photos)

En Photos :
-

 

Couverture Manifestation devant la faculté d’Istanbul pour protester contre les licenciements massifs d’enseignants et l’état d’urgence, le 8 décembre 2016.
-

 

Couverture Levent Dölek, enseignant et syndicaliste limogée de la faculté d’Istanbul, le 8 décembre 2016.
-

 

Couverture La pianiste Ayşe Tütüncü, en concert de soutien aux écrivaines enfermées Aslı Erdoğan et Necmiye Alpay devant la prison de Bakırköy, le 6 décembre 2016.

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Turquie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22