Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 16:57

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/noel-mamere/blog

 

 

Confusion !

 

 

Le premier tour des élections régionales est donc conforme aux résultats des élections européennes ainsi qu’au premier tour des élections municipales et départementales. Si on connait les deux grands vainqueurs, le Front national et le parti de l’abstention, les perdants sont nombreux : de la gauche de la gauche aux Républicains de Sarkozy, en passant par le PS.

Le premier tour des élections régionales est donc conforme aux résultats des élections européennes ainsi qu’au premier tour des élections municipales et départementales. Si on connait les deux grands  vainqueurs, le Front national et le parti de l’abstention, les perdants sont nombreux : de la gauche de la gauche aux Républicains de Sarkozy, en passant par le PS. Si ce dernier masque son recul et même sa disparition de plusieurs régions, en offrant une apparence de cohérence dans sa communication, il ne peut enrayer une décomposition politique et morale, qui débouche sur un comportement électoral de « Gremlins » l’entrainant dans l’abîme. Cette course au précipice est scandée par la double langue de bois des caciques du PS : le mollétisme de Cambadélis et l’autoritarisme  d’adjudant-chef de Manuel Valls.

 

Mais le jeu de dupes, qui consiste à refiler le mistigri de la responsabilité aux uns ou aux autres, est si voyant qu’il  ne parviendra pas à dédouaner les acteurs de ce tour de passe-passe. Cet enfumage ne permet en rien de dire que la vague « Bleu Marine » ne l’emportera pas dimanche prochain.  D’autant plus que pour nombre d’électeurs de gauche et écologistes, il faudra avoir le cœur bien accroché pour voter Bertrand en Nord-Pas-De-Calais-Picardie ou Estrosi en Paca.

 

Ce chamboulement met « Les Républicains » - dont le  patronyme est une insulte aux valeurs qu’il prétend incarner - au pied du mur. Ils  sont tombés dans le piège tendu par François Hollande. En pratiquant la triangulation sur la sécurité, après le massacre du 13 novembre, celui-ci est apparu, pour beaucoup d’électeurs de centre droit,  comme plus crédible que Sarkozy, qui s’agitait dans un bocal sans les moyens de sa politique. Une autre partie de l’électorat de l’ex-UMP a préféré l’original à la copie en allant directement rejoindre le Front national. Ce dernier est donc en passe de devenir le parti de l’alternance dans plusieurs régions et renforce sa banalisation, sans paradoxalement baisser la garde sur ses fondamentaux.

 

Car les derniers jours de la campagne ont montré que les filles Le Pen étaient bien les héritières de leur père et de leur grand père. Entre le refus des subventions au Planning familial et les envolées contre la djellaba, nous avons assisté à un festival réactionnaire et islamophobe sans précédent. Si les dirigeantes du Front se sont écartées de la pseudo diabolisation, c’est que, en politiciennes chevronnées, elles ont lu les sondages ; ils constataient que 50 % des Français éprouvent  non seulement un sentiment de haine envers  les djihado-fascistes ou les institutions qui ne les protègeraient pas, mais surtout contre « l’Autre », c‘est-à-dire celui qui ne leur ressemble pas. A commencer par le musulman. Nous sommes là - et c’est pourquoi la situation est si confuse - dans une dynamique de haine qui échappe à tout le monde et, en particulier, à une caste politique hors-sol.

 

C’est pourquoi Valls et Hollande ont pris une responsabilité très grave en hystérisant la politique. En s’attaquant aux soi-disant tabous de la gauche, comme la déchéance de nationalité, l’armement des policiers en dehors des heures de service,  en reprenant les propositions des Sarkozystes qui, eux-mêmes, puisaient leurs solutions dans le programme du FN, ils ont contribué à produire cette confusion. Ils jouent avec le feu en effaçant la question sociale par le traitement préférentiel de l’ordre et de l’identité, en prônant, avec Macron, un ordre social-libéral débridé et doublé d’autoritarisme, en organisant une gouvernance de la peur par la surenchère sécuritaire et l’état d’exception permanent… Ils gagnent peut-être sur le court-terme, mais brûlent les vaisseaux de la gauche pour l’avenir.

 

Ce qui est en jeu n’est donc pas seulement l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite dans une ou deux régions de plusieurs millions d’habitants, mais le possible effondrement d’une Vème république à bout de souffle. Nous touchons du doigt les limites d’un système conçu pour le bipartisme, mais qui se révèle gros d’une tripartition que Michel Debré et le Général De Gaulle n’avaient pas prévu. Les bricolages du mode de scrutin auxquels se sont livrés leurs successeurs ont fini par se retourner contre eux. Et les mêmes ingrédients qui avaient entrainé la chute de la Quatrième République sont en train de produire la fin de l’alternancesans alternative du PS et de la droite.

 

La présidentielle de 2017 est plus que jamais la zone de tous les dangers. Pour la première fois, la stratégie du choc et de la tension, entretenue depuis des années par la gauche et la droite, risque de placer la présidente du Front en position d‘être au second tour, ce qui paraît probable, mais, peut-être présidentiable !

 

 «Le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à apparaitre. Dans ce clair-obscur surgissent les monstres», écrivait le philosophe Antonio Gramsci dans ses cahiers de prison. Pour affronter l’un de ces monstres, le lepénisme, le nécessaire rassemblement de la gauche au deuxième tour ne suffira pas, encore moins les appels à l’unité nationale pour défendre des valeurs communes  avec le parti de Sarkozy, mais, pour sortir de notre entre soi suicidaire, il faudra créer dans l’urgence les conditions d’un choc de lucidité à gauche et chez les écologistes. En serons- nous capables ?

 

Noel Mamère

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

 

 

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/noel-mamere/blog

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Démocratie Réelle Maintenant des Indignés de Nîmes
  • : Le blog des Indignés de Nimes et de la Démocratie Réelle Maintenant à Nimes
  • Contact

Texte Libre

INFO IMPORTANTE

 

DEPUIS DEBUT AOÛT 2014

OVERBLOG NOUS IMPOSE ET PLACE DES PUBS

SUR NOTRE BLOG

CELA VA A L'ENCONTRE DE NOTRE ETHIQUE ET DE NOS CHOIX


NE CLIQUEZ PAS SUR CES PUBS !

Recherche

Texte Libre

ter 

Nouvelle-image.JPG

Badge

 

          Depuis le 26 Mai 2011,

        Nous nous réunissons

                 tous les soirs

      devant la maison carrée

 

       A partir du 16 Juillet 2014

            et pendant l'été

                     RV

       chaque mercredi à 18h

                et samedi à 13h

    sur le terrain de Caveirac

                Rejoignez-nous  

et venez partager ce lieu avec nous !



  Th-o indign-(1)

55

9b22