Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 14:53

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

Pourquoi et où y a-t-il une pénurie d'essence ?

Les blocages de dépôts de carburant et de raffineries qui se propagent depuis une semaine expliquent la pénurie totale ou partielle qui touche quelque 1.600 stations-service ce lundi 23 mai. En ligne de mire des grévistes : la loi Travail de Myriam El Khomri.
 
La consommation de carburant a triplé ces derniers jours dans certaines stations essence. - Sipa

 

Six raffineries touchées sur huit

L'action des grévistes, initiée en début de semaine dernière par des routiers grévistes puis relayée par des salariés du secteur pétrolier, a porté ses fruits : moins d'une semaine plus tard, sur les huit raffineries que compte le pays, six ne font plus sortir de carburant.

Cinq de ces huit raffineries sont "à l'arrêt ou en cours d'arrêt" ce lundi 23 mai, précise-t-on à la CGT : il s'agit de celles de Total à Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), Donges (Loire-Atlantique), Feyzin (métropole de Lyon) et Provence-la-Mède (Bouches-du-Rhône), ainsi que la raffinerie Petroineos de la Laréva, à Martigues (Bouches-du-Rhône). La raffinerie Total de Grandpuits-Bailly-Carrois (Seine-et-Marne) n'est quant à elle pas à l'arrêt mais une "grève reconduite de 72 heures" en empêche "toute sortie de produits pétroliers". Conséquence : "Seules deux raffineries Esso continuent de marcher : celle de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et celle de Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime)", a indiqué Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral de la branche pétrole de la CGT.

Quant aux dépôts de carburant, une dizaine sont actuellement bloqués sur les 78 répartis sur le territoire. Plusieurs centaines de militants CGT bloquent ainsi depuis la nuit de dimanche à ce lundi celui de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône).

 

1.600 stations essence touchées sur 12.000

En se propageant sur l'ensemble du territoire, ces blocages contraignent le réapprovisionnement des stations-essence dans ces régions. "Sur 12.000 stations-service en France, seules 816 sont en rupture de stock total, et 800 sont en rupture partielle," a compté ce lundi matin sur Europe 1 le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies. Ce qui fait "moins de 20%" de l'ensemble des stations du territoire, avait-il souligné dimanche sur RTL, "certes concentrées dans certaines régions".

Les Hauts-de-France et la Normandie sont les régions les plus touchées par la pénurie de carburant. Selon la société exploitatrice d'Esso, près de 10% des stations du groupe sont en rupture totale d'essences et 23% de gazole. Dans l'Oise, la Seine-Maritime et la Somme, "quasiment 100%" des stations ne proposent plus de gazole, explique le porte-parole du groupe.

En Ile-de-France aussi, la situation est précaire : 76 stations sont ainsi en rupture totale ou partielle, rien que pour le groupe Total. Des difficultés qui se concentrent dans l'Ouest parisien (Hauts-de-Seine et Yvelines).

 

 

Le comparateur de prix à la pompe publie une carte en direct de la pénurie :

 

Face au risque plus élevé dans ces territoires, les préfectures ont pris des dispositions préventives. En Ille-et-Vilaine, Côtes d'Armor, Finistère, Orne, Loire-Atlantique, Vendée, Mayenne et l'Eure, des arrêtés limitent le volume maximal de carburant pour les véhicules légers à 20 ou 30 litres. Et à un volume maximal de 40 ou 50 litres pour les poids lourds. Les préfectures de Seine-Maritime, Calvados, Nord, Somme et Pas-de-Calais ont interdit pour leur part le stockage de carburant dans des bidons.

 

 Le gouvernement conteste le risque de pénurie

Alain Vidalies martèle qu'il n'y a "pas de risque de pénurie" de carburant "pour la semaine" dans les stations françaises, appelant les automobilistes à ne pas céder à la "panique". Une pénurie que ces derniers vivent pourtant déjà par milliers. Inquiets d'un futur manque de carburant, les automobilistes se sont précipités ces derniers jours à la pompe, amplifiant le phénomène. Certaines stations ont ainsi enregistré une consommation "trois fois supérieure à la moyenne", selon Laurent Michel, directeur général de l'Energie et du Climat.

Interrogé sur le risque de pénurie, le secrétaire fédéral de la branche pétrole de la CGT a qualifié de "virtuels" les "90 jours de stocks stratégiques" avancés par le secrétaire d'État aux Transports. "Ces stocks sont très fluctuants, ils sont situés dans les raffineries pour la plupart et donc à partir du moment où elles ne sont pas accessibles, ça devient difficile", a-t-il rappelé… Et le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, appelle depuis ce week-end à "généraliser la grève".

 

 Le ton monte autour de la loi Travail

Le mouvement de grève a commencé le 17 mai, une semaine après que la loi Travail est passée en force en première lecture à l'Assemblée, Manuel Valls ayant utilisé l'arme constitutionnelle du 49-3. Et le ton est encore monté ce lundi 23 mai. Le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, a déploré que le gouvernement choisisse "de bomber le torse, (de) gonfler les muscles" au lieu d'être à "l'écoute de ceux qui ne sont pas contents". Michel Sapin lui a répliqué en fustigeant "une CGT, pour des raisons souvent internes, qui s'est extraordinairement durcie et qui n'est que dans la protestation et qui n'est plus du tout dans le dialogue". S'il est "légitime de protester contre un texte de loi ou de défendre (...) un certain nombre de revendications", "il y a un moment donné (...) où on passe à l'illégitime", a jugé Michel Sapin. Aussi, a-t-il ajouté, de tels mouvements n'auront "évidemment pas la moindre indulgence de la part du gouvernement", qui utilisera "tous les instruments qui sont dans (ses) mains" pour faire "en sorte que ça se débloque"…

Des propos qui font écho aux menaces de Manuel Valls dès la semaine dernière.

 

 

Source : http://www.marianne.net

 

 

 

                                                                               ************************

 

 

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com
 
 
Arrêt sur images

Pénurie d’essence et nouveaux médias

 

Initialement publié sur Arretsurimages.net

 

 

Habituellement utilisée pour trouver les carburants les moins chers, l’application Essence recense depuis quelques jours les stations à sec, et les stations semi à sec.

 
 
 

Fut un temps où, en situation de blocage des raffineries, l’information se limitait à quelques postures bien rodées. Le gouvernement affirmait sa détermination à ne pas laisser s’installer la pénurie (d’ailleurs, il n’y avait jamais, il n’y aurait jamais de pénurie, aussi vrai que le gouvernement gouvernait).

Les bloqueurs, quand on voulait bien les écouter, faisaient part de leur détermination. Enfin, le « Français à la pompe » (car le vrai Français est toujours à la pompe. Il n’est jamais salarié, ouvrier, chômeur, rmiste. Il est à la pompe) trouvait que ça commençait à bien faire, même si les bloqueurs avaient leurs raisons.

Quand aux médias, ils godillaient savamment entre reportages dramatisants (au risque d’accentuer les approvisionnements de panique, et donc les pénuries) et prudence (au risque d’être accusés de faire le jeu du gouvernement en niant les pénuries).

 

Carte interactive

Données concernant 1 567 stations fournies en temps réel par la communauté de l’application Essence
Données concernant 1 567 stations fournies en temps réel par la communauté de l »application Essence - Capture d’écran
 

En quelques années, le numérique a fait valdinguer ce bal des postures. Place à sa majesté, le data. Et plus particulièrement à une application, Essence. Habituellement utilisée pour trouver les carburants les moins chers, cette application, qui revendique 500 000 utilisateurs mensuels, recense depuis quelques jours les stations à sec, et les stations semi à sec.

Pas de blabla, pas de postures, juste une carte, mise à jour en temps réel par les utilisateurs de la « communauté », sur laquelle s’inscrivent les stations, et leur état d’approvisionnement. Logiquement, toute la presse en ligne s’est empressée d’embedder la carte.

Le gouvernement peut continuer à s’époumoner sur le thème « il n’y aura pas de pénurie », sa voix, face à la vérité implacable du data, parvient désormais de loin, de très loin, d’un autre siècle, comme le signalait ce matin Dominique Seux, sur France Inter. Entre anciens et nouveaux médias, le match n’aura pas lieu. Il est plié avant d’avoir été joué.

 

 

Très bien. Mais cette application – excellente idée en situation d’approvisionnement normal lorsqu’elle ne sert « que » de comparateur de prix – est-elle fiable en situation de pénurie  ? Croit-on que les automobilistes qui ont découvert une station miraculeusement approvisionnée vont s’empresser de la signaler à la communauté, au risque qu’elle se retrouve à sec quelques heures plus tard  ?

Ce sera un match intéressant entre nouvelles technologies et comportements ancestraux. Et que pourraient, éventuellement, arbitrer les reporters des vieux médias, qui retrouveraient là un rôle...

Initialement publié sur Arretsurimages.net
http://www.arretsurimages.net
 
 
 
Source : http://rue89.nouvelobs.com
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social
commenter cet article

commentaires

Carte penurie Carburant 09/11/2016 09:48

Merci de cette cartographie

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22