Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 17:02

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/romain92/blog/180316/le-probleme-cest-nous

 

 

Le problème, c'est nous

 

 

A l’heure où notre gouvernement tente de nous asservir un peu plus avec une réforme du code du travail, chacun y va de son commentaire. Notre pays est en pleine crise, pas une crise économique, mais une crise « identitaire ». Qui sommes-nous ? Est-on en démocratie ? Mais où se situe réellement le problème ? Est-ce la gauche ? Est-ce la droite ? Est-ce la menace terroriste ?

Le problème c’est nous…

A l’heure où notre gouvernement tente de nous asservir un peu plus avec une réforme du code du travail, chacun y va de son commentaire. 

Notre pays est en pleine crise, pas une crise économique, mais une crise « identitaire ». Qui sommes-nous ? Est-on en démocratie ? Mais où se situe réellement le problème ?

Est-ce la gauche ? Est-ce la droite ? Est-ce la menace terroriste ?

Le vrai problème c’est nous, nous le peuple qui acceptons depuis trop longtemps les décisions des gouvernements successifs qui jouent avec nos vies et arrivent encore à nous faire croire que nous sommes en démocratie…

Ouvrons les yeux, il n’a jamais été question de donner le pouvoir au peuple.

Les élections et autres référendums ne sont que de la poudre aux yeux pour nous faire croire que nous avons du pouvoir.

En effet, nous votons pour des gens qui sont censés nous représenter, en somme ces élus travaillent pour nous, nous les payons (beaucoup trop cher) avec notre argent. C’est donc nous qui devrions décider. Or aujourd’hui nos politiques sont, pour la plupart, totalement déconnectés de la réalité.

Ils n’ont jamais travaillé, touchent des salaires bien au-dessus de la moyenne, ont des privilèges de monarques et nous donnent des leçons de savoir vivre sans pour autant se les appliquer.

Comment pouvons-nous accepter, à l’heure où l’on nous demande de nous serrer la ceinture, que nos anciens présidents touchent encore des salaires ? Si demain vous quittez votre entreprise, continuerez-vous à être payé (sauf départ à la retraite) ?

Comment pouvons-nous accepter que nos parlementaires, que nous payons grassement avec nos impôts qui augmentent chaque année, puissent ne pas venir à leur « travail » et toucher quand même leur salaire ? Quand nous ne venons pas à notre travail, nous ne sommes pas payés.

Les gouvernements cherchent toujours à réduire cette fameuse dette… Cette dette existe aussi à cause de leurs décisions politiques et nous en payons les conséquences, mais eux non.

Nous les laissons nous gouverner, nous asservir, nous appauvrir, nous mettre en danger en allant faire la guerre en notre nom…

Le vrai problème c’est nous, car il y a bien longtemps que nous aurions dû dire stop !

Dans quelle entreprise l’employé décide du salaire et du temps de travail de son employeur ?

Dans quelle entreprise les employés gagnent mieux leur vie que leurs employeurs ?

Nous avons fait de nos politiques des stars et nous le payons aujourd’hui.

On ne peut pas leur reprocher de se servir de ce système.

Rappelons-nous de la devise de la France : Liberté, Egalité, Fraternité.

Cette devise est bafouée dès le deuxième mot…

Nous ne sommes pas égaux devant la loi, sinon comment expliquer que la plupart des politiques qui trainent des affaires, soient toujours en liberté ? Comment pouvons-nous accepter qu’ils soient encore payés avec nos impôts alors qu’ils ne sont plus au gouvernement et qu’ils passent leur temps devant les tribunaux ?

Comment un homme politique peut ne pas payer ses impôts pendant des années sans être inquiété ?

Quand nous avons le malheur d’être en retard pour les payer, l’état se sert directement sur notre compte bancaire ou dans notre appartement avec en plus, une petite poire pour la soif !

Nous les laissons faire et ils ont raison d’en profiter ! Qui ne profiterait pas d’un avion au frais de l’état pour aller voir un match de football ?

Qui refuserait un poste de ministre avec une retraite à vie ?

Nous sommes dans une société obsédée par le pouvoir et l’argent et cela nous tue à petit feu.

Nous ne sommes que des millions d’égoïstes, centrés sur nous-même et nous reproduisons le même schéma que notre classe politique à la recherche de popularité et du succès facile dans l’unique but de gagner de l’argent. 

Et nos dirigeants ne sont que le reflet de notre société

A quoi nous servira notre argent quand il n’y aura plus d’eau potable pour vivre ? Quand notre air sera trop pollué pour le respirer ?

Il serait grand temps de se réveiller et de trouver une manière intelligente et équitable de nous gouverner.

Gouverner ce n’est pas décider, ce n’est pas asservir, c’est tenir la barre et montrer la bonne direction. 

Or, on nous dirige vers le fond, on nous emmène vers des guerres sans fin pour régler les « problèmes » d’autres peuples, alors même que nous ne sommes pas capables de le faire correctement chez nous.

Le problème, ce n’est pas les autres. Le problème c’est nous.

Il serait bon de remettre les choses à leur place, il serait bon de devenir une vraie démocratie et là nous pourrions envisager de donner des leçons de moral aux autres.

Comment pouvons nous avoir l’idée de taxer un peu plus le CDD pour favoriser le CDI ?

Pourquoi ne pas baisser les taxes sur le CDI ?

Comment pouvons-nous accepter de voir chaque année nos impôts augmenter, alors que ceux-là même qui nous gouvernent votent l’augmentation de leur revenu ?

Comment pouvons-nous concevoir de faire un référendum, avec tous les frais que cela engendre, pour finalement aller à l’encontre du résultat ?

Comment expliquer que nos politiques aient tous un gros patrimoine immobilier et soient plus riches que la plupart des gens du peuple ?

Comment accepter que nos artisans soient plus taxés plus que des multinationales ?

Il est temps de réformer notre classe politique.

Pourquoi ne pas créer un système où la carrière politique serait impossible ?

Donner le pouvoir au peuple, tirer au sort des représentants issus des différentes classes sociales (patronat, salariat, artisanat etc.), religions, régions, sexes qui auraient un mandat unique, sans possibilité de le renouveler. Ainsi pendant une période donnée, de la même manière qu’un juré lors d’un procès, ils devraient accomplir leur devoir de citoyen en participant aux décisions.

Avec un salaire fixe raisonnable pour tout le monde.

Cela empêcherait le cumul des mandats et responsabiliserait le peuple.

Il faudrait des représentants du peuple dans toute sa diversité plutôt que des couleurs politiques qui ne représentent personne.

Car avant d’être de gauche ou de droite, nous sommes ouvrier, artisan, artiste ou cadre et nous sommes avant tout des êtres humains et donc égaux.

Cela éviterait les promesses non tenues et les manœuvres subtiles utilisées de tous bords pour être réélu et garder ses petits privilèges.

Comment expliquer que dans certains pays le premier ministre se déplace en métro et va chercher ses enfants à l’école comme vous et moi ?

Comment expliquer qu’il est impossible pour la majeure partie du peuple de s’adresser directement à nos élus, qui je le rappelle, travaillent pour nous et sont rémunérés par nos soins ?

Le premier travail à faire est sur nous. Nous devons arrêter d’accepter. Sans nous ils ne sont rien et nous leur avons fait oublié cela, voir même, nous leur avons donné le droit de penser l’inverse.

Ils nous mettent à poil avec notre propre argent et nous continuons à les élire.

Notre démocratie est une mascarade et cela a trop duré.

Un bon coup de balai dans le monde politique nous permettrait déjà de stabiliser cette fameuse dette et peut-être même de la rembourser. Les impôts à la source éviteraient également les mauvais payeurs.

La politique ne doit pas être un métier, de la même manière que notre état est laïque religieusement parlant il devrait être laïque « politiquement » ce qui reviendrait finalement à tuer la notion de « politique » qui nous divise un peu plus chaque jour. Ainsi on parlerait de débat populaire, où chacun pourrait se sentir représenté, où notre société serait réellement reflétée dans toute sa diversité, culturelle et sociale.

Peut-être alors, nous serions fiers d’être Français.

Cela soulagerait notre monde à nous, celui des vrais gens.

Car aujourd’hui, avec ou sans dents, de toutes façons nous n’avons que de la merde à manger.

Bien évidemment, je pense que nos hommes politiques sont bien trop égoïstes pour prendre eux-mêmes ces décisions et qu’ils ne réformerons jamais un système qui les enrichis un peu plus chaque année. 

C’est à nous de prendre ces décisions et pour cela il faut également se remettre en question et être prêt à débattre avec l’autre, celui que nos convictions religieuses, que notre communauté, que notre couleur politique à essayé de nous dresser en ennemi.

Il faut être prêt à se dire qu’au fond, le problème c’est nous.

 

 

Romain, 27 ans, citoyen

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/romain92/blog/180316/le-probleme-cest-nous

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by democratie-reelle-nimes - dans Economie et social Ils réagissent
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22