Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 15:33

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

 

Les aides au spectacle sucrées dans l’Allier : « Le plus grave, c’est... »

 
 
 

« Bon. En gros, ils sont en train de nous dire “au revoir et merci”, quoi. »

Silence opaque. Tête frisée. Voix de corne. Mine abattue. Il se reprend.

« … enfin, quand je dis “merci”… »

Pierre fait partie de la demi-douzaine de tronches hagardes, hébétées, qui encerclent la table en formica. On est en décembre. Il fait trop tiède. On s’est tassés à la va-vite sous les charpentes d’un ancien grenier à foin, transformé en bureau depuis plus de quinze ans et tapissé d’affiches. Ceux qui connaissent – ils sont légion – reconnaîtront. C’est La Chaussée. Le fief du Footsbarn. La mastodontique compagnie de théâtre itinérant qui a choisi de planter là, au milieu du bocage, ses convois arthritiques et ses chapiteaux rutilants.

J’y reviendrai.

Le gars qui parle, c’est Pierre. Pierre Meunier. Comédien. Metteur en scène. Inventeur fou de pièces où la plus bouleversante des poésies s’agrippe à des tonnes de métal, de ressorts, de glaise, de tout ce qui semble immobile et bon pour la réforme.

J’y reviendrai aussi. Mais c’est pas encore le sujet.

 

Une claque, d’une violence inédite

Le sujet, là, tout de suite, c’est la claque, d’une violence inédite, que vient d’asséner le nouvel exécutif du conseil départemental de l’Allier à tous les professionnels de l’art et de la culture qui maillent le territoire.

Suppression totale et absolue des aides aux artistes et aux compagnies.

De toutes les aides de tous types.

Bien sûr, sans préavis. Ni même un avertissement.

Un revers de la main sur des miettes de table.

En une seule session : le 15 décembre 2015, malgré les conventions signées et à deux semaines du début d’un exercice.

 

 
 
 

 

On aurait pu croire à première vue à un réflexe d’autodéfense. Les départements, c’est connu, ont de plus en plus de responsabilités et de moins en moins de dotations. Surtout après la mise en place de la très ruralicide loi Notre. Le conseil départemental, pris de court et de panique, aurait pu vouloir sabrer radicalement les dépenses qu’il considérait superflues. Ç’aurait été grave, mais compréhensible. Explicable.

Mais là, rien de tout ça. L’enveloppe budgétaire dédiée à la culture reste quasiment inchangée. Aucune économie à faire. Si tu l’analyses, l’opération idéologique qui s’est menée le 15 décembre se conjugue tout simplement comme suit :

  • plus aucune aide aux artistes, aux compagnies et aux professionnels de la culture ;
  • création, avec le montant économisé, de deux nouveaux dispositifs « aide à l’événementiel » (sic) et « aide aux festivals ». Des aides dont ne peuvent bénéficier que les seuls élus.

En gros : tu prends aux équipes qui vivent, travaillent et font travailler annuellement sur le territoire ; pour permettre, en échange, à une myriade d’élus d’organiser une fois par an une fête dans leur village. Des élus qui n’ont pour la plupart et par définition ni expérience, ni savoir-faire en la matière.

Bien sûr, on ne demanderait pas à un élu dont ce n’est pas le métier de faire de l’agriculture, de la médecine, du commerce, de l’enseignement… Mais on lui demande désormais de faire de la culture. En lieu et place des professionnels.

Ciao, les projets de territoire. Les emplois. L’impact économique durable. La diffusion artistique au long cours. Dont acte.

 

Le premier domino qui s’abat

Mais attends. Avant d’aller plus loin, il faut expliquer que la culture, dans l’Allier, c’est pas une page que tu tournes tranquillement en te léchant l’index.

Pour mesurer l’impact sismique d’une telle décision, il faut d’abord comprendre que c’est bien d’un secteur économique qu’il s’agit. Pas de d’une bande de mirlitons qui s’amusent avec de l’argent public. Et si tu es un tout petit peu renseigné sur la santé économique de ton pays, tu sais qu’il s’agit du cinquième plus gros contributeur au PIB national – avec une valeur ajoutée de près de 60 milliards d’euro soit sept fois plus que le secteur automobile – qu’il est le troisième employeur de France et que ses compagnies agissent comme autant de PME en irriguant le territoire de structures professionnelles, employant, vendant et investissant tout au long de l’année. La culture ne coûte rien. C’est connu. Elle rapporte. Et gros.

Mais c’est un secteur précaire. Difficile à stabiliser. Surtout en milieu rural. Parce que c’est une matière première mouvante : des femmes, des hommes, de la pensée... Alors pour obtenir des prêts, des avances de trésorerie, ou d’autres cofinancements, tes partenaires te demanderont toujours de présenter le soutien d’une collectivité. Sans ça : moins de crédibilité. Moins d’assise. Les banques ne prêtent pas. Alors on n’embauche pas. On n’investit pas. On ne s’installe pas.

Le soutien d’une collectivité, pour une équipe artistique, c’est l’amorce nécessaire d’une économie vertueuse.

Le retrait brutal d’une collectivité, en revanche, c’est souvent le premier domino qui s’abat sur la file.

 

L’Allier ? Tu vois ça, t’en reviens pas

Et là, on parle bien de l’Allier. Un département rural, agricole, magnifiquement méconnu, planté au beau milieu de la diagonale du vide. Frappé, avec nombre de ses confrères, d’exodes et de désemploi. Pas bigrement attractif, au premier abord, dans un pays où les villes dévorent tout, mais dont tu comprends qu’il déborde de bienfaits à partir du moment où t’y poses le premier pied.

Et parmi ces bienfaits : une histoire artistique hors norme. Des écrivains, des peintres, des photographes, des acteurs, des documentalistes, des réalisateurs, des artistes de tout poil. Tous bouillonnants. Tous triomphants. Des lieux de résidence, pleins à craquer… Tu trouves de tout ça, ici. A la pelle carrée, entre trois cèpes et deux rangées de poireaux.

Et tous ces gens là vivent ici. Toute l’année. Le plus souvent en plein cœur de la ruralité. Ils y travaillent, y embauchent et y investissent. Ils créent du lien. Ils entremettent. Ils créent, et montrent à voir. Je te le jure : dans mon petit bocage, pas une semaine sans un spectacle. Et c’est plein. C’est toujours plein. Pas plein de néo-je-sais-pas-quoi, pas plein d’une soi-disant élite, non. Des artisans. Des paysans. Des vieux. Des jeunes. Des étrangers. Des actifs. Des chômeurs... Tu vois ça, t’en reviens pas. Un vrai havre, accueillant et dynamique, fruit de plus de quarante ans d’action culturelle. Un truc qui t’attire et te retient. Une vraie chance. Une vraie bénédiction.

Et c’est comme ça que l’Allier est devenu cette terre de création hors du commun. Rien qu’autour de moi, dans le secteur d’Hérisson, c’est des dizaines de personnes vivant du spectacle qui se sont installées. Que des artistes de haut vol. Que des équipes aiguisées.

 

Allez, cinq exemples au hasard

Pierre Meunier et ses spectacles sauvages, où l’acier, la rouille, et les ressorts te susurrent que les mots et les idées ont souvent plus sens que tu ne leur laisses en donner. Des centaines de représentations par an, partout en France. Et une bonhomie troublante. Timide. Touchante. Pour son dernier spectacle, il a fait venir Babouillec, un écrivain sans limite, qui s’appuie sur son autisme pour envoyer valdinguer les quilles de tes certitudes. Un spectacle à chialer. Qui te spéléologise l’âme. Et tout ça s’est passé là. En plein cœur d’Hérisson. Au Cube, un lieu de travail et de création ouvert, professionnel, généreux, rempli à l’année d’artistes, d’élèves et de spectacles venus du monde entier.

Le Footsbarn, cette troupe historique. Chapiteaux, caravanes et tout le toutim. Une vie sur les routes du monde, à collecter des histoires pour les restituer au public avec la simplicité et le fracas d’un cirque. Des masques, des couleurs, de la musique et des dizaines de langues. Ils ont quitté l’Angleterre de Thatcher, vécus vingt ans nomades. Puis ont posé leur valise dans le bocage, il y a près de 25 ans. Dans un vieux et superbe corps de ferme à l’abandon qu’ils ont restauré patiemment. La Chaussée. Ce poumon. Lieu de résidence et d’enseignement. Qui a vu naître et tourner des dizaines de spectacles. Eclore des centaines de vocations.

Les Antliaclastes. Cette compagnie de marionnettes révolutionnaire et internationale. Qui puise dans Jarry, la culture populaire américaine, les grands mythes, et raconte dans des spectacles délirants, avec leurs marionnettes de métal, de fourrures, de tissus et d’os, que tu ne gagnes jamais rien à contenir tes rêveries. Que tu peux toujours aller plus loin. Que les histoires les plus anciennes te racontent parfois les mêmes choses que les série télé de notre enfance. Ils viennent d’acheter un grand bâtiment désaffecté à coté de la gare de Vallon-en-Sully. Pour le remplir de leur univers effroyable et ravigotant. Si bien que quand tu prends le train de Paris, la première chose que tu verras en arrivant dans le bocage, ce sera eux. Ce sera ça.

Le Petit Théâtre Dakôté. Deux acteurs-raconteurs venus de Pologne, et qui se sont fixés pour mission de t’apporter l’art jusque devant chez toi. La première fois que je les ai vus, ils faisaient la tournée des fermes, avec « Gargantua ». Ils jouaient dans des granges. Dans des cours. Sous des abris. Avec quatre planches et deux musiciens. Puis je les ai vu jouer dans des jardins. Des cours d’école. Des places de village. Des pièces aux rythmes savants, où l’inventivité détrône la machinerie, qu’ils viennent calmement te déposer au seuil de tes émotions.

Et Le P’tit Bastringue, la compagnie de Michel Durantin. Le théâtre contemporain à la portée de tous. Il faut le voir jouer Gogol dans les maisons du coin. Asséner l’humour implacable de Rémi de Vos dans les salles des fêtes. Secouer ce vieux prunier de Molière pour en faire tomber des images inédites et des pensées d’avenir. Se battre en diable, avec humour et dévouement, pour que vive le théâtre dans les campagnes. Lui, c’est à Cosne d’Allier qu’il milite. Cosne d’Allier : 2 000 habitants à peine... Et un théâtre : le sien, Le Bastringue. Toujours rempli. Toujours.

 

Capture d'écran de la home du site du théâtre

Capture d’écran de la home du site du théâtre - Footsbarn.com
 

Et je ne suis qu’au tout petit prémisse d’un inventaire qui prendrait des heures. Parce que je ne parle que d’une toute petite partie de mon tout petit bocage. Mon tout petit bocage qui exulte d’art et de rencontre grâce à cette présence artistique inouïe.

Mais l’Allier, c’est plus grand. Beaucoup plus grand. Et elles sont plus de 40 les compagnies qui y travaillent. Sans compter les lieux de résidence. Ni les théâtres. Ni les artistes indépendants...

Toute une architecture économique de la pensée et de la création. Des dizaines d’emplois. Des centaines de milliers d’euros réinvestis dans l’économie locale. Des jeunes qui arrivent, s’installent, vivent...

Les exécutifs départementaux précédents – de gauche comme de droite – ne s’y étaient pas trompés. Ils avaient vu la valeur. Compris la chance que cela représentait. Et avaient décidé d’accompagner l’installation des équipes artistiques professionnelles permanentes, et le passage ponctuel de compagnies en cours de création. D’équiper le territoire de lieux de qualité. De valoriser ce secteur.

Pas de grandes aides tonitruantes. Non. Juste assez pour amorcer la pompe.

Et là, en un claquement de doigt, dans un seul et incompréhensible mouvement de l’élu à la culture, plus rien. Plus rien.

 

« On est en 2015 »

Il paraissait convenu par les auteurs de cette décision que les équipes concernées devaient apprendre la nouvelle en 2016, par courrier, une fois le nez planté dans le fait accompli.

Heureusement, les élus d’opposition ont pris soin de faire fuiter l’information via leurs réseaux sociaux. En une journée, l’information avait fait trois fois le tour de l’Allier, poussant de petits groupes de professionnels à se retrouver pour épuiser leur sidération, mesurer les conséquences, et tenter de brouillonner une réponse à donner.

C’est comme ça qu’on s’est retrouvé à La Chaussée ce jour-là, à quelques-uns, à encercler la table en formica et les cafés fumants, à faire craquer les neurones en égrainant l’interminable chapelet des « le plus grave, c’est » :

« Le plus grave, c’est qu’avec la grande région, on se retrouve propulsés à la lisière la plus lointaine de la nouvelle capitale. Autant dire que si nos propres élus se détournent à ce point de nous, on n’aura jamais aucune attention à Lyon…

– Non : le plus grave, c’est surtout qu’ils sont en train de nous raconter qu’ils en ont rien à foutre des campagnes ! Regarde : leurs nouveaux dispositifs ne sont vraiment applicables qu’en ville. Moulins – Vichy – Montluçon. Tout va se concentrer là-bas. Et adieu les territoires ruraux.

– Non : le plus grave, c’est qu’en 2015, on ne nous prenne toujours pas pour des professionnels. Des gens capables. Dotés d’une expertise et d’un savoir-faire.

– Non : le plus grave, c’est qu’on est en 2015. Une année qui a commencé le 7 janvier et qui se termine le 13 novembre. Où jamais la création et l’expression n’ont été attaquées à ce point. Et que des élus – des élus qui ont tous clamé “Je suis Charlie” et qui ont tous demandé une minute de silence pour les victimes du Bataclan – décident de la conclure en nous demandant de bien vouloir fermer nos gueules... »

 

Où est-ce qu’ils ont merdé, tous ?

Le marasme. Les cuillères tournent. Tout le monde calcule. Mesure. Se creuse.

Et quid du festival d’Hérisson, qu’organise le Footsbarn, et qui fait venir chaque été plus de 5 000 personnes dans les rues d’un village de moins de 700 âmes ?

« Tu parles. La compagnie met 30 000 à 40 000 euros par édition... Et là, on apprend qu’ils nous sucrent 90 000 euros sans préavis à quinze jours du début d’un exercice. Avec ce trou gigantesque à combler, je crois qu’on va plutôt chercher à gagner de l’argent qu’à en dépenser... »

Moi, je les regarde. Toutes ces tronches à pas y croire. Ces femmes et ces hommes que je vois s’acharner depuis que je vis ici. Qui donnent, insufflent, impulsent et ne baissent pas les bras.

Et je ne parviens pas à assimiler l’information du jour.

Pourquoi cette claque monumentale, sur un secteur qui justement se portait bien ?

Où est-ce qu’ils ont merdé, tous, autour de cette table, pour mériter un tel désaveu ?

S’ils nous retirent celle-là, alors quelles armes comptent-ils nous laisser, ici, pour lutter contre la désertification des campagnes ?

 

Mon bocage sans les artistes

Passées les longues minutes de consternation, l’ébullition reprend. Ils s’organisent. Creusent. Cogitent. Passent des coups de fil. Envoient des mails. Au fur et à mesure que la nouvelle parcourt le pays, les preuves de soutien se mettent à affluer. Et le courage à abonder.

Par la fenêtre, je vois La Chaussée. Une ferme qui ressemble à toutes les fermes. Qui n’était plus qu’un tas de pierres quand le Footsbarn à commencé à s’y loger. Autour : des vaches. Et des éleveurs. Qui partagent le quotidien de la troupe. Tranquillement.

Je vois la vallée de l’Aumance, toute confite de calme et de train-train. Et j’essaie de me figurer ce que serait le bocage sans le spectacle. Sans les peintres. Sans la musique. Je tente de me représenter à quoi ressemblerait la vie quotidienne dans les rues, les boutiques, les bistros, sans cette petite foule bariolée des artistes.

Je me refais le film de ce coin de France, abandonné par l’industrie, balafré par l’agriculture de marché, aspiré par la concentration urbaine.

Je compte tous ceux qui – comme moi – n’auraient jamais mis les pieds ici sans la présence artistique. N’auraient jamais pu trouver de travail.

N’auraient même jamais entendu parler de l’Allier.

Puis je relis pour la vingtième fois le compte rendu de session du conseil départemental, et cette consternante condamnation à mi-mots du travail des artistes.

Et je n’arrive toujours pas à croire

 

 

Source : http://rue89.nouvelobs.com

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22