Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 12:56

 

Source : http://alternatives.blog.lemonde.fr

 

 

Le Chef Raoni lance un mouvement mondial de défense de la planète

 
 
Share8

Capture d'écran 2016-07-17 17.40.10

Leur appel au don rencontre un franc succès sur le web : depuis le 21 juin dernier, plus de 133 000 euros (sur un objectif de 150 000 euros) ont été collectés, et l’événement qu’ils préparent se veut unique dans l’histoire de l’Humanité. En rassemblant des centaines de représentants de peuples indigènes du monde entier et leurs principaux alliés, le Cacique Raoni, 86 ans, souhaite enfin concrétiser son aspiration à l’union mondiale des peuples.

 

Du cri d’alarme au cri de ralliement

« Il y a bien longtemps, un sage a dit « quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été pêché, alors on saura que l’argent ne se mange pas »… ce temps approche » déclare le chanteur Bernard Lavilliers, fraîchement revenu d’Amazonie, dans la vidéo ci-dessous :

Expliquant les raisons pour lesquelles les forêts sont saccagées (l’or, le minerais, le bétail, le soja, l’huile de palme, les grands barrages, etc.) et l’océan sur-pollué ou surexploité, il vient ainsi de rejoindre officiellement le rang des personnalités engagées auprès du Chef Raoni, représentant bien connu en France du peuple Kayapó, au Brésil. Avant lui, c’est l’acteur Pierre Richard, lui aussi face caméra, qui interpellait : « On ne peut pas continuer comme ça (…) investir pour les gardiens de mère nature, c’est investir pour nous-mêmes, nos enfants, nos petits enfants… »

 

Un soutien au mouvement des Gardiens de la Terre qui s’ajoute à celui de deux autres figures de l’écologie : Nicolas Hulot (président de la Fondation Nicolas Hulot) et Paul Watson (le défenseur de l’océan fondateur de Sea Sheperd) que l’on a plus souvent l’habitude d’entendre sur ces sujets

 

Tous s’unissent ainsi à la cause du Cacique Raoni et à la mission qu’il a confiée à l’ONG Planète Amazone. Objectif ? Réunir dans une dynamique encore inexistante les populations autochtones qui aujourd’hui représentent 370 millions d’individus regroupés dans plus de 70 pays, sur cinq continents. Si elles forment plus de 5.000 groupes différents et parlent plus de 4.000 langues, la plupart risquent de disparaître d’ici à la fin du XXIème siècle.

« L’alliance des gardiens de la nature vient d’un rêve du Grand Chef Raoni « , explique Gert-Peter Bruch, fondateur de Planète Amazone, « il veut générer une dynamique avec l’ensemble des peuples indigènes afin que leur cause soit plus efficace. Il ne s’agit pas pour eux de rester à l’âge de pierre, mais de s’intégrer à l’évolution sans subir les méfaits de la soit-disant ‘modernité’ des pays développés « . Raison, donc, de son appel au rassemblement véhiculé dans la vidéo suivante…

 

Sept autres chefs indiens tels que Davi Kopenawa Yanomami (rendu célèbre en France par le chef d’œuvre de l’anthropologue Bruce Albert « la chute du ciel »), les caciques Pirakuman et Aritana Yawalapiti ainsi que Afukaka et Tabata Kuikuro du parc du Xingu au Mato Grosso (qui ont fait face durant la dernière décennie à des déforestations records laissant peu à peu ce parc entièrement encerclé par les champs de monoculture de soja ou de coton ainsi que les pâturages) et Megaron Txucarramãe (le neveu de Raoni qui l’accompagne dans ces déplacements) se joignent à cette nouvelle dynamique.

 

Une alliance plus grande que nature

Lors du rassemblement organisé en septembre 2016 dans le village Kayapo de Piaraçu, des représentants indigènes et des personnalités engagées du monde entier seront invitées pour participer aux échanges (le tout sera filmé en caméra à 360°), mais aussi à l’ensemble des cérémonies et des présentations conçues pour faire aboutir la feuille de route et les propositions d’ores et déjà formulées par l’Alliance. « L’idée est que chaque année il y ait des rendez-vous en terres indigènes. C’est difficile d’allumer un calumet de la paix au sein de l’ONU, mais ça se fera au sein de l’alliance des gardiens de la nature. En s’organisant de la sorte nous serons en mesure de participer à la 22ième conférence internationale sur le climat (en novembre prochain à Marrakech, NDLR) et à tous les événements internationaux « , explique encore Gert-Peter Bruch.

De fait, les enjeux consistent aussi à jouer sur nos représentations de la Nature : les peuples indigènes en appellent à la diversité des cultures et des représentations pour répondre à l’urgence écologique. « Ces peuples entretiennent une relation ancestrale avec leur environnement, leur connaissance est basée sur d’autres approches que la science ou la technologie. Ils ne se sont pas déconnectés de la Nature et cherchent à préserver leurs savoirs, qui se perdent à une vitesse inégalée » note pour sa part Laurent Durieux, Conseiller Climat et Développement Durable de l’ambassade de France à Brasilia, membre organisateur. « Sans parler des jeunes indigènes qui ont honte de leurs origines et qui souhaite adopter sans concession le mode de vie occidental. C’est tout un système de réserves qui est en jeu. Il faut agir aujourd’hui car dans dix ans il sera bien trop tard « .

Pour Nicolas Bériot, ingénieur des ponts, des eaux et des forêts impliqué dans l’équipe organisatrice, « l’alliance va plus loin que les peuples indigènes, c’est un pont entre eux et ceux qui sont attachés à la défense de ces valeurs pour construire ensemble une nouvelle forme d’engagement. La maturité est venue pour une union sacrée d’hommes et de femmes conscients de leur dépendance à la terre « .

Si l’appel n’a à ce jour été lancé qu’en France, il va prochainement être lancé dans huit autres langues, avec un financement participatif spécifique pour le Brésil, afin que les fonds récoltés soient directement attribués à l’institut Raoni basé sur place. D’ici là, les organisateurs estiment que l’opération est déjà un succès : l’opération de financement participatif permet de faire connaître les combats menés par les peuples indigènes de façon inédite (les vidéos dépassent rarement les 100 000 vues, alors que le million a été dépassé sur cette opération). A moyen terme, la réussite s’évaluera sur la valorisation internationale du rassemblement (Gert-Peter Bruch est en train de réaliser un documentaire qui retrace la formation de l’alliance). Et à long terme, de fait, « ce sont la prise en compte et les retombées des propositions des peuples indigènes sur les solutions internationales apportées aux crises environnementales et climatiques que nous devrons évaluer » conclut Laurent Durieux.

Anne-Sophie Novel / @SoAnn sur twitter

 

 

 

Source : http://alternatives.blog.lemonde.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Ils réagissent Consommer et agir autrement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22