Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 15:30

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/noel-mamere

 

 

Trente ans après, l'Etat-EDF persiste et signe

 
 
Rappelons-nous, il y a 30 ans, le 26 avril 1986, le plus grand accident nucléaire de l’histoire ravageait l’Ukraine. A Tchernobyl, près de  la vile de Pripiat, un réacteur de la centrale nucléaire, de type RBMK, explosait à la suite d’une montée en puissance incontrôlée. Un énorme nuage contenant de grandes quantités radioactives de césium 137 et d’iode 131, passait au-dessus de nombreux pays européens.

Rappelons-nous, il y a 30 ans, le 26 avril 1986, le plus grand accident nucléaire de l’histoire ravageait l’Ukraine. A Tchernobyl, près de  la vile de Pripiat, un réacteur de la centrale nucléaire, de type RBMK, explosait à la suite d’une montée en puissance incontrôlée. Un énorme nuage contenant de grandes quantités radioactives de césium 137 et d’iode 131, passait au-dessus de nombreux pays européens. En France, les hommes du lobby nucléaire prétendaient que le nuage avait été arrêté à nos frontières ! Alors présentateur du journal d’Antenne 2-Midi, je me souviens des difficultés rencontrées, y compris auprès des journalistes « spécialisés », pour qu’enfin on admette que la France n’était pas épargnée par cette catastrophe. Quelques années plus tard, évoquant cet épisode dans une émission de télévision, je fus l’objet d’un procès en diffamation, intenté par le professeur Pellerin (celui qui nous disait que tout était sous contrôle), qui dura dix ans … Jusqu’à ce que la Cour européenne des droits de l’homme condamne le gouvernement français et demande l’annulation de ma peine devant les tribunaux français ! Dix ans pour admettre une évidente vérité, c’est dire le poids du lobby nucléaire dans notre pays. Car, dire la vérité, c’était reconnaître que les radiations avaient atteint les animaux et les humains, les forêts et les cours d’eau, les champs et les villes… jusqu’en Corse.

En Ukraine, 400 000 personnes furent déplacées, 100 000 personnes irradiées, qui moururent dans d’atroces souffrances dont un nombre indéterminé de « liquidateurs », ces hommes envoyés de force sur le site de la centrale pour tenter de limiter les conséquences de l’accident en décontaminant le territoire impacté. L’accident de Tchernobyl accéléra la décomposition et l’effondrement de l’URSS, incapable d’organiser la prévention et les secours.

Cette catastrophe annonçait celle de Fukushima, comme cette dernière en annonce d’autres si l’on en croit l’Autorité de Sûreté nucléaire française qui évoque la possibilité d’un « accident nucléaire majeur » en France. Mais, à la différence de tous les autres accidents industriels, avec le nucléaire, il n’y a pas d’après. Parce que les conséquences sanitaires et environnementales dépassent les générations humaines et qu’elles sont irréversibles. On ne parle pas en années, mais en siècles, en centaines de siècles. De quoi donner le vertige. Et c’est en ce sens que le nucléaire, dont l’acte fondateur est Hiroshima, a inauguré l’ère de la démesure, de « la honte prométhéenne », pour reprendre l’expression de Gunther Anders, où l’Homme croit pouvoir échapper à sa condition.

Pourtant, trente ans après cette monstruosité et au lendemain de Fukushima, le nucléaire en France fait toujours consensus dans les élites politiques et techniciennes. Les nucléocrates français ne sont que des Docteurs Folamour qui, au nom d’un scientisme intéressé, manipulent le pouvoir politique et l’opinion en faisant croire que le nucléaire est incontournable. En fait, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, nous déléguons notre libre arbitre en matière d’énergie à un petit groupe d’ingénieurs qui échappent à tout contrôle de la puissance publique. Le nucléaire civil n’étant que le prolongement du nucléaire militaire, fondé sur le secret, et les deux fonctionnant en étroite collaboration, il ne faut donc pas s’étonner qu’ils nous dissimulent les risques inhérents à ce système. L’opacité et le secret sont la règle, et la transparence l’exception.

Cette régression démocratique s’est donc organisée sous De Gaulle et Pompidou, qui ont scellé un pacte d’acier avec les communistes. Les gaullistes considérant la maîtrise de l’atome comme un élément de notre indépendance, les communistes, qui avaient de solides bases chez les salariés d’EDF, estimant que le nucléaire allait dans le sens du « Progrès ». Les uns et les autres soutenaient l’idée fausse que le nucléaire permettrait à la France de garantir son indépendance énergétique ad aeternam. Dans un premier temps, ce consensus nucléaire fut partagé par une grande partie de la population. A l’exception des écologistes, très minoritaires à l’époque, mais à l’origine de combats historiques, comme celui de Creys-Malville, en 1977, où Vital Michalon perdit la vie dans les affrontements avec les forces de l’ordre. En 1981, après la victoire de François Mitterrand, le PS rejoignit le club des nucléocrates et depuis cette époque, droite et gauche célèbrent ensemble le culte du nucléaire, devenu religion d’Etat. Résultat : cette « exception française », vantée par la propagande politique et médiatique, est aujourd’hui une faillite économique, une impasse politique et un danger qui plane en permanence au-dessus de nos têtes.

Voilà pourquoi ce triste anniversaire devrait au moins nous permettre de relancer le débat autour d’une énergie qui induit l’acceptation d’un modèle de société centralisé, autoritaire et hors contrôle. Le nucléaire aujourd’hui n’est plus viable économiquement. Son coût a explosé. EDF est en faillite à cause de l’EPR, au point que l’Etat met la main à la poche en injectant trois milliards d’euros dans une augmentation de capital destinée à sauver la filière, plutôt que d’investir la recherche de l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. L’Etat s’obstine à participer au sauvetage d’AREVA, à « sécuriser » des centrales nucléaires vieillissantes pour des coûts faramineux, au lieu de les démanteler et d’imposer partout le compteur Linky, contre la volonté des consommateurs. Mais rien ne semble pouvoir arrêter ce lobby, véritable Etat dans l’Etat. Tandis que le nucléaire régresse dans de nombreux pays, en France, les nucléocrates imposent leur loi, bafouant les accords politiques passés entre les écologistes et le PS, revenant sur la loi de transition énergétique, renvoyant la fermeture de la centrale de Fessenheim aux calendes grecques, empêchant tout investissement conséquent dans les énergies renouvelables…

Au moment où la France signe le traité sur le climat et où François Hollande tient sa quatrième conférence environnementale, dans l’indifférence générale et la suspicion légitime des écologistes et des ONG, le souvenir de Tchernobyl devrait faire honte à ces gouvernants qui s’obstinent dans cette voie dangereuse. Raison de plus pour rompre avec cette fausse gauche et cette vieille droite.

Comme l’indique le manifeste de la commission Ecologie climat de Nuit Debout : « Après Tchernobyl et Fukushima, Il est inadmissible et irresponsable, en particulier pour les générations futures, de continuer à promouvoir le mythe de l'énergie nucléaire soi-disant propre et à faible coût. La dangerosité de cette technique, la difficulté du démantèlement et de la gestion des déchets, ne sont plus à démontrer. Nous voulons la transparence totale sur la filière nucléaire et exigeons la fermeture immédiate des réacteurs de plus de trente ans et l’arrêt de la construction des EPR. ». On ne saurait mieux dire !  

Si nous voulons empêcher de nouvelles catastrophes, il faudra se débarrasser  du complexe  techno-politique qui dirige ce système. Pour sortir de la déraison du monde, il ne suffira pas de rester debout place de la République, mais c’est debout que les peuples s’émanciperont de cette servitude technicienne.

 

Noël Mamère

Le 25/04/2016.

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/noel-mamere

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Nucléaire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22